Chèrce vèr les mots de cenq lètres – F: Cherche donc les mots de cinq lètres

Dzakye l’a ouncóméi pataclana. Ma vóou a pënna.

Décrowi pye chin chela!

https://patwe.ch/tsase

i wista di mó dé sën wétré l’é chéla!

abele v.t.habiller ,  vêtirMoins usité que veti
abéra  v. tr.abreuver  ,  donner à boire en parlant du bétail
abéra v. tr.boireè vâè cho tan cowinté anéi, oun pou pa abéra è eatsé, fóou aa bale bir.ou bou; va mena abéra è eatsé !: Les routes sont tellement glissantes ce soir, on ne peut pas conduire les vaches à l’abreuvoir, il faut leur apporter à boire à l’étable; conduis abreuver les vaches!
abéra v. tr.boire donner à boire abondamment à quelqu’unDé moudo dinche i fodri é j’abéra pó kyé fowechon contin: les gens de cet acabit, il faudrait les abreuver, pour qu’il soient contents!
abéra v. pron. :boireI plache kyé venyon ch’abéra: la place où elles viennent s’abreuver.
abiló ,  abile ,  adj.habile ,  adroit ,  actif ,  surtout celui qui fait vite quelque choseL’è abiló pó trâle, il est habile au travail, il travaille avec dextérité .  Prov. Abiló a tabla, abil’ou traó , celui qui fait vite a table, fait aussi beaucoup de besogne.
abima ,  v. tr.abîmer ,  gâter considérablement un objetHou j-infan abimon tòte, les enfants gâtent tout; hou kyé van êrdjye l’è rwidó vwéró abimon è vâé, ceux qui vont arroser, c’est terrible comme ils abîment les chemins [en y faisant passer l’eau].
abima ,  v. pron.se meurtrirOun ch’abimé è man avwé hou brote j-oti, on se meurtrit les mains avec ces vilains outils.
abita v. tr.habiterHabiter
abôna ,  v. tr.combugerCan méton foura è bóché pó abóna, l’é oun sinyó kyé è vénindzè apróson.quand [les gens] sortent les tonneaux pour les combuger, c’est un signe que les vendanges sont proches  Va métr. (ou fér.) abóna hé j-éijé outré déjo ó pechó pó è j-ënpléé déman.va  porter cette boissellerie sous la chute d’eau pour (qu’on puisse) s’en servir demain.
abóou ,  adv.se dit d’un vase retourné sur son orificeDabo kyè t’a bwééa a brinta, mé wa abóou pó chétchyé,  D’abord que tu as lavé la brante, mets-la sur son orifice pour la sécher.
abóra  ,  abórâe ,  S. m. et f.petit ,  ratatiné ,  voûtéChé crwéi peti abóra l’é i promye dé w’écóouwa Ce vilain petit, chétif est le premier de l’école! ,  L’afr. et le mfr. connaissent aborrer ‘rembourrer’.
abóra v. tr.tasser ,  écraser un tas de foin ,  fouler ,  etcL’a dé hou kyé l’an dromi chou ó mwatson a nó , ó t-an tót’abóra, il y a des gens qui ont couché sur notre tas de foin, ils l’ont complètement affaissé .
abòra  v. tr.ecraser les épaules ,   affaisser ,Métré pa na tsârdze dinché chou è j-étchyéblé, chin pori ó t’a-bóra,    :ne [lui] mettez pas une pareille charge sur les épaules, cela pourrait lui affaisser, écraser les épaules.
abówa ,  abówâe ,  adj.affaisséOun crwéi abówa di j-étchyéblé:un petit garçon aux épaules enfoncées
abówa ,  abówâe ,  adj.affaisséOun tsate trwa abówa un chat au derrière trop affaissé .;
abówa ,  abówâe ,  adj.affaissé  se dit aussi d’un bâtiment qui s’affaisseChé racâa l’é nète abówa :cette grange(ce racard) est très affaissée, écrasée.
abyéi ou a byéi Adv.a boutC’est l’expression eni abyéi ‘venir à bout’ qui est surtout usitée. L’an fé è morale é tòte, ma chon pa enou abyéi dé métr.ò ti déean w’evêe, ils ont fait les murs [de la maison] et tout [le reste], mais ils ne sont pas venus à bout de mettre le toit avant l’hiver; t’é enou. abyéi dé chéé ché pra tó chówé, tu es venu à bout de faucher ce pré tout seul.
abyéi ou a byéi Adv.assez ,  suffisamment ,  en quantité , en bonne quantité *Can l’aîó abyéi d’âséi balîó , quand j’avais du lait en quantité, j’en donnais. | Voy. byéi .
achon ,  n. m.courbet ,  bord relevé et arqué du bât ,  devant et derrièreè bâton di bechatsé dîon pacha chou é ba deri è j-achon, les [deux] bâtons des besaces (double sac pour le transport du fumier) doivent passer sur et derrière les courbets.
achye kyé – – –laisser croire que ,  croireI achya k’iré ona bwata, j’ai cru que c’était une fille; i achya kyé l’an kerya, j’ai cru que l’on a appelé . Prov. Can oun pou pa méi, mori oun ché ache, quand on n’en peut plus, on se laisse mourir.
achye corequitter qqn *Achye core, laisser libre; ou to achye coré Dzójé? veux-tu lâcher Joseph? (sur cette expr. usitée en fr. comme terme de chasse, voy. core)
achye ,  v. tr.laisser en héritage *, donner en héritageyó , can parteri, achó a tui égawé, quand je mourrai, je laisse à tous [les enfants] la même chose, je ne ferai pas de testament. can l’è mò l’a rin achya, quand il est mort, il n’a pas laissé de biens aux héritiers.
achye aa (che -) , v. pron.se laisser aller , se décourager *achye aa, se laisser aller, ne plus réagir, se décourager. Foou pa té achye aa pó chin, il ne faut pas te laisser aller au découragement pour cela.
achye féré,  v. tr.laisser faireache pye fér.a mé, laisse ‘seulement’ faire à moi.
acoja ,  v. tr.accuserAcoujon sti d’ai metou ó fwa â mijon, ils accusent celui-ci d’avoir mis le feu à la maison.
acoja ,  v. tr.annoncerYó acojó dóou maryadzó , j’annonce deux mariages.   Cet  emploi  est  du reste fr.
acoja ,  v. tr.dénoncerL’a acoja ó nóoutre amou é ó réjyan, il a dénoncé notre garçon chez le régent.  Terme de certains jeux de cartes.
acoli  v. tr.attraper (une maladie contagieuse)L’a acoli ha maadi avwé ómó , elle a attrapé cette maladie de son mari; l’è jou vêré ché maadó é acole t-e pa ha brota maadi, elle est allée voir ce malade et ne faut-il pas qu’elle attrape cette vilaine maladie.
acoli  v. tr.avoir besoin de ,  exigerè venyé acwèlon ó feméi, les vignes exigent beaucoup de fumier. Syn. acwédre. Du lat. accoligere. Gloss. I, 251.
acoli  v. tr.jeter loin de soi ,  lancer:acoli dé galóou, lancer des pierres; ch’é reveryé é l’a acoli ó mandzon apréi ché kyé l’aie bala ó crwéi bócon, elle s’est retournée et elle a lancé le  mandzon (espèce de paletot de femme) après celui qui avait donné le mauvais sort. Se joint à de nombreux adv. et prép. qui indiquent la direction: acolé ba oun flótsé de cheryejé, lance-moi un rameau de cerises [du haut de l’arbre]; acolé via hé proun-mé , chon pa mouré, jette [loin] ces prunes, elles ne sont pas mûres.
acoli  v. tr.jeter ,  dépenser follement ,  prodiguerAcolon via w’ardzin pé è fénéitré, chon prou retsó , ils jettent l’argent par les fenêtres, tant ils sont riches; ch’oun balé d’ardzin a hou cóouwan, l’è cómin d’acoli ou Roun-nó , l’an dri rin méi, si l’on donne de l’argent à ces vagabonds, c’est comme de le jeter au Rhône, ils n’en ont tout de suite plus rien.
acoli  v. tr.se jeter v rCh’acolére pa ën w’éivwe pó chin, il ne se jettera pas à l’eau (n’ira pas se noyer) pour cela; l’è jou ch’acoli ba ou pon dou Roun-nó , il est allé se jeter [à l’eau] au pont du Rhône.
acoli  v. pron.se transmettre ,  être contagieux ,  en parlant d’épidémiesChon dé hé maadi kyé ch’acolon, ce sont de ces maladies qui se transmettent.
acoli  ,  -lite ,  part ,  et adj.acculé , avoir beaucoup à faire *, être surmené * , être surchargé *,  se dit de qqn qui est accablé d’ouvrage le de ‘chasser’ ,  talonner ,  harcelerPwi pa vó prómétré dé fér.è bóté pó Pâkyé: chéi trwa acoli, je ne puis vous promettre de faire vos souliers pour Pâques, je suis trop accablé d’ouvrage; fowechó pa tan ita acolite, l’orôo forni a vetuire a vó pó è féité, si je n’avais pas été si accablée d’ouvrage, j’aurais fini vos vêtements (votre complet) pour les fêtes [prochaines].  C’est le participe du verbe acoli, avec l’idée fondamentale de chasser, talonner, harceler
acóou ou a cóou ,  adv.en même temps ,  ensembleN’ën ferou acóou amou ënkye, nous nous sommes rencontrés ici-haut; l’è enou acóou avwéi mé, il est arrivé en même temps que moi; rlwi l’è parti grantin déean mé é pòrtan nó chin arowa acóou a mijon, il est parti longtemps avant moi et pourtant nous sommes arrivés en même temps à la maison.A coup se trouve en ce sens en air. Tobler, II, 962. De même chez Descartes et Balzac, dans Littré, s. v. coup, 18°.
acrou ,  acrouja ,  adj.dégoûtant ,  répugnantChin l’è acrou pó é moundó , pa pó é béitchyé, c’est répugnant pour les gens, pas pour les animaux. || Dérivé de âcró , dégoût.
adjya ,  adjyae ,  adj.âgéSynonyme plus usité: vyou.
féré adjyo ,  n. m.faire au revoir ( de la main )Féré è j-adjyo déean kyé ché kita, prendre congé avant de se quitter. Spéc, ‘faire adieu’ dans le langage des enfants, c’est agiter la main pour saluer qqn. Fé adjyo a Mita, agite la main pour saluer Marguerite.
adjyo ,  n. m.adieu ,  salut familier qui se dit en abordant et en quittant qqn
adjyo pai ,  n. m.adieu pays, bernique , t’oublies *, tu oublies *, laisse tomber *, adieu Berthe*Adjyo pai, adieu pays, veut dire ‘bernique, il ne faut pas y penser’. I di a nó ona chóma, ch’oun parlé dé rindré, adjyo pai, l’a jaméi ‘na santima, il nous doit quelque argent, quand il est question de rendre, bernique, il n’a jamais un centime.
âdjyó ,  n. m.âgeétré chou w’âdjyó , eni chou w’adjyó , arówa chou w’âdjyó , vieillir. L’è d’o-n-âdjyó avwéi mé, il est du même âge que moi.
adoba ,  ( ch’ ) v. pron.apprivoiserè béitchyé chon adobéi e-n-órdré, chon pa chówadzé, ces animaux sont bien apprivoisés, ils ne sont pas sauvages.
adoba ,  ( ch’ ) v. pron.se calmerI tsate ch’ adobé óra, di kyé pou mëndjye, le chat se calme [ne crie plus tant], depuis qu’il peut manger.
adoba ,  v. tr.calmer ,  surtout un enfant qui pleureCh’é pa achya adoba, il ne s’est pas laissé apaiser. Se dit aussi d’une souffrance aiguë. Ch’oun pou pa adoba ha to dótâa, i ona brota, si on ne peut calmer cette toux ce soir, je suis dans une terrible situation.
adóra ,  v. tr.adorer  mot peu usitéProv. Fóou cónyètre é chin déean kyé j-adóra, il faut connaître les saints avant de les vénérer.
adóta ,  v. tr.adopterL’an pa jou d’infan, l’an adóta ‘na bwata, n’ayant pas eu d’enfants, ils ont adopté une fille.
adrwé ,  adrwéte ,  adj.actif et intelligentKyënta féna adrwéte, quelle femme active!
adrwé ,  adrwéte ,  adj.rusé ,  fin ,  débrouillardChon prou adrwé pó trowa a ganye, ils sont rusés pour trouver du travail.
adrwé ,  adrwéte ,  adj.adroit ,  leste [opp  à la force brute]Yó chéi méi vya kyé rlwi,  ma rlwi  l’è méi adrwé kyé eó , je suis plus fort que lui, mais lui est plus leste que moi.
afana ,  v. tr.gagner ,  mériter avec peine et fatigueI trouwon rin a afana , ils ne trouvent rien à gagner; chin l’è ita afana , cela a été mérité, a coûté cher.
afena ,  v. tr.attraper ,  tromper ,  rendre qqn fin à ses dépensI fare prou méi ëntinsyon, l’è prou ita afena dé adzó , il sera plus sur ses gardes, il a été tant de fois attrapé ||  Affiner a le même sens en fr. (Littré).
afér.e ,  n. f.affaire ,  choseVwi té dér. on’afér.e , je veux te dire une chose; yó m’ënmió pa dé hé j-afér.é da comóna, pour moi, je ne me mêle pas de ces affaires communales Objet quelconque. Fóou métré tóté éj-afér.é e-n-odre chou a tâbla, il te faut mettre toute chose en ordre sur la table.
afér.e ,  n. m.chose , objetKyën dzin afér.e! quelle jolie chose (objet, joujou)! Bien, ce qui appartient à qqn. L’a tó peca nooutre n-afér.e, il a dévoré tout ce qui nous appartenait.  Le masc, commun en afr., est employé par D’Aubigné et dans de nombreux textes patois. Gloss. I, 146.
oun peti afér.e ,  n. f.un peuChéi oun peti afér.e chò, je suis un petit peu sourd mankyé oun peti afére, il manque une petite quantité  , un petit peu *, un peu *
ai afér.e a féré cqts ,  n. f.avoir de la peine à faire qqchn’ën dabo afér.a clêrye, nous avons bientôt de la peine à voir clair [la nuit arrive tôt]
ai chon afér.erecevoir son affaire , avoir son compte *, avoir ce qu’on veut  (ironique) *, avoir ce qu’on mérite *l’a jou cho-n-afér.e, il a reçu son affaire
ai afér.e avwéi ccavoir affaire à qqnt’aréi afér.e avwéi mé, tu auras affaire à moi.
afewa ,  v. tr.affiler ,  donner le fil au tranchant d’un instrumentAfewa ó rajyou. chou a man, affiler le rasoir sur la main; i berni ir.afewa com’ oun coutéi la faux était affilée comme un couteau.
afida ,  -fidae ,  adj.familierL’è pa méi afida cómin déean, il n’est plus si familier qu’auparavant
afida ,  -fidae ,  adj.familier , fig: du temps qui s’est remis , être le beau fixe *L’a ouncó’ pa w’êe d’être byin afida, [le temps] n’a pas encore l’air bien remis.
afówa ,  v. tr.éreinterHa maadi m’a nète afówa, cette maladie m’a beaucoup épuisé . Part, et adj. Yó chéi afówa, je suis à bout de force.
afron ,  n. m.affront ,  avanie , sale coup*Di ché cóou kyé nó j-a fé ché afron, l’a pa méi douja eni ché frota per ënkyé, depuis cette fois où il nous a fait cet affront, il n’a plus osé venir se frotter par ici.
afrou ,  afrouja ,  adj.affreux ,  horribleL’è cakyé tsoouja d’afrou, c’est quelque chose d’affreux; chin l’è pire ky’afrou, cela dépasse toute les bornes.
afrou ,  afrouja ,  adj.très avide , qui a une faim de loup *Pó peca l’è afrou, pour manger il est terrible.
afrou ,  afrouja ,  adj.pour désigner un superlatif, horriblement , fort , fortement * , vraiment* , très *L’è afrou vwéró n’ën falou côré, nous avons dû courir beaucoup. Adv. Horriblement, fort. L’è oun moundó afrou brote, c’est une personne fort laide.
agóta  v. tr.goûter ,  déguster un aliment ,  une boissonAgóta é sti mosca, goûtez voire de ce muscat; dé ha venye n’ën pa jou oun rejën pó agóta, de cette vigne nous n’avons pas eu une grappe pour goûter; to agótéréi a chopa ché l’è prou chawae, tu goûteras la soupe [pour savoir] si elle est assez salée.
agóta ,  adj.tarie ,  qui ne donne plus de laitN’ën davwé eatsé agóté, nous avons deux vaches taries; i tchyévra l’è ouncó pa fran agóta, la chèvre n’est pas encore tout à fait tarie.
akipa ,  v. tr.équiper ,  habillerFóou akipa tota ha binda pó a promyere comonyon, il faut habiller toute cette troupe pour la première communion.
akita ,  v. tr.acheterCan l’a jou ‘na bóna vénindze, é moundó akiton méi, quand il y a eu une belle vendange, les gens achètent davantage.
amina ,  v. tr.vaincre insensiblement  la résistance physique ou morale de qqn ,  userProv. w’adjyó aminé w’âno, l’âge use l’âne, c-à-d. tout s’use avec les années. Le mot n’est plus employé à Savièse que dans ce proverbe.  De miner et du préfixe a; aminer est afr. dans le sens de ‘ détruire, miner ‘.
amódó ou a módó ,  adj. m et f.approprié ,  qualifiéCrįjó kyé l’or.į pri o-n-Aweman pó vwarda é eatsé, ma l’a pa jou dé j-amódó , je crois qu’il aurait pris un Allemand pour garder les vaches, mais il n’a pas trouvé d’appropriés; fóou pacha avwéi dé tsaréi amódó pé dé rlwa dinché, il faut passer avec des chars chargés avec mesure par des chemins pareils.
amódó ou a módó ,  adv.assez, bien *, ce qu’il faut *, à temps *Précédé d’un adv. de qualifie. Ché tsapéi l’è fran amódó pòr té, ce chapeau te va justement bien; jostó amódó , tout juste; t’éi arowa todri amódó pó tòrna a parti, tu es arrivé tout juste à temps pour repartir.
amódó ou a módó ,  adv.assezSuivi de pò et d’un inf. Amódó pó ché twa, assez pour se tuer; l’è arówa amódó pó dena avwéi nó , il est arrivé à temps pour dîner avec nous.
amódó ou a módó ,  adv.assezAssez. Oudjye pa méi a mé, l’è amódó , ne me versez plus, c’est assez. Syn. prou.
amódó ou a módó ,  adv.plus qu’assez * , très *, franchement * , carrément *Précédé d’un comparatif. Fóou être méi ky’amódó chënpló , il faut dépasser les bornes de la simplicité .
amódó ou a módó ,  adv.assezSuivi de la prép. de et d’un subst. Suffisamment de. I amódó dé fi pó clóouré ó taon, j’ai suffisamment de fil pour fermer le talon [du bas].
amódó ou a módó ,  adv.assezSuivi de pòr et d’un subst. ou pron. Assez pour. Amódó pòr mé, assez pour moi.
amódó ou a módó ,  adv.assezSuivi d’un adj. Suffisamment, assez. Chin l’è amódó péjan pór té, cela est assez pesant pour toi, approprié à tes forces; t’éi jostó amódó vya pó pòrta ha dzèrlóta, tu es juste assez fort pour porter cette hottée.
amódó ou a módó ,  adv.avec mesure ,  convenablement ,  juste ce qu’il faut , semblable à adri ? *Avec mesure, convenablement, juste ce qu’il faut. Can l’an dé vën, châon pa bir.amódó é apréi fan brote, quand ils ont du vin, ils ne savent pas boire avec mesure, et après ils font des folies; cha to pa oudjye amódó , é pa tankyé ton-mé? ne sais-tu pas verser avec mesure, et non pas jusqu’à ce que le vase déborde? Trâle amódó , travailler raisonnablement.
amoja ,  v. tr. et r.amuserE j-infan ch’amojaon avwéi hou dóou tsate a vêr.amoja ó paré, les enfants s’amusaient avec ces deux chats en voyant leur père s’amuser (L., Cah. Folkl. 7, p. 94).  Amoja est un emprunt au fr. Le terme patois est mér.óouwa.
amòra ,   Part ,  et adj.affligé ,  penaud ,  marri, déçu * de soiL’a dé cóou kyé part’i fwa, o-n-è tan amòra dé chin, il est des fois où le feu éclate [où la patience vous échappe], [après coup] on en est tout marri.Dérivé de moró ‘museau, mufle’.
amòra ,  v. tr.émousser une lame ou une scieAmòra ó coutéi, ó fouson, ó berni, a réicha, émousser le couteau, la serpe, la faux, la scie.
ancha ,  n. f.anse de panier
andin ,  n. m.céréales fauchées et ayant la forme d’un rouleau
andin ,  n. m.herbe abattue qui se range et s’aligne à la gauche du faucheurHerbe abattue qui se range et s’aligne à la gauche du faucheur. Épantchyę é j-andin, étendre les andains [pour les sécher]; Vwéŗó dé j-andin a to chéą, combien d’andains as-tu fauchés? andin dóbló, andain double, se compose de deux andains faits par le faucheur qui, ayant achevé le premier, revient en poussant l’herbe côte à côte.Par ext. Rouleau d’herbe ramassée au râteau, ën pląché dé féŗé dé mwatson l’an fé dó°"tré j-andin, au lieu de faire des tas, ils ont fait des andains.. Par ext. Tout ce qui est placé en forme de rouleau. Oun grou andin de crwįjé dé nwé ky’oun balié moudre avwéi a far.éna pó féŗé dé pan, un gros rouleau de coquilles de noix que l’on donnait moudre avec la farine pour en faire du pain. || Le fr. «andain» n’a pas tout à fait le sens de notre patois. Littré le définit: «Etendue que le faucheur peut faucher de pas en pas.» L’origine du mot est discutée.
andzé ,  n. f.angeAnge. Dé béwe j-andzé, de beaux anges; o-n-andzé gardiin, un ange gardien. Dans cette dernière expr. empruntée telle quelle au fr. andzé est masculin.
anese ,  n. f.anis vert
anfin ,  adv.enfinL’a anfin pochou paé chin kyé diîe, il a enfin pu payer ce qu’il devait.
anglé ,  -gléja ,  adj. et s.anglaisLe subst. Anglé est syn. d’homme riche. Vivon cómin d’Anglé, ils vivent comme des Anglais.
angon ,  n. m.gond de porte ,  de fenêtre ,  de volet  du gréco-latin ancon «coude ,  crochet»  gloss  i ,  422Gond de porte, de fenêtre, de volet. Du gréco-latin ancon «coude, crochet». Gloss. I, 422.
anjêe ,  n. m.gros lézardO-n-anjêe vè, un gros lézard vert. Cf. anjêrda et tsaplafin.
anowa ,  v. tr.annuler ,  abolirAnnuler, abolir. I catijyémó l’è itą anową pé è j-écóouwé, i conféchyon l’è pa itą anowāa, l’enseignement du catéchisme a été aboli dans les écoles, mais la confession n’a pas été abolie.
anpwé ,  n. f. pl.framboisesFramboises. Nó fóou aa ina ën Rejena,wéi l’è tó plin dé j-anpwe, il nous faut aller là-haut à R., là c’est tout rempli de framboises.
antan ,  adv.l’année passéeAntan n’ën peskyé pa jou dé vénindzé, l’année passée nous n’avons presque pas eu de vin [vendange]. Peut être précédé de la prép. de. Di antan kyé l’è parti, nó j-a pa écri oun chowe adzó , depuis l’année dernière où il nous a quittés il ne nous a pas écrit une seule fois; de vën d’antan, du vin de l’année dernière.Le sens ‘autrefois’ n’existe pas à Savièse. Etym. ante-annum. Usité en afr.
antou ,  n. f.tanteL’aió dé j-antou outr.a Droun-na, j’avais des tantes à Drône. Du lat. amita qui a donné ante en afr. et anta en Valais. La terminaison saviésane a été influencée par celle du masc. w’aou, l’oncle.
antse ,  n. f.hanche
aoule ,  n. f.aiguille ,w’aoule dou ba, ‘aiguille du bât’, poinçon très fort pour percer le cuir; aoule de tsouson, à tricoter les bas; é j-aoulé da mótra, les aiguilles de la montre.
apéja ,  v. tr.peser ,  soupeserApija ché, soupèse-moi ceci!
apele ,  v. tr.attraper avec adresse ,  à la courseI tsate l’a achya côrè a rata, ma l’a torna a t’apele, le chat a laissé échapper la souris, mais il l’a de nouveau attrapée.
apele ,  v. tr.avoir recours àTornon apele è cha, ils ont de nouveau recours au galop
apele ,  v. tr.prendre ,  saisirApele câcoun pé ó bréi pé ó cóou, saisir qqn par le bras, le cou; can tornon ba dé w’ècóouwa apelon prou a pówinta, quand ils reviennent de l’école, ils s’attaquent bien à la polenta.
apele ,  v. tr.volerApelè tó chin kyé pou, il vole tout ce qu’il peut.
apele ,  v. pron.se collerSe coller. ensemble quand elles deviennent vieilles; è mótsé méi moanaton, mél ch’apelon, plus les mouches se démènent,plus elles se collent [au gobe-mouches],
apeti ,  n. m.appétitI djyon prou kyé w’apeti vën ën mëndzin, on dit bien que l’appétit vient en mangeant; tsasye d’apeti, voy. s. v. tsasye (1).   .
apéwa ,  v. tr.citerChé vion apewa pó témwin, ils se voient appelés comme témoins.  Ne s’emploie pas pour ‘appeler’.
apèwe ,  n. m.appelI réjyan fé w’apewe tui é matën a w’écóouwa, le régent fait tous les matins l’appel à l’école.
