PATWE.CH > blogue > le patoués en dèmandes
Archives du sito

Vyou patoué contró patoué dé voui?

I patwé a nó l’a pa tan bóna fason, n’oun cha prou. Der.ën a clasé a mé, l’a pa gran moundó kyé cha ouncó parla. É ënpremye é j-infan a rlöo l’ar.é prou pa méimó ona cóbléta ëntò (avouéi) ó patwé der.ën i j-or.ele. L’é d’inche, n’oun pou dér.e ky’i patoué l’é pa méi ou bon!

Fou kyé chan ouncó bën parla chon fyè dé chin. Dé cóou l’an jou a chansé kyé der.ën a famele a rlöo l’an contenooua dé parla (prédjye) méi grantin kyé der.ën d’âtre famele. Can vîon ky’aproouó dé parla é d’ecrere ó patwé, cakyé j-oun d’ëntré rlöo chondzon kyé chervé rin dé ch’ëntanpa pó tó chin; che t’a pa apri di ó breché, to pou rin kyé chëndzéé ó patoué.
Can ouîó aprindé dé parla avouéi a gróoucha ba i venyé, martchyaé pa. I gróoucha l’aîé pa apri a ‘conjoga’ oun vèrbó cómin eo démandîó. Our.ajamin ky’ën 1996 i fondachyon Brètz-Er.eti l’a édita ó promye ouivró a rlöo, a gramèr.a dou patoué. Di 1960 n’aîon djya ó lésicó Balet-Favre. Di 2013 n’ën óra ó dichyónér.ó avouéi a gramèr.a der.ën; nó chin fën préstó pó tòrna còrtédjye ó vyou parla di Chavyéjan!

Ma can fou kyé l’an tótin parla vîon kyé câcoun l’é atori (pachyóna, ënradjya, atetchya) pó aprindé ó patwé, épi kyé (bën chouee) ché mâfyon! « Cómin parle-t-e ó patoué sti? Pòrkyé l’a-t-e pa é méimó mó kyé nó? ». L’é vér.éi kyé ch’éi rin ky’oun ‘rétsouda’ dou patwé; d’éi (var. l’é, i) pa apri di tó peti. É pa rin kyé chin, d’éi pot-étre méi apri avouéi é ouivró ky’avouéi ó moundó: É ‘Cahiers du Folklore’ é é ‘Contes de Savièse’ de Basile Luyet, é tui é ouivró da fondachyon Bretz-Er.eti.

Our.a (Aè), anmó é vyou mó, é vyele móde (manyer.e) dé dér.e, é anmó pa tan cómin i patoué l’é ita « fransija2. Dé j-oun chondzon chouee kyé fóou aséta ky’i patoué tsandzeche é pó rlöo i fóou pa tan fér.e dé ca dé sta « fransijachyon ». Ma…, déója, l’é vér.éi, anmó myó é vyou mó. Pòrkyé n’ën-nó fransija d’inché? A cója kyé n’oun chaié pa méi é vyou mó? Déchin kyé (paskyé) i fransé balîé ou’êe ‘maouën’? Va chai!

Tópar.i égaouamin, aproouó dé rétsouda pa rin ky’ó patwé ma é vyou mó avouéi. É dé cóou anmó ache bën ajosta é mó fransé ën patoué pó pooui parla dé tòté ën patoué. Ch’éi pa « tradisyónaouistó » ma anmó m’ócopa é tòrna fér.é vivre tó sti byó patrimouénó dé ouinga dé Chavyeje. Ma ën memó tin l’é voui kyé sti bégâdzó tipicó é adéméi « ésótikyé » a nó di contenooua dé vivre. I patoué l’é i ver.etabla arma, ou’espri di Chavyejan. L’é chin kyé mótre ó myó di avoue nó venyin é coui nó chin voui.



Le NZZ vat un pou trôp louen!

Por lor, noutres ‘patoués’ sont ren què la basa lengoua du francês!?

20140624 091105 AM 33065801



Que mè réste-t-il a fére?

Per Saviése les arpitans de lengoua matèrnéla sont aprés morir les uns aprés les ôtros. D’ici a 10 ans gouèro de gens valients vant-ils rèstar por soutenir et ensègnar l’arpitan? Le patoués pôt vegnir una branche facultativa a l’ècoula, et a tèrmo noutra lengoua vat ren que survivre dens des sôrtes de « club » yaoue (yô) que n’on vat por sè dènuyér una brica.

