PATWE.CH > blogue > féthes de l'arpitan > Reportâjo: Félibres en concèrt, dessando 19 de mêrs (mârs) 2016

Reportâjo: Félibres en concèrt, dessando 19 de mêrs (mârs) 2016

Dês19:00 tant que 20:00, Egliése des Jèsuites, Sion, Via du Viely-Colège (Vieux-Collège), 1950 Sion

Felibres 19 Mars Ora

J’arê yu envi(d)e de fére un grôs articlo sur ceti concêrt. Mas cen que l’est adrét prôd
bon et prèvond, l’est pas ésiê a dére.

Deré adés que ceti concèrt ére una fllor d’harmonia. Pot-étre a côsa de Magdeleine Rossier
que l’at sapu (savu) entroduire les chançons ètot sensibilitât, tot en s’èxcusent de trôp
cotèrgiér). N’on sât prôd que la savua môda de parlar ux menots (enfants) qu’éront lé,
l’est éta una grôssa enpartia de ceti succès, de l’atmosfèra méma. Mas l’aviéve talament
de plus que pué pas trovar coment dére.

Quand on est entrê dedens l’ègliése des Jèsuites, j’é aouit les chandéles mè sofllar a
l’orelye: « Bona vépro, le miô! Te entres dens un’ôtra dimension. Mas t’enpuéries pas.
Asseta-tè et pèrciés cen que te pôs. Passse adés una bôna velyê! Et dèvant una granta
pariér nêra sont venuayes (venues) les três suéres, avouéc dètèrminacion et prôd de doçor
fémalenna tot pariér. L’ant prês la llor place por nos balyér la llor vouéx, les lors
engances musicâles alégrament, maliciosament. L’est-il possîblo d’étre bendê de la lor
complicitât, des sorires qu’èchangiont quand fant de musica celes bônes fâes (fâves).

Le public, l’ôditouére, l’aviéve l’emprèssion d’étre anmâ, que les marênes (femalyes)
éront lé ren que por lors, individuèlament, coment por soflar l’èsprit de via avouéc les
lors vouèx, dére que harmonia humèna l’est pas una utopia.

S’est pas ren que passâ avouéc les gens, mas asse ben ètot la natura et l’histouére: les
petiots films que l’ant motrê desiévont cen que fôt, avouéc des anbiances, des colors. Les
dicrècions des faces sè rejouyiévont de sentre la via et la crèativitât que les animavont.

N’ens possu mengiér des bonbons quand ére Pâques dens u spèctâclo, et n’ens possu nos
sentre sur la montanye avouéc les vaches de chôdtemps quand n’ens mengiê de vianda (pan et
mota/fromâjo). Cachiê u fond de l’ègliése l’at mémo yu un verro por fétar lo bîre du Valês
que trevèrse totes les sêsons: Noutro bon vin.

Ceti concêrt ére senplo et bon, coment le via que n’on vit avouéc les tradicions, la
lengoua des ancians, et surtot avouéc des mondos (gens) que sant vivre, partagiér, sè
rècontrar. Cen s’est passê bas lé, u meten du Valês. Ére un moment de via u meten des
sêsons, un moment que por ben vivre, il nos-e fôt vivre coment tués les moments de la via,
ORA.

Dzakye

http://jacquesmounir.com/patwe
Radiô Arpitania
http://oarp.eu

Publié dans blogue, féthes de l'arpitan