plan (a) ou aplan ,  loc. adv.a la hauteur deChela nó chin a plan dé Na, ici nous sommes à la hauteur de Nax.Fig. En ligne droite, régulièrement. Prov. Va myó dé ganye a plan è santimé kyè râa è fran, il vaut mieux gagner régulièrement les centimes que rarement les francs.  Rem. l’expression: vën a plan dé, c’est le cas de, il serait indiqué de. Vën aplan dé déré: chéi pa mèi oun moundo eó , il me vient envie de dire: je ne suis plus un homme [disait une personne très âgée; venyîé prou aplan dé dromi ma owîó pa, le besoin de dormir se faisait fortement sentir, mais je ne voulais pas; vën pa aplan dé parla, on n’a pas envie de parler.  S. m. Qui ne monte pas. Ina wéi i vâé va a w’aplan, là-haut le chemin ne monte plus; n’ën boudjya on’oura tôon a w’aplan, nous avons marché une heure toujours sur un terrain plat.  A plan booule, couché sur le ventre.
apléé ,  v. tr.atteler deux bêtes ensemble ,  accouplerënkye l’è pa i móda d’apléé ona atse è oun mowé, ici ce n’est pas l’habitude d’atteler une vache avec un mulet. Fig. Engager qqn pour un travail. N’ën pa pochou apléé câcoun pó aa ker.i ché bóou, nous n’avons pas pu engager qqn pour aller chercher ce bois; l’an apléa tóté é bwaté da comona pó nétéé ó chemetchyér.ó , ils ont mobilisé toutes les jeunes filles de la commune pour nettoyer le cimetière; l’a prou é prou demanda tchyè, l’è chweee kyé ó t’apléon pa méi, il a exigé un prix exorbitant [pour son travail], il peut être sûr qu’on ne l’engagera plus.
aplin ,  adv.souvent Cf. plin (a).
plin (a) ou aplin ,  loc. adv.pleinSe dit de ce qui se suit à peu d’intervalles. I venyon a plin, en parlant d’enfants qui naissent à intervalles rapprochés; l’è trwa aplin kyè ch’enchóouwé, c’est trop souvent qu’il s’enivre.-
aplon ,  n. m.aplombAplomb. Oun fi d’aplon, un fil à plomb.
apréi ,  adv.après  indiquant le lieu  a la suite dePó pacha chou ó pon yó var.i déean é to apréi, pour passer le pont j’irai devant et toi tu suivras; rloui l’è i promye dé w’écóouwa é yó venyó dri apréi, il est le premier de l’école et moi j’occupe la seconde place;-
apréi ,  adv. et prép.aprèsé chapoo venyon è promye é apréi é tanbor.ini, les sapeurs ouvrent la marche  et après viennent les tambours.  Indiquant le temps. Yó partó ór.a, to pou eni apréi, l’a rin kyé préiché, je pars maintenant, tu peux venir plus tard, il n’y a rien qui presse; l’è tòrdzò dinche: vwi l’è dêe è ó dzò d’apréi l’è maadó , c’est toujours ainsi: aujourd’hui il est gai et le jour suivant il est malade; ór.a fóou trâle vó méróouwér.éi apréi, maintenant il faut travailler, vous vous amuserez ensuite. devinette . Can ir.ó peti m’an metou ën ter a; can chéi ita grou m’an terya pé è pi; apréi m’an metou en w’éivwe, m’an terya four.a é metou chétchyé; apréi m’an tó breca é j-óouché; apréi m’ènplion pó é vivin é pó é mò. -I tsénévô. Quand j’étais petit on m’a mis en terre; quand j’ai été grand on m’a sorti en tirant par les cheveux; après (ensuite) on m’a mis dans l’eau, on m’a sorti de là et mis sécher; et puis on m’a rompu tous les os, après (enfin) on m’emploie pour les vivants et pour les morts. – Le chanvre.
apréi ,  adv. et prép.aprèsExprime la pensée, la préoccupation. Ché prindé apréi, prendre au sérieux. Cf. s. v. prindé . Exprime la recherche. Démanda apréi cacoun, s’informer de qqn. Prép. avec notion de lieu. sti veniyé apréi ó mówé, celui-ci venait derrière le mulet; l’a torna à clóouré a porta apréi lé, elle a refermé la porte derrière elle; i tsasyou l’a terya apréi a wivra, le chasseur a tiré après (sur) le lièvre. S’emploie très souvent pour indiquer une occupation. Can l’è apréi ché traó fóou pa ó té dérindjye, quand il est occupé à ce travail, il ne s’agit pas de le déranger; aa ou étre apréi w’éivwe, aller arroser [les prés  avec l’eau des bisses];
apréi ,  adv. et prép.aprèsJoint à d’autres particules. D’apréi, d’après: d’apréi rloo chin che fori pacha dé ha manyer.e, d’après eux la chose se serait passée de cette manière; d’apréi ó téstémin, i balié tòt’â féna, d’après le testament, il donnait tout à sa femme; nó chin a plindre ënkye d’apréi vwér.o o`n-é byin four.a wéi, nous sommes à plaindre ici en comparaison du bien-être dont on jouit là-bas. E-n-apréi, après, dans la suite. E-n-apréi dé mé, faran cómin odran, après moi (a. ma mort), ils feront comme ils voudront.
apréi ,  adv. et prép.aprèsAprès. rada apréi é j-infan, é béitché, ó fwa, surveiller les enfants, le bétail, le feu; chon apréi fér.’ó pon, ils sont occupés à construire le pont. Pour indiquer le but. Coré apréi cacoun, courir après qqn Prép. avec notion de temps. Adon l’an tó prometou, é apréi é j-éwésyon l’an rin tenou, alors ils ont tout promis, et après les élections ils n’ont rien tenu. Usage des plus fréquent, comme en fr Suivi de kyé, loc. conj., après que. Apréi kyé n’ar.in fé ó fin, nó èrdzér.in, après que nous aurons fait les foins, nous arroserons le pré; van ën Amerikye é tornon apréi kyé l’an to peca, ils vont en A. et retournent ici après qu’ils ont tout mangé [dépensé leur avoir].
apréi ,  adv. et prép.après  beaucoup de ces expressions existaient en français ,  auj  elles sont vieillies ,  ainsi: par après ,  puis après ,  en après  (littré )Après. Beaucoup de ces expressions existaient en français, auj. elles sont vieillies, ainsi: par après, puis après, en après. (Littré .)
apréi ,  adv. et prép.par suite de:e-n-apréi dé chin, l’an falou ba ou trebounawe, par suite de cela, ils ont dû descendre au tribunal. Per apréi, dans la suite: i avwi dér.é per apréi kyé chon ita poni, j’ai entendu dire après coup qu’ils ont été punis. Apréi pwe, et puis après: adon ou chënblaé prou dróo, apréi pwe chon prou ita contin, alors cela leur semblait bien assez drôle, mais après ils en ont été contents. é pwe apréi pwe, et puis après: ó promyé cóou l’a ganya ó prose é  pwe apréi pwe l’a tó tòrna a pédré, la première fois il a gagné le procès, mais après il a de nouveau tout perdu.
apwéé ,  v. tr.appuyer ,  soutenirChé rlwi m’oché pa apwéea, for.ôo tsejou, si lui ne m’avait soutenu, je serais tombé. ||  Fig. Soutenir par son influence. Apréi chin powion pa prou ché fér.é dé caadé è can l’an nóma ó tsataan, sti ó t’a pa apwéea ona merda, là-dessus ils ne pouvaient assez se faire de mamours, et quand on a nommé le juge, il n’a pas appuyé celui-ci du tout.
apwéé ,  v. pron.s’appuyerPou to pa t’apwéé ëntó ó bâton? ne peux-tu pas t’appuyer avec le bâton?
arabe ,  n. m. et adj.avare ,  rapaceFowéché pa ita prou arabe, l’ori pa tan arémacha, s’il n’avait pas été si avare, il n’aurait pas tant amassé [de fortune].  Chiche. Oun ganyè rin d’être trwa arabe, on ne gagne rien d’être trop chiche. || Du fr. arabe ‘ avare ‘ qu’on trouve à partir du XVIe s. et dans beaucoup de dialectes. Gloss. I, 552.
arapa ,  v. tr.râper avec un instrumentArapa è pómé pó dena, râper, au couteau, les pommes de terre [nouvelles] pour le dîner. Ne pas confondre cette expr. avec para é pómé, peler les p. é còrdanyè arapon ó cwēe avwéi de verò, les cordonniers raclent le cuir avec des éclats de verre; arapa è bwéi, racler les boyaux.
arari ,  v. tr.eclaircir (un fourré ,  des semis) , rendre rare *Di kyè pouwon aa amou avwéi ó tsaré pé a Gran Dzoo arar.on ó bóou, depuis qu’on peut monter avec les chars à la Grand Zour, le bois devient rare, la forêt s’éclaircit.
arche ,  n. m.archet de violon
aréna     part. pas.se rompre les reinsSe rompre les reins . Di ché cóou l’ita aréna, depuis cette fois il est resté éreinté .  dérivé de reins Lefr. aréner se dit d’un bâtiment, plancher, qui s’affaisse (Littré), mais il a le même sens que notre patois chez s. François de Sales, Amour de Dieu, VIII, cap. XI (éd. d’Annecy, vol. II, p. 98) ‘la perdrix- – – se présentera à lui et contrefera l’arrénée et boiteuse’.
aréna   S. m. et f.qui a les reins brisésN’ën pri w’aréna a Gróché pó mena ba ó fin di batâa, nous avons engagé l »aréné’ à Grosset pour rentrer notre foin des prés ‘bâtards’.
aréna ,  v. tr.rompre les reins ,  l’échineL’è trwa peti pó ha tsardze, fóou égawemin pa ó t’aréna, il est trop petit pour [porter] cette charge, il ne faut tout de même ( quand même ) pas lui rompre les reins.
aréta   part. pas.arrêtéI róódzó l’è aréta di achi, l’horloge est arrêtée depuis hier soir; l’a djya na vwarba kyè l’è aréta wéi, il y a déjà un moment qu’il est planté là; i trin di j-Ermeté l’è resta aréta o-n-our.a derën ou tounewe, le train [transportant les pèlerins] d’Einsiedeln est resté bloqué une heure dans le tunnel.
aréta   v.rs’arrêterCan char.é wanya, ch’aréitér.é, quand il sera fatigué, il s’arrêtera; oun pou rin aa d’apréi hou trin, dé cóou ch’aréiton, dé cóou pa, on ne peut compter sur ces trains, tantôt ils s’arrêtent, tantôt [ils ne s’arrêtent] pas.
aréta ,  v. tr.arrêterVó arèitér.éi ó tsaré déean a grandze, vous arrêterez le char devant la grange; ché oun pou pa ó t’aréta a mijon, celui-là on ne peut le retenir à la maison; aréta ó chan, arr. le sang [d’une blessure].  Prendre à gages. L’a djya aréta tui è j-ovri pó a manour.a, il a déjà arrêté tous les ouvriers pour la corvée; nó fóou aréta ó mówe a hou de Dokye pó aa kir.i ó fin, il faut nous réserver le mulet des Duc pour aller chercher notre foin.
aréta ,  v. tr.décider Kyè vó éi-vó aréta r.a? qu’avez-vous décidé?
arója ,  v. tr.arroser avec un arrosoirDótâa fódré aa outré arója é tsóou, le soir il te faudra aller arroser les choux. Absol. Fransi aroujé jostamin ór.a, François est justement en train d’arroser maintenant. || Erdjye, c’est arroser sans arrosoir.
arówaarriver, devenirL’è arówa prejidan sti cóou, cette fois il est devenu président; arouwe davwé j-our.é, il est près de deux heures.
arówaarriver devenirL’è arówa prejidan sti cóou, cette fois il est devenu président; arouwe davwé j-our.é, il est près de deux heures.
arówa ,  n. f.arolle (pinus cembra L.) L’a dé j-ar.ówé ina déjó Prabéi, il y a des arolles là-haut sous Prabé; i bóou d’ar.ówa l’è rétsasya, le bois d’arolle est recherché, apprécié; é dzêché é é verméi che méton pa derën pè hè bwitéën bóou d’arówa :les gerces et les vers ne se mettent pas dans les boites en bois d’arolle.  é j-ar.ówé l’è dé bóou oman, frijon pa, les arolles, c’est du bois ‘maniable’, elles ne se brisent pas.
arpâé ,  n. f.alpée
arpâé ,  n. f.coup de faux ,  de dentFranselon can va chéé ché pra, fé tòrdzó dé i-arpéi ënséichou ó nóoutre, quand Francillon va faucher ce pré, il donne des coups de faux sur notre pré (dépassant la limite); hé eatse can arouwon ina é kyè vion ha béwa êrba fan dé bèwé j-arpéi, quand les vaches arrivent là-haut et qu’elles voient cette belle herbe, elles ‘s’en donnent’ à brouter.
arpyógalon des pantalons ,  en particulier des pantalons portés par le tsanbri et les grenadiers le jour de la fête-dieuéj-arpyó , les galons
ârtse ,  n. f.bahut  au moulin ,  huche dans laquelle tombe la farine qui a passé par le tamisI far.éna paché ou taméi é parte ba ën w’ârtse, la farine passe par le blutoir et tombe dans l’a.
ârtse ,  n. f.coffre ,  bahutCoffre, bahut placé assez souvent devant le lit ou au grenier ; on y serre du linge et des vêtements, et qqf. dans des compartiments spéciaux des objets d’autre nature. I metou é j-alon a té derën ën w’ârtse, j’ai mis tes vêtements dans le bahut.  w’ârtsé de Nówéi, l’arche de Noé . || Du lat. arca.
artsé ,  n. m.terme de viticulture  arçon ,  sarment qu’on recourbe sur lui-même en arc après la tailleOun fé é j-artsé rin kyé ou ródzó dou pai, a w’amenye é a omanye, on fait les arçons seulement au rouge du pays [plant indigène], à l’amigne et à l’humagne; pwa è j-artsé, tailler les arçons.
aryin ,  n. m.bétail que l’on trait ,  qui donne du laitE j-aryin é é j-agó , le bétail qui donne du lait et celui qui n’en donne pas (veau, cabri, etc.); nó vwardér.in a atse a vó tan aryin cómin agó , nous garderons votre vache, depuis qu’elle donnera du lait, autant de temps que nous l’avons gardée sans lait. || Cf. agó .
aryon ,  adv.près de ,  le long dePrès de, le long de.
aryou ,  n. m.callosité qui se forme sur la première articulation du pouce des personnes qui traient habituellement les vachesCallosité qui se forme sur la première articulation du pouce des personnes qui traient habituellement les vaches.
aryou ,  n. m.trayeurCelui qui trait les vaches. || Le Bull. du Gloss. XIII (1914), 56, indique les formes et mots suisses pour désigner celui qui trait.
aseou ,  -ouja ,  adj.porté à ,  assidu à faire qqchPorté à, assidu à faire qqch. è moundó chon pa tan aseou pó paé, can l’an pa dé crinté, les gens ne sont pas tellement pressés de payer leurs dettes, quand ils n’ont pas peur.
aseta ,  n. f. Dim. de âse .petite hache ,  hachette
aséta ,  v. tr.accepterAsétér.a vó oun veró de vën? accepteriez-vous un verre de vin?
astou kyè ,  loc. conj.aussitôt queAstou kyè char.é amou, vëndri ò tè prindé, aussitôt qu’il sera en haut, je viendrai le prendre.
asyon ,  n. f.actionOun fé pa dé j-asyon dinché, on ne fait pas des actions semblables. T. juridique. Action. Par ext. Demande de secours formulée par une âme en peine et dont on se charge. Après avoir conté une apparition extraordinaire, le narrateur continue: óra chin kyè charé t-e ita? l’aîe ouncóméi asyon dé cakyé tsóouja, qu’est-ce que cela pouvait bien être? il y avait de nouveau action pour quelque chose [demande pour que qqn se charge de bonnes oeuvres pour un défunt].
ataca ,  n. f.attaque d’apoplexieL’a jou on’ataca, il a eu une attaque.
ataca ,  v. tr.attaquerL’è rlwi ky’atakyé é l’è tòrdzó rlwi kyè pêe, c’est lui qui attaque et c’est toujours lui qui perd.
atèlè ,  n. m.atelier
ateni (ch’) ,  v. pron.faire grand usage de qqchHou ch’atenyon fôo chou ó brinteën, ceux-là sont fort attachés à l’eau-de-vie, en font grand usage.
ateni (ch’) ,  v. pron.tenir à qqchCh’atën pa d’aa a mécha, il ne tient pas à aller à la messe; yó m’atenyó pa d’aa avwéi rlwi, je ne tiens pas à aller avec lui.
atepi ,  v. tr.gazonnerNó véjin atepi ché tsan, nous allons gazonner ce champ. Absol. Nó cópér.in hou bóchon, nó netiér.in a plache, l’è pye adon ky’oun pou atepi, nous couperons ces buissons, nous nettoyerons la place, alors seul, on peut gazonner. Le part. passé est fort usité . Hou tsan chon tót’atepi ór.a, ces champs sont complètement gazonnés maintenant; l’è prou maowijya pó déféré ó tèrin kyè l’è ita atepi, il est assez difficile de défoncer le terrain devenu gazon; í vae ir.’atepite, le chemin était gazonné .  V. r. Se gazonner. Ina pé é mountanyé, ché reboudzon a têra, ch’atepé plo, dans les montagnes, si l’on remue la terre, le gazon ne revient plus Dérivé de tèpa ‘gazon’.
atópa (ch’) ,  v. pron.prendre le sommeil d’hiver ,  en parlant des marmottesPrendre le sommeil d’hiver, en parlant des marmottes. è marmóté fan de grou bogan pó ch’atópa les marmottes font de gros trous pour passer l’hiver; can è marmóté chon atópéi, oun pou pa é j-atrapi, quand les marmottes hibernent,  on  ne peut les prendre.
atópa (ch’) ,  v. pron.s’assombrir ,  en parlant du tempsS’assombrir, en parlant du temps. Ch’atópé, le ciel devient sombre; ch’é byin atópa déjó , mojaó kyè fori enou de plodze, il s’est bien assombri à l’ouest, je pensais qu’il pleuvrait; ór.a l’è atópa, maintenant c’est très nuageux.Dérivé de tópó  ‘sombre’.
ator.i ,   ator.ita ,    adj.passionné  pour qqchiron prou atori pó aa dansye, ils étaient passionnés pour aller danser. || Syn. atetchya.
atóta ,  v. tr.tâter ,  toucher ,  attoucher ,  palperI mer.esen l’a atóta a tsanba, le médecin à tâté la jambe [du malade]; atóta é! tâtez donc!
avâa ,  avâra ,  adj.avareChon tan avâa kyè crion dé fan pó pa demenowa loo n-afér.é, ils sont si avares qu’ils crèvent de faim pour ne pas diminuer leur bien.
avâa ,  avâra ,  n. m. et f.avareè j-avâa anmon méi achye pédré kyé dé bale, les a. aiment mieux laisser se perdre [leur avoir] que de le donner; hou kyé fire kyè chon dé j-avâa pecon pa tan de grou âdzó , ceux qui sont avares de nature ne mangent pas beaucoup ; ché brote avâa l’aîe derën ën ché sewéron tòta chôrta de j-anréi prou vyou, de chion de boró kyè chervié rin méi ky’a vwëndré è bóté, de frómadzó tó róoudjya di chiron, dé tsêe kyè l’aîe rin méi a mëndjye, rin kyè dé tsówjé tó perdou, ce vilain avare avait dans cette petite cave toutes sortes de denrées très vieilles, des seillons de beurre qui ne servait plus à rien qu’à graisser les souliers, des fromages tout rongés des cirons, de la viande où il n’y avait plus rien de mangeable, rien que des choses perdues [gâtées]. è j-avâa, les avares, sobriquet des gens de Vernamiège.
avâa ,  avâra ,  n. m. et f.  è j-avâasobriquet des gens de vernamiège
aveja ,  v. tr.donner avis ,  aviser, avertir* , réfléchir *Dii’aveja hou da mountanye d’aa kér.i é eatsé é nó nó chin pa ita aveja, il devait donner avis aux copropriétaires de l’alpage d’aller chercher les vaches, et nous, nous n’avons pas été avisés.  V. n. et abs. Réfléchir. Fransi Dokyé foura ó bon matën, aveja, rada. François Duc de sortir de chez lui de grand matin, de réfléchir, de regarder. || Dans ce dernier sens aviser est usité en afr. Part. p. et adj. Chéi ita maw’aveja, j’ai été mal avisé . || Se dit aussi des choses. Chin l’è pa ita byin aveja, cela n’a pas été bien avisé , pensé *, réfléchi *.
avowa ,  v. tr.avouerChé déean ky’avowa ché far.i cópa pé mwêe, celui-là, plutôt que d’avouer, se ferait couper en morceaux.
avwêe ,  n. m.avoir ,  fortuneL’aie oun dzin avwêe, il avait un joli avoir;  l’a  tó peca  cho-n-avwêe è pwe l’a fotou ó can, il a mangé tout son avoir et il est parti.
avwéi ,  prép.avecS’emploie pour de. ona mijon cowêrta avwéi dé wésé, une maison couverte d’ardoises; ënpli a boche avwéi d’éivwé, remplir le tonneau d’eau; nó denin avwéi dé pówinta, nous dînons de polenta; ky’a to fé avwéi ó coutéi? qu’as-tu fait de ton couteau? nó chin dé j-ami avwéi rloo, nous sommes de leurs amis.  Par. Parti avwéi a plodze, avwéi ó byo tin, avwéi ó bató , avwéi ó trin, partir par la pluie, le beau temps, par le bateau, par le train.  A. N’ën parla avwéi Fransi, nous en avons parlé à Fr. ; ai afér.’avwéi cacoun, avoir affaire à qqn.
avwéi ,  prép. en , au sujet de *, a propos de qqn *Vwéeadjye avwéi ó trin, avwéi a posta, voyager en train, en poste.  Pour. Nó chin kitó avwéi rloo, nous sommes quittes envers eux. Au sujet de. Vwéi pa béiwin d’ai pwir.é avwéi mè, vous n’avez pas besoin d’avoir peur à mon sujet.Prov.avwéi rin oun fé rin, de rien on ne fait rien. Adverbe Nó venyion amou de Chyoun é sti amou avwéi, nous montions de Sion et celui-ci est venu ‘avec’.
avwéi ,  prép. en attendant que, jusqu’à ce que *, quand *, du temps que *, dans l’intervalle *Loc. conj. avwéi kyè, en attendant que. avwéi kyè tornér.é ba, n’ar.in forni ó traó , en attendant qu’il descende, nous aurons fini le travail; avwéi kyè charan ënséi di ché pra, l’ar.an prou na chavwataé, jusqu’à ce qu’ils soient arrivés de ce pré, ils auront de la besogne.
awéea ,  v. pron.donner ,  lancer ,  en parlant d’un sobriquet ,  inventerAwéea ona chòrnéta, donner un sobriquet. Oun cha t-e pòrkyé awion hé chòrnété, sait-on pourquoi ils inventent ces sobriquets?
awéea ,  v. pron.elever ,  éduquerHa awié é j-infan cómin dé tsën, cette femme élève ses enfants comme des chiens [très mal] ; l’a per ënkye dé hou kyè chon ita byin awéea é kyè van rin kyè chenanderi, il y a par ici des gens qui ont été bien éduqués et qui ne vont qu’en arrière [qui se conduisent de mal en pis]. Se dit aussi des animaux qu’on élève.Prov. Can o-n-awié, oun ché rewié, quand on élève, on se relève.
awéea ,  v. tr.s’éleverè béitchyé charvadzé ch’awion prou méimé, les animaux sauvages s’élèvent assez eux-mêmes.-
âwéta ,  n. f. Dim. de âwa.petite aile petit mur à hauteur d’appui bordant un couloir ,  un corridorI chakyè l’è four.a chou w’awéta déean ó piló , le sac est sur le mur devant la chambre. Į| partie du rouet formant les deux branches de l’épinglier par lesquelles le fil passe avant de s’enrouler autour de la bobine: é j-awété dou borgó , les ailettes du rouet.
ba ,  bâcha ,  adj.bas ,  peu élevé  détermine un emplacement ,  un lieuOun piló ba, oun bou ba, une chambre basse, une étable basse; o-n-elije bâcha, une église basse. Désigne le temps, mais rarement. L’è djya byin ba chwie, le soleil est déjà bien bas, il se fait déjà tard.  Bas, en parlant de la voix. I mecha bâcha, la messe basse, par opp. à messe chantée. Comme en fr., bâcha, en ce sens, peut s’employer subst. : tsanta a bâcha, chanter la basse.
bâcha ,  n. f.bâche ,  couverture en toile
bâchó ,  bâcha ,  adj.situé plus bas ,  inférieurS’emploie toujours par rapport à des lieux. Hou di mêin bâchó pouwion chéé méi vitó kyè hou di mêin d’amou ceux des mayens inférieurs peuvent faucher l’herbe plus tôt que ceux des mayens supérieurs. Chyoun l’è méi bâchó kyè Chyeeró , Sion est à une altitude inférieure à celle de Sierre; è venyé bâché chon melojé kyè è venyé âté, les vignes basses sont meilleures que les vignes hautes.
baché ,  bacheta ,  adj.court ,  de petite taille ,  bas sur jambesOun tsën baché, un chien basset; è pi baché chon pa cómin è pi di ranmé, les haricots nains ne sont pas comme les haricots à rames S. m. et f. Oun crwéi baché, ona crwée bachéta, un petit homme, une petite femme.
pi bâchéharicots nains
bâcla ,  v. tr.bâcler
bacon ,  n. m.lardHa marin-na l’è gracha com’oun bacon, cette femme est grasse comme du lard.
bafra  ,  n. f.bâfre ,  bâfréeOun vi ouncó ór.a pòrkye l’è vyou é bafréi kyè pou féré, on voit encore à présent, quoi qu’il soit vieux, les bâfrées qu’il peut faire.
bafra  ,  v. tr.bâfrer ,  manger avec excèsbafra l’è i promyé, pour bâfrer il est le premier.
banca ,  n. f.banqueFan è retsó avwéi ky’ënprounton ba â banca, ils font les riches avec l’argent qu’ils ont emprunté à la banque.
bandi ,  n. m.partie réservée d’une forêt ,  ce que les allemands nomment ‘bannwald’Partie réservée d’une forêt, ce que les Allemands nomment ‘Bannwald’. I bandi dou Fountani, i bandi de Crouja Gyelâa, la forêt réservée du F., de C. G. i| L’afr, ban ‘saisie’ a donné bandir ‘séquestrer’, apparenté à bandi de Savièse. Gloss. II, 228.