Adonc:
Que mè réste-t-il a fére dens et avouéc l’arpitan? Parlar avouéc les vielys, aprendre tot cen que l’ant coment cognèsence automatique de la lengoua, les-e enrègistrar, filmar por qu’aprés que seront morts nos povéssons continuar d’aprendre et de savér, et por que d’ôtros s’entèrèssessont et aprensessont.

Tags : , , , , ,

Pas triste, noutra lengoua!

20120322-175827.jpg

20120322-175845.jpg

Tags : , , ,

Ensègnér cen que l’est vielyo et biô: la lengoua arpitanna des ancians!

ORB*: Por ensègnér lo patouès a celos que l’ant envide d’aprende, n’ens oncor quinze ans de bon, en Saviése et dedens la plupart des velâjos du Valês; aprés cen, l’arât prôd pas més tant de locutors de lengoua matèrnèla. Adonc el serât quasi pas més possiblo, por celos que apregnont de ben praticar cen que l’ant aprês. Por cen l’ant besouen (fôta) des ancians, que sant coment la lengoua marchie, que sant avouèc les bouêls (ventralyes) pas ren qu’avouèc la téta.

L’est franc important que celos que l’ant des enfants (menats), ou que vant avêr des enfants dedens les ans que vêgnont, apregnessont lo patouès. D’ence vant étre capâblo de parlar avouèc les enfants a lyors (les lyors enfants). En Saviése, celos que l’ant dês vengt ans tant que quarante ans l’ât prôd que l’ant oncor lo patouès dedens orelye. Ben sûr l’ant un pou pouère de parlar (prègier, devisar) et fôt ben dére que les patouèsant sont pas tant acoutumâs (dèrots) a encoragiér celos que apregnont. Mas dês que l’arant una basa de gramère, su sûr que, mémo se fant des fôtes, porront prendre (con)fiance (avêr fê) et se lanciér.

Sè nos volens ètre rèalistos, nos sans prôd que l’ât ren que carques famelyes que vant continuar a parlar patouès ulx enfants dedens la comuna. Crêyo pas que l’arat tamin de mondos per Saviése que vant étre atant dèvèrtocâ (dècidâ) et coragiox coment Monsior lo notéro (curial) Favrod-Coune de Châtél d’Ex (Château d’Oex) que parle ren que patouès avouèc ses enfants, porquè (quan ben, ben que) l’ât pas més nion u torn que parle ceta lengoua.

Adonc, nos sans que ceta lengoua pôt pas tant més réstar una lengoua « matèrnèla ». El vât vegnir una lengoua de cultura, coment u jôrn de houè dedens lo canton de Vôd ; la lengoua d’un’ associacion de patouèsants que parlon, ècrisont et liesont ceta lengoua por lo plésir des sons, du chant, por lo plèsir de veriér les mots et por rètrovar l’esprit (èmo, ‘bon sens’) et l’état (moda d’étre) de nos ancians ; savêvont jugiér jesto, tranquilament. Savêvont asse ben fétar, se fére des farces, se forgiér (taquinar, encocar) et s’amusar.

En Saviése n’ens guardâ les vielyes mèsons por tegnir a mens (se remèmorar, s’ensovegnir de) lo passâ. N’ens pas guardâ prôd, l’é veré. Sont béles, ouè, mas l’avêvont des fenétres trop petites et cen l’est pas tant pratico por la via modèrna . Tot pariér, u jôrn de houè, nos povens étré atant fins (malens) avouèc lo patouès coment carques uns sont éta avouèc les mèsons : porqué pas rècupèrar les vielys trâbs por refére cetes mêsons (hotâls) tot a nôvo ? Des bèles mêsons que mècllont lo modèrno et l’ancian et que d’ence, vivont oncor avouèc l’ârma (âma) du payis.

*ORB: Ortografie de Rèfèrence B (que l’est vegnua aprés A) = Ortografie unifiâe ( http://amzn.to/Stich-ORB )

Vêre asse ben ceti articllo a propos de cen que l’est l’ORB et cen que l’est pas http://bit.ly/l-orb



Nostalgie des patoisants, vraiment?

Qu’en est-il de la soit-disant ‘nostalgie’ des personnes qui cultivent le patois?…

Dans l’espace francoprovençal, les évolutions dans la perte du patois sont différentes.
A Savièse, les personnes nées en 1950 le parlent encore, les personnes nées après cette date le comprennent mais ne le parlent que rarement. A Evolène un 1/3 des enfants parlent encore la langue. Dans le Val d’Aoste des enfants le parlent encore, surtout dans les villages. Dans la ville d’Aoste, la langue n’est pratiquement pas parlée.

