PATWE.CH > blogue > ècritura de rèfèrence ORB
Archives du sito

Malaga, premiér jorn

Tags : ,

Marroniérs en fllor



Les Arpitans l’ant-ils puére d’étre ensemblos?

Il semble que cen que l’est novél fét fatalament puére. Un petit changement et les gents sè sentont bruquâs et vegnont nêr d’enrage. Sè u mouens les gens parlèssont quand sont pas d’acôrd ou pas contents. Nan, ils désont a d’ôtros, et celes ôtros dévont nos raportar les llors acusacions…

Les changements que propôse l’ACA sont pas tant grôs (grands) que cen. Continuar de parlar lo « bon patoués » dens la téta mas lo-t’ècrire a la moda comena por mielx comunicar avouéc les gens de tués les cârros de l’Arpitania (les cârros yaoue les gens parlont noutres patoués francoprovençâls). L’est-o (il) rèvolucionèro, cen? L’est-o èxtrèmisto? Cêrtes l’est idèaliste, mas tot cen que l’at d’èxtrèmo l’est l’èfort que acole (tent, requère).

Una ècritura comena amaye (mènace) pas noutres patoués. Quand ècriso en ORB, dens ma téta continuo d’aouire lo miô accent. Coment les « bons patouésans » de l’arpitan deSaviése, èprôvo de trovar les mots justos. Et quand j’é un douto chèrcho dens lo lèxico en vèrsion èlèctronique (Lé n’on trôve tot, l’est fantastique!) Èprôvo de ren trahir: ni lo patoués du cârro a mè (de Saviése), ni l’ècritura comena. Quand sés (savo) pas coment on ècrit un mot, pués vèrifiar sur http://tresorarpitan.eu . Se vôlo fére aouire coment chante le miô patoués, enrègistro lo miô (mien) mèssâjo en ORB avouéc la vouèx a mè. Et prôd (coment disont les Valdoteins)!

Les Arpitans de l’ACA vôlont rèspèctar lo patoués local et comunicar avouéc tués les arpitans (patouésans). Se ço semble rèvolucionèro l’est èxagèrâ. Et se ceta rèvolucion seyèsse ren que dens la téta de quârques gens que sont plens de pouéres?

N’ens tués puére que le patoués sè dèpèrdesse. Mas u jorn de hué les lèxicos ou diccionèros, et les gramères sont ja éta féts. Les ècrits des mantènors avouéc tués les tèrmos tècnicos et les èxprèssions idiomatiques ègzistont.

Cen que manque por qu’una lengoua vivèsse, l’est que la gent l’avésse l’occasion de liére, d’aouire et de parlar la lengoua. L’ORB et les enrègistraments pôvont édiér a fére cen sur la têla: a emplèyér et motrar la lengoua que n’ens hèritâ, avouéc les savues (sienes) richèces inèstimables.

Por parlar, n’ens les « hangout » de google ou les convèrsacions « skype ». Et ben sûr oncor més, les bons cotêrds en téta a téta, dèvant un verro!



La viâ avouéc les diccionèros d’ORB de Dominique Stich

L’est veré que l’ant cotâ u torn de cincanta francs per un, mas l’est coment avouéc les chambes (jambes): se t’as mouens que doux, la viâ l’est adrêt complicâye!
[ L’é vér.éi kyé l’an cota outò dé sëncanta fran pèr oun, ma l’é cómin avwéi é tsanbé: che t’a mwën kyé dóou, le viâ l’é adri complecâe! ]

20120513-131204.jpg



Ensègnér cen que l’est vielyo et biô: la lengoua arpitanna des ancians!

ORB*: Por ensègnér lo patouès a celos que l’ant envide d’aprende, n’ens oncor quinze ans de bon, en Saviése et dedens la plupart des velâjos du Valês; aprés cen, l’arât prôd pas més tant de locutors de lengoua matèrnèla. Adonc el serât quasi pas més possiblo, por celos que apregnont de ben praticar cen que l’ant aprês. Por cen l’ant besouen (fôta) des ancians, que sant coment la lengoua marchie, que sant avouèc les bouêls (ventralyes) pas ren qu’avouèc la téta.

L’est franc important que celos que l’ant des enfants (menats), ou que vant avêr des enfants dedens les ans que vêgnont, apregnessont lo patouès. D’ence vant étre capâblo de parlar avouèc les enfants a lyors (les lyors enfants). En Saviése, celos que l’ant dês vengt ans tant que quarante ans l’ât prôd que l’ant oncor lo patouès dedens orelye. Ben sûr l’ant un pou pouère de parlar (prègier, devisar) et fôt ben dére que les patouèsant sont pas tant acoutumâs (dèrots) a encoragiér celos que apregnont. Mas dês que l’arant una basa de gramère, su sûr que, mémo se fant des fôtes, porront prendre (con)fiance (avêr fê) et se lanciér.

