PATWE.CH > blogue > un valês savori (sado)
Archives du sito

J’é un tabè por lo patoués



Vyou patoué contró patoué dé voui?

I patwé a nó l’a pa tan bóna fason, n’oun cha prou. Der.ën a clasé a mé, l’a pa gran moundó kyé cha ouncó parla. É ënpremye é j-infan a rlöo l’ar.é prou pa méimó ona cóbléta ëntò (avouéi) ó patwé der.ën i j-or.ele. L’é d’inche, n’oun pou dér.e ky’i patoué l’é pa méi ou bon!

Fou kyé chan ouncó bën parla chon fyè dé chin. Dé cóou l’an jou a chansé kyé der.ën a famele a rlöo l’an contenooua dé parla (prédjye) méi grantin kyé der.ën d’âtre famele. Can vîon ky’aproouó dé parla é d’ecrere ó patwé, cakyé j-oun d’ëntré rlöo chondzon kyé chervé rin dé ch’ëntanpa pó tó chin; che t’a pa apri di ó breché, to pou rin kyé chëndzéé ó patoué.
Can ouîó aprindé dé parla avouéi a gróoucha ba i venyé, martchyaé pa. I gróoucha l’aîé pa apri a ‘conjoga’ oun vèrbó cómin eo démandîó. Our.ajamin ky’ën 1996 i fondachyon Brètz-Er.eti l’a édita ó promye ouivró a rlöo, a gramèr.a dou patoué. Di 1960 n’aîon djya ó lésicó Balet-Favre. Di 2013 n’ën óra ó dichyónér.ó avouéi a gramèr.a der.ën; nó chin fën préstó pó tòrna còrtédjye ó vyou parla di Chavyéjan!

Ma can fou kyé l’an tótin parla vîon kyé câcoun l’é atori (pachyóna, ënradjya, atetchya) pó aprindé ó patwé, épi kyé (bën chouee) ché mâfyon! « Cómin parle-t-e ó patoué sti? Pòrkyé l’a-t-e pa é méimó mó kyé nó? ». L’é vér.éi kyé ch’éi rin ky’oun ‘rétsouda’ dou patwé; d’éi (var. l’é, i) pa apri di tó peti. É pa rin kyé chin, d’éi pot-étre méi apri avouéi é ouivró ky’avouéi ó moundó: É ‘Cahiers du Folklore’ é é ‘Contes de Savièse’ de Basile Luyet, é tui é ouivró da fondachyon Bretz-Er.eti.

Our.a (Aè), anmó é vyou mó, é vyele móde (manyer.e) dé dér.e, é anmó pa tan cómin i patoué l’é ita « fransija2. Dé j-oun chondzon chouee kyé fóou aséta ky’i patoué tsandzeche é pó rlöo i fóou pa tan fér.e dé ca dé sta « fransijachyon ». Ma…, déója, l’é vér.éi, anmó myó é vyou mó. Pòrkyé n’ën-nó fransija d’inché? A cója kyé n’oun chaié pa méi é vyou mó? Déchin kyé (paskyé) i fransé balîé ou’êe ‘maouën’? Va chai!

Tópar.i égaouamin, aproouó dé rétsouda pa rin ky’ó patwé ma é vyou mó avouéi. É dé cóou anmó ache bën ajosta é mó fransé ën patoué pó pooui parla dé tòté ën patoué. Ch’éi pa « tradisyónaouistó » ma anmó m’ócopa é tòrna fér.é vivre tó sti byó patrimouénó dé ouinga dé Chavyeje. Ma ën memó tin l’é voui kyé sti bégâdzó tipicó é adéméi « ésótikyé » a nó di contenooua dé vivre. I patoué l’é i ver.etabla arma, ou’espri di Chavyejan. L’é chin kyé mótre ó myó di avoue nó venyin é coui nó chin voui.



Difèrences coment bâsa por nèologismos!

Wpid 27 10 2013 10 53 Page 1

Tags : , , , ,

Mèssâjo de mie-chôdtemps

Chorechei



Un idêe por fére dècouvrir noutro patouès arpitan de Saviése ux touristes que sont sur lo Pont-Nôf (le Pont du Diâblo)!!…

L’est talament facilo (ésiê).
1) Fechiér (Betar) ceti sêgno bas desot part du Pont-Nôf (lo pont du diâblo, en Saviése).
Mas yaou (avwe) exactement? Pot-étre empléyér un bloc de verro gravâ? Ou ren qu’una ètiqueta en plastique?
Vos éd-vos des idês?
2) Lèssiér les touristes dècouvrir noutró arpitan de Saviése, le « patouès » de nos ancians.

« Mas ouè, Dazkye, mas yaou (avwe) vas-tu fechiér ço exactement?
Et puès coment vas-tu fixâ l’afére? Tu porês pot-étre fére gravar un bloc de verro?
Ou ben ren qu’una ètiqueta en plastique? »

Vos éd-vos d’ôtres idês?