Dans l’émission l’horloge de sable consacrée au francoprovençal et au provençal, M. Ciocca fait allusion plusieurs fois au fait que les personnes défendant le patois sont des ‘nostalgiques’.

Rolôjo de Sâbla – Radiô Suisse Romanda – 7 de septembro 2010 from Radiô Arpitania on Vimeo.

Se révolter contre les changements qui font disparaître des richesses est-ce de la ‘nostalgie’.
Mène-t-ton le même raisonnement par rapport à des espèces animales en voie de disparition ? Parle-t-on d’une ‘nostalgie’.
C’est plutôt la question de l’engagement contre des forces contraires. La question de l’action évoquée par le dialogue de Hamlet s’applique à cette question plus que jamais.
Etre, ou ne pas être, c’est là la question. Y a-t-il plus de
noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune
outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter
par une révolte ?

L’homme a subi toutes sortes de changements dans nos régions. Il a même embrassé allègrement ces changements : mobilité, industrialisation… Il savait que cela lui apporterait quantité de bénéfices dans des domaines qui continuaient à l’angoisser : la survie, la pénibilité du travail. Pour survivre, pour mieux s’en tirer dans la vie, il fallait devenir résolument ‘moderne’ ! Le traumatisme de la pauvreté et de la peine au travail les a poussés à tout accepter.

Comme la culture française a amené en Suisse Romande les nouvelles idées des ‘lumières’ qui ont permis aux peuples de sortir des superstitions et d’adopter des cultures de la ‘liberté’ basées sur la ‘rationalité’, la majorité des élites industrieuses a rejeté la culture populaire, leur manque d’industrie, leur apathie qui les rendait méprisables à leurs yeux. Cf. récits de voyages des français qui traversent la Suisse romande au 18è siècle.

Le Romantisme a vu les musiciens s’inspirer des mélodies populaires. Le patrimoine culturel a été revalorisé. C’est cette attitude qui a permis de reconnaître la richesse des langues régionales.

L’élitisme ne faisait qu’admirer la culture française comme la « seule au monde
2 capable d’amener bien-être et culture au monde. Heureusement qu’on en est revenu : aujourd’hui on reconnaît la richesse des régions en France comme partout en Europe.

Mais la lutte n’est pas terminée. Cette obsession de l’unicité associée à de la pureté, par opposition à la multiplicité synonyme de chaos continue.

Au niveau des langues le dilemme peut être résolu :
On peut avoir une langue régionale, comme les Suisse-Allemands ou les Arpitans (patoisants) de Suisse romande, une langue nationale et une langue internationale. Ceci deviendra bientôt le standard dans tous les pays du monde. Les langues régionales ne sont pas nécessairement en opposition avec les langues nationales ou internationales. Au contraire, si elles sont entendues avant l’âge de trois ans en parallèle à la langue nationale, elles préparent le cerveau à l’appropriation d’autres langues. De plus, après une longue dérive individualiste, on recherche aujourd’hui un ancrage géographique. On se doit de ne pas seulement sensibiliser les enfants au climat et à la géographie régionale mais aussi à l’histoire des modes de vie traditionnels. Ces modes de vie sont indissociable de notre patois, notre riche langue de mille ans qui n’a pas mérité qu’on la sacrifie sur l’autel de la modernité.



Pas de crise pour le patois; plutôt le vent en poupe!…

Voici toutes les nouvelles fraîches, en vrac, et les projets de patois, les miens, ceux des autres patoisants de l’espace francoprovençal ou arpitan. Ca bouge, en Arpitanie!

Eric, alias Erix Allobrogios, vient de refaire tout le site d’arpitania.eu que vous pouvez découvrir dans nouvelle mouture « joomla » par le lien suivant. Florian Corradin en a fait la publicité dans sa présentation du patois sur la toile dont vous trouvez la vidéo ICI. Le portail arpitania.eu est présenté dansla 3è vidéo..

Au fait, le présentateur s’appelle Floran Corradin. Il est l’auteur du premier roman écrit en écriture unifiée arpitane (ORB), conçue par le linguiste Parisien d’origine Suisse Dominique Stich). Il s’agit du roman « Lo Temps ». J’ai commencé à le lire, et il est vrai que les annotations qui donnent pour certains mots et expressions par trop régionale leurs synonymes dans d’autres patois de l’espace arpitan sont bien utiles. Psychologie arpitane, réflexions sur la mort, la pérennité des valeurs de notre culture, tout y est. Bravo Floran!