Sè nos volens ètre rèalistos, nos sans prôd que l’ât ren que carques famelyes que vant continuar a parlar patouès ulx enfants dedens la comuna. Crêyo pas que l’arat tamin de mondos per Saviése que vant étre atant dèvèrtocâ (dècidâ) et coragiox coment Monsior lo notéro (curial) Favrod-Coune de Châtél d’Ex (Château d’Oex) que parle ren que patouès avouèc ses enfants, porquè (quan ben, ben que) l’ât pas més nion u torn que parle ceta lengoua.

Adonc, nos sans que ceta lengoua pôt pas tant més réstar una lengoua « matèrnèla ». El vât vegnir una lengoua de cultura, coment u jôrn de houè dedens lo canton de Vôd ; la lengoua d’un’ associacion de patouèsants que parlon, ècrisont et liesont ceta lengoua por lo plésir des sons, du chant, por lo plèsir de veriér les mots et por rètrovar l’esprit (èmo, ‘bon sens’) et l’état (moda d’étre) de nos ancians ; savêvont jugiér jesto, tranquilament. Savêvont asse ben fétar, se fére des farces, se forgiér (taquinar, encocar) et s’amusar.

En Saviése n’ens guardâ les vielyes mèsons por tegnir a mens (se remèmorar, s’ensovegnir de) lo passâ. N’ens pas guardâ prôd, l’é veré. Sont béles, ouè, mas l’avêvont des fenétres trop petites et cen l’est pas tant pratico por la via modèrna . Tot pariér, u jôrn de houè, nos povens étré atant fins (malens) avouèc lo patouès coment carques uns sont éta avouèc les mèsons : porqué pas rècupèrar les vielys trâbs por refére cetes mêsons (hotâls) tot a nôvo ? Des bèles mêsons que mècllont lo modèrno et l’ancian et que d’ence, vivont oncor avouèc l’ârma (âma) du payis.

*ORB: Ortografie de Rèfèrence B (que l’est vegnua aprés A) = Ortografie unifiâe ( http://amzn.to/Stich-ORB )

Vêre asse ben ceti articllo a propos de cen que l’est l’ORB et cen que l’est pas http://bit.ly/l-orb



Pas de crise pour le patois; plutôt le vent en poupe!…

Voici toutes les nouvelles fraîches, en vrac, et les projets de patois, les miens, ceux des autres patoisants de l’espace francoprovençal ou arpitan. Ca bouge, en Arpitanie!

Eric, alias Erix Allobrogios, vient de refaire tout le site d’arpitania.eu que vous pouvez découvrir dans nouvelle mouture « joomla » par le lien suivant. Florian Corradin en a fait la publicité dans sa présentation du patois sur la toile dont vous trouvez la vidéo ICI. Le portail arpitania.eu est présenté dansla 3è vidéo..

Au fait, le présentateur s’appelle Floran Corradin. Il est l’auteur du premier roman écrit en écriture unifiée arpitane (ORB), conçue par le linguiste Parisien d’origine Suisse Dominique Stich). Il s’agit du roman « Lo Temps ». J’ai commencé à le lire, et il est vrai que les annotations qui donnent pour certains mots et expressions par trop régionale leurs synonymes dans d’autres patois de l’espace arpitan sont bien utiles. Psychologie arpitane, réflexions sur la mort, la pérennité des valeurs de notre culture, tout y est. Bravo Floran!

Mes leçons de patois de patois de Savièse avancent; fait jusqu’à la leçon 9 avant le départ en Grèce. Là-bas j’ai continué jusqu’à la leçon 13. Bientôt sur le site… (Demain?). Les enregistrements ont été fait jusqu’à la leçon 41 (le tout). Le texte qui comprend l’alternance de patois et de français est déjà mis en page. Plus qu’à réaliser les vidéos-animations pour Internet – en moyenne 2-3 heures par leçon (tellement de choses à vérifier, corriger, revoir…). Ce qui m’encourage, c’est que désormais une page d’arpitania.eu référence mes leçons. Elle donne en outre accès à l’apprentissage des patois arpitans de Savoie et des Monts du Lyonnais.

Depuis la réunion internationale du patois à Caréma , je suis en contact avec quelques patoisants Savoyards et à un patoisant de Saxon par « Facebook ».
C’est un bon complément au forum d’ arpitania.eu. – Au fait, c’est qui ce gulu qui chante l’hymne arpitan sur cette page principale (Merci Eric!).

On essaie de correspondre en patois; pas toujours facile. Mais comme on peut faire des vidéos et mettre des sous-titres, ça aide! Voir le résultat ci-après:

Il y a aussi A-M. Sauthier, une cousine, avec qui j’essaie de converser en patois de Savièse; essai d’envoi de message audio ci-après:

A Carema, j’ai présenté à certains patoisants valaisans le drapeau que j’ai conçu pour exprimer notre volonté d’aider le patois valaisan à se pérenniser. Réactions diverses mais jamais indifférentes. De plus, le drapeau du canton du Valais est probablement protégé légalement; affaire à creuser. Voilà tout de même le projet expliqué ci-après.