banye ,  v. tr.baigner ,  tremper dans l’eauBanye ó tsénévó , baigner le chanvre; déean kyè bwéea hou j-alon, fóou é j-é banye oun dzò derën ën w’éivwe, avant de laver ces vêtements, il faut les laisser tremper un jour dans l’eau.
banye ( che ),  v. tr.se baigner , s’imbiber d’eau *, s’empreigner *L’è drôo, ché tsénévó ché banye pa, c’est drôle, ce chanvre ne se baigne pas [est réfractaire à l’action de l’eau]
banye ,  v. tr.tremper ( pluie , sueur )Can balé dinché, o-n-é dri banya e-n-ódre, quand il pleut ainsi, on est tout de suite trempé comme il faut; hou mwatson chon ita banya tanky’a fon, ces tas de foin ont été trempés jusqu’au fond. Ce verbe ne signifie pas ‘se baigner’ en parlant des gens; en ce sens on se sert de vwasa.
bârba ,  n. f.barbe   radicelle de la vigne qu’on coupe quand on laboureRadicelle de la vigne qu’on coupe quand on laboure. Can oun va fóchóra, fóou ai oun foselon pó cópa é bârbé, quand on pioche la vigne, il faut avoir une serpette pour couper les ‘barbes’. I bârba da pówinta, la barbe du maîs [filaments qui enveloppent les cônes du maîs]. Barbe des épis. è barbé dou frómin, les b. du froment.
bârba ,  n. f.espèce de mousse laineuse qui pousse sur certains arbres: mélèze ,  sapin ,  etcè brantsé de ha aparje chon bën plin-né dé bârbé, les branches de ce mélèze sont pleines de barbes.
barbé ,  n. m.barbetOun tsën barbé, un chien barbet.
bârca ,  n. f.barquePó pacha ó Roun-nó , oun vajié chou a bârca, pour traverser le Rhône, on prenait la barque.Par ext. Gros soulier. L’è enou amou avwéi hé grouché   barkyé   tan   ky’a   son   de w’elije, il est monté avec [en faisant sonner] ces grosses ‘barques’ jusqu’au sommet de l’église. Syn. en ce dernier sens: tarmawé .
barma ,  barmae ,  adj.surplombant; qui a la forme d’une caverneI Pera barmaé, la Pierre ‘ barmée ‘ désigne un bloc de rocher surplombant, sous lequel il y a un abri; il se trouve en bordure de la route, entre Chandolin et le Pont-Neuf.
bârma ,  n. f.excavation verticale dans un rocherExcavation verticale dans un rocher. Pé plaché i chéi fé a bârma, par place le rocher surplombe; i tórin pach’outré pé ha bârma, le bisse passe à travers ce rocher qui surplombe.  Grotte. L’an you ha gran górdze ouvêcha, l’an crou ky’ir.é ona barma é chon jou derën, ils ont vu cette énorme bouche [du géant] ouverte, ils ont cru que c’était une grotte et ils y ont pénétré . Le mot se rencontre comme nom de lieu: Bârma de dzoo, près de la chapelle de Sainte Marguerite, la forêt y tombe presque à pic d’un côté, de l’autre la pente est moyenne. Bârma désigne aussi l’emplacement de l’ancien village de Zuchuat; ici les pentes sont douces des deux côtés. Les Barmettes en revanche désignent de véritables parois de rochers surplombants près du Pont-Neuf.
batâa ,  batârda ,  adj. et s.abâtardi , en parlant de plantes.è mélété bâtarde, les chénopodes abâtardis.
batâa ,  batârda ,  adj. et s.bâtardè pra batâa, les prés ‘Bâtards’, ce sont les prés qui s’étendent sur toute la partie supérieure du Plateau de Savièse jusqu’à la forêt qui couvre le flanc sud du Prabé; on les arrose, mais on ne leur donne pas d’engrais; on ne les fauche qu’une fois; on les oppose aux récòrdin, mot qui désigne les prés fumés qui donnent une seconde récolte, le regain (réco). Souvent le mot batâa s’emploie absol. chéé é batâa, faucher les ‘Bâtards’.
batâa ,  batârda ,  adj. et s.bâtard ,  dans le même sens qu’en fr
batâa ,  batârda ,  adj. et s.jeu  terme de jeu de cartesdzowe ou batâa, jouer au b.
batâa ,  batârda ,  adj. et s.se dit de qqn qui exerce une profession sans y être autorisé ou sans en avoir la formation requiseOun tsasyou batâa, un chasseur ‘ bâtard’, sans permis, un braconnier; oun mer.esën batâa, un médecin b., qui n’a pas fait les études ou les examens, un guérisseur.
batan ,  n. m.partie du métier à tisser qui frappe la trame
batéé ,  v. tr.baptiser ,ënkye bation byin a demendze, ici on baptise volontiers le dimanche; can van batéé chon tré avwéi ó popoun: i parin, i marechadze é i marin-na kyè porté ó popoun, quand on va baptiser, il y a trois personnes avec le poupon: le parrain, la sage-femme et la marraine qui porte le poupon; can l’an forni dé batée clócon tré cóou pó oun base é dóou cóou pó’na bwata, quand on a fini de baptiser, on donne trois coups de cloche pour un garçon et deux coups pour une fille. Il existe du peintre Biéler un très beau tableau représentant un retour de baptême à Savièse.
batin  ,  n. m.battant d’une porte
batin ,  -tinta ,  adj.battantè recrou chon parti ba tanbor batin, les recrues sont descendues tambour b.; chon tòrna amou pé na plodze batinta, ils sont remontés par une pluie battante. Adv. Oun tsapéi batin nouwó , un chapeau battant neuf.
bâton ,  n. m.bâtonIl y a divers bâtons: i bâton pwëntré, le bâton ferré; i bâton da vwârda, le bâton du garde champêtre, particulièrement long et ferré; i bâton bèrdówa, le bâton bariolé; i bâton di j-atsér.óou, le bâton des bergers chargés de garder les vaches à l’alpage: c’est une tige en bois de frêne longue de 1 m. à 1 m. 50, ferrée à une de ses extrémités par une pointe, et portant à l’autre bout une demi-douzaine d’anneaux en acier, dont le bruit est bien connu du troupeau; une large lanière de cuir est fixée à l’un des anneaux; i bâton di faér.óou, le bâton des bergers de moutons, dont la lanière entortillée à l’extrémité d’un bâton sort par le bout; cette lanière est en peau d’âne. Cf.macootse
bâton ,  n. m.l’autorité *, la discipline *Fig. Signe de l’autorité et du commandement. I trwa achya core vitó ó bâton, è j-infan chon enou métré, j’ai laissé échapper le bâton trop tôt, les enfants sont devenus les maîtres.
batré , v. tr.battre ,  frapper ,ó té bation tui è dzò, l’è parti, on le battait tous les jours, il a quitté la maison  Batré a mejora, battre la mesure. || Batré canpanye, battre la campagne; l’è oun poour.óté kyè ba canpanye dé tin j-ën tin, c’est un pauvre homme qui bat la c. de temps en temps. || Sonner. I róódzó l’a batou dóou cóou, l’horloge a sonné deux coups. || Absol. Oun mené pa méi ó bla ou racâa, oun fé rin ky’a batré a mejora ou batwâa é rétrindé a pale, on n’amène plus le blé à la grange, on ne fait que le battre au fur et à mesure [qu’il y a de la place] au ‘battoir’ et on serre la paille. || Devinette . Kyënta difér.inse l’a t-e ëntr.o-n-infan é i boró?-l’a pa de difêr.inse: tui dóou dion être batou pó étre bon, quelle différence y a-t-ìl entre un enfant et le beurre? – il n’y en a pas: tous les deux doivent être battus pour être bons. || V. n. Se mesurer. Contre sti l’an rin a batré, contre celui-ci [moi] il n’y a pas à battre, on ne peut se mesurer avec moi.
batse ,  n. m.monnaie ayant eu cours autrefois en suisse et valant à peu près 15 centimes ,ór.a oun vi pa méi dé batsé, maintenant on ne voit plus de batz.
bâtsóconcours de tir à la cible , n m
bayâacivière à roue ,  n m
béchó  ,  bêcha ,  adj.double ,  se dit de deux fruits adhérents ensemblese dit de deux fruits adhérents ensemble. Hé prounmé chon peskyé tóté bêché, ces prunes sont presque toutes doubles.
béchó ,  n. m.endroit où se bifurquent  deux  branches   d’arbre d’égale puissance  désigne aussi les deux branches elles-mêmesCópa é ché béchó , coupez donc cette branche; l’a arapi tanky’ina ou promyé béchó , il a grimpé jusqu’à la première bifurcation. Enfourchure des jambes. Can l’an pacha Sénin l’aie ouncó dé ni ky’ënfonsaon derën tanky’ou béchó , quand ils ont traversé le Sanetsch, il y avait encore une telle masse de neige qu’ils enfonçaient jusqu’à l’enfourchure.
bechi (che) ,  v. pron.se séparer en deuxN’ën tó on chyou ó tórin, ór.a wéi pwe che bechié w’éivwe, nous avons toujours suivi le torrent, or, là l’eau se partageait en deux; i vâé kyè vën amou di Chyoun ché bêché fran avwe iré i grândze dé òrmé, le chemin qui monte de Sion se bifurque juste là où était la grange de l’Orme.
beeon ,  n. m.chèvre ,  dans le langage des enfants
béida ,  n. f.fente ,  lézarde ,Ona béida l’é ona éclafor.a dâ porta, di morale, dou ti, une béida est une fente de la porte, des murailles, du toit.  Au pl. béidé désigne l’espace entre deux madriers, dans les anciens chalets.
béite ,  n. f.etourdi  c’est une forme adoucie de béitcheC’est une forme adoucie de béitche. Kyënta béite dé côo! quelle tête en l’air! Béite kyè chéi ita! étourdi que j’ai été!
bèkye ,  n. m.becPar extens. Bouche.
belon ,  n. m.bille ,  tronce d’arbre plus courte que la billeAwéi é belon oun fé é j-échyéré kyè chervon pó etsouda é fó , avec les tronces on fait les longues bûches qui servent à chauffer les fours. Il faut peut-être rapporter ici l’expression ordzó belon, qui désigne l’orge aux gros épis.
bemon ,  n. m.fig. : imbécile ,  homme un peu niais
bemon ,  n. m.jeune brebis qui n’a pas encore porté  Dérivé du lat. bimus ‘âgé de deux ans’, qui a donné beaucoup de mots désignant des génisses, des chèvres et des moutons. || Gloss. II, 325.
bënfé ,  n. m.bienfait ,  bonne oeuvrePó kyé té vajeché byin n’ën bala pó dé bënfé, pour que tu ailles bien, nous avons donné [qqch.] pour des bonnes oeuvres; n’ën chondjya kyé achié chin pó dé bënfé, nous avons pensé qu’il laissait cela en bonnes oeuvres.Prov. Oun bënfé l’è jaméi perdou, un bienfait n’est jamais perdu.
berdé ,  n. f. pl.rênes ,  guides ,  ‘brides’Ky’ou to coundwer.ó mówé ëntó ó tsaré can to cha ouncó pa teni è berdé ? comment veux-tu conduire le mulet attelé au char quand tu ne sais pas encore tenir les rênes?
bèrjé ,  n. f. pl.charrue de l’ancien temps ,  d’origine belge ,  dont le soc et le versoir sont fixesCharrue de l’ancien temps, d’origine belge, dont le soc et le versoir sont fixes.
berni ,  n. m.faux pour faucherChé dou berni dou bóou, celui de la faux de bois, la Mort. Le berni se compose des parties suivantes: i fousye, davwé manété, i talin, i verdze, i ta-ona ou fole dou fousye, i ver.ouwa.Instrument importé d’abord du canton de Berne, d’où son nom.
béton ,  n. m.mortier fait de terre glaise jauneAdon fajion é morale avwéi dé béton, i dor.aon pa grantin, alors ils faisaient les murs avec du ‘béton’, ils ne duraient pas longtemps; l’è ona crwēe mijon, l’è tót’ita mor.ala awéi dé béton, c’est une maison caduque, tous les murs ont été faits avec de la terre glaise jaune.  || Du lat. bitumen.
betse ,  n. f.biche
bewën ,  S. m.chatonsè bewën da coudra, di nóye, les chatons du coudrier, des noyers. En afr. et mfr. belin signifie ‘bélier’ et on le fait venir, depuis Diez, du bas-lat. bella ‘clochette’; notre bewën est prob, un dérivé de bella; les chatons par leur forme oblongue, agités par le moindre souffle aux branches des buissons, ont pu facilement être comparés à des clochettes. Cf. Gloss. II, 320.
bibla ,  n. f.bible
bidon ,  n. m.bidonè bidon chon nète ijya pó porta a dedzoun-na é a dena i j-ovri, les bidons sont très commodes pour porter à déjeuner et à dîner à ceux qui travaillent [à la campagne]; è chorda l’an oun bidon ën plache da gaméwa, les soldats ont un bidon au lieu de la gamelle.
bièta ,  n. f.petite boisson ,  sans qualité
bijye ,  v. tr.baiserVó dér.éi ou pare kyè bijeché chin kyè l’are chou ó tron ou mitin dou sewi, vous direz au père qu’il baise ce qui se trouvera sur le tronc au milieu de la cave.
binda ,  n. f.bande ,  troupe , grand nombre *, beaucoup *ona binda d’infan, une troupe d’enfants; ona binda dé dzenelé, un grand nombre de poules; ona binda dé bóché, une quantité de tonneaux. Dépend souvent d’une prép. Venyon pé bindé, ils viennent par bandes; van ën binda, ils vont plusieurs ensemble. En mauvaise part, ona dé hé di bindé, une de ces filles qui courent çà et là en bande.
binda ,  v. tr.bander un ressort ,  tendreNó fóou binda a trapa ba ou sewi, l’a dé raté, il nous faut tendre la trappe à la cave, il y a des souris; l’è ënpochibló dé binda hè fléché rin ky’ëntó é bréi il est impossible de bander ces arbalètes rien qu’avec les bras. Le part. passé a un sens plus étendu. Rempli: i piló a nó l’è binda dé mótsé, notre chambre est remplie de mouches; l’è binda de foméi foura a cojena, c’est rempli de fumée à la cuisine.
binda ,  v. tr.enceinte ,  avec nuance de mépris ,  pour indiquer une conception illégitimeL’a tenou w’écóouwa chela d’evêe é l’è partite outre bindâé, elle a tenu l’école ici en hiver et elle est retournée chez elle enceinte. Dans le même sens on dira aussi: l’è partite avwéi ó pakyé, elle s’en est allée avec le paquet.
binda ,  v. tr.endettésL’è binda dé détó tanky’ou cóou, il est criblé de dettes jusqu’au   cou.Syn. ënberda dé détó .Du germ. *binda qui a donné en afr. bende ‘bandeau’. Gloss. II, 225.
binda ,  v. tr.rassasiéOu tó méi? – na, yó chéi bindaé, en veux-tu encore? – non, je suis rassasiée; can chon binda dé bon vën, è j-oun chon gyéi, d’âtró fan brote, quand ils ont bu du bon vin à satiété, les uns sont gais, d’autres sont agités; i tchyévra l’è bindâé e-n-ódre, la chèvre a mangé à satiété, est repue.
blaga ,  v. tr.blaguer ,  se vanterL’è oun bon pó blaga dé minter.i, c’est un fameux pour dire des blagues; che blagyeché pa tan é trâleché méi, l’or.ôo pa tan tin-na, s’il ne blaguait pas autant et s’il travaillait davantage, il ne me serait pas si antipathique [‘je n’aurais pas tant de dégoût’].
blâga ,  n. f.blague ,  vantardise ,  conte bleuLoc. Méi dé blâga kyè dé fé, plus de vantardise que de faits; méi dé blâga kyè dé pan, plus de vantardise que de pain.
blâma ,  v. tr.blâmer ,  décrierProv. (L. 430) O-n-é jaméi blama kyè dé hou kyè vâon mwin, on n’est jamais décrié que de ceux qui valent moins [que soi].
blécó ,  bléca ,  adj.blet ,  bletteDe prévwi  blécó , des poires blettes.
blécó ,  bléca ,  n. m.et f..surnom des gens de grimisuat  ce surnom leur viendrait ,  d’après l’explication populaire ,  de ce que cette commune est bloquée entre savièse ,  arbaz et ayent ,  sans forêts ,  ni alpages ,  ni mayens dans le voisinage  || l’afr ,  connaît blèque ,  adj  f  ‘blette’ ,  mfr  blec (xvie s )Surnom des gens de Grimisuat. Ce surnom leur viendrait, d’après l’explication populaire, de ce que cette commune est bloquée entre Savièse, Arbaz et Ayent, sans forêts, ni alpages, ni mayens dans le voisinage. || L’afr, connaît blèque, adj. f. ‘blette’, mfr. blec (XVie s.).
blécó ,  bléca ,  adj.blet ,  bletteDe prévwi  blécó , des poires blettes.
blécó ,  bléca ,  n. m.et f..surnom des gens de grimisuat  ce surnom leur viendrait ,  d’après l’explication populaire ,  de ce que cette commune est bloquée entre savièse ,  arbaz et ayent ,  sans forêts ,  ni alpages ,  ni mayens dans le voisinage  || l’afr ,  connaît blèque ,  adj  f  ‘blette’ ,  mfr  blec (xvie s )Surnom des gens de Grimisuat. Ce surnom leur viendrait, d’après l’explication populaire, de ce que cette commune est bloquée entre Savièse, Arbaz et Ayent, sans forêts, ni alpages, ni mayens dans le voisinage. || L’afr, connaît blèque, adj. f. ‘blette’, mfr. blec (XVie s.).
bléta ,  n. f.couche de neigeL’è enou ona groucha bléta dé ni, il est tombé une grosse couche de neige.
bléta ,  n. f.motte de terre avec le gazon qu’on coupe à la pelle ,  ou qu’on arrache avec les mainsL’an fé ona morale avwéi dé galóou é dé blété, ils ont fait un mur avec des cailloux et des mottes de terre.
bléta ,  v. tr.couper ou arracher du gazon avec la terreOun viaé sti pwëntchye derën é bléta avwéi ó coutéi, on voyait celui-ci enfoncer le couteau dans le sol et sortir des mottes de terre.
blóca , v. tr.bloquer ,  arrêter un véhicule
blóca ,  n. f.couche ,ona blóca dé ni, une couche de neige.
bloji   n. m.bois décomposéN’ën porta ba ona dzèrlóta dé bloji, nous avons descendu [de la forêt] une hottée de bois ‘blossi’; i bloji l’è dé tsóoujé kyè etsoudé póou, le bois ‘blossi’ est qqch. qui donne peu de chaleur.  Bloji fut d’abord un participe passé du verbe bloji ‘blossir’ que je n’ai pas entendu à Savièse, mais qui est répandu en Sr. Cf. Gloss. II, 421.
bloji ,  -jite ,  adj.moisi ,  à moitié pourri ,  en parlant du boisDé bóou bloji, du bois blet ; i bóou dé chapën l’è ouncó chódzé a eni bloji , le bois de sapin pourrit facilement.
bóche ,  n. f.tonneau
bóché ,  n. m. Dim. de bóche.tonneletOun bóché dé j-ar.in, un tonnelet de harengs; i bóché, dou brinteën, le tonneau rempli d’eau qui est relié à l’alambic, dans la fabrication de l’eau-de-vie.
bócla ,  n. f.boucleDan ó tin é marin-né l’aîon dé bóté a bóclé, autrefois les femmes [du pays] portaient des souliers à boucles; í bócla da chintuire, la boucle de la ceinture.
bócla ,  v. tr.boucler ,  fermer avec une boucle et un crochetBócla é pantaon, boucler (fermer) le pantalon. Bócla è contó , boucler les comptes.Couper tout autour. T’a bócla ó pan tó ôrtò, tu as coupé le pain tout autour [pour n’en avoir que la croûte].
bócon ,  n. m.morceau d’aliment ,  bouchéeOun bócon dé pan, un morceau de pain; cópa dé grou, dé peti bócon, couper de gros, de petits morceaux. Morceau en général. Bócon dé dra, dé cwëe, morceau de drap, de cuir.
bócon ,  n. m.pièce de terre ,  parcelle de terrainOun bócon dé pra, dé venye, dé tsan, dé corti, un morceau de pré, de vigne, de champ, de jardin.  Fig. I crwéi bocon, le mauvais sort; l’a fotou ó crwéi bócon a sta, il a donné un mauvais sort à celle-ci; l’è enou ënséi dou tsatéwé avwéi ó crwéi bócon, elle est venue du Châtelet ayant un mauvais sort. En ce sens on emploie touj. l’art, défini. || Dérivé dulat. bucca ‘joue; bouche’; afr. bocon, fr. boucon (du XIVe au XVIe s.).
bofonfront
bofon ,  n. m.toupet , touffe de cheveux *Can oun ton è faé oun ache ó bofon dé cotoma, quand on tond les moutons, on leur laisse habituellement le toupet. Il L’afr. et mfr. ont bouffer, respirer   longuement,   gonfler ; le fr. connaît ‘cheveux bouffants ‘, ‘bouffer’, ‘bouffette’, ‘bouffi’, et le nfr. emploie de nouveau bouffons de cheveux, ‘cheveux frisés et massés sur les tempes’. Gloss. II, 617.
bogan ,  n. m.trouOun bogan dé charpin, un trou de serpent; è bogan di raté, les trous de souris; i tsouson l’a oun bogan, le bas a un trou.
bójae ,  n. f.action de la vache et du boeuf qui font une bouse; fiente abondante de vache
bójéi ,  n. m.etron ,  excrément humain ,  terme injurieux d’un usage très fréquentPar ext. Lancer des projectiles. Hou brote fóou l’an bonbarda a porta avwéi dé galóou, ces fous ont bombardé la porte à coups de pierres.
bókye ,  n. m.boucBouc. Ce mot a presque partout fait place au mot bókyé . Il ne vit que dans un certain nombre d’expr. I tchyévra l’a pri ó bókye, la chèvre a pris le bouc [a été saillie]; i tchyévra l’a pa tenou ó bókye, la chèvre saillie n’est pas en état de gestation. Voy. le mot abòkye. D’êrba a bókye, herbe au bouc. Voy. s. v. êrba. Dzowe ou bókye, jouer au bouc, espèce de jeu de cartes   qui n’exige  aucune  combinaison et où le hasard seul décide.-
abòkye ou a bòkye ,  adj.se dit de la chèvre en chaleurCf. abou, qui est un mot de formation analogue.I tchyévra l’é abokye . la chèvre est en chaleur.
abòkye ou a bòkye ,  adj.a cheval sur qqn ou qqchiré achéta a bokye chou a brantse il était assis à cheval sur la branche.