Mes leçons de patois de patois de Savièse avancent; fait jusqu’à la leçon 9 avant le départ en Grèce. Là-bas j’ai continué jusqu’à la leçon 13. Bientôt sur le site… (Demain?). Les enregistrements ont été fait jusqu’à la leçon 41 (le tout). Le texte qui comprend l’alternance de patois et de français est déjà mis en page. Plus qu’à réaliser les vidéos-animations pour Internet – en moyenne 2-3 heures par leçon (tellement de choses à vérifier, corriger, revoir…). Ce qui m’encourage, c’est que désormais une page d’arpitania.eu référence mes leçons. Elle donne en outre accès à l’apprentissage des patois arpitans de Savoie et des Monts du Lyonnais.

Depuis la réunion internationale du patois à Caréma , je suis en contact avec quelques patoisants Savoyards et à un patoisant de Saxon par « Facebook ».
C’est un bon complément au forum d’ arpitania.eu. – Au fait, c’est qui ce gulu qui chante l’hymne arpitan sur cette page principale (Merci Eric!).

On essaie de correspondre en patois; pas toujours facile. Mais comme on peut faire des vidéos et mettre des sous-titres, ça aide! Voir le résultat ci-après:

Il y a aussi A-M. Sauthier, une cousine, avec qui j’essaie de converser en patois de Savièse; essai d’envoi de message audio ci-après:

A Carema, j’ai présenté à certains patoisants valaisans le drapeau que j’ai conçu pour exprimer notre volonté d’aider le patois valaisan à se pérenniser. Réactions diverses mais jamais indifférentes. De plus, le drapeau du canton du Valais est probablement protégé légalement; affaire à creuser. Voilà tout de même le projet expliqué ci-après.

Comme vous le savez peut-être, le drapeau arpitan (francoprovençal) est souvent représenté par une fleur à six pétales.
Voici par exemple l’image que j’ai trouvée en faisant une recherche simple sur google | images avec le mot « arpitan »:
drapeau arpitan 1
En voici une autre:
drapeau arpitan 2
Finalement voici le drapeau de l’ EFFEPI:
drapeau arpitan III
tiré de la cette page-ci.

Mon idée était donc de remplacer les étoiles des dizains Valaisans parlant tous le patois à l’origine (8 dizains sur les 13 figurant sur le drapeau) par les fleurs à six pétales représentant le patois (francoprovençal / arpitan).
Cela donne le blason suivant:
drapeau de l'arpitan Valaisan.
Qu’en dites-vous? (Vous pouvez me laisser un commentaire en vous enregistrant sur le site…).
Résultant probant, n’est-ce pas?

Un idée de radio arpitane a été énoncée par Marc Bron. Les échanges d’idées sont en cours entre les différents membres du Groupe Interrégional de Travail (GIT). Cette radio viendra-t-elle remplacer, revivifier la radio existante « arpitania 1 » existant déjà sur arpitania.eu à la page suivante ?

C’est tout pour aujourd’hui.
A bientôt!
Je vais essayer de compléter ce blogue plus régulièrement. En tous les cas chaque mois.

Adjyou! A révêre!



La tête plein d’idées

En été, ma tête est en effervescence. Les patoisants sont autour de moi, au chalet de Visse. Les années passent, l’une après l’autre, et les petits enfants ne savent pas quelles richesses ils sont en train de laisser s’échapper et retourner au néant.

Quelles priorités fixer pour valoriser ce patrimoine culturel qu’est le patois?
Puisque le monde à changé, une idée serait de retrouver les quelques patoisants qui connaissent encore les savoir-faire d’autrefois, par exemple pour conserver ces connaissances qui permettaient aux Saviésans l’autarcie. Quoi de plus fascinant, pour les aliénés du monde moderne, que l’autonomie dont jouissaient nos ancêtres?

Une autre idée serait de toucher les jeunes. Il faudrait par exemple retrouver et moderniser des chansons populaires. On pourrait leur donner d’autres rythmes, jazzy, reggae, voire rap, pourquoi pas. Les jeunes doivent réentendre le patois. Pousser Guy Courtine à composer pour les jeunes en patois? Collaborer avec lui pour cela? Pour des accompagnements, éventuellement. Autrement c’est sûrement tout un engagement qui représenterait trop de travail pour moi. Mais qui sait; à cause de mon père c’est plutôt dans cette direction qu’on attend de moi quelque chose.