Comme vous le savez peut-être, le drapeau arpitan (francoprovençal) est souvent représenté par une fleur à six pétales.
Voici par exemple l’image que j’ai trouvée en faisant une recherche simple sur google | images avec le mot « arpitan »:
drapeau arpitan 1
En voici une autre:
drapeau arpitan 2
Finalement voici le drapeau de l’ EFFEPI:
drapeau arpitan III
tiré de la cette page-ci.

Mon idée était donc de remplacer les étoiles des dizains Valaisans parlant tous le patois à l’origine (8 dizains sur les 13 figurant sur le drapeau) par les fleurs à six pétales représentant le patois (francoprovençal / arpitan).
Cela donne le blason suivant:
drapeau de l'arpitan Valaisan.
Qu’en dites-vous? (Vous pouvez me laisser un commentaire en vous enregistrant sur le site…).
Résultant probant, n’est-ce pas?

Un idée de radio arpitane a été énoncée par Marc Bron. Les échanges d’idées sont en cours entre les différents membres du Groupe Interrégional de Travail (GIT). Cette radio viendra-t-elle remplacer, revivifier la radio existante « arpitania 1 » existant déjà sur arpitania.eu à la page suivante ?

C’est tout pour aujourd’hui.
A bientôt!
Je vais essayer de compléter ce blogue plus régulièrement. En tous les cas chaque mois.

Adjyou! A révêre!



Compréhension ou poésie? Expression « totale » ou « castration »?

L’écriture unifiée est-elle une horrible contrainte ?

Avec la diversité de nos patois francoprovençaux se pose la question de leur intercompréhensibilité, surtout à l’écrit. La raison d’être essentielle de l’écriture commune est de permettre une compréhension plus aisée entre nos différentes « variantes » de francoprovençal.

Cependant, l’attachement aux sons d’une langue n’est pas indifférent. On chérit les sons de son propre langage. A tel point que, pendant la lecture des autres dialectes écrits en écriture commune, on préférera leur « surimposer » notre propre prononciation, plutôt que de lui laisser une apparence sonore « neutre ». Autrement dit, même si nos langues francoprovençales ont en commun un même squelette, les locuteurs de chaque variante de patois rechignent à l’idée de considérer ce squelette en tant que tel.

Ainsi, l’écriture commune, bien qu’un mal nécessaire, reste considéré comme un mal. En effet, nous savons que la poésie de notre propore variante de francoprovençal ne va pas être perceptible par les autres en écriture commune.

Sommes-nous donc condamnés à n’être que des squelettes, ou à ne parler que de choses « désincarnées » quand nous parlons en écriture commune? Bien sûr, même si nous ne pouvons plus exprimer de sentiments dans l’habillage de notre langue, nous pouvons toujours exprimer nos sentiments dans le contenu de notre message…

Notre prononciation exprimerait-elle un simple attachement aux proches qui de tout temps ont prononcé la langue de cette manière. Cet attachement procèderait-il d’une attitude rétrograde, par essence conservatrice, « mauvaise »? En d’autres termes, l’attachement aux sons des mots ne constituerait-il qu’une attache infantile?

Serait-il plutôt un attachement « poétique », musical?
La poésie c’est la magie de l’union du contenant, les mots tels qu’ils « sonnent », et du message, avec sa logique et potentiellement des accents émotionnels, par exemple l’attachement à des valeurs. Au fait, curieusement, la poésie n’intégre pas la prosodie, la mélodie de la phrase. Les partitions de musique indiquent les diminuendos, les ritenendsos, les crescendos et decrescendos, pas la poésie, étrangement. C’est comme si la poésie voulait bien être de la musique, mais pas trop!

Une telle poésie en francoprovençal reste possible, même en écriture unifiée. A l’heure du multimédia inhérent au monde des ordinateurs et d’Internet, il suffit de joindre à la poésie écrite en écriture unifiée, le texte récité. Ceci n’empêcherait pas les lecteurs de surimposer « leur » prononciation au texte écrit. Cela donnerait simplement la possibilité d’apprécier une autre poésie. Avant l’écriture unifiée on était obligé de s’intéresser aux sons des textes en d’autres variantes de patois en même temps qu’à leur contenu. Avec l’écriture unifiée et l’apport multimédia, on peut encore faire les deux, sans y être forcé.

Tout le monde aime la poésie de sa propre langue, liée à sa vie personnelle. Tout le monde n’a pas nécessairement un esprit de linguiste ou de poète intéressé à la poésie d’autres variantes de son parler.

L’écriture unifiée donne au patoisant une impression de grave dépossession de sa langue. En effet, elle semble réduire son language fleuri et charnu à un simple message en écriture commune. Heureusement, il peut continuer de lire l’écriture commune en « entendant » dans sa tête, ou en prononçant le texte avec sa propre prononciation.



Top