êrba bòkye n. f.herbe au bouc Sorte de renoncule dont la racine sent le bouc. La plante désignée sous ce nom varie avec les villages. || A Grim. c’est la carotte sauvage  (Daucus Carota L.).
bókyé ,  n. m.boucI tchyévrér.óou l’a ona corna dé bókyé pó corné, le chevrier a une corne de bouc comme cornet. Comparaison: ona fémawa rebofaé com’oun bókyé, une femme ébouriffée comme un bouc.Prov. Téi, bókyé, vwì pó yèl tiens, bouc [cette volée de coups] ! aujourd’hui pour [ce que tu m’as donné] hier.
bonan ,  n. f.nouvel anChwéta bónan, souhaiter la nouvelle année; l’ita maadó di ó bónan, il a été malade depuis le nouvel an. 
bonba , n. f.  bombe ,  noubaFéré a bonba tôt’a né’, faire la bombe [la fête] toute la nuit. Syn. régyénósa. V. caliganda.
bonba ,  v. tr.bomberI tsaoo l’a fé bonba ó fon dou piló , la chaleur a fait   bomber   le   plancher   de   la chambre.  Part, p., adj. I fon l’è bonba, pa plan, le sol est bombé, pas plat.
bónda ,  n. f.Bonde, long bouchon percé d’un trou dans toute sa longueur, avec lequel on bouche les tonneaux. 
bonōo ,  n. m.bonheurfóou pa tsasye ó bonoo ën sti moundó , il ne faut pas chercher le bonheur en ce monde.
bonōo ,  n. m.chanceN’ën pa jou dé bonoo avwéi é béitchyé sti an, nous n’avons pas eu de chance avec le bétail cette année; pé bonoo, par bonheur
bonta ,  n. f.bontéCe mot est souvent remplacé par l’adj. bon avec un autre tour de phrase. L’è retsó é l’a rin dé bonta avwéi é poouró , il est riche et il n’a point de bonté envers les pauvres; ch’ó pwecha ai a bonta dé mè idjye, si vous pouviez avoir la bonté de m’aider.
bo’nye ,  n. m.beignetNó far.in dé bonye pó demendze, nous ferons des beignets pour dimanche.
bo’nye ,  v. tr.donner un coup ,  contusionnerDonner un coup, contusionner, cabosser. Dóou cóou sti an, mè chéi bonya é cóouté, deux fois cette année, je me suis contusionné les côtes; va pa derën ou sewi chën fwa, to bonyér.éi a téta contr.a morale, ne va pas à la cave sans lumière, tu pourrais te cogner la tête contre la muraille
bonye ,  v. tr.cabosseri tsapéi l’è tó bonya, le chapeau est tout cabossé .  Le fr. pop. beugner ‘ donner un coup’ existe en SR et dans plusieurs dialectes français, ainsi que le substantif beugne ‘coup’. C’est le fr. pop. beigne ou bigne, afr. bugne, bigne, buigne. Gloss. II, 444.
bonyétempesDeri é bonyé, derrière les oreilles ou les tempes. (Lex. vibroun qui n’est pas usité dans ce sens.)
bòr’da ,  v. tr.borderBòrda ó forda, faire une bordure au tablier; bòrda dé chaea, border avec de la soie.
bòr’dé ,  n. m.petit morceau de boisSyn. vwar.e’tson .
bòrdó ,  n. m.terme de viticulture récentVin ou plant de Bordeaux. Cf. dówa.
bòrdó ,  n. m.vin ou plant de bordeauxVin ou plant de Bordeaux.
borën ,  n. m.grosse baratte en forme de tonneau plat qu’on tourne comme une roueIna â mountanye, ché méton dóou pó verye ó borën, à l’alpage, on se met à deux pour tourner la baratte.
borën ,  n. m.harnaisL’afr, a les formes borrel et bourrel au sens de collier et plus souvent de harnais.
borgó ,  n. m.rouetBorgó désigne aussi un jouet que fabriquent les enfants. On choisit à cet effet une grosse noix, de préférence une bochér.anda; on y perce trois trous: un tout petit dans la partie renflée et deux plus grands aux extrémités. La noix est vidée de son contenu, et on fait passer dans ces deux trous une petite tige en bois, au milieu de laquelle est attachée fortement un fil fin de 25 à 30 centimètres de long; on fait sortir le bout de ce fil par le petit trou de la partie renflée de la noix. Cela fait, on plante le bout de la tige inférieure dans une pomme de moyenne grandeur. Prenant alors de la main gauche la noix, on entortille le fil autour de la tige en faisant tourner plusieurs fois la pomme sur elle-même avec la main droite. Lorsque la moitié du fil est enroulée autour de la tige, la machine est montée et elle peut fonctionner. On n’a plus qu’à tirer le fil, ce qui imprime à la pomme un mouvement rotatoire.
borgó ,  n. m.rouetVwi  i  wéji dé féwa, mè fóou aa ker.i ó borgó , aujourd’hui j’ai le temps de filer, il me faut aller chercher le rouet. Les différentes parties du rouet sont: é davwé cóóné, les deux colonnes ou supports verticaux qui portent la grande roue; i pya, le pied, c.-à-d. les quatres lattes qui forment un carré; comme dans les vieilles chaises, il supporte les deux colonnes; au prolongement d’une de ces lattes est fixée la pyanye, pédale; celle-ci se fixe à la roue centrale (rouwa) par la chenyouwa, manivelle. Dans la partie supérieure, tout au sommet, émerge le trólé, qui forme l’extrémité de la vis centrale (i vise); i bobele, la bobine, où le fil s’enroule, est traversée par le fêe, fer; é i-awété, les ailettes, munies de crochets de fer, ont leur point de jonction à la noyé, noix; enfin le verté est la petite rondelle à rainure dans laquelle passent les còrdèté, les petits cordes, reliées à la grande roue; les bréi, bras, sont les deux morceaux de bois supportant le fer qui traverse la bobine.
borla ,  v. tr.brûlerBorla dé papeee, dé bóou, brûler du papier, du bois Brûler, en parlant du soleil. Chon tó borla é pra, les prés sont tout brûlés; l’a tan fé tsa, l’a tó borla é pra avwe oun pou pa erdjye, il a tellement fait chaud, [le soleil] a complètement brûlé les prés là où l’on ne peut arroser.
borla ,  v. tr.incendierL’a borla mijon méimó é l’è parti, il a incendié sa maison lui-même et il est parti. Dans ce dernier sens, s’emploie impersonnellement. I borle outr.a Tsandowën, il y a un incendie à Chandolin; ché an kyè l’a borla chela, l’année où il a ‘brûlé’ ici, ‘où il y a eu l’incendie ici’.
bòr’ló ,  n. m.trolle d’europe (trollius europaeus L.)Pó trówa dé bòrló fóou aa ina pé é mêin, pour trouver des trolles, il faut aller dans les mayens; ina pé é mountanyé de Counti l’è tó plin dé bòrló blan, dans les alpages de Conthey, c’est rempli de trolles à fleurs blanches.
borne ,  n. f.cheminée de cuisineNó fóou pindówa ha tsêe ina a borne, il nous faut suspendre cette viande à la cheminée. Dans les anciennes cuisines, la borne – ouvrage en maçonnerie au-dessus du foyer -est très évasée à sa base et occupe souvent la largeur de la cuisine; on a ainsi beaucoup de place pour y suspendre la viande que l’on veut fumer.
bôrneborne  ,  limite de propriétéVar. borna.
bosou ,  bósoua ,  n. m. et f. et adj.bossuYó adéi ó-t’éi jaméi you kyè bosou, moi, pour mon compte, je ne l’ai jamais vu que bossu; l’è tòta bóswa, elle est toute bossue.
boton ,  n. m.vomissement
bóton d’ôobouton d’or ,  fleur cultivée
bóton ,  n. m.boutonOun vi pa mè ór.a de hou byo bóton dé óton, on ne voit plus maintenant de ces beaux boutons de laiton.
bóton ,  n. m.la partie supérieure de la tige du chanvre où se trouve la semenceSti an é bóton dou tsénévó l’an peskyé pa dé chemin, cette année les ’boutons’ du chanvre n’ont presque pas de semence.-
bó’tsa ,  n. m.homme qui est bien dans ses affaires , habile en affaires *, qui gère bien ses affaires *, qui sait y faire en affaires *Sti l’è oun bótsa, l’è oun kyè l’a dé pi deri, celui-ci est bien dans ses affaires, il a des poils au derrière [il a du foin dans les bottes].
botse ( mojeca a – )littéralement musique à bouche ,  harmonicaSyn. plus anc. menetri qui désigne aussi le joueur.
botsebûchette enfoncée dans un pré lorsqu’on jouait au couteau ; celui qui perdait devait la sortir de terre avec les dents
botse    ,  n. f.brin de paille ,  d’herbePour faire sortir un grain de poussière de l’oeil, on a la formulette: botse, botse, foura de rl’we \ Notre-Dama derën ën rl’we, brin, brin, sors de l’oeil | Notre-Dame, entre dans l’oeil.
botse    ,  n. f.brin de paille ,  d’herbe ,  fétu ,ona botse dé pale, un brin de paille
botse    ,  n. f.bûchette , paille *Terye i botse, tirer à la bûchette; l’a terya a corta botse, il a tiré la courte bûche, il est mort. Métré a botse, planter une branche à côté d’une borne pour la rendre visible quand on fauche.
bo’tsépoutre horizontale , n  m   coincée dans le rocher et utilisée pour soutenir le canal d’amenée d’eau au torrent-neuf ou vieux-bisse ,  spécialt au lieu-dit é brinwiré ,  les branlires  lex  botse ,  botsele
bouja , n. f.beuse * , bouse de vache.  Dan j-oun tin oun rémachaé è boujé chèkyé avwéi ona ondze pęrtse, autrefois on ramassait les bouses sèches qu’on enfilait avec une longue perche. Il Terme injurieux. T’éí rin kyé ‘na groucha bouja, tu n’es qu’un homme de rien.-
bouló ,  n. m.grosse bille pour jouer
bousó ,  bousa ,  adj.asthmatique
bousó ,  bousa ,  adj.asthmatique
bou’wa  ,  v. intr.beugler ,  mugir ,  en parlant du taureau et du boeuf  pour la vache on emploie bramaPour la vache on emploie brama Ché l’è oun brote botchyó , bouwé tó ó tin, c’est un vilain boeuf, il mugit continuellement.
bou’wa ,  n. f.beuglement ,  cri du taureau et du boeuf  pour la vache on dit bramaePour la vache on dit bramae. I botchyó fajié dé brote bou’wéi, le taureau poussait de forts beuglements.
bou’wa ,  n. f.Par ext. gronderie, réclamation , beuglée *, bouèrlée *I métra l’a fé ‘na bouwa kyé ché conté, le ‘ métral ‘ a fait une gronderie qui compte.
bowîa ,  n. f.bouillieona bowia dé pówinta, une bouillie de polenta.
bowîa ,  n. f.Boue, limonApréi ha plodze venyie ba pé vâé ona bowia! après cette pluie il descendait par le chemin une énorme quantité de boue , beaucoup de boue *
brâja ,  n. f.braise
braji ,  n. m.brasier
brasa ,  v. tr.brasser ,  remuer , mélanger *Brasa è cârté, mélanger les cartes; brasa a powinta, remuer la polenta avec un bâton. Il Brasa ó gatsó , a ni, patauger dans la boue, la neige.
bravó ! interj.bravo!
breca ,  n. f.morceau ,  fragment ,  en particulier ,  tesson ,  éclat ,  débrisL’a achya tseré ó dólon é l’è parti ën mewe brekyé , il a laissé tomber le pot qui est ‘parti’ en mille morceaux.  Menu morceau quelconque. 
breca ,  n. f.pa ‘na – = rien , pas de … du toutN’ën pa ‘na breca dé pan, dé bóou, dé wan-na, nous n’avons ni pain, ni bois, ni laine; pa ‘na breca est arrivé ainsi au sens de ‘ rien ‘: i vi pa ‘na breca, il ne voit rien; vën pa ‘na breca d’éivwe ou tórin, il ne vient pas une goutte d’eau au torrent. |[ Ces emplois se rencontrent souvent dans le fr. pop. de la Sr.
breca ,  v. tr.casser ,  briserBrekyé è fénéitré a cóou dé galóou, il brise les [vitres des] fenêtres à coups de pierres; é j-infan brecon tòte, les enfants brisent tout.  Déranger. L’è breca i róódzó , l’horloge est dérangée.
bré’cacasser ,  briserómó é i féna a tsouson bréca : homme et femme a chausson brisé (  vivant maritalement ) .
bré’cacasser ,  briserDe l’all. brechen. Expr. A tó breca, à tout casser.
bréca  ,  n. f.Broie ou maque, instrument pour briser les tiges de chanvre.Composée d’une partie mobile à charnière qu’on fait frapper sur les rainures de la partie inférieure. Il ne faut pas confondre la bréca avec la trakyéta, instrument plus fin et plus perfectionné qui achève le travail commencé avec la bréca. Aujourd’hui le bruit du chanvre écrase et broyé par ces deux instruments n’est presque plus qu’un souvenir; la culture du chanvre a presque disparu de Savièse.
bréca ,  v. tr.maquer ,  broyer la tige du chanvre sec avec la bréca ,  écanguerN’ën pa pochou bréca ó tsénévó tank’ór.a, nous n’avons pu écanguer le chanvre jusqu’à présent.
briló ,  -la ,  adj.fragile ,  peu solideSyn. brelou.
brisa ,  n. f.diarrhéeè béitchyé l’an a brisa, le bétail a attrapé la courante; ché kyè l’a ënvinta hé machené, è pétér.éi, démadzó kyé l’a pa a brisa sint-an, celui qui a inventé ces machines à pets [motocyclettes], c’est dommage qu’il n’ait pas la courante pendant cent ans. Prov. Fóou pa ënsényé a caca a hou kyé l’an a brisa, il ne faut pas enseigner à faire leurs besoins à ceux qui ont la diarrhée , il ne faut pas enseigner aux vieux singes à faire la grimace * (sens: ne pas donner de leçons à celui qui connaît le métier). La selle de ceux qui ont la diarrhée.-
brivó ,  briva ,  adj.prompt ,  brusque ,  fierChé moundó l’è brivó , fóou pa ó fordjye, cet individu est fier, il ne faut pas le faire endêver. Cf. Aoste brivo, ‘qui fait les choses avec précipitation’.
bróca ,  n. f.branche de sapin sècheDé fachené dé bróca, des fagots de branches de sapin sèches. L’a fé dé trin cómin foweche enou oun tsowa tsardjya dé bróca, il a fait du bruit comme s’il était venu un cheval chargé de branches de sapin sèches. Le mot existe en provençal au sens de bûchette, baguette, petit bâton. Mistral broco. Cf. le fr. broche, l’it. brocco, brocca.
bro’né ,  bronéta ,  adj. Dim. de broun.brunetOun dzin peti tsate broné, un joli petit chat brunet.Cf. Pra Broné, prairies du village de Saint-Germain.
bròon ,  n. m.petit morceau d’étoffeI tala ó di, mé fóou aa tsasye oun bròon pó afobla, je me suis coupé le doigt, il me faut aller chercher un morceau d’étoffe pour l’envelopper. Il Syn. patën.
brote ,  brota ,  adj.vilain ,  au physique et au moralona brota mijon, une vilaine maison; ona brota kyesyon, une vilaine chicane; kyëntou broté moundó pó tòrdzôó , próséda, quelles vilaines gens pour toujours être en procès.  S. m. I brote désigne le ‘vilain’, le revenant, le diable pour épouvanter les enfants. Fóou rin chorti ó né1, vën i brote, il ne faut pas sortir la nuit, [sinon] le ‘vilain’ vient. Syn. i bécó .  S. f. I brota ou ona brota c’est une terrible situation. L’a falou pacha a mountanye dé néi, d’evêe, l’an jou a brota ché cóou, ils ont dû passer le col pendant la nuit, en hiver, ils ont vu du pays cette fois-là; ch’oun pou pa adoba ha to dôtaa, i ona brota, si l’on ne peut pas calmer cette toux pour le soir, je suis dans une terrible situation.
bró’ta four.a di manarracher  des mainsbróta four.a di man : arracher des mains. L’a bróta ó coutéi a mé four.a di man, il m’a arraché le couteau des mains
bró’ta ,  v. tr.brouterè faé bróton hou pra tankyè chorton è rachené, les moutons broutent ces prés jusqu’à ce que les racines sortent [soient arrachées].
bróta four.a di manarracher  des mainsbróta four.a di man : arracher des mains. L’a bróta ó coutéi a mé four.a di man, il m’a arraché le couteau des mains
i broun , n. m.le deuilchon ën broun, ils sont en deuil; l’è tót’ën broun outre pé Prinjyer.e, béi coui char.é mò, tout le monde est en deuil à Prinsières, je me demande qui peut être mort. Même sens à Val d’il. pórta le bron ‘porter le deuil’.
broun ,  broun-na ,  adj.brunKyën byo dra broun, quel beau drap brun!  è pi broun désigne une sorte de haricots.  I Mon-Broun, le Mont-Brun est le nom français du Sanetschhorn.
bwata ,  sf.fillette ,  filleI bwata a nó , notre fille; l’an dóou bóse é davwé bwaté, ils ont deux garçons et deux filles.  Aa i bwaté, aller aux filles, se dit du jeune homme qui va veiller chez une jeune fille, qui la courtise en vue de l’épouser. Bout rimé : (les garçons chicanent les filles en leur disant): dzinta bwata, dzin forda, cou dé bér.a, jolie fille, joli tablier, derrière de bélier.
bwa’ti ,  n. m.berger des veaux de la boiterieDzójé a nó l’è ita bwati antan, notre Joseph a été berger de la B. l’année dernière. La Boiterie est un alpage pour les veaux situé sur territoire bernois, à la frontière du Valais, entre le Kreuzboden et le Rothengraben.
bwita ,  n. f.contenu d’une boîte ,  une boîte remplieL’aie ona bwita dé chócró chou a tabla, il y avait une boîte remplie de sucre sur la table.
bwite ,  n. f.boîteOna bwite dé mótsété, une boîte d’allumettes; ona bwite de sardine, une boîte de sardines; ona bwite dé mótra, une boîte de montre; i bwite dou róôdzó , la boîte de l’horloge, boîte haute et étroite qui enferme l’horloge, ne laissant voir que le cadran et le pendule.
bwite ,  n. f.boîtier *i bwite dou róôdzó , la boîte de l’horloge, boîte haute et étroite qui enferme l’horloge, ne laissant voir que le cadran et le pendule.
bwite ,  n. f.sortie d’eau (étang ) *L’orifice de l’étang par où s’écoule l’eau (une ou deux ouvertures) que l’on bouche avec des poutres, w’étan di Roché l’è ouncó byin préeon outra bwite, l’étang des Rochers est encore bien profond à l’endroit de l’orifice.
bwite ,  n. f.ouverture (tonneau )Dans les tonneaux la bwite est l’ouverture du tonneau et la planche qui la ferme. Dans la roue bwite désigne la partie qui reçoit l’essieu.
cwën â bwite ,  n. m.coin en fer qui s’emboîte dans du boispó è trontsé l’è bon d’ai ó cwën â bwite, pour [fendre] les troncs, il est bon d’avoir le coin en fer.
bwóna ,  v. tr.boulonnerbwóna tó ché pon, l’an jou pó ‘na vouârba, pour boulonner tout ce pont, ils ont eu [du travail] pour un moment.
byowi ,  n. m.bouleauDé bóou dé byowi, du bois de bouleau; avwéi è cróté di byowi oun fajîé è tabatiré, avec l’écorce de bouleau ont faisait les tabatières.
caâda ,  n. f.courbette , révérence *T’a fé öna dzinta caâda, tu as fait une jolie courbette.
caâda ,  n. f.faire des compliments , faire des salamalecs , faire des courbettes * , faire des politesses *Can ché récontron, chè tótchye a man, feré dé caâdé, é per deri rin kyè che kyerya dé ma, quand ils se rencontrent, aussitöt de se toucher la main, se faire des compliments et par derrière ils ne font que dire du mal les uns des autres.
caâda ,  n. f. ( fér.é a – )faire la génuflexion *, se prosterner *Inclination du corps ou de la tête en signe d’hommage. L’è chortite foura dé w’elije chën féré a caâda, eile est sortie de l’église sans faire d’inclination.
cabri ,  n. m.nom familier du chevreau ,  cabriSyn. tchyévré .
cacae ,  n. f.cacade  mot trivial et peu usité
ca’cha   n. m.cassé , chair meurtrie par un coup ,  une chute , hématome *, meurtrissure *, chair meurtrie *Chair meurtrie par un coup, une chute. Fóou bweea avweéi d’eivwe chawae, chin tire foura ó cacha, il faut laver [la partie meurtrie] avec de l’eau salée, cela fait sortir le ‘cassé’. C’est le part. pas. du verbe cacha employé subst.
cacha  ,  v. tr.casserCacha è nwé, casser les noix; cacha ó bréi, a téita, a tsanba, se casser le bras, la tête, la jambe. Fig. Che cacha a téita, se casser la tête , se faire du souci *
cacha  ,  v. tr.révoquer , destituer , renvoyé *Déean l’aîon rin dé bon kyè rlwi é óra ó t’an cacha dé tote, au-paravant ils n’avaient de bon que celui-ci et maintenant ils l’ont destitué de tout; l’ita cacha dé réjyan, il a été destitué comme régent.
cacha  ,  v. pron.se casser ,  se meurtrirFóou rémacha è pómé â man, paskyè ché cachon ën tsejin é apréi che charvon pa, il faut cueillir les pommes â la main, elles se meurtrissent en tombant et après elles ne se conservent pas.
cacha  ,  v. pron.caduc , cassé , briséDi ha maadi l’è ita cacha, depuis cette maladie, il est resté brisé; yó i prou falou tochi, chéi tó cachaè, j’ai du tant tousser que j’en suis restée toute ‘cassée’.
ca’dré ,  Dim. De cadrepetit cadre  planchette ornementée au couteau sur laquelle on sert le beurrePetit cadre. Planchette ornementée au couteau sur laquelle on sert Ie beurre. I marin-na oui a porta ona cróta dé böró chou ó cadré, cette femme lui a apporté une certaine quantité [une croûte] de beurre sur Ie ‘cadret’.
câdre ,  n. m.cadre
caeon ,  n. m.cochon ,  particul  dans le langage des enfants
caeon ,  n. m.enfant malpropre
cafâa ,  n. m.cafard
caféi ,  n. m.caféAtseta dé caféi, acheter du café [brut, moulu ou non]. Dan ó tin i câféi iré pa conyou ó matën, autrefois le café [au lait] n’était pas servi le matin. Pour désigner le café pur, on dit dé cafée nēe, du café noir.
cajën ,  n. m.soins journaliers à donner au bétailSoins journaliers à donner au bétail. è béítchyé vajechon dou bon byéi fóou ky’i cajën fweché fé e-n-ódre, si l’on veut que le bétail prospère, il faut que le soin quotidien soit bien fait; a our.a dou cajën, sta iré chou plache, à l’heure du soin à donner au bétail, celle-ci était sur les lieux.
câkyé ,  adj. ind.quelqueCâkyé cóou, quelquefois; cakyé adzó quelquefois; pou to pa dér.é s’ta câkyé tsanbé ou câkyé bréi dé breca? ne peux-tu pas dire si tu as une jambe ou un bras de cassé?
calon ,  n. m.caillotOun calon dé chan, un caillot de sang.
candi ,  adj. m.candiDé chócró candi, du sucre candi.
canéé ,  n. m.collier en bois pour attacher chèvres et moutons
canon ,  n. m.canonBa a Chyoun i tir.on é canon ó dzò da Féita Djyo,à Sion on tire du canon le jour de la Fête-Dieu.  Sobriquet.
canpa ,  n. f. ( ën ~ )en course , en campagne *Kyé faiëch’ó tin ky’odré, l’è tui è dzó ën canpa, par n’importe quel temps, il est toujours en campagne.
canpa ,  v. tr.camper
canpa ,  v. tr.retenir sur les journées d’un ouvrier qui doit quelque chose au ‘métral’Canpa è dzórnié, retenir quelque chose du salaire journalier pour une raison ou pour une autre.
canpó  ,  n. m.grande étendue de terrain , grand terrain *Oun gran canpó dé pra, dé tsan, une grande étendue de pré, de champ.
canpó ,  -pa ,  adj.sauvé ,  hors d’embarrasTsouchwa l’è canpó , l’a plin ó carné a terye, Zuchuat est sauvé, il a le carnet d’épargne bien garni à sa disposition; nó chin canpó , nën tó pochou rintra a prija, nous sommes ‘ quittes ‘, nous avons pu rentrer toute la récolte. L’it. campare a aussi le sens de ‘se sauver ‘.
canye ,  n. f.chienne   Fig. personne méprisable .Kyënta canye! quelle cagne ! En fr., afr. et provençal, on trouve ce mot aussi dans cette double acception. Gloss. Ill, 31.
capon ,  n. m.poltron ,  lâche , qui ne va pas au bout des choses *N’ën ba chela s’t’éi pa oun capon, descends donc ici si tu n’es pas un capon.Le mot a le même sens en fr. Littré, capon. C’est la pire injure à un Saviésan que de le traiter de capon, n. m.
cara ,  carae ,  adj. et n. m. et f.carréI piló a nó l’é fran cara, notre chambre est tout à fait carrée. Nó véjin outr ‘ou cara kyeri ó rècó , nous allons au carré (nom d’un pré carré) chercher le regain.  S. f. I carâé, la carrée, désigne par euphémisme les lieux d’aisances. Cette appellation leur vient de leur forme carrée. Syn. beaucoup plus usité: cakyéra.
carae ,  n. f. Voy. s. v. caracarré
caréí ,  n. m.sapelot secIna i mêin è car.éí cher.von d’ètchyéwa, au mayen les car.éí servent d’échelle. Fig. Oun grou car.éi, un homme grand et élancé . Par ext. Tout support long et mince: dé car.éí dé siman, dé hou pló , des supports en ciment, des plots.
carié ,  v. tr.carier ,  usité surtout au participe  passécaria, car.iae; ona din car.iae, une dent cariée.
carma ,  v. tr. et n.calmerChin carmé ó ma di din, cela calme le mal de dents; i ma dé téíta cominsé a carma, le mal de tête commence à se calmer  Diminuer. Can vîon kyé carmé w’éivwe, trouon è tsanbé, quand [ceux qui arrosent] voient que l’eau diminue, ils trouvent les jambes.
carmó ,  -ma ,  adj.calme
carné ,  n. m.carnet
caron ,  n. m.brique ,  carreau d’argile ,  de ciment ,  de terre ou de glacecaron dé têra cómin i mitchya da tabla, des blocs de terre gros comme la moitié de la table; i Roun-nó tsarótae dé caron, le Rhône charriait des glaçons.Terme du jeu de cartes: ou’ache dé caron, l’as de carreau.
carpa ,  v. tr.carderCarpa a wan-na, carder la laine. Carder et cârpa viennent de 2 mots lat. différents: carder de Carduus, cârpa de carpere.
cârpé ,  n. f. pl.cardes L’è pa dinche kyé fóou teni è cârpé pó byin carpa, ce n’est pas ainsi qu’on tient les cardes pour bien carder.
cârta ,  n. f.carteDzowé i cârté, jouer aux cartes; bale è carté, distribuer les cartes. Les principaux jeux de cartes sont: i maryadzó , i batâa, i bóoura, i manyën, i bókye, i binoclye, i powitèna (la Napolitaine). Carte de géographie.Tui è j-écolè dion ai ona carta, tous les écoliers doivent avoir une carte.
carte ,  n. m.vase en forme de petite brante dans lequel on met le selI carte, chin l’è oun brinton pó atseta a cha, le ‘cartet’, c’est une petite brante pour transporter le sel.
carti  ,  n. m.pleurésie du bétailI ma dou carti l’è i mema tsóouja kyé j’epwënté, la maladie du ‘ quartier’, c’est la même chose que les points de côté . Cette maladie est plus grave que le décawó , étant mortelle habituellement. Elle est fréquente parmi les veaux de la Bwater.i, parce que, l’eau manquant, on doit les conduire très loin pour les abreuver; ils boivent l’eau glacée dans la chaleur et contractent le ma dou carti.
carti  ,  n. m.quartierOun carti dé frómadzó , dé pan, un quartier de fromage, de pain. Quart. L’a vindou oun carti d’éi vwé, il a vendu un quart de son droit à l’eau d’arrosage.  partie postérieure du soulier. Sti cwēe l’è bon pó è carti, ce cuir est bon pour en faire des quartiers. L’an pa fé dé carti, wé j-an tui twa, ils n’ont pas fait quartier, ils les ont tous tués.Carti désigne aussi chacun des quatre trayons: l’è foura d’oun carti, [la vache] ne donne pas de lait d’un trayon. Id. Grimisuat.
catâaculbute ,  pirouetteCulbute, pirouette. n. m.  L’a fé oun catâa, il a fait une culbute,
catêeotite ,  mal d’oreilleV. catêró .
catró ,  adj. num. et n. m.quatreI chwa di catró , charrue à 4 mulets (voy. chwa). Dé chat’ën catró , Voy. s. v. chate.
cátse ,  n. f.cacheDzwe pye a catchye, l’a prou dé dzinté catsé per.-ënkyè, jouez donc à cache-cache, il y a assez de jolies caches par ici.
catsé ,  n. m.petite cage ,  augetè catsé da rouwa, les augets de la roue.
cavwa ,  n. f.queueI pa aperchyou ni cavwa ni cordon, je n’ai aperçu ni queue ni corde, c.-à-d. rien (la bête a disparu avec la corde qui l’attachait).
cavwa ,  n. f.bout d’une plante pyramidalei cavwa da pyese, le bout d’un sapin abattu.