Mas que l’est-el lo QR Code? La rèponse l’est lé:
http://www.code-qr.net/definition.php

Sè vos-éd pas oncôr de lèctor de QR-Code sur voutro tèlèfôno, l’est franc ésiê de tèlèchargiér (et l’est por ren) per inque:

http://www.qrmobile.fr/lecteurs-gratuits-qrcode.html

http://www.code-qr.net/lire-un-code-qr-avec-l-iphone.php
http://www.code-qr.net/lire-un-code-qr-avec-android.php
http://www.code-qr.net/lire-un-code-qr-avec-un-blackberry



A la mèdiatèca du Valês, lo 22 de Sèptembre 2011




Nostalgie des patoisants, vraiment?

Qu’en est-il de la soit-disant ‘nostalgie’ des personnes qui cultivent le patois?…

Dans l’espace francoprovençal, les évolutions dans la perte du patois sont différentes.
A Savièse, les personnes nées en 1950 le parlent encore, les personnes nées après cette date le comprennent mais ne le parlent que rarement. A Evolène un 1/3 des enfants parlent encore la langue. Dans le Val d’Aoste des enfants le parlent encore, surtout dans les villages. Dans la ville d’Aoste, la langue n’est pratiquement pas parlée.

Dans l’émission l’horloge de sable consacrée au francoprovençal et au provençal, M. Ciocca fait allusion plusieurs fois au fait que les personnes défendant le patois sont des ‘nostalgiques’.

Rolôjo de Sâbla – Radiô Suisse Romanda – 7 de septembro 2010 from Radiô Arpitania on Vimeo.

Se révolter contre les changements qui font disparaître des richesses est-ce de la ‘nostalgie’.
Mène-t-ton le même raisonnement par rapport à des espèces animales en voie de disparition ? Parle-t-on d’une ‘nostalgie’.
C’est plutôt la question de l’engagement contre des forces contraires. La question de l’action évoquée par le dialogue de Hamlet s’applique à cette question plus que jamais.
Etre, ou ne pas être, c’est là la question. Y a-t-il plus de
noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune
outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter
par une révolte ?

L’homme a subi toutes sortes de changements dans nos régions. Il a même embrassé allègrement ces changements : mobilité, industrialisation… Il savait que cela lui apporterait quantité de bénéfices dans des domaines qui continuaient à l’angoisser : la survie, la pénibilité du travail. Pour survivre, pour mieux s’en tirer dans la vie, il fallait devenir résolument ‘moderne’ ! Le traumatisme de la pauvreté et de la peine au travail les a poussés à tout accepter.

Comme la culture française a amené en Suisse Romande les nouvelles idées des ‘lumières’ qui ont permis aux peuples de sortir des superstitions et d’adopter des cultures de la ‘liberté’ basées sur la ‘rationalité’, la majorité des élites industrieuses a rejeté la culture populaire, leur manque d’industrie, leur apathie qui les rendait méprisables à leurs yeux. Cf. récits de voyages des français qui traversent la Suisse romande au 18è siècle.

Le Romantisme a vu les musiciens s’inspirer des mélodies populaires. Le patrimoine culturel a été revalorisé. C’est cette attitude qui a permis de reconnaître la richesse des langues régionales.

L’élitisme ne faisait qu’admirer la culture française comme la « seule au monde
2 capable d’amener bien-être et culture au monde. Heureusement qu’on en est revenu : aujourd’hui on reconnaît la richesse des régions en France comme partout en Europe.

Mais la lutte n’est pas terminée. Cette obsession de l’unicité associée à de la pureté, par opposition à la multiplicité synonyme de chaos continue.

Au niveau des langues le dilemme peut être résolu :
On peut avoir une langue régionale, comme les Suisse-Allemands ou les Arpitans (patoisants) de Suisse romande, une langue nationale et une langue internationale. Ceci deviendra bientôt le standard dans tous les pays du monde. Les langues régionales ne sont pas nécessairement en opposition avec les langues nationales ou internationales. Au contraire, si elles sont entendues avant l’âge de trois ans en parallèle à la langue nationale, elles préparent le cerveau à l’appropriation d’autres langues. De plus, après une longue dérive individualiste, on recherche aujourd’hui un ancrage géographique. On se doit de ne pas seulement sensibiliser les enfants au climat et à la géographie régionale mais aussi à l’histoire des modes de vie traditionnels. Ces modes de vie sont indissociable de notre patois, notre riche langue de mille ans qui n’a pas mérité qu’on la sacrifie sur l’autel de la modernité.



La tête plein d’idées

En été, ma tête est en effervescence. Les patoisants sont autour de moi, au chalet de Visse. Les années passent, l’une après l’autre, et les petits enfants ne savent pas quelles richesses ils sont en train de laisser s’échapper et retourner au néant.