Le plus important me semble pour moi de renouer le contact avec les Saviésans eux-mêmes. Avec ceux qui seraient ouverts à réapprendre le patois parce que comme moi leur oreille s’y est formée depuis tout petit. Certains n’auraient vraiment besoin que d’un petit coup de pouce pour le parler. De plus, les gens de langue maternelle existent encore….

Dans cette perspective, une sorte de de petit journal mensuel ou trimestriel, par exemple intitulé « Ma conta té! », pourrait contenir des réflexions sur le patois, des idées de projets, des appels à la collaboration. Je sais que certains retraités ne demanderaient pas mieux que de faire profiter les jeunes de leurs connaissances, pendant des cours-veillées de patois, par exemple. Organiser de telles petites expériences, le relater dans un petit journal ad hoc? Ou alors plutôt en faire part dans le « journal de Savièse »? Il faut mobiliser les gens, les faire participer.

Nous avons une langue ancienne de plus de mille ans, une langue poétique et pleine de saveur. Transmettons-la aux jeunes. C’est une poésie et une philosophie. « Pa capona », ça devrait vouloir dire « ne pas laisser partir notre patrimoine millénaire, qui est riche et qui est savoureux à souhait ».



Créer, rénover, ensemble!

Oui, je reconnais tout le travail qui a été fait pour le patois à Savièse.
Par la fondation de la Chervignine, et par la société des costumes.
Oui, oui, oui. Bien sûr.

Ce n’est pas parce qu’on a vraiment envie qu’encore plus de choses se fassent,
et qu’on se permet par exemple de critiquer comment une fête cantonale s’est passée
(dans une cohue qui ne laissait qu’une place minime aux patois)
que l’on dénigre pour autant ce qui s’est fait et ce qui se fait.

De toute façon, ne doit-il pas rester la langue du peuple, ce patois,
plutôt qu’une langue de spécialistes? C’est bien là le point crucial!
Sans que tous les Saviésans le redécouvrent et s’y attachent,
sans qu’ils le le cultivent pour qu’il reste vivant et joyeusement présent à Savièse,
tous les efforts seront vains. Tous ensemble, tous ensemble: « Non à la mort du patois! »

Patoisants, parlez autour de vous, sans gêne, pour le plaisir!
Il faut la faire vivre, cette belle langue, aujourd’hui, pour les générations futures.
Pour la plupart, les Saviésans ne sont plus des paysans,
donc notre langue vernaculaire n’est plus une langue de paysans, nom de nom!

Il est vrai que parfois, les mots patois semblent manquent pour parler de la vie de tous les jours,
mais il s’agit de détails techniques, pas du fond des choses. Et qui a dit qu’on était pas capable
de créer de nouveaux mots ou d’adapter plus librement le français à la prononciation du patois.

Faut-il dire vraiment dire « culture » à la française quand on parle patois,
alors que tous les « u » français se prononcent « ou » en patois?
Toutes les langues qui n’avaient pas de mot pour nommer quelque chose ont emprunté à une langue étrangère et il n’y a pas de honte à cela. N’y a-t-il pas un respect exagéré pour le français?
Est-il honteux de dire « Cédéi » pour « CD »? On disait bien « tourné-diské » pour dire « tourne-disque ».
De même pour le verbe « téwéfóna »; cette prononciation ne fait-elle pas bien plus justice au patois
que si on le prononce « téléfóna ». En effet, à Savièse, les « l » sont presque toujours prononcés « w » (demi voyelle « ou »). Alors, pourquoi pas ici?

Certains se sont moqués des patoisants qui prononçaient le français avec un fort accent.
Cependant, ils avaient raison, ces patoisants, de prononcer les mots du français à leur sauce.
Quand on entend les mots d’origine française adoptés par les allemands, ils sont prononcés à l’allemande: « Giraffe », « Elefant », « Portmonee » (nouvelle écriture allemande), « Information ».

Pourquoi n’y a-t-il pas de mot patois pour « pâte feuilletée »? On a pourtant le mot « fole » qui veut dire « feuille ». Ne pourrait-on pas inventer « päta foleé »?

Si on veut faire vivre le patois dans le monde moderne, les mots de la modernité doivent être inventés, adaptés à notre sauce, qui est tellement savoureuse et fleure notre terre reçue en héritage à travers la sueur des anciens!



Top