cawën ,  adj. et n. m. et f.câlin ,  galantI fajie ó cawën outò dé ha fèmawa, il faisait le câlin (galant) avec cette femme.
chaba ,  n. m.sabbat des sorciersL’a avwi dzapa dé tsën, myoun-na dé tsate, i chaba da chenegóouda, il a entendu japper des chiens, miauler des chats, [bref] le sabbat des sorciers. Il Par ext. Tapage. Ha né1 l’an fé oun brote chaba, cette nuit ils ont fait un vilain tapage; can l’è arówa opíre pa néi Fan fé oun chaba kyé ché conté, vers le milieu de la nuit, on fit un gros tapage.
chacó ,  n. m.shakoAmou a chin dou comoun l’a dóou chacó ky’ënplîon ou tin di j-èwésyon pó métré derën è vóoutó , à la maison communale il y a deux shakos que l’on emploie en temps d’élection pour y mettre les bulletins de vote.
chadó ,  -da ,  adj.sage ,  tranquilleYó véjo four.a ‘na vwarba, to charéi chadó , chada, je sors un moment, tu seras sage, tranquille. Prov. I plo chadó di mowé l’a tapa choun métré, le plus sage des mulets a tué son maître. Au moral, chadó , sage, bon, s’oppose à mètchyin, méchant: fou kyé chon pa chadó chon choin poni djya ën sti moundó ,ceux qui ne sont pas sages sont souvent punis déjà en ce monde.
chaea ,  n. f.soieOun forda, oun motchyoo dé chaea, un tablier, un mouchoir de soie.
chain ,  chainta ,  adj. et n. m. et f.savantI djyon kyé l’è déstra chain, ché, on dit qu’il est très savant, celui-là . Instruit. Ché l’è oun chain: l’è tòrdzò ita i promye dé w’écóouwa, c’est un homme instruit; il a toujours été le premier de l’école.
chapa ,  v. tr.sape   travailler avec la chapaTravailler avec la chapa.
chápa ,  n. f.pelle carrée ,  recourbée pour enlever les mottes de terre ,  pour ronca (voy  ce mot)
chara     ,  v. tr.serrerFig. Nó chin chara, nous sommes dans la gêne; chéi nète charae pé derën, je suis oppressée.V. r. L’a prou dé plache pó tui, fóou rinkyé vó chara oun póou, il y a assez de place pour tous, il n’y a qu’à vous serrer un peu.
chara     ,  v. tr.serrerSerrer. Chara a mécanikye, serrer la ‘mécanique’ [les freins] d’un char; chara ó trwé, serrer le treuil (du pressoir); chara a pawantse, serrer la perche sur le char de foin.
chara    ,  -ae ,  part ,  et adj.serré ,  dru ,  rempliSerré, dru, rempli. L’è chara dé moundó , c’est rempli de gens; l’è tóte chara de rachene i plache, la place est serrée [remplie] de racines.
châra ,  n. f.âpre lutteen parlant surtout du bétail.
chatasolde du foin ou de paille ,  enlevé en peignant un char ou un tas ,  resté sur le sol lorsqu’on a remis la plus grande partie sur le char ou sur le tas
châta ,  n. f.foin ou paille qu’on enlève en peignant un char ou un tas  grimisuat id
chate ,  adj. num.septDe chatën catró , rarement. En SR on dit couram.: ‘de sept en quatorze’, de temps à autre, à grands intervalles. Autre sens de Littré: renvoyer de sept en quatorze = ajourner indéfiniment.
chava ,  v. tr.ecorcer  peler ,  en parlant de l’écorce d’un rameau de saule sur lequel on frappe afin de l’en détacher pour faire un sifflet  dérivé de chava ‘sève’Peler, en parlant de l’écorce d’un rameau de saule sur lequel on frappe afin de l’en détacher pour faire un sifflet. Dérivé de chava ‘sève’.
châva ,  n. f.sauge (salvia pratensis L.)
châva ,  n. f.sèveCe mot a aussi cours dans cette formulette que fredonnent les enfants, en frappant en cadence, avec le manche de leurs couteaux, une jeune branche de saule en sève, pour en détacher l’écorce et en faire des sifflets: chava, chava, pewerën \ an-me-to méi ou éivwe ky’ó vën | va-t-an fér.é toun cocon | deri toun bóchon, sève, sève, pèlerin | préfères-tu l’eau au vin | va faire ton oeuf | derrière ton buisson, on pourrait aussi voir dans chava l’impératif du verbe chava.
chavó loc.adv.jeu   terme du jeu de gagesTerme du jeu de gages.( totzè gadzó , balè châvyó , dit au ‘jeu de la garde’ , celui qui touche et fait prisonnier qqn. || Syn. chavyó .
chawa  ,  v. tr.salerchawa è fromadzó , a tsêe, a chopa, saler le fromage, la viande, la soupe. || Dé tsêe chawae, de la viande salée et séchée.
chawa n. f.selleDan j-oun tin o-n’ënplèié a chawa pó aa ba kyer.i ó mer.esën, au temps passé on employait la selle pour aller chercher le médecin.
chawa ,  n. f.salleLa ‘salle’ n’a pas le même sens que le mot ‘salle’ en français. Les ‘salles’ occupent habituellement l’étage entre la cave et le piló; elles servent à serrer les provisions, blé, viande, fruits, etc. C’est habituellement le 1er étage de la maison.Châla topa à Grimisuat (salle obscure) désigne la prison.
chawe ,  n. m.châle
chéae ,  n. f.fauchée ,ona bona chéae, une bonne fauchée. || Syn. chibae.
checa ,  n. f.chiqueChé crwéi bótólon l’a djya a checa ën gordze, ce mauvais petit gosse a déjà la chique à la bouche.
checa ,  v. tr.chiquerI djyon kyé fóou checa dé taba can o-n-a ma i din, on dit qu’il íaut chiquer du tabac quand on a mal aux dentsAbs. I chèkye tò ó dzò, il chique tout le jour.
chela ,  adv.ici Le contraire de wéí, là; ‘nën ba chela, descends ici. Syn. la, ënkye.
chéna ,  v. tr.perdre , semer To chénér.éi a far.éna pé vâé, tu sèmeras la farine par les chemins; i chakye iré perchya, l’a tó chéna ó bla pé è vaé, le sac était percé, il a tout semé le blé par les chemins Du lat. seminare.
chenó ,  n. m.présage ,  signe avant-coureur *Can moretré ché, aperchevran prou cakye chenó , iron tan dé j’ami, quand celui-là mourra, ils apercevront bien quelque présage, ils étaient si liés d’amitié . Grimisuat: id.;  ital. cenno.
chêra ,  n. f.montagneFou kyé van arapi ina pé è chêré, ceux qui vont grimper sur les montagnes; chon pa è chêré kyé mancon ou Vawi, ce ne sont pas les montagnes qui manquent en Valais.
chêre ,  n. f. (mot fr.)chaireNe se rencontre que dans le prov. (L. 125): l’a pa oun monee kyé l’aeché pa mëndjya dé far.éna róbae, l’a pa ona chêre kyé l’aeché pa avwi dé méchondze, il n’y a pas de meunier qui  n’ait pas mangé de la farine volée, il n’y a pas une chaire qui n’ait pas entendu des mensonges.
cheto kyé , loc. conj. Aussitôt que , dès que *.Syn. anc. astou kyé . Cheto kyé charé amou, aussitôt qu’il sera en haut. Syn. astou kyé *
chéwa ,  n. f.lignée d’arbres ,  de buissonsona chéwa d’òrmó , une lignée d’ormeaux; outr.a Gromejwa è chéwéí di coudra chon mouin écòrtchyéi, à Grimisuat les bordures [haies] de coudriers sont moins ‘écorchées’ [qu’à Savièse].
chiba ,  n. f.cible   but quelconqueè mótsé venyon cóm’ona fronda, cóm’ona chiba ëncontre a pindole, les mouches se précipitent éperdument, comme vers une cible, contre l’attrape-mouches.
chitó ,  n. m.faucheurOun bon chitó l’a pó tó dzò awéi ché pra, un bon faucheur emploie toute une journée pour [faucher] ce pré .
chiwa ,  v. tr.scellerI pëntchyè l’a fé chiwa tòté fyóouwé, pó kyé powechon pa róba, le ‘pintier’ a fait sceller toutes les bouteilles, pour qu’on ne puisse pas les lui voler; sta fyóouwa l’è pa chiwâe, cette bouteille n’est pas scellée.
chîwa ,  n. f.seigleL’è avwéi a chiwa ky’oun fé ó pan atò, c’est avec le seigle qu’on fait le pain noir. || Sur la différence entre chiwa chacócha et chiwa écócha, cf. s. v. chacore.
chobe ,  chobeta  ,  adj.subitL’è mò dé mò chobeta, il est mort de mort subite. Il Loc. adv. a chobeta, à la hâte; l’è enwa der.ën â chobeta, il est entré subitement; dé chobe, subitement.
chobe ,  chobeta ,  adj.sujet à ,  exposé àYó cheí prou chobeta ou ma dé téita, je suis très exposée au mal de tête; l’è chobe dé dérótchyé pé hé chêré, c’est exposé [on est exp.] à dégringoler sur ces montagnes.
chócò ,  n. m.secoursA chócòr dé mé! à mon secours! Kyerya a chócò, appeler au secours. Devant d l’r étymologique  reparaît.
chóma ,  n. f.sommeona groucha chóma, une grosse somme.
chóna  ,  v. tr.sonnerChóna a groucha, sonner la grande [cloche]; chóna w’ënmarya, sonner l’Avé Maria (l’Angélus); chóna a fën, sonner le glas. La veille de l’enterrement, vers les 16 h., les porteurs viennent creuser la fosse, puis ils sonnent trois ën-módé, ce qu’on appelle ‘sonner la fin’.
chóna  ,  v. imp. et n.sentirTo chon-né bon, crwéi, tu sens bon, mauvais; i chon-né crwéi pé ha mijon, ça sent mauvais dans cette maison (au phys. et au moral); fóou borla dé dzinivró pó fér.é chona bon pé ó piló , il faut brûler [des branches] de genièvre pour parfumer la chambre.
chónó ,  n. f.sommeilI chónó , j’ai sommeil; me vën chónó , le sommeil me gagne; clókié a chónó , il ‘battait la mesure’ de sommeil.
chónó ,  n. m.sommeI fé oun bon chónó , j’ai fait un bon somme.
choōo ,  n. f.sueurL’aiè prou plin-na a bóta de chooo, il avait le soulier tout plein de sueur; can iré prou móouse dé tsa, panaé via a chooo avwéi a mandze, quand il était tout mouillé, il essuyait la sueur avec la manche.
chóou – chóouwa ,  adj.rassasiéT’éí to chóour.a? es-tu rassasié maintenant? I mëndjya chóou me, j’ai mangé mon soûl; fóou mëndjye chóouché, il faut bien manger. || Enivré, soûl, iré chóou, il était enivré; ha fémawa l’è chóouwa, cette femme a trop bu; iré chóou cóm’ona chopa, il était ivre comme une soupe ( = complètement ivre).
chóou – chóouwa ,  n. m.saoulN’ën récontra oun chóou, nous avons rencontré un homme ivre.
chóou ,  n. m.sou (monnaie)Oun vi pa vwér.ó méí de chóou per-ënkyè, on ne voit plus guère de sous par ici; ni ehóou ni male, ni sou ni maille.
chopa ,    S. m.soupe  quelque chose à manger à la cuillerQuelque chose à manger à la cuiller. Fére dé chopa, préparer quelque chose à ‘souper’; l’aie pri ba dé chopa, elle avait pris de quoi manger à la cuiller; l’an pó chopa ó waséi, ils ont du lait à ‘manger’.
chopa ,  n. f.soupechopa da tsêe, du bouillon; dé chopa pówinta, de la soupe au maîs; l’a falou paé ona bóna chopa, il a du payer une soupe grasse [il a dû graisser la main].
chopa ,  v. tr.manger à la cuillèreChopa dé cran-ma, manger de la crème; chopa dé witchya, boire du petit-lait; chopa ona tacha dé caféi, prendre une tasse de café; ganyon tui, chopon on a colè ór.a, tous gagnent de l’argent, ils mangent la soupe avec la longue  cuiller  [ils vivent largement].
chópa ,  v. tr.boucherChópa a chonale, boucher une sonnaille; chópa w’ètan, boucher l’orifice d’un étang. Il Fermer le bec à qqn. I dama l’îta chópae, la dame n’a pas su que répondre.
chópé ,  n. m.bouchonChópé dé w’étchyésó , da fyóouwa, bouchon de la cuve, de la bouteille; oun chópé dé lija, dé papeee, dé bóou, dé veero, un bouchon de liège, de papier, de bois, de verre.
chópò ,  n. m.supportCan o-n-a rin ky’oun crwéi bâton pó chópò, o.n-è dabò ba pé ó fon, quand on n’a qu’un mauvais bâton pour support, on est bien vite par terre.
chór.a !ceci , maintenant !Exclam. Mot composé de chó ór.a; ór.a, ór.a, chór.a! prop, mais, mais, ceci maintenant! Cette expression s’emploie pour exprimer une grande surprise.
chóta ,  n. f.sur les alpages ,  abri pour le bétail en cas de mauvais tempsLa chóta a la forme d’un long rectangle étroit, couvert d’ardoises et muni de plusieurs portes. Cf. engadinois suosta. || Espèce de remise, pour le bois, la litière, etc. Vejó ba â chóta tsapla dé bóou, je vais à la remise couper du bois. Abri quelconque. Balîe de plodze a vêche é n’ën pa trówa ‘na chóta, il pleuvait à verse et nous n’avons pas trouvé un abri. Il A chóta, loc. adv. A l’abri: nó chin byin a chóta, kyé baleche pye dé plodze, nous sommes bien à l’abri, qu’il pleuve seulement.
chóte ,  n. m.saligaud , personne sale *kyën brote chóte t’eí ! quel vilain saligaud tu es! || A Grimisuat on connaît aussi le fém.: ona chóta béítchye, une sale vilaine bête.
choun ,  cha ,  adj. poss.son ,  saTseconn défin choun bën é cha mijon, chacun défend son bien et sa maison.
chowe ,  chowaseul -e ,  proclitique ,  jamais employé après le subst Oun chowé ómó , ona chowa fémawa, un seul homme, une seule femme; i pa you oun chowe, je n’ai pas vu un seul, c.-à-d. je n’ai vu personne. || Syn. chowé .
chowe ,  chowaseul -e ,  proclitique ,  jamais employé après le subst Oun chowe ómó , ona chowa fémawa, un seul homme, une seule femme; i pa you oun chowe, je n’ai pas vu un seul, c.-à-d. je n’ai vu personne. || Syn. chowé .
chóo ,  chówa ,  adj.saufè nóoutró chon ita chóo, les nôtres s’en sont tirés sains et saufs. Marya Róché l’è ita chówa da pesta, M. r. a été épargnée de la peste.
chówa  v. tr.sauverN’ën adéí chówa nóoutre n-afér.é, nous avons toujours sauvé ce qui nous appartenait.  V. r. Ché kyé l’are pa ouou. che chówa char.é dana, celui qui n’aura pas voulu se sauver sera damné .
chówa  ,  v. tr.mettre la semelle à un soulierChe ó powecha mé chówa hé bóté, si vous pouviez me ressemeller ces souliers.
chowe  ,  n. m.se rencontre dans l’expressionteni chowe a cacoun, tenir compagnie à quelqu’un; va teni chowe ou maadó , va tenir compagnie au malade; i nyoun pó mé teni chowe, je n’ai personne pour me tenir compagnie.
chowe ,  n. m.soleil (s’emploie sans article)Che ouîe chowe; che moche chowe, le soleil se lève, le soleil se couche; l’è djya âte chowe, le soleil est déjà bien haut; l’è ba chowe, le soleil baisse; ai prou bën ou chowe, avoir beaucoup de biens au soleil; crijon kyé chowe che wiwé rin kyé pòr loo, ils croient que le soleil ne se lève que pour eux.
chowé ,  chówéta ,  adj.seulChé vyou ité chowé, ce vieux habite seul.
chwin ,  n. m.soinI fóou ai de chwin di j-âlon, il faut avoir du soin des habits; ch’o-n-a pa dé chouin di béitchyé, o-n-a rin kyé dé mijér.é, si l’on n’a pas soin du bétail, on n’a que du malheur.
chyin ,  n. m.individu rusé ,  amuseurKyën chyin, kyën chyin! quel type madré, quel amuseur! || Du fr. chien.
clara n. f.claireI clar.a, nom de la seconde cloche [à cause du son clair].
claa ,  clar.a ,  adj.clairD’éivwé clar.a, de l’eau claire; ché café l’è trwa claa, ce café est trop clair; aa derën ou piló , l’è méí claa kyé four.a â cojena, allez dans la chambre, c’est plus clair que dans la cuisine. || Fig. Dans une situation bien définie, sincère. Chon pa ita claa avwéi Mita dé Granwé: chon rin enou ënséi, ils n’ont pas été dans une situation claire avec M. de G. ; ils ne sont donc pas venus [la voir].
clian ,  n. m.bon ami ,  celui qui fréquente une jeune fille (L., Légendes, p. 22.) Il Syn. beaucoup plus usité: gawan.
clócaboîterDe l’all. glocken. V. intr. Boiter. Syn. clósye.
clóou     ,  n. m.clos
clóou     ,  n. m.    ,  n. m.clouAtseta dé clóou pó fera ó mówé, acheter des clous pour ferrer le mulet. Ne pas confondre les tatsé (clous pour les souliers), les pwën dé pari (petit clou) et les clóou de moyenne grandeur ou grands. || è clóou dé dzerôfle, les clous de girofle. || Fig. Rébatré è clóou, river son clou à qqn.
clóou     ,  n. m.  ,  n. m.hibouDé tsatin, n’avwi chowin ó clóou outre pâ néi, en été, on entend souvent le hibou pendant la nuit.
clópó ,  clópa ,  adj. et n. m. et f.boiteuxL’è clópó i böse a vó , votre garçon est boiteux; i clópó wéi va ouncó byin vitó , ce boiteux marche encore vite. || Syn. Bwitou.
cló’pé ,  n. m.croc-en-jambeForôo pa tsejou che eché pa fé ó clópé, je ne serais pas tombe s’il ne m’avait fait un croc-en-jambe. || Même origine que clópó .
close ,  n. f.clocheI’a catró ctosé ou clósyè dé Chavyeje: i  grooucha, i clara, i métanire é ha dé w’écóouwa, il y a quatre cloches au clocher de Savièse: la grande, la claire, la métanire et la cloche de l’école [avec laquelle on appelle les enfants â l’école].
clòte ,  n. m.trou évasé dans la terre ,  creuxL’an fé oun clòte pó a chabla, ils ont fait un creux pour [extraire] Ie sable; l’a dé brote clòté pé ha vâe, il y a de vilains trous [enfonce-ments] dans ce chemin; i clòte dé w’estoma, le creux de l’estomac. || Vallon. Nó chin jou ba pè ché clòte, nous sommes descendus par ce vallon. || Syn. gyin.na, conba.
cóbla ,  n. f.bande ,  troupeVenyîon pè cóblé, ils venaient par bandes. || Espace de temps. Préé ona cóbla, prier un moment. || En patois de Grimisuat, outre le sens qu’il a à Savièse, le mot cóbla signifie aussi une dizaine du chapelet: préé ona cóbla, c’est réciter une dizaine.
cócha ,  n. f.momentAtindre ‘na cócha, attendre un moment.
cochi  ,  n. m.petit déversoir que l’on pratique au bisse pour que l’eau sorte sur le préCochi est apparenté au fr. ‘coche’ (entaille); le cochi est forme d’une coche ou entaille pratiquée dans le bord du bisse ou torrent pour détourner l’eau sur une propriété . Voy. le verbe décósyé . \ | Syn. èrdzèréi .
cochi  ,  v. tr.abaisser ,  coucheroura l’a cochya ó bla, l’ouragan a couché le blé .
cócon ,  n. m.oeufcócon di dzenelé, di j-ijéi, di charpin, di j-anjêe vè, des oeufs de poules, d’oiseaux, de serpents, de lézards verts( ce qui est une erreur : les lézards verts sont ovo-vivipares).; cócon di pówé, oeuf de coq. On donne ce nom aux petits oeufs de poule sans coquille; couvés, ils donneraient naissance a un serpent!  Dev.: ona mijon blantse, pa ‘na fènéitra, pa ‘na porta? – oun cócon; une maison blanche, pas une fenêtre, pas une porte? – un oeuf; ona mijon blantse plin-na tinky’â fréita? ~ oun cócon; une maison blanche remplie jusqu’au faîte? – un oeuf.
cojën ,  cojena ,  n. m. et f.cousin ,  cousineNó chin promyé cojën, nous sommes cousins germains. || Syn. infan dé frare, enfants de frères.
côlon ,  n. m. pl. Syn. de côlé .testiculesCópa è cólé ou botchyó , châtrer le taureau.
colôo ,  n. m.cheminée ,  ravinDi déwéi  Pra Rouwa n’ën apela ba pé oun colôo, depuis au-delà de Pra-r. nous sommes descendus par un ‘ couloir ‘.
colôo ,  n. m.couloire (le fond habituellement en forme d’entonnoir ouvert se ferme pour le coulage du lait avec une panôchaI colôo chervé a côwa ô waséi, la couloire sert à couler le lait. || Devin. Chadé vô kyën l’è i plo fën da mijon? -i van. – è i plo tacó? – i colôo; savez-vous quel est le plus fin de la maison? – le van. – et le plus sot? – la couloire. Tandis que le van rejette les déchets et garde le bon grain, la couloire,’ au contraire, retient les matières impures et laisse couler le lait.
coman ,  n. m.morceau de fer en forme de coin que l’on enfonce au bout d’une bille pour la traînerGrimisuat, comanlyè.
coméi ,  n. m.farine et oeufs battus ensemble pour faire les omelettes (crépéi)
cómin ,  adv. inter.comment ,  commeDevant l’article oun, ona, on trouve la forme brève et la complète: cóm’oun tsën, comme un chien; c’est la forme la plus fréquente, quand on ne veut pas appuyer sur la comparaison; chéi ita rechyou cómin oun tsën, j’ai été reçu comme un chien. L’art, fém. ona peut perdre le o après cómin: iré chóou cómin ‘na béitchye, il était ivre comme une bête; cómin fóou t-e f ère? comment faut-il faire? -chéi pa cómin varé, je ne sais pas comment ça ira
cómin ,  adv. inter. ( suite)commentcómin djyon t-e a sta tsóouja? comment appelle-t-on cette chose? || Adv. corrélatif des adv. de compar. T’éi ‘na canale ! – atan cómin to, tu es un voleur! -autant que [pas plus que] toi; iré pa tan byo cómin l’an de, il n’était pas aussi beau qu’on l’a dit; prin tan dé tin cómin pó myere, cela prend autant de temps que pour couper le blé avec la faucille. || Comme si. L’a corou cómin i djyâbló eche ënporta a mijon, il a couru à la maison comme si le diable l’avait emporté (L., Contes, p. 87).
conba  n. f.contenu d’une ripeFéré ‘na conba dé pewa, faire de l’orge perlé du contenu d’une ripe.
conba  n. m.lutteL’an dé ver.etâbló conba fou gamin, ils ont de vraies batailles, ces gamins. || Difficulté, tracas. Kyëntou conba, can o-n-a dé crwéi veiën ! que de difficultés quand on a de méchants voisins ! I conba dou traó , le tracas du travail.-
conba ,  n. f.combe ,  vallon , val *, petite vallée *Syn. gyin-na, clóte. || Voy. noms de lieux.
che contase fierV. pron. Che conta
conta    ,  v. tr.compterDawe béitchyé kyè nó contaon fornité, n’ën pochou vwar.i, deux pièces de bétail que nous comptions perdues, nous avons pu les sauver; conta w’ardzin, compter l’argent; conta vwér.ó nó pêjin, comptez combien nous perdons. || Contó chou rlwi, je compte sur lui; to pou conta kyè t’ar.éi a fér.é avwéi sti, tu peux compter [être sûr] que tu auras à faire à moi. || Conta! comptez!- – – est une réflexion qu’on fait en entendant qqn raconter de grandes choses, c’est un mot d’approbation. Il Prov: Ché kyé conté tòté, vwanyé pa é tsan, celui qui suppute tout, n’ensemence pas ses champs. Il V. r. Se compter. Ché conton pó chai vwér.ó chon, ils se comptent pour savoir combien ils sont; ché l’è oun teneró kyè che conté, cet homme est un foudre qui compte; ona fréea de moundó kyè che conté, une multitude de gens qui compte.
conta   ,  v. tr.conterGróoucha, conta a conta dou tsataan Aroun`na, grand-maman, racontez-nous l’histoire du juge A.
conta ,  n. f.conte , chose inventée , conte bleu * Chon chwëe dé conté chin, ce sont sûrement des contes, cela. || Dé conté d’Ijérabló , des contes d’Isérables (c’est le Salvan, le Villarimboud, le Gersau du centre du Valais).
conta ,  n. f.conte , histoire *L’a dé plo bèwé conté derën ën ché wivró , il y a de si belles histoires dans ce livre; è conté da chenegóouda, les contes de la ch. Il
contó ,  n. m.compteI contó l’è josto, le compte est juste , c’est juste (au bistro, quand on donne de la bonne main) *; nó véjin règla ché contó , nous allons régler ce compte; sta chenan-na n’ën è contó , cette semaine nous avons les comptes [de la commune à régler]. Il Prov. Or.oo dé contó fé pa contó , erreur de compte ne compte pas; porta ën contó è fré dé w’ëntèrémin, porter les frais de l’enterrement en compte; è tchyevré tenyon rin a contó chin ky’oun bale ou bou, les chèvres ne tiennent pas compte de la pâture qu’on leur donne à l’étable [il leur faut la pâture libre, en plein air].-
contò ,  n. m.contour , virage *, détour *wéi i vae fajîe oun contò, là la route faisait un grand contour. || Détour. L’a bala oun grou contò pó pa che récontra avwéi ó pare, il a fait un gros détour pour ne pas rencontrer son père.