Quelles priorités fixer pour valoriser ce patrimoine culturel qu’est le patois?
Puisque le monde à changé, une idée serait de retrouver les quelques patoisants qui connaissent encore les savoir-faire d’autrefois, par exemple pour conserver ces connaissances qui permettaient aux Saviésans l’autarcie. Quoi de plus fascinant, pour les aliénés du monde moderne, que l’autonomie dont jouissaient nos ancêtres?

Une autre idée serait de toucher les jeunes. Il faudrait par exemple retrouver et moderniser des chansons populaires. On pourrait leur donner d’autres rythmes, jazzy, reggae, voire rap, pourquoi pas. Les jeunes doivent réentendre le patois. Pousser Guy Courtine à composer pour les jeunes en patois? Collaborer avec lui pour cela? Pour des accompagnements, éventuellement. Autrement c’est sûrement tout un engagement qui représenterait trop de travail pour moi. Mais qui sait; à cause de mon père c’est plutôt dans cette direction qu’on attend de moi quelque chose.

Le plus important me semble pour moi de renouer le contact avec les Saviésans eux-mêmes. Avec ceux qui seraient ouverts à réapprendre le patois parce que comme moi leur oreille s’y est formée depuis tout petit. Certains n’auraient vraiment besoin que d’un petit coup de pouce pour le parler. De plus, les gens de langue maternelle existent encore….

Dans cette perspective, une sorte de de petit journal mensuel ou trimestriel, par exemple intitulé « Ma conta té! », pourrait contenir des réflexions sur le patois, des idées de projets, des appels à la collaboration. Je sais que certains retraités ne demanderaient pas mieux que de faire profiter les jeunes de leurs connaissances, pendant des cours-veillées de patois, par exemple. Organiser de telles petites expériences, le relater dans un petit journal ad hoc? Ou alors plutôt en faire part dans le « journal de Savièse »? Il faut mobiliser les gens, les faire participer.

Nous avons une langue ancienne de plus de mille ans, une langue poétique et pleine de saveur. Transmettons-la aux jeunes. C’est une poésie et une philosophie. « Pa capona », ça devrait vouloir dire « ne pas laisser partir notre patrimoine millénaire, qui est riche et qui est savoureux à souhait ».



Le patois pour forger l’homme de demain

J’ai tellement d’idées pour aider le patois à survivre. Mais je me sens si isolé, peut-être parce que je le veux bien ? Non, pas seulement. Les initiatives sont diverses mais peu « rassemblantes ». « Mais qu’est-ce qui est capable de rassembler les gens de nos jours ? », me direz-vous.

Savièse est en train de changer à grand pas. Dans trente ans, la commune ne sera plus la même. En fait, dans dix ans déjà. Plus personne n’aura connu pendant la moitié de sa vie, la marche à travers les villages pour descendre aux vignes et revenir, l’utilisation du mulet, la boucherie au village, pour tuer le cochon. Ces activités ont façonné une certaine manière de penser et de vivre ensemble. Une manière de boire des verres, aussi, de parler des autres, aussi. On parle des gens, de qui ils sont, de ce qu’ils font, de comment ils vont. On traite la commune ou du moins son village, comme une grande famille.

Cette vie du passé me fascine. Cette vie est aussi liée à une langue où tout avait un nom, mystérieux, venu du passé lointain, transmis de manière orale de génération en génération et que nous sommes sur le point d’oublier.

Nous sommes en train de perdre notre autonomie d’homme libre. Ecce Homo, pouvait-on dire d’un Saviésan autrefois. Un homme libre, qui se prend en charge dans sa survie, en communauté et dans la solidarité. Etre Saviésan, ce n’était pas la même chose que d’être d’une autre commune. Savièse était un pays en lui-même, un monde qui tournait tant bien que mal, mais qui tournait, dans les batailles politiques, les jalousies, les cancans, mais aussi la solidarité, la bonne humeur dans l’adversité, le bien-être dans la fête et dans le « beau pays ».

Que le monde change. Que des dépendances et des liens autres, de toutes sortes, se tissent entre les humains, c’est très bien. Mais des trésors ont été forgés, des tapis d’orient ont été tissés main pendant des siècles et nous les laissons disparaître dans l’oubli, étourdis par la fuite à la consommation et à la facilité de la vie moderne. Plus que jamais, en ce tournant de civilisation, les vieux ont besoin de notre attention. Ils nous permettront de faire le bilan sur notre civilisation, de la scanner à l’aune de cette humanité du terroir, tissée au cours des siècles.

Quelle humanité hier ?

Quelle humanité à garder, pour le bien de notre communauté et de chacun ?

Une humanité à l’échelle humaine, est-il besoin de le préciser ?



Savoir raconter, et savoir rire, ils l’ont toujours su…

… nos aïeux! Une Fullyraine en pleine action!



Top