cóóna ,  n. f.colonneDans le rouet, les deux supports extérieurs qui reposent sur les ‘pieds’. || Poutre ronde. L’è tsejou ba i cóóna kyè n’aîon metou pó teni ó tra da grandze, la ‘colonne’ que nous avions mise pour soutenir la poutre de la grange est tombée.|| I cóóna da fréita ou mountin da freita, le poinçon ou poutre qui soutient le faîte, soutenue elle-même par les bréi (bras).
cópâe ,  n. f.coupe de bois *considérableKyënta cópâe l’an fé pé ha dzôo, quelle grosse coupe on a fait dans cette forêt!
copie ,  n. f.copie
copié ,  v. tr.copier
coplé ,  n. m.passage ,  entrefilet L’a chou è cawandri dé cóple ën patwé, il y a sur les almanachs des passages en patois; l’an metou oun cóple chou oun weprou derën a gadzéta, on a mis dans le journal un entrefilet sur un lépreux. |  Couplet de chanson. Ha tsanson wéi l’a dé cóple tan kyè no ou, cette chanson a des couplets tant qu’on en veut.
copōo ,  n. m.hongreur ,  châtreur
córâe ,  n. f.courroie ,  attache de soulier en cuirTó va pa è córae di bote, tu ne vaux pas les courroies des souliers; va pa è côrae di tsën, il ne vaut pas les courroies d’un chien: c’est un homme de rien.
côrba  ,  n. f.contenu d’un panierona côrba dé rejën, un panier plein de raisins.
côr’ba ,  v. tr.courberDri ky’oun côrbé hè brantsé, i chouton, dès qu’on courbe ces branches, elles se brisent.
cōrba ,  n. f.panierCōrba dou tsaa  , panier oblong qui s’attache aux flancs du mulet, de là le nom de ‘panier du cheval’; cōrba a cowêrcló , panier à couvercle.
còr’bé ,  n. m.morceau de bois en demi-cercle servant de poignée à une scie; on appelle cette scie réicha córbaMorceau de bois en demi-cercle servant de poignée à une scie; on appelle cette scie réicha còrba.
còrbó ,  còrba ,  adj.courbéChe teni còrbó , se tenir courbé, voûté . Va tó còrbó , il marche tout voûté; còrbó cóm’oun racló , [cet homme est] courbé, voûté comme un racloir; ou drise ou còrbó ch’ën-tiron adéi ou droits ou courbés, ils se tirent toujours d’affaire. || S. m. Còrbó , courbe. Ina wéi avwe i chapën fé ó còrbó , là-haut où le sapin fait la courbe.
ou drisé ou còrbó  loc.dans tous les cas:remarquez l’expression ou drisé ou corbó ,  dans tous les cas .ou drisé ou còrbó ch’ëntîron adéi, ou droits ou courbés, ils se tirent toujours d’affaire; n’ënvwéin ona bwite dé rejën drisé ou còrbó , nous envoyons une boîte de raisins dans tous les cas.
cōrda ,  n. f.cordeè cördé dou fin, da bwéea, les cordes du foin, de la lessive; i mountaé pa è cördé a wâtre pó chéé, il n’atteignait pas la cheville du pied de l’autre pour faucher \litt. les cordes]; oun pâa dé cördé désigne les cinq cordes avec lesquelles on lie les paquets [fache] de foin: la ondzanye et les quatre autres. Voy. s. v. ondzanye.
cordi ,  n. m.cordier
cor.in    ,  n. m.courant d’airOun bon corin t’etromeri prou ó fla, un bon courant te couperait bien le souffle.
cor.in  ,  -inta ,  adj.courantProv. (L. 200). Can ona béitchye l’a atrapi oun cwéi bócon fóou fetchye oun fêe ródzò derën ou bire é acoli chin pé w’éivwe corinta, quand une bête a reçu un mauvais sort, il faut mettre un fer rougi au feu dans sa boisson et jeter cela [la boisson] dans une eau courante. || S.m . I corin da chenan-na, le courant de la semaine.
cōrna ,  n. f.corneChé di cörné, celui des cornes (le diable). Döo cómin è corné di tsën, c’est dur comme les cornes des chiens (très dur); a ché mancon rin kyè è cörné, à celui-là il ne manque que les cornes [il est très méchant]; ou tó mótra è cörné ou bën té fòtó ba ou Roun-nó , veux-tu montrer les cornes ou bien je te jette au Rhône [formule enfantine pour faire montrer les cornes aux escargots]. || Branche très courte partant du cep et portant les sarments. Pó pwa e-n-ódré fóou ky’i vise eche tré cörné, é pwè tsekyé cörna di ai davwé chèrmin, pour tailler la vigne d’après les règles, il faut que le cep ait trois ‘ cornes ‘, et chaque ‘ corne ‘ doit avoir deux jets.
còrné ,  n. m.cornetI còrné dou tchyévrér.óou, le cornet du chevrier, avec lequel, le matin, il annonce le passage de la berdzeri.
còrné ,  n. m.petit sac de papier , petit sac en papier *, cornet  SR * Syn. chatson [dé papêe].
còrné ,  n. m.la pomme d’Adam ou le larynx Gargyéta désigne plus généralement la région du cou, quand on s’empoigne par le cou, par la gorge  
co ,  cortacourt ,  courte
co ,  corta ,  adj.courtI córda l’è trwa córta, la corde est trop courte; è dzó venyon adéméi co, les jours deviennent de plus en plus courts. ,  || Sur a co, voy. aco. \\ S.f. I corta, chemin de raccourci. I corta d’Owia, Ie raccourci d’Olive, allant de la route de Pélier â la Sionne, au-dessus de la brasserie du St-Georges.
corta n. f.chemin de raccourciI corta dâ wir.a  , le raccourci du lierre, chemin bordé de murs recouverts de lierres.
corti ,  n. m.jardinAfr. cortil.
corya ,  n. m.notaireLe mot n’est plus usité que pour désigner d’anciens notaires: i corya Rin-nâa dé Tsandowën, le notaire-juge Reynard de Chandolin. Aujourd’hui on emploie le mot tsataan, ou nótéiró s’il n’est pas juge communal. || C’est le mot fr. curial, qui a vieilli en Valais. Ainsi à Val-d’Illiez (Fank., p. 197), à Nendaz, etc.
cóson ,  n. m.nuquePou pa drésyé ó cóson, il ne peut pas dresser la nuque.
cotêe ,  n. m.réunion de plusieurs personnes en train de causer; causetteQuand on passe à côté de deux personnes en train de causer, le bon ton exige qu’on dise: cotêe! ou: apréi féré ó cótêe! en train de causer !
cótéi ,  n. m.côtéCe mot ne se rencontre que dans l’expression chakye a cótéi, sac porté en bandoulière . Voy. chakye.
cotën ,  n. m.robe de femme I cotën di féité, di dzovri, la robe des jours de fête, des jours ouvrables. || Fr. cotte, Lombardie occid. kutin.
cóton ,  n. m.coton
cóton  ,  loc. adv.penché ,  de traversTeni oun póou dé cóton, se dit très bien pour ‘un peu de travers, un peu penché’; cha tó pa teni dé cóton a brinta pó oudjye derën â bóche ? ne sais-tu pas tenir la brante penchée pour verser dans le tonneau?
cótse ,  n. f.coin ,  ruelle borgne ,  lieu retiréBéi kyè vën féré ënséi pé stè cótsé, que peut-il bien pouvoir faire par ces coins?
coudó ,  n. m.coudeL’aîe rèêrtchya a tsemijé tinky’ou coudó , il avait retroussé [les manches de] la chemise jusqu’au coude. || Prov. I fortona da féna l’è di ó coudó ën dèean, la fortune de la femme est depuis le coude en avant [si elle est travailleuse, elle est assez riche].
couse   ,  n. f.litLit  Syn. le
couse   ,  n. f. pl.couchesL’è morta can l’a jou è couse, elle est morte en couches.
cówâe ,  n. f.coulureI cowâe di rejën, la coulure du raisin.
cowêe    ,  cowêrta ,  adj.couvertT’éi tó byin cowêe? es-tu bien couvert? chéi pa prou cowêrta, je ne suis pas suffisamment couverte. || L’è cowêe adri, pori eni dé plodze, c’est fortement couvert, il pourrait pleuvoir [sans dommage].
cowêe    ,  n. m.couvercleavwe a tó metou ó cowêe dou méitron ? où as-tu mis le couvercle du petit seau? || Syn. cowêrcló .
cówéi   ,  n. m.coffin ,  étui en bois où le faucheur serre sa pierre à aiguiser
cówéi  ,  n. m.ecouvillon linge attaché à un bâton  pour nettoyer un four ou un autre corps creux. Oun cówéi dé fò, un écouvillon de four. || Dev. Derën ou bou l’è plin dé eatsé rôdzè, va derën i groucha nire, tsanpîe toté foura? – i cówéi, l’étable est remplie de vaches rouges, y pénètre une grosse noire qui les chasse toutes? – l’écouvillon. || Val-d’Illiez, écovi (Fankh. 194); Grimisuat, cóé .
cowin ,  cówintacollant ,  glissantFé ëntinsyon, i rota l’è côwinta, fais attention, la route est glissante.
cowin ,  -inta ,  adj.coulantI nyou cowin, le noeud coulant. || Fig. Coulant, laissant passer. I réjyan l’è rin ita cowin sti an, l’instituteur n’a pas été coulant cette année [pour les congés].
cowin ,  n. m.couventL’è parti ou cowin,  il   est  parti   au   couvent [s’est fait religieux].
craea ,  n. f.craieCan nó vajion a w’écóouwa nó fajîon dé craea avwéi dé tsa, quand nous allions à l’école, nous faisions de la craie avec de la chaux.
cramò ,  n. m.intérieur de l’étable à porcs (partson) où les bêtes se retirent pour dormir
cramò ,  n. m.réduit quelconqueI cramò di pómé, l’endroit où l’on serre les pommes. || Hérémence kramò(t), ‘enclos’ (Lav. 260).
crâné ,  crâneta ,  adj. et n. m. et f.un peu fier; petit vaniteux
crânó  -na ,  adj. et n. m. et f.crâneTé baló chou ó crânó , je te donne [un coup] sur le crâne.
crânó  -na ,  adj. et n. m. et f.vaniteuxRada vweró l’è crâna avwéi fou byo j-âlon, regarde comme elle est vaniteuse avec ces beaux habits. || Fier. Crânó cóm’oun pó , fier comme un pot. || Bon, qui rapporte: ona crâna mina, une excellente mine qui rapporte.
crapaavare
crapa    ,  n. f.résidu du beurre fondu
crapa ,  n. f.râpe du raisinL’a mëndjya tótè è gran-né dou rejën, l’a rin achya ky’a crapa, il a mangé toutes les graines de la grappe, il n’a laissé que la râpe. || Ramille des raisins de sureau, qu’on enlève pour faire la confiture.
crapó ,  n. m.crapaudè crapó chon brote, ma fóou pa ou férë dé ma, paskyè i pecon tota chörta dé vermena, les crapauds ne sont pas beaux, mais il ne faut pas leur faire du mal, parce qu’ils détruisent toute sorte de vermine.|| Fig. Terme d’injure s’appliquant surtout aux enfants. Atin, crapó kyè téi, t’aprindri a eni per.ënkye! crapaud, je m’en vais t’apprendre à venir ici!
crapotën ,  n. m. Dim. de crapó .petit crapaud
crefa ,  n. f.une petite quantité , un peu de *, un petit peu de *L’a bala ‘na crefa dé ni, il est tombé une petite couche de neige.
crepi ,  -pite ,  participe de crepi  (adj.).garni ,  criblé ,  plein ,  tout couvertDé tsatin l’è tó crepi dé mótsé pé fou pilo, en été c’est garni de mouches dans les chambres; iré crépi dé moundó , ça fourmillait de gens.
crepi ,  v. tr.crépircrepi è moralé di mijon nouwe van tsásye dé chabla ba ou Roun-nó , pour crépir les murs des maisons neuves, on va chercher du sable du Rhône.
crere ,  v. tr.croireCrijó , tó cri, i cri, nó crijin, vó cride, i crijon. Imp. crejîó , tó crejîe, i crejîe, nó crejîon, vó crijîe, i crejîon. Fut. creri, tó creri, i creri, crerin, creréi, creran. Cond. pr. crerôo. Part. crou. || Yó crijó pa chin, pour moi, je ne crois pas cela; ó cri prou, il le croit bien; crejîó chwêe kyè tó fori enou, je croyais sûrement que tu serais venu; l’è pa oun kyè cri tó chin kyè djyon, ce n’est pas qqn qui croit tout ce qu’on dit. || Fóou crere, il faut croire, formule pour attirer l’attention sur un fait notoire. Kyën tsatéi l’a fé wéi, fóou crere kyè l’è prou retsó , quel palais il a bâti là, il faut croire qu’il est assez riche; cóminse a eni fri, fóou crere kyè no chin a fën dé outon, il commence à faire froid, c’est qu’on est fin automne.
crere ,  v. pron.croireChe crijon prou retsó , ils se croient assez riches. Avec la prép. de et un infin. Che crejîe dé wéea a brinta chowé, il croyait pouvoir lever la brante tout seul; che cri d’ai fé oun bon martchya, il croit avoir fait un bon marché; fóou pa té crere ky’i vénindze foweche béwa sti an, il ne te faut pas croire que la vendange soit belle cette année. || S’en croire. Ché ch’ën cri byin, il s’en croit. || V. n. Crijó pa, je ne crois pas; crijó prou, je crois bien; cri pye, crois ‘seulement’ (n’y crois pas). L’infln. est précédé de la prép. de. Crijîo’ d’arowa i promyé, je croyais arriver le premier. || Encore courante en SR, la construction avec de est vieillie en France pour les verbes croire, penser, espérer, sembler. || Obéir. Kyën botchyó dé fèmawa, cri rin, quelle femme têtue, elle n’obéit point!
créta ,  n. f.crêteI créta dou pówé, la crête du coq. || I tsawé l’è fran chou a créta, le chalet est sur la crête.
creva ,  n. f.maladie qui mine qqnL’a a creva, il dépérit.
crîde ,  n. m.créditBale a crîde, donner à crédit; atseta a crîde, acheter à crédit.
crója ,  v. tr.creuserCrója è pómètêré, arracher les pommes de terre. || Abs. N’ën falou crója préeon, nous avons dû creuser profond; crója foura, sortir qqn ou qqch. en creusant.
crópa ,  n. f.croupeAchéita té chou a crópa dou mowé, assieds-toi sur la croupe du mulet. || Derrière. T’éi chwêe kyè to rechi oun cóou chou a crópa, certainement tu recevras un coup sur le derrière.
cróta  n. f.croûteI cróta dou pan, dou frómadzó , la croûte du pain, du fromage. || Petite quantité , un peu de *, un petit peu de *, ona cróta dé boró chou ó cadre, un petit morceau de beurre sur la planchette.
cróta  n. f.jante de roueMé fóou tsandjye é cróté dé sta rouwa, il me faut faire changer les jantes de cette roue.
cróta ,  -ae ,  part. ,  adj. ets.marqué de la petite vérole
crowi ,  v. tr.couvrir , cacher *Per.ënkyè oun crowe tòrdzó è ti avwéi dé wése, par ici on couvre toujours les toits avec des ardoises; ina i mêin, oun crowîe ó fwa avwéi dé chëndre é ô matën o-n-aîé pa béjwin dé motsété pó ënprinde ô fwa, dans les mayens, on couvrait le feu avec les cendres et le matin on n’avait pas besoin d’allumettes pour allumer le feu. || V. r. I tin che crowé, le ciel se couvre. || Fig. Cacher. Fajîon ‘na tsóouja pó crowi ó fwa, ils faisaient cela pour cacher le feu ( pour donner le change , cacher la merde au chat *, balayer le problème sous le tapis *).
crwéi ,  cróouwa et crwëe ,  adj.Impie, mauvais moralement , athée *, de mauvaise vie *, mécréant *Ché iré déstra crwéi, fajîé pa kyè deré dé ma dâ rewejyon, ch’ënmóca dé tóté, celui-là était très impie, il ne faisait que déblatérer contre la religion, se moquer de tout. 
crwéi ,  cróouwa et crwēe ,  adj.maigre, misérableL’è enou crwéi cóm’ona tsarópa (charogne), il est devenu d’une maigreur épouvantable; l’è tan crwéi kyè l’a pa ky’a péi é è j-óouché, il est si maigre qu’il n’a que la peau et les os. || S. m. I crwéi, le mauvais;  è crwéi
crwéi ,  cróouwa et crwëe ,  adj.mauvais ,  de mauvaise qualitéOun crwéi tsapéi, un mauvais chapeau; ona crwëe din, une mauvaise dent, mais on dira: é din chon cróouwé, la forme de l’adj. variant selon la place; ha nwé l’è cróouwa et hé nwé chon cróouwé . Prov. è cwéi j-ovri tróouon jaméi dé bon j-oti, les mauvais ouvriers ne trouvent jamais de bons outils. || Méchant, d’un caractère méchant.
crwéi , n. m.le mauvais ,  le démon , satan* , le diable *
crwéi , n. m.méchants ,  par oppos  aux bons ,  aux vertueux
cwéna ,  n. f.dosse ,  la première et la dernière planche d’un ‘billon’ et qui conserve son écorce
cwéna ,  n. f.trancheona cena dé bacon, une grosse tranche de lard.
cwete  ,  n. f.cuiteL’a pri ‘na cwete, il a pris une cuite; il s’est enivré . Expr. pop. en SR et connue aussi en France.
cwife ,  n. f.coiffeBonnet de soie des femmes.|| I cwife dou tsarfon, sac en forme de coiffe à grosses mailles dans lequel on met les choux frais pour les cuire. || Cwife ( = pòrsyon da dóbla di atse, partie du second estomac des vaches), mésentère.
cwir.e ,  v. tr.cuireCwire a sën-na, faire le souper; mé fóou aa cwire pó è catson, il me faut aller cuire pour les porcs; è pómé chon cwété é récwèté, les pommes sont cuites et recuites; l’è ita cwé per derën, il a été cuit par-dedans. Cwire pó è béitchyé, cuire quelque chose pour le bétail. || Se dit de la peau enflammée par l’urine chez les petits enfants. Ché póouró peti l’è tó cwé, ce pauvre petit a la peau tout enflammée. || V. n. I vèn l’è ën trin dé cwire, le vin est en train de fermenter. || V. r. ën’atindin kyè nó vajin a mécha, i dena che cwi prou, tandis que ( pendant que *) nous allons à la messe, le dîner se cuira bien. || Le patois confond cuire avec bouillir: cwire ó waséi, bouillir le lait; avec frire: dé pómètêré cwité ou boró , des pommes de terre frites au beurre; avec fondre: de boró cwé, du beurre fondu.
cwite ( ai – )avoir un besoin urgent de faire qqchL’a cwite dé pichye, il a un besoin urgent d’uriner.
cwite    ,  n. f.eau-de-vie qu’on fait d’un coup [d’une cuisson]Sti âdzo n’ën prou dé dzinyó pó feré dôou ou tré cwité dé brinteën, cette fois nous avons assez de marc pour faire plusieurs ‘cuites’.  Dernier état du lait après qu’on en a extrait le beurre, le fromage et le sérac. è pouè an-mon byin a cwité, les porcs aiment bien la ‘cuite’, i cwite l’è oun poou vèrda, i witchya l’è méi blantse, la ‘cuite’ est un peu verte, le petit-lait est un peu plus blanc. [| A Grimisuat cwité, dans ce dernier sens, se dit: tsada.
cwite  ,  n. f.hâteL’an fé a tabla a cwite, ils ont fait la table à la hâte. || Prov. Can oun che marye â cwite, â wèji oun che répin, quand on se marie à la hâte, à l’aise on s’en repent. || Ce subst. existe en afr. coite, couite, etc., et dérive de coitier, presser, hâter.
dajon ,  n. m.couche formée par les aiguilles de sapin ,  de pin ,  etcóra l’è défindou dé prindé dé dajon pó chótédré è eatse, il est maintenant défendu de prendre du dajon pour la litière des vaches.
dalōo ,  adv.naturellement ,  bien entendu , bien sûr *, et comment *, c’est clair *, tu peux dire *, tu parles *, mais alors ! * et pis comment ! * tu me le fais pas dire ! *L’è arowa i fese dé chorda, – ën d-aré conta dé bèwè tsowjé, -daloo, notre fils est rentré du service militaire, – il aura conté de belles choses, – naturellement.
damou ,  adv.au-dessus ,Damou désigne couramment les mayens ou les alpages par opposition  aux villages:  l’are méi    moundó damou kyè déjó vwi -conta, aujourd’hui il y aura davantage de gens dans les mayens que dans les villages. – Soyez-en sûr; demëndzé parton tui amou i rèco è réiston tré dzó damou, dimanche tous vont aux mayens pour faire les regains et ils restent trois jours là-haut. En amont, wéi l’è i pon é nó n’ën dé pra damou é déjó , là est le pont et nous, nous avons des prés en amont et en aval. || Le nord-est ou le Haut-Valais. L’è tópó damou, c’est sombre sur le Haut-Valais.
damou ,  adv.au-dessus ,itè ina damou, il habite au-dessus, à l’étage supérieur; i trâlé ou pilo déjó ma dromé ou pilo damou, il travaille dans la chambre de l’étage inférieur, mais il dort au-dessus. En l’air, renversé . L’è ita acoli è tsanbé damou outre pè ó tsan, il a été projeté les jambes en l’air dans le champ.
damou   Prép.au-dessus de ,  sur , dessus , en amont de , en dessus de *, au nord de , N’ën oun tsawé ina damou ó chéi é oun fran déjó , nous avons un chalet sur le rocher et un juste dessous; réiste damou nó , il habite au-dessus de notre appartement. || Fig. è retsó chon cómin óouló , chon tòrdzó damou, les riches, c’est comme l’huile, ils sont toujours dessus. || En amont de . Damou ó pon, en amont du pont. || Au nord de, lorsqu’il y a différence de niveau. L’an oun pra damou ó nóoutre, ils ont un pré au nord du nôtre. || Damou peut être précédé d’autres adverbes ou prépositions: ina damou, pé damou, outré damou, outré pé damou, foura ina pé damou, amou damou, di damou, outr. ënséi é ina é ba pé damou, etc. Voy. ces termes.
dana ,  danae ,  adj. et n. m. et f.damné ,  damnée
danse n. f.danse
danye ,  n. f.tige creuse de plante herbacée ,  spécialement tige du chanvre:i danye dou tsénevò, la tige du chanvre.
daoun ,  adv.n’est-ce pas?Mâre, vajó meróouwa ‘na vouârba, daoun? mère, je vais jouer un moment, n’est-ce pas?
dapâa ,  adv.en plusL’a bala a sta cakyé tsoouja dapâa, il a donné à celle-ci quelque chose en plus [de particulier]; chin iré dapâa da réista, cela était à côté [en plus] du reste; chin kyè l’aie rechyou dapâa di j-âtro l’a falou tórna a rindre foura dé ché prósé, ce qu’il avait reçu en plus que les autres, il a dû le rendre par suite de ce procès.
davwé ,  adj. num. au féminin.deuxVoy. dóou.
debri ,  n. m.débrisW’éivwe l’a achya tota chorta dé debri, l’eau a laissé des débris de toute sorte.
décló ,  -a ,  adj.qui a le ventre videI atse l’è décla, la vache a le ventre vide; fóou mena ën tsan a tchyévra, l’è décla ën-ódre, il faut mener la chèvre paître, elle a le ventre bien vide; décla com’ona chervir.e, le ventre vide [et par suite pas plus large que] comme une civière. || Grimisuat id. – Montana dehlo.
dedenprép. dans, utilisé à Roumaz et OrmôneVar. derën
déean ,  adv.devant (lieu)To va déean, yó var.i apréi, tu vas devant, j’irai après; tën-té wéi déean, tiens-toi là-devant.  Avant (temps). I dzò déean, le jour avant; demëndze déean, l’autre dimanche.
déean ,  prép..devantRada déean té, regarde devant toi; oun di j-atsérôou va déean è eatsé, l’un des bergers précède les vaches; dèean tó ó moundó , devant tout le monde; l’è parti déean mè, il est parti avant moi. || Prov. Mè m’ën tin, mè m’ën tâa, déean a Chën-Mâa mè wîó pa, ensemence-moi à temps ou à tard, avant la Saint-Marc je ne me lève pas.  Déean dzò, litt. avant jour: di déean dzò, depuis avant jour, pour avant le jour, dès l’aube. Cette expression est sans doute moins connue en Fr. qu’en SR, toutefois elle est fréquente dans d’Aubigné et Michelet. || Déean dé, avant de: déean dé trale, avant de travailler; déean dé promena fóou trale, avant de se promener, il faut travailler.
déean kyè ,  prép.avant de, avec l’infin.Déean kyè, avant de, avec l’infin.: déean ky’aa ba Chyoun, fóou aa ba a venye, avant d’aller à Sion il faut descendre à la vigne.
déean kyè ,  prép.avant que, avec le subj.Déean kyè to venyeche, avant que tu ne viennes; va ba ou sewi déean kyé fajeché trwa topó , va à la cave avant qu’il ne fasse trop sombre.
déean ,  n.m.devant  (le – )N’ën rèfé ó déean da grandze, nous avons refait la façade de la grange. Dans une armoire on distingue: i déean ou les portes , i der.i , le derrière, et è dóou tsechówé, les deux flancs ( côtés ).
déean kyé dé ,  prép.plutôt que deajâa dé créea déean kyè dé peca chin, périr plutôt que de manger cela. Avec une ellipse: l’è pa jou prindé chin déean ky’ó mêin, il n’est pas allé prendre cela avant que [d’aller] au mayen.
dèjai ,  v. tr.consumer , disparaître en brûlant *Tó fou bócon dé bóou chon dèjai ën ona vwarba, tous ces morceaux de bois sont consumés [par le feu] en un moment. [[ V. r. Chin che dèjaé pa, cela ne se consume pas.-
déjêe ,  dèjerta  ,  adj.désertI tsawé iré dèjêe, le chalet était désert.
déjêe ,  n. m.désert ,  jardin mal entretenuL’a grantin kyè nó chin pa jou vêre ché corti, l’è oun poo déjêe, il y a longtemps que nous n’avons pas été voir ce jardin, c’est un vrai maquis.
dékye ,  pron.de quoiDékyé a-to tan pwire? de quoi as-tu si peur? dékyé ch’ënmewe t-e? de quoi se mêle-t-il? Chéi pa dékye pou tòrdzo che plindre, je ne sais de quoi il peut toujours se plaindre.
demâa ,  n. m.mardi
déman ,  adv.demainDéman matën, déman néi, demain matin, demain soir.
déméi (a). Cf. s. v. adéi .d’abord
démon ,  n. m.démon
démon ,  n. m.personne très méchante
demye ,  demyer.e ,  adj.demi ,on’oura é demye, une heure et demie; dodjyoure é demye, midi et demi; dodjyoure é demye. da néi, minuit et demi. || S. m. I róódzó ba é demye é è câa, l’horloge sonne les demies et les quarts.  Adv. Oudjye demye ona tacha, verser une demi-tasse.
dëntò ,  adv.autour ,  avecChon dëntò a grandze, ils s’occupent de la grange (c.-à-d. ils la démolissent ou la bâtissent, suivant le contexte); chon dëntò ché traó , ils sont occupés à ce travail; mètre dëntò, mettre en train qqch. : métré dëntò ó dena, mettre le dîner sur le feu. || Cf. ëntò.
déója ,  (che) v. pron.se désoler ,  se plaindre ,ën pou-t-e ché déója can vën per.ënkye! peut-elle se plaindre quand elle vient ici ! cómin l’è déója ché póouró peti! comme il est désolé, ce pauvre petit !
déója ,  -jaé ,  adj.désolé
deoun ,  n. m.lundi
dépin ,  n. m.dépens ,  détrimentI dépin di j’-âtró , [vivre] aux dépens d’autrui.
deplo ,  adv.plus ,  de plus , en plus *L’a djye j-an deplo kyè eó , il a dix ans de plus que moi; i mitchya deplo, la moitié de plus [le double]; l’a metou cakyé tsóouja deplo k’y ó pi, il a mis quelque chose de plus que le poids; bale rin deplo, ne donnez rien de plus.
derâedérâé ,  c’est sortir de la raie avec la charrueDérâé, c’est sortir de la raie avec la charrue.
derdé ,  n. f.dartreProv. (L. 186) Pó fer.a parti è derdé fóou aplaca chou ona vèrdzeta e-n-ardzin é fér. a crwi chou avwéi dé copa, pour faire disparaître les dartres il faut appliquer dessus une bague en argent et y faire la croix avec de la salive; chényé è derdé, ‘bénir les dartres’.
der.ën ,  prép.dansL’è derën ou pilo, il est dans la chambre; derën ou bou, â grandie, dans l’écurie, dans la grange. || Adv. Dedans. Fé pa kyè core derën é foura, il ne fait que courir dedans et dehors; l’an ounco’ pa toté derën ordzó , ils n’ont pas encore fini de rentrer l’orge. || Avec une autre prép.: derën per ënkye, par ici dedans; pé derën, par dedans, en dedans.
dêrye v. tr.dévierFóou pa brontchye a youwa can tiron, fóou pa dêrye. w’onla, il ne faut pas dévier l’oeil quand on tire, il ne faut pas broncher [la largeur d’] un ongle. || V. n. Laisser échapper. N’ën dêrya dé deré ky’îré enou trwa tâa, l’ita verya pó tó ó dzò, il nous a échappé de lui dire qu’il était arrivé trop tard, et il a été mal tourné toute la journée.
detri ,  n. m.etrierè detri chon pó métré derën è pya can oun va mounta, les étriers sont pour y mettre les pieds quand on va à cheval.
detri ,  n. m.travail pour ferrer les mulets rétifsé mowé kyè ch’âchon pa fera oun mené ba a Chyoun, wéi l’an ó detri, avwéi chin l’è vitó fé, les mulets qui ne se laissent pas ferrer, on les conduit à Sion, là on a le travail, avec cela c’est vite fait.
detse ,  n. f.défaut du bétailHa atse l’a prou dé detse, cette vache a beaucoup de défauts.  Le mot se dit avant tout des défauts du bétail, rarement des qualités. Savoie dèche, tache faite à la réputation; Fank., Val-d’Ill., p. 65, detse, ‘défaut physique ou moral’.
detse ,  n. f.petite rancuneL’a ‘na detse contré mè, il me garde une petite rancune.
déwéi ,  adv. et prép.delà ,  au-delàOun dé dèwéi Roun-nó , un de la rive gauche du Rhône, spécialement des communes situés vis-à-vis de Savièse. N’ën rechyou w’ échôo outré déwéi sti an, le sort nous a désignés, cette année, pour les alpages, qui sont au-delà de la frontière valaisanne, en territoire bernois. Dou byéi déwéi, de l’autre côté, par opp. à dou byéi déchéi, de ce côté-ci. || L’autre monde. Can nó charin outré déwéi, nó porin nó répója, quand nous serons de l’autre côté, nous pourrons goûter un peu de repos.
dibló ,  -dibla ,  adj.malade d’un membreDibló d’ona tsanba, d’oun bréi, malade d’une jambe, d’un bras.
diór.a ,  adv.désormaisSyn. ëndi or.a.
ditéi ,  n. f.terme d’écolier  dictée
diton ,  n. m.dictonSyn. dejan-na, qui est plus ancien.
diton ,  n. m.proverbeSyn. dejan-na, qui est plus ancien.
dobën ,  adv.du bienVient de ‘de bën’,  l’a fé doben, cela lui a fait du bien; chin fé tan dobën dé powi che répója oun póou! ça fait tant de bien de pouvoir se reposer un peu!
dóbladoubler l’attelageL’a falou dóbla, il a fallu doubler [disait-on lorsqu’un seul mulet ne réussissait pas à tirer le char à foin].
dóbla ,  n. f.second estomac des ruminantsI mochîe è bréi tinkyé ba â dóbla, il poussait ses bras jusque dans le second estomac [de la vache]. || Cf. sanpe, qui désigne le premier estomac.
dóbla ,  v. tr.doublerDóbla ó dzepon, mettre une doublure au gilet.  Par ext. Entourer un livre, un cahier d’un papier protecteur. L’a dóbla ó ouivro pó kyè che contseché é che defoteché pa, il a ‘doublé’ le livre pour qu’il ne se salisse et ne se déchire pas.
dóbló ,  dóbla n. m.ce qui est doubleOun vi pa kyè dé pli è dé dóbló , on ne voit que plis et doubles [à l’habit des capucins]; ou dóbló , au double , le double *: n’ën paea ou dóbló , nous avons payé le double .
dóbló ,  dóbla ,  adj.double ,ona fiséaya dóbla, une ficelle double; dé hé bèwé flöo dóblé, de ces belles fleurs doubles
dobli ,  n. m. et adj.doubleCf. drobli
dóbló Adv.doubleVêre dóbló , voir double.
dóbló ,  n. m.fusil de chasse et par ext  tout fusil de grand calibreL’a pri ó dóbló é via, il a pris le fusil et s’en est allé .
dódze ,  adj.n. card.douzeDódjy’ouré, douze heures.
dólon ,  n. m.pot , cruche *, d’une certaine grandeurAtseta oun dólon pô câféi, acheter un pot pour le café . || Dérivé du lat. dolium.
donta ,  v. tr.dompter ,  mater
dor.ōo ,  n. m.doreur
dótâa ,  adv.le soirL’è pye enou dótâa, il n’est arrivé que le soir. || Prov. (L. 41) è nyówé ródzé ó matën, a plodze dótâa, les nuages rouges le matin, pluie du soir; (L. 42) trawitron dou matën, plodze dé dótâa, arc-en-ciel du matin, pluie du soir.  Le mot est composé de dó , vers, et de tâa, tard.
dour.a ,  n. f.reposL’a pa oun móman dé dour.a, il n’a jamais un moment de tranquillité .
douse   n. m.moûtNó j-a bala a biré dé douse , il nous a donné à boire du moût .
douse ,  adj. m. et f.doux , température douce *, soyeux *, moelleux *, lisse *, douse, il fait un temps doux ; sti vën l’è trwa douse, ce vin est trop doux;’ ché cochën l’è déstra douse, ce coussin est très soyeux
douse ,  adj. m. et f. avec douceur i parlé tan douse , il parle avec tant de douceur
douse ,  adj. m. et f. ( â  – ) à la douce , avec douceur *, avec sensibilité *, avec finesse *tó va pa prou â douse , tó brekyé tòté, tu ne vas pas assez à la douce, tu casses tout
douse ,  adj. m. et f. ( â  – ) ça va plus ou moins *, comme ci comme çacómin vó va t-e? – tót’â douse, comment allez-vous? – tout à la douce [doucement] . 
douse ,  advsans cahot , sans sursaut *, sans secousse *Can l’è dé bóna trin-na , o-n-è byin chou a rlwidze, oun va byin douse , quand le terrain est glissant [assez de neige] , on est bien sur la luge, on va sans cahot.
douwa ,  n. f.douveè douwé (qqfois le sing.) désignent l’ensemble des quatre parois d’une chambre, et aussi les quatre murs d’une maison: l’a rin dé fé ky’i douwa, i réista da mijon l’è tote bogó , il n’y a que les douves (murs) de fait, le reste de la maison est vide.
douwa ,  n. f.douveL’a dé douwé ën bóou é dé douwé ën fêe, il y a des douves en bois et des douves en fer.
dragacourir les filles néologismeNéologisme.
dreti ,  -tir.e.droitier ,ëntchyé nó l’a pa oun dreti, chon tui gótchye, chez nous personne n’est droitier, tous sont gauchers. || Adroit. L’è dreti pó fótré è galoou, il est adroit pour jeter les cailloux.
drisé ,  drité ,  adj.droitOun chapën byo drisé, un sapin bien droit; è tsanbé chon pa drité, les jambes ne sont pas droites; tën té byin drisé, byin drité, tiens-toi bien droit, droite; i man drité, la main droite; tó va tòrdzó a drité, tu vas toujours à droite. || Debout. L’îta drisé tó tin da mécha, il est resté debout pendant toute la messe.
dróga (che) ,  v. pron.se droguer
dróga ,  n. f.drogue (sens méprisant)Vin rin kyè dé dróga, il ne vend que des choses de nulle valeur.
róbacróou ( dromi a – ) ,  expr. adv.mal dormir
dzala ,  dzalae ,  adj.se dit d’un pelage marqué de petites taches ou de raies blanches
dzâno ,  dzâna ,  adj.jauneDé j’awan dzânó , des osiers jaunes; è pachèra l’an é pya dzânó , les moineaux ont les pieds jaunes.
flōo dzâna dou ma di j-wépotentille ansérine (potentilla anserina )
dzâno  n. m.jauneOun dzânó , un jaune, une pièce d’or. || Au jeu de billes, c’est un bouton jaune   en   métal;   il   vaut   deux ‘blancs’ (boutons qui ne sont pas en métal). Les enfants se servent aussi de boutons dans leurs petites transactions.
dzaou ,  dzaouja ,  adj.jalouxChon dé moundó prou dzaou, en voilà des j aloux !
dzapa , n. f.  facilité de parolePar ext. commère. Kyënta dzapa ! quelle commère ! Lex. dzapa. dzapâé,
dzawa n. m.engeluresTórminte i dzawa, les engelures me font mal.
dzawa ,  v. tr. et n.gelerè venyé dzawéran prou anéi les vignes gèleront bien cette nuit; è nóyè chon ita dzawa defortin, les noyers ont gelé en printemps; ha brota bije l’a dzawa è pómètêré, cette vilaine bise a gelé les pommes de terre; oun dzawe dé fri chela, on gèle de froid ici.
dzefa ,  n. f.clifoire  ,  seringue que font les enfants avec du sureauLa dzefa est taillée dans une branche de sureau.
dze’fa ,  v. tr. et n.lancer de l’eau avec une clifoireDzefa pa ina ëncontr.è fénéitré, ne lance pas de l’eau contre les fenêtres!  Par ext. Se dit de tout jaillissement d’eau, de vin, etc.
dzér.ó ,  n. m.zéroDé traó dinché l’è fran dzéró , ce travail ne vaut absolument rien.
dzeta v. tr.avorter  se dit de la vache ou de la chèvre qui avorteAvorter. Se dit de la vache ou de la chèvre qui avorte. I atse l’a dzeta ó véi, la vache n’a pas mené  son veau   à  terme;   i tchyévra dzetèrè prou ó tchyévre, la chèvre avortera sans doute. Pousser. è pómé l’an dzêta, les pommes de terre ont poussé des jets.
dzeti ,  n. m.avortonBougró dé dzeti! espèce d’avorton!
dzoma ,  n. f.tumeurL’è jou ba ën w’epeta féré cópa via ha dzoma, il est allé à l’hôpital se faire enlever cette tumeur.
dzoné ,  n. m.genouIna chou è dzoné da mare, sur les genoux de la mère.
dzora n. m.conseiller communal ce mot qui correspond à ‘juré’ est remplacé par consèle aujourd’huiCe mot qui correspond à ‘juré’ est remplacé par consèle aujourd’hui.
dzóta ,  n. f.blettePlanta dé dzóté, planter des ‘jottes’.
dzoué , n. m. jouetSyn. mér.óouwa. Lex. dzoé (dzowé), dzwa.   v. intr. Exister.
dzoun (a) ,  loc. adv.a jeunL’è parti i j-Ermeté a dzoun, il est parti aux Ermites à jeun.
èbéne ,  n. m.ebèneChin l’è d’èbéne, c’est de l’ébène. Cf. béne, qui est une corruption du français ébène.
echën ,  n. m.essaim ,w’echën l’è ina a son dou pomi, l’essaim est au sommet du pommier.
échôo ,  n. m.sortOun crwéi échôo, un triste sort (sort, avec é prothétique).  Lot de bois qui échoit aux bourgeois de la commune. L’an terya w’échôo, ils ont tiré le sort [ne pas confondre avec terye ou chôo, tirer au sort] ; aa ina cópa w’échôo, aller à la forêt couper le bois qui est échu; oun grou échôo, un gros lot. L’è o-n-échôo dinché, la fatalité, le sort a voulu ainsi.
ecofi ,  n. m.cordonnier(anc). Cf. cofi; afr. escohier et escofier. A Savièse, il a fait place au mot còrdanyè.
écolè ,  n. m.ecolierè bon j-écólè van ba a Chyoun, les bons écoliers fréquentent les écoles de Sion.
ecore ,  v. tr.battre le bléI pare l’è amou ou racâa apréi ecore, le père est au ‘raccard’, en train de battre le blé; dé chîwa écócha, s’oppose à chîwa chacócha. Cf. s. v. chacore.  Par ext. Battre, frapper qqn. Va pa avwéi fou mètchyin, t’écoran, ne va pas avec ces méchants, ils te battront.V.r. Se battre. Ch’e-cówon e-n-ódre amou a pënta, ils se battent d’importance à la ‘pinte’.L’afr. a escoudre, escourre et escorre dans le sens de secouer, agiter, faire tomber en secouant ou en frappant. Le sens de ‘battre au fléau’ est connu en SR, France Est et Sud et dans le romanche. Mot fort répandu en provençal et dans les patois. Val-d’Ill. (Fankh., p. 125, § 147; 161, 222); Vionnaz (Gil. 149); Grimisuat.
écóta     ,  v. tr.appuyerécótaon fou wan ëncontre a morale, nous appuyions ces planches contre le mur; fou mò écóta, tan bronâa! [dans la morgue du Grand-Saint-Bernard], ces cadavres appuyés [contre le mur] si noircis !
écóta     ,  v. tr.soutenir ,  étayerFóou écóta hé brantsé avwéi ona pertse, il faut soutenir ces branches avec une perche.  V. r. flg. Compter sur, s’appuyer: rin kyè tan é tan ch’écóta chou è j-atró , seulement bien s’appuyer sur les autres; oun pou ni ch’`abótchye, ni ch’écóta, on ne peut ni se pencher, ni s’appuyer; sti an nó fóou pa nó j’écóta chou è pómé; nó j-è tëndran méi chou a pówinta, cette année nous ne pouvons pas compter sur les pommes de terre; nous ferons davantage usage de la polenta.
écóta   ,  v. tr.elaguer ,  couper des branchesA Chavyeje l’è i móda d’écóta è tsanyó é è j-òrmó , à Savièse, on a l’habitude de couper les branches des chênes et des ormeaux. Voy. le fr. écot.
écówa ,  v. tr.balayerècòwa ó piló , w’elije, balayer la chambre, l’église; ècòwa a borne, ramoner la cheminée.  ënvwéé ècòwa dé fole, ‘envoyer balayer des feuilles’, c’est envoyer promener; i tŏo l’a tòte ënvwééa chin ècòwa dé fole, le tuteur a tout envoyé promener.
écówa ,  v. tr.couverForme rare de cówa ; voy. ce dernier verbe.
écrou ,  n. m.ecrou ,  pièce de métal qui se visse dans l’essieu et empêche les roues du char de glisser dehors
éékye ,  n. m.evêquew’éékye dé Chyoun, l’évêque de Sion; l’è ba é w’éékye, il est employé à l’évêché; trâlé pó w’éékye, il est vigneron, ouvrier de l’évêché .
ègawé ,  adj.egalL’è bën ègawé a mè, ce m’est bien égal. Adv. De la même façon, autant. Trâlon pa tui ègawé, tous ne travaillent pas autant.
ègòta ,  v. tr.egoutterFóou achye ègòta è winswé déean ky’êpantchye, il faut laisser egoutter les draps avant de les étendre; che l’è pa byin ègòta, è béitchye pecon pa, si l’herbe n’est pas bien égouttée ( sèche *), les vaches ne la mangent pas.
éigro    ,  n. m.levierOn éigro fòrchya, l’è ona pawantse ën bóou, un levier forcé, c’est un levier en bois.
éigró     ,  -fgra. Adj.aigreChé vën l’è pa méi bon, l’è enou  éigró , ce vin n’est plus bon, il est devenu aigre.
éitró ,  n. m.local ,  bâtiment ,  réduitKyëntou brote j-eitró l’a pé ché cwën ! quels vilains locaux il y a dans ce coin! Oun cha pa cómin è moundó powon resta pé dé j-éitró dinché, on ne sait pas comment les gens peuvent rester dans des trous pareils Prov. (L. 422) L’è myó oun peti éitró ëntchyé ché ky’oun grou chou chin di j-âtró , mieux vaut un petit réduit chez soi qu’un grand sur le terrain des autres.  Du lat. extera. M.-L. 3087. En afr. estre, estra est un emplacement dans un lieu ouvert, chambre, jardin, fossé, lieu, place en général (God.); nfr. ‘êtres’ ou ‘aîtres’.
éivwa ,  -âe ,  adj.aqueux ,  coupé d’eauDé crwéi vën prou éivwa, du mauvais vin fortement coupé d’eau; dé chopa éivwae, de la soupe aqueuse; hé pómé chon éivwéi, ces pommes de terre sont aqueuses.
éivwe ,  n. f.eauOun der.i kyè l’ori pa d’éivwe tróbla a bire, on dirait qu’il n’a pas d’eau trouble à boire (se dit en parlant de gens très maigres); oun der.i kyè tróbleri pa w’éivwe, on dirait qu’il ne troublerait pas l’eau (incapable de faire le mal); l’an pa kyè fran w’éivwe kyè pach’ou tórin, ils n’ont que l’eau qui coule dans le torrent; n’ën w’éivwe déjó ò cóou, nous avons l’eau sous le cou (nous allons mal dans les affaires). En particulier, eau d’arrosage. Aa apréi w’éivwe, aller arroser;
éivwe ,  n. f.eauVenyon è j’éivwé, fóou cōré tot â néi, les eaux d’arrosage sont distribuées, il faut courir toute la nuit; wéea w’éivwé pó Tórin-Nou, remettre l’eau au Torrent-Neuf; trócha w’éivwé, rompre [le cours de] l’eau. Cours d’eau. Nó chin arwa e-n-ona groucha éivwé, nous sommes arrivés à une grande rivière; ché fòtrè, ch’acoli ën-éivwé, se jeter à l’eau. Prov. Fóou pa dér.é: foun-tan-na, biréi pa dé to-n-éivwé, il ne faut pas dire: fontaine, je ne boirai pas de ton eau (L. 29); can chën Mèdâa tchyè ën w’éivwé, fóou chën Barnabéi pó ó té terye four.a dé w’éivwé, quand saint Médard (8 juin) tombe à l’eau, il faut saint Barnabe (11 juin) pour le sortir de l’eau.
éivwe ,  n. f.urineépantchye d’éivwé , lâcher de l’eau , uriner , pisser *
èkyêe ,  n. m.equerreChé traò l’è pa a w’èkyêe, ce travail n’est pas fait à l’équerre.
élije ,  n. f.egliseI gran élije, la cathédrale [de Sion]. Veió outr.ën w’élije, ba ën w’élije, amou ën w’élije, je vais à l’église, dira-t-on selon l’endroit ou l’on se trouve en partant.  Prov. Préi dé w’élije, rlwin da mècha, près de l’église, loin de la messe.
elite ,  n. f.eliteTerme militaire. I par.a nó l’è ën w’elite ór.a, notre père a passé dans l’élite maintenant.
èmapa ,  v. tr.dépouiller une branche de ses feuillesèmapa è i-òrmó , effeuiller les ormeaux; èmapa è venye, a coudra, défeuiller les vignes, les coudriers; èmapa ó tsénévó , enlever le grain et la feuille du chanvre au moyen de l’èmapyouPar ext. Enlever la peau. èmapa è di, égratigner les doigts.-
emena ,  n. f.émine ,  mesure en usage à ayent pour le mesurage des fromages ,  du beurre ,  etc
ëncan ,  n. m.d’après  ( a w’ ëncan )Ne se rencontre que dans l’expr. a w’ëncan dé, d’après, en comparaison, à proportion. Paé a w’ëncan dou traó , payer d’après le travail; vó paér.éi a ‘ëncan da reista, vous payerez à proportion du reste. || Même sens en Savoie (Const, s. v. encan).
ëndri ,  n. m.endroit ,  beau côté d’une étoffeT’a metou ó tsouson a w’ënvêe, té fóou ó métré a w’ëndri, tu as mis le bas à l’envers, il te faut le tourner du bon côté .
ënfêe ,  n. m.enferè crwéi van ba e-n-ënfêe, les méchants vont en enfer.
ëngri ,  adv.a contrecoeurI vën ëngri dé parti, on part à regret.
ënkye ,  adv.iciAvwé t’éi-to? – chéi ënkye, où es-tu? je suis ici; l’a pacha per ënkye, il a passé par ici; l’è ënséi ënkye, il est [en ça] ici; sti-ënkyè, ché-enkyè, celui-ci; ha-ënkyè, celle-ci.
enori ,  v. tr.nourrirProv. (L. 122). Fóou nou tsasyou pó enori oun, il faut neuf chasseurs pour en nourrir un. Il La forme régulière est nori, le e prothétique se place quand l’harmonie le requiert.
ënpli ,  v. tr.remplir ,  emplirT’a pa ënpli a tacha, tu n’as pas rempli la tasse.
ënréé ,  v. tr. et n.commencer un travailN’ën forni è batâa, nó véjin dabó ënréé è récòrdin, nous avons fini [de faucher] les prés bâtards, nous allons commencer les prés à regain; chéi pa eó ky’i ënréea, ce n’est pas moi qui ai commencé [la chicane] ; to ënrîé, c’est à toi de commencer [de jouer aux cartes, etc.].
ënrwi ,  -rwite ,  adj.se dit de certains animaux en chaleur ,  en rutI tsata l’è ënrwite, la chatte est en chaleur.
ënséi ,  adv.de côté-ci ,  en deçà ,  par-deçàAni ënséi, venez de ce côté-ci. Le mot peut être renforcé par d’autres adverbes: ënséi la, ënsé chela, ici, par opposition à l’autre endroit; aa outr.ënséi, zigzaguer; che promena outr.ënséi, se promener de long en large. || Pour dire à qqn de venir ënséi, il faut que l’on soit sur le même plan; ënséi la, ici, s’oppose volontiers à une autre localité située à peu près à la même altitude, l’opposé de au-delà [du Rhône, des montagnes]. || Cette locution est connue de l’afr., mais presque exclusivement en parlant du temps.
ënsin ,  n. m.encensKyën bon fla d’ënsin vwi, quelle bonne odeur d’encens aujourd’hui (à l’église).
ëntin ,  adv.tôtL’è enou trwa ëntin, il est arrivé trop tôt. || Cf. Proverbe  sous ëntâa.
ëntré ,  prép.entreL’a achya prind’a man ëntr’a porta é a pari, il a laissé prendre la main entre la porte et la paroi; ëntré nó , entre nous.
ënvai (ch’) ,  v. pron.se dissiper ,  s’évaporerL’è rètrópa derën wéi, can o-n-oūvre ch’ënvaé, c’est renfermé là-dedans, quand on ouvre cela s’évapore. || S’éclaircir, en parlant du temps. Vën tópó é apréi l’è dri ënvaea, il fait sombre et après tout se dissipe, s’éclaircit.
ënvai ,  v. tr.envahir (néol )L’è ita ënvai pè è pyó , il a été envahi par les poux.
ënvêe ,  n. m.enversw’ënvêe l’è jaméi tan dzin cómin w’ëndri, l’envers n’est jamais aussi joli que l’endroit; a w’ënvêe, à l’envers. || Syn. í crwéi byéi, le mauvais côté .
èpana ,  n. f.empan  mesure  la longueur qui sépare le bout du pouce du bout du petit doigt étendus le plus possibleGrim. id.; Hérém. efana; afr. es-panne; ital. spanna.
épawa   ,  n. f.epaule ou jambon de devantSyn. pawéta.
épawa  ,  n. f.penture d’une porteHé j-épawé chon vyele, ces pentures sont usées.
epena ,  n. f.Epine, arbre épineuxKyënta epena n’ën wéi avwéi ha vejena, quelle épine nous avons là avec cette voisine !  Grief. Chela l’an fé on’epena a fou kyè l’an dé dzenelé: l’an óta ó wibró parco, ici on a fait un grief à ceux qui ont des poules, on leur a enlevé le libre parcours.
epena ,  n. f.épreuve , croix , période difficile *, conflit *Kyënta epena n’ën wéi avwéi ha vejena, quelle épine nous avons là avec cette voisine !  Grief. Chela l’an fé on’epena a fou kyè l’an dé dzenelé: l’an óta ó wibró parco, ici on a fait un grief à ceux qui ont des poules, on leur a enlevé le libre parcours.
épéon ,  s. v.pièce de bois ronde qui s’enfonce dans l’orifice des étangs pour les fermer
epeta ,  n. m.hôpitaló t’an pacha ba ën w’epeta, on l’a descendu à l’hôpital.
épóca , n. f.epoque
êrché ,  n. f.herseè j-êrchè iron feté avwéi dé brantsé di bóchon, ór.a l’an rin méi kyè dé j-êrché avwéi dé din ën fêe, les herses étaient faites de branches de buissons, maintenant on n’a plus que des herses avec des dents en fer.  étré plan chou w’êrché, n’avoir plus rien.
ér.éta ,  v. tr.hériterL’a ér.éta davwe venyé dou frare, il a hérité deux vignes de son frère.
er.iti ,  n. m.héritierChe porta er.eti, se porter héritier. || Er.eti est un nom de famille très répandu à Savièse.
espêe ,  n. m.expertL’a pèrtó dé j-espêe‘r.a, maintenant il y a partout des experts.
espie ,  v. tr.expierChin i fóou espié ën sti moundó ou ën w’âtré, il faut expier cela en ce monde ou en l’autre.
éspré ,  adv.exprèsL’è enou éspré pór nó , il est venu exprès pour nous.
espri ,  n. m.esprit ,  intelligence ,  bon sensL’è plin d’espri, ché crwéi peti, il est plein de bon sens ce petit bout d’homme. || è j-espri, les (bons et mauvais) esprits; I Chën t-Espri, le Saint Esprit. I crwéi espri, le démon.
éstra ,  adv.spécialementL’a fé ha vejeta éstra pòr nó , il a fait cette visite spécialement pour nous.
étapa ,  ( d’ – ) ,  loc. adv.tout de suite ,  d’une traite , d’un coup *, d’une fois *, en une fois *, immédiatement *L’è enou ba d’étapa, il est descendu d’un trait.
étawaetaler
étawa ,  n. f.latte ou échalas de palissadeCe sont des planchettes verticales clouées contre les traverses qui relient les pieux. || Planche dressée à demi au moyen d’un pied et sur laquelle on frappe les étoupes de chanvre avec une palette.
étawa ,  v. tr.teillerétawa ó tsénevó , teiller le chanvre, le frapper sur l’étawa pour en faire sortir complètement la teille.
etiwa ,  n. f.étoile On ne distingue pas entre étoile et planète, on ne connaît que le mot etioua.
étófa ,  n. f.etoffe   on dit plus souvent matir.e
étófa ,  v. tr.etoufferChin ó t’a étófa, cela l’a étouffé . || V. n. O-n-étófe derën ën sta fomire, on étouffe dans cette fumée. | Į V. r. Ch’étófér.é che mendzé trwa vitó , il étouffera s’il mange trop vite. V. étantchye , étranle
étóna (ch’) ,  v. pron.s’étonnerTrâlon pa, fan rin kyè bire, é ch’étónon kyè va tòt’ën der.i , ils ne travaillent pas,ils ne font que boire et ils s’étonnent que les affaires périclitent.
étópa ,  n. f.etoupeétópa dé tsênévó , étoupe de chanvre. || L’étoupe est le dernier état du chanvre travaillé avec la reta. Cette dernière est beaucoup plus fine que l’étópa.
étsêe ,   adj.étroit ,  serré ,  en parlant d’un vêtementDé j-âlon trwa étsêe, des habits qui serrent.
éwévé  ,  éwéva , n. m. et f.elève , écolier *, apprenant *
ézósa , v. tr.exaucer v  tr
fache ,  n. m.tas de foin carré que le mulet [ou l’homme aussi] porte en une foisLe fache se compose de 12 (14) brassées (brachyei) de foin liées ensemble, de manière à former un carré compact, avec 5 cordes munies d’une nilé: 4 cordes sont mises dans le sens de la longueur et une dans le sens de la largeur (cf. ondzanye). Le fache est soulevé par deux ou trois personnes et placé sur le bât du mulet. Un homme le tient en équilibre avec les deux mains derrière l’animal qui regagne la grange où le fache est déchargé et défait et les brassées jetées dans la grange.  Tout fagot: oun fache de pawën, un fagot d’échalas. || Dérivé du latin fascis; Grim. comme à Savièse. || Il est à remarquer que l’habitude de transporter le foin par gros tas à dos de mulets n’existe plus guère qu’au village de Chandolin; dans les autres villages moins en pente, on se sert de l’argóche (cf. ce mot).
fâche ,  n. f.langeProv. Dzin ën fâche, brot’ën tsâsé, joli en langes, vilain en culotte.  Bande molletière. Pó charva è pantaon meton a fâche, pour préserver le pantalon, on met les bandes molletières.
faeâa ,  n. m.hêtre ,  foyardOun trouwé pa dé faeâa pé Chaveje, ma oun trouwé ché bóou derën pé Trecoo, il n’y a pas de hêtre à Savièse, on trouve cette plante dans la vallée du Triqueu.
faéta ,  n. f. Dim. de faeajeune brebis
fanwé ,  n. m.fenouil (foeniculum officinale)  on le trouve dans les vignes ,  p  ex  à Lentine . è fanwé venyon méimó pé è venyé, le fenouil pousse de lui-même dans les vignes. On le donne aux vaches vêlées pour qu’elles mettent beaucoup de lait.
fason ,  n. f.façonè bóté l’aîon on’ atra fason dan ó tin, les souliers avaient une autre forme autrefois; t’a bóna fason avwéi ché tsapéi, tu as une bonne mine avec ce chapeau; oun pou pa féré fason dé ché, on ne peut avoir raison de celui-là; partîe dé caè chën fason, les cahiers partaient sans mesure, abondamment.  Chënblé kyè ou féré byo tin. – L’a a fason adéi Il semble qu’il va faire beau temps. – Il y a au moins l’air.
fâsōo ,  n. m.farceur ,  diseur de bons mots ,  qui joue des toursFransi a nó iré tan fâsoo, notre François était tellement farceur.
fatōo ,  fatoja ,  n. m. et f.facteur postal ,  employé(e) postal(e)Ha fatoja fé pa méi, l’è i fese kyè l’a pri, cette factrice postale s’est retirée, c’est son fils qui lui a succédé .’Facteuse’ pour factrice postale est Sr.
favōo ,  n. f.faveurfavōo dinché n’ën jaméi you, nous n’avons jamais vu pareille faveur.
favra ,  n. m.petit oiseau des murs ,  couleur grise ,  rouge sous les ailes ,  grimpereau (ou pic) des muraillesL’a dé favra ina pé ó clósyè, il y a des grimpereaux dans la tour de l’église.
favre ,  n. m.forgeron  ancien mot qui a fait place à marechaweAncien mot qui a fait place à marechawe. De mon temps il y avait à Rouma une famille qu’on appelait fou dou favre, ceux du ‘favre’. Du lat. faber. De là le nom de famille Favre.
féché (è) ,  n. m. pl.baguettes ,  très souvent de coudrier fendues dans le sens de la longueur, pour la fabrication des paniers; elles s’entrelacent autour des rapan-né .
fédzó ,  n. m.foie
fegyè ,  n. m.figuierI fegyè. di capotsën, le figuier au couvent des Capucins [à Sion].
fejōo ,  n. m.faiseur (p  ex  d’embarras)
féise , n. f.  FAUXéntsapla a féise, écacher la faux. Syn. berni.
féitafêteFéita-Djyo. Chaque village, à tour de rôle fournit la troupe. Les autorités de chaque Fête-Dieu se composent du banneret [bandéré, porteur de la bannière du village], du ‘capitaine’ [capetan, porteur de l’esponton, bâton garni de rubans], du lieutenant [commandant de la Fête-Dieu], du sergent et du caporal des grenadiers [commandant chacun un peloton], du fourrier [responsable des comptes et du repas de midi]. D’autres grades moins importants sont confiés aux soldats. Le banneret, le capetan et le lieutenant sont pratiquement nommés à vie. Cette fête comprend les exercices des jours précédents, la messe avec la procession du Saint-Sacrement, le dîner en commun pour la troupe, les fanfares et les invités, les vêpres, les discours et la remise de la bannière saviésanne devant la maison communale, la remise de l’esponton et de la bannière du village chez le capetan et le banneret. Le dimanche qui suit a lieu ‘l’octave’, bal et annonce des offres [un setier soit 40 litres de vin ou un demi-setier].
féita ,  n. f.fêteFéré féita, faire fête, fêter qqn; ché fé pa dé ca, i tralé è féité é è demëndzé, il ne fait pas de cas, il travaille également les jours de fête et les dimanches; i fêta di venyé, petite fête que l’on paye aux ouvriers à la fin de certains travaux dans les vignes; féré tui è dzò féita (aussi: ai), faire tous les jours fête. Il Féita d’óou, l’Assomption de la Sainte Vierge (15 août). || I Féita-Djyo, Fête-Dieu. Chaque village, à tour de rôle, fournit la troupe. Cette fête comprend les exercices des jours précédents, la messe avec la procession, dîner en commun; à Drône la musique; boire dans les villages; après vêpres, les discours devant la cure et enfin l’octave.  è féitè fridé, les saints de glace.-
féita ,  v. tr.fêterKyè féita ché moundó , can vën amou. ó vêré ! combien ils flattent cet homme quand il monte le voir !
fémâe ,  n. f.action de fumer un terrain ,  fumage
féméi ,  n. m.fumierTrér.é ó féméi ou cor.a ó féméi, sortir le fumier; féré ó féméi, étendre le fumier au printemps dans les prés, avec le râteau.( à Randogne: brijola lè pra ) Prov. Ché kyè vin ó féméi, vin a prija, qui vend le fumier, vend la récolte; bóna ni, fé féméi, bonne neige vaut fumier.
fèrmafermer à cleffèrma ó piló , fermer la chambre; í tchyévra l’è ita fèrmâe four.a dou bou, la chèvre a été fermée hors de l’étable.
fèrma ,   n. f.fermeL’an atseta ona fèrma pé Batachéi, ils ont acheté, une ferme à Bâtasse.
fermó ,  -ma ,  adj.ferméI porta l’è ferma, la porte est fermée.
fetou ,  n. m.fétu , brindille *, petite tige *Grim. fitou.
fevri ,  n. m.février
fibló ,  -bla ,  adj.faible , peu alcooliséChé brinteën è fibló , cette eau-de-vie est faible.
fidéi ,  n. m.vermicelleMot d’origine italienne.
fideó ,  -éwa ,  adj.fidèle
finta ,  n. f.fenteL’a dé grouchè finté pé ché pra, il y a de grosses fissures dans ce pré; ba a finta dou byounyó , dans la crevasse du glacier. || Syn. fetowa.
fir.in ,  fir.inta ,  adj.inemployé ,  vacantona bwite fir.inta, une boîte inemployée. Il Syn. fir.abló .
fivra ,  n. f.fièvreI fivra kyè trinblâon, la fièvre qui produisait un tremblement de tout le corps. On disait: è fivre: tan dé tin trinblâon, tan dé tin pa; atrapîon fou kyè vajîon ën plan-na, à certaines périodes, ils tremblaient, puis cela cessait; ceux qui allaient dans la plaine l’attrapaient.
flama ,  v. tr. et n.flamberFlamâé four.a wéi des flammes sortaient là . ‘
flana    ,  n. f.gifle ,  coup de la mainTé baló ‘na flana, je te donne un soufflet.
flana   ,  v. tr.gifler
flapó ,  flapa ,  adj. et n. m. et f.flétri ,  mouCan è rejen chon déstra moo, venyon flapó , quand les raisins sont très mûrs, ils se flétrissent. || Fig. Homme sans énergie ni volonté . I flapó , surnom.
fléma ,  n. f.disposition à la paresseSyn. creva.
flócó ,  flóca ,  adj. et n. m. et f.flasque ,  lourd ,  engourdiChéi tan flóca vwi, je suis tellement flasque aujourd’hui; oun flócó , ona flóca, un homme, une femme flasque.
flóné ,  n. m. Dim. de flon.petit gâteau
flór.éruban || chevillère de géomètre [20 mètres], centimètre de couturière,  ruban métrique.
flor.i  ,  n. m.gros drap pour couler la lessive ,  charrier peut-on trouver un exemple pour charrier ?I flori l’è i chardzéi kyè méton chou w’etchyésó pó teni a chëndré can fan a bweea, le flori est le gros drap qu’on met sur la cuve pour retenir les cendres quand on fait la lessive. Grimisuat: drap que l’on dispose dans un bassin public pour le rinçage du linge; il est fixé aux bords par des cailloux, de sorte que le linge propre ne risque pas de se salir aux parois.
flota ,  n. f.flûteDzowe, a flota, jouer de la flûte.
flota ,  v. tr.boire ,  flûterL’a byin ëncava dé vénindze, ma avwéi ó sewi plin dé moundó , l’îta flota d’oun cóou, il a encavé une jolie vendange, mais avec une cave remplie de buveurs, tout a été ‘flûte’ d’un coup.
flota ,  v. tr.dépenser follement ,  manger sa fortuneL’aie ona béwa fortona, é l’a tó flota ën poou dé tin, il avait une belle fortune qu’il a ‘flûtée’ en peu de temps.
flóta ,  n. f.touffeI mówé l’è jou prinde ona flóta d’erba é i tsaré dri ba déjó! le mulet est allé happer une touffe d’herbe et voilà le char qui dégringole! || Touffe de cheveux. Ché da groucha flóta, celui de la grande tignasse.
fóbon ,  n. m.faux bondSti cóou nó j-a fé fóbon, cette fois il nous a fait faux bond.
foche  ,  n. f.forceé botchyó l’an méi dé foche kyè è tsowa, les boeufs ont plus de force que les chevaux; i mijon dé foche, pénitencier.  L’è foche, c’est nécessaire; iré foche dé riré, on devait rire.  A foche dé, à force de. L’è rin ky’a foche dé waróna kyè pou resta wéi, ce n’est qu’à force de ruse qu’il peut rester là .  A foche kyè, tant. I pa pochou aa outra mécha, a foche k’ir.ó wanya, je n’ai pu aller à la messe, tant j’étais fatigué . || Pé foche, de toute façon, absolument à tout prix *; owié pé foche eni consèlè, il voulait absolument devenir conseiller.
foche  ,  n. f. pl.forces ,  gros ciseaux employés surtout pour la tonte des moutons
foche  ,  n. f. pl.parties du charDóou béchó còrbó: è foche dé déean, é è foche dé deri, deux pièces de bois recourbées, dans le train de devant et le train de derrière.
fófré ,  n. m.faux fraisCómin ch’ënretchye avwéi fou fófré? comment s’enrichir avec de tels faux frais?
folou ,  -ouja ,  adj.mou ,  flasqueI rècò l’è folou, le regain est mou. || Syn. patenou flapó .
fomaé ,  n. f.jet de fuméeI you chorti foura pé a borne ona groucha fomâe, j’ai vu sortir de la cheminée une grosse fumée. || Long chemin, grande course. Can oun vajîé di Chyoun a Martenye a pya, kyënta fomâe! quelle course quand on allait de Sion à Martigny à pied! || ona fomaé à Grim, est syn. d »un coup que l’on porte à autrui’.
foméi ,  n. m.fumée ,ór.a oun vi pacha fou trin é pa ‘na breca dé foméi, maintenant on voit passer ces trains et pas un brin de fumée; di avwé vën-te ché foméi ? d’où vient donc cette fumée?  Prov. awe l’a pa dé fwa, l’a pa dé foméi, pas de fumée sans feu.
fomōo ,  n. m.fumeur
fonda ,  -âé ,  part ,  et adj.sensé ,  raisonnableL’è pa tòté fonda chin kyè di, tout ce qu’il dit n’est pas sensé . || ona atsé fondâé, une vache bonne laitière.
fonda ,  n. f.tronc ,  tige de l’arbre:ona fonda dé per.i, dé pomi, un tronc de poirier, de pommier; oun vi pa méi dé fou nóye kyè l’an tan dé grouché fondé, on ne voit plus de ces noyers qui ont de si gros troncs.  Fonde, dans le sens de bas, fondement existe en afr.
fonsafoncé ,  tirant sur le noir Dépifonsa, des cheveux foncés.
fonsa ,  n. f.lie ,  sédiment que le vin dépose au fond des tonneauxA Grimisuat, aussi résidu du café .
fonta ,  n. f.fonteI pa rada ché chin iré dé fonta ou dé fêe, je n’ai pas regardé si cela était en fonte ou en fer.
forba ,  n. f.fourberie , blagues * , plaisanteries *, sale coup * Féré pa dé forbé a mè per deri, ne me faites pas de fourberie par-derrière.
forbi  ,  -bite ,  adj.se dit d’un chemin ,  d’une place fort usés par le passage répété des gens ou des animauxRada cómin l’è forbi déean ó bogan, regardez comme la place devant le trou est usée par les pas; l’è pa forbite ha vâe, pousé w’êrba pèrtó , ce chemin n’est pas fréquenté, l’herbe y pousse partout.
forbi (bogan – )deuxième trou de sortie d’une tanièredeuxième trou d’une tanière où passe l’animal pourchassé . Yó bogyeniri é to, chórvéle ó forbi, moi je creuserai et toi, surveille le deuxième trou de sortie.
forbi  ,  n. m.second trou des nids de sourisI forbi l’a pa oun mounton dé têra déean cómin i bogan, le forbi n’a pas un tas de terre devant le trou principal. Remue-ménage. Dé dzò dinché l’a oun forbi kyè che conte amou mêin, des jours pareils il y a un remue-menage qui compte dans les mayens. Attirail. Kyën forbi pé ché piló! quel attirail dans cette chambre !  Syn. bataclan.
forda ,  n. m.tablierOun forda dé chaea, un tablier de soie; í forda còrdanyè, le tablier [en cuir] du cordonnier. || Prov. Fé rin kyè catchye déjó ó forda, elle ne fait que cacher sous le tablier. (Se dit d’une femme qui vient de perdre un petit enfant; il sera bientôt remplacé .) Du lat. faldo.
fór.éi ,  n. f.forêt ,  plus petite que la dzoo
fôrje ,  n. f.forge
fòrma ,  n. f.forme de cordonnierè fòrmé di bóté, les formes des souliers. Il Façon.
fòrma ,  v. tr.formerTé fóou méi byin fòrma è mwatson, il te faut mieux former les tas de foin. || V. r. I lâche che fòrmé pa can fé tsa dinché, la glace ne se forme pas par cette chaleur.
fôrna ,  n. f.fournéeN’ën jou prou dé bla pó féré davwé fòrnéi dé pan, nous avons eu assez de blé pour faire deux fournées de pain.
forni    ,  -ite ,  part ,  et adj.finiChin l’è oun traó forni ! voilà du travail achevé !
forni    ,  v. tr.fournirChon tui via fou kyè fornijon w’ardzin, ceux qui fournissent l’argent sont tous partis.
forni  ,  -ite ,  adj.fourni ,  épais ,  épaisseona barba byin fornite, une barbe bien fournie; ché magajën l’è forni dé tòté, ce magasin est fourni de tout.
forni ,  v. tr.finirJoule froundré w,’écóouwa sti an, Jules terminera l’école [primaire] cette année; froundran è récò ór.a, ils termineront les regains maintenant.  V. r. Di ky’o-n-a còminsya a próséda, chin che froun pa méi, depuis qu’on a commencé un procès, cela n’en finit plus. Il V. n. Finir, cesser. Vwéi vó forni dé fóchór.a? avez-vous fini de fossoyer? Nó fornér.in déman, nous finirons demain. Prov. (L. 5). A Pintécóté  frounion è fêté kyè cóton, à Pentecôte finissent les fêtes qui coûtent. C’est dans le temps pascal qu’on étrenne les nouveaux habits.
foryé ,  n. m.fourrier
fótré ,  v. tr.jeterTerme vulgaire dont le sens varie avec les mots qui l’accompagnent. L’a fòtou oun cóou dé pya a mè, il m’a donné un coup de pied; fòtre dé galóou, jeter des pierres; fótré ó can, décamper. || V. r. Ch’en fòtrè di dzin, se moquer des gens; fóou pa che fòtré via pó chin, il ne faut pas désespérer pour cela. Il Le participe fotou, fótwae est souvent employé: í’ perdou ó coutéi, chéi pa ita fotou dé ó trwa, j’ai perdu le couteau, il m’a été impossible de le trouver; s’to fé chin, t’éi fotou, si tu fais cela, tu es perdu.
four.a ,  adv.dehorsL’è four.a, il est dehors: l’è four.a per léi, il est à l’étranger; l’a cour.ou four.a ba dé w’âtré byéi il a couru tout en bas de l’autre côté; l’aie byin d’ardzin, ébin l’a tó fé four.a, il avait beaucoup d’argent, il l’a tout dépensé (cf. defour.a et aussi féré four.a); métré four.a è béitchyé, mener paître le bétail; étré four.a: se dit a) des bourgeons qui se développent, des arbres qui feuillent; b) comme terme de jeu, ‘avoir gagné’. || Prep. Four.a dé nó , l’a nyoun ën ché mêin, en dehors de nous, à part nous *, excepté nous *, il n’y a personne en ce mayen; four.a dé chin iré rin oun crwéi moundó , en dehors de cela, il n’était pas mauvais.
Tòrminta four.achasser dehors
fouró ,  n. m.fourreau ,  robe légère , fourreau d’une arme.
fowia ,  n. f.folie
fraca ,  n. m.fracas
frânéplutôt frânèté ,  frânyèté
frâné ,  n. m. Dim. de frânó .petit frêne
frânó di mêinfrêne des mayens; sorbier des oiseleurs (sorbus aucuparia L. )
frânó , n. m.frêneAvwéi è frânó oun fé dé bóna folé pó è tchyévre, è fachené chervon apréi pó borla; i bóou di franó ch’ënplîé pó féré dé mandzó di j-oti, dé rlwidze, l’è dé bóou doo rétsasya, le frêne forme un feuillage excellent pour les chèvres, les branches fournissent ensuite un bon bois à brûler; le bois du tronc est recherché pour faire des manches d’outils, des luges, c’est du bois dur très recherché .
frâre ,  n. m.frère d’un ordre religieuxL’è parti pó frër.e, il est parti au couvent comme frère.
frâre ,  n. m.frèreChe rechënblon cómin dóou frâr.e, ils se ressemblent comme deux frères. Nó chin infan dé  frâre  avwéi   ché,   lui   et   moi sommes cousins germains. || En parlant des animaux. Ché bèr.a é ha faea chon frâr.e é chwir.a, ce bélier et cette brebis sont frère et soeur.  Par ext., se dit de deux objets formant la paire. Stou dóou tsouson chon frâr.e, ces deux bas sont frères.
frâte ,  n. m.barbier ,  fraterChéi eó kyè far.i ó frâte vwi, je ferai le frater aujourd’hui.
fréja ,  v. tr.briserL’an fréja è fénéitré, ils ont brisé les .fenêtres.  Emotter. Fóou fréja a têra avwéi ó petsâa, il faut émotter la terre avec le fossoir. Il Emietter. To frijé tó ó pan pó rin, tu émiettes tout ton pain pour rien.  V. r. Se briser. Fou breséi che frijon pè man, ces ‘brice-lets’ s’émiettent entre les mains.
frépa ,  v. tr.fouler ,  piétinerFóou rin frépa è pra, il ne faut pas piétiner l’herbe des prés.
frere ,  v. tr.frire
frija ,  n. f.mietteona frija dé pan, dé frijé dé frómadzó , une miette de pain, des miettes de fromage.
friou ,  n. m.partie inférieure du greni ,  à l’alpage  || espèce de table sur laquelle on essuie et sale les fromages ,  après quoi on les remet sur les pantiréQuand le fromage est sorti de la presse, il est porté au grenier ou cave à fromage – à Savièse, c’est le friou (premier sens) – où le ‘fruitier’ a le devoir de le surveiller, de le laver tous les jours avec de la saumure, en le retournant chaque fois.
frite ,  n. f.fruits (terme colléctif)Kyënta frite sti an! quelle abondance de fruits, cette année! w’an da frite, l’année des fruits. Le même terme désigne l’ensemble des produits des troupeaux de la montagne.
fromi ,  n. m.fourmilièreoun fromi de fromye róche,  un nid de fourmis rouges.
fróta ,  v. tr.frotterFróté hé j-éijé tin kyè wè brekyér.éi, il frotte cette vaisselle jusqu’à ce qu’il la casse. Il V. r. Se frotter.
fwata ,  v. tr.fouetter ,  donner la vergeS’to obei pa, té fwató , si tu n’obéis pas, je te donne la verge. On croit qu’il est bon de donner la verge aux enfants à la fête des saints Innocents.Syn. vwista.
fyè’ró ,  adj. et n. m.fiérot ,  vaniteux ,  orgueilleux
gâdzó ,  n. m.gage ,  objet saisi dans certains jeuxL’a dóou gâdzó: oun coutéi é oun motchyoo, il y a deux gages: un couteau et un mouchoir. Gages d’un domestique. L’a oun grou gâdzó , il a de gros gages; oun pou pa méi ai dé vâwé, i fan trwa dé grou gâdzó , on ne peut plus prendre de domestiques: ils demandent de trop gros gages. || Tótse gâdzó , bale chavyó , dit au ‘jeu de la garde’ celui qui touche et fait prisonnier qqn.
galâa ,  galârda ,  n. m. et f.gaillardOun byo galâa, oun grou galâa, un beau gaillard, un grand gars; kyënta galârda, ha dzowéna! quelle gaillarde, cette jeune fille!
gamin ,  gamena ,  n. m. et f.enfant en général
ganye ,  v. tr.gagnerGanyó pa pye w’ëvwe kyè bió , je ne gagne pas même l’eau que je bois; ganyon sën fran pé dzò, ils gagnent cinq francs par jour; ganye cha vya, gagner sa vie. Il Aa ganye, aller gagner, c’est aller travailler à la journée; sti an n’ën rin pochou aa ganye, cette année nous n’avons pas pu aller travailler à la journée. L’emporter sur quelqu’un. Fransi a nó ganye prou té, notre François est plus fort que toi; can o`n-è ënróouwa, w’éivwe gany’ó chan, quand on est hydropique, l’eau l’emporte sur le sang.
gaóna ,  v. tr.galonnerGaóna ché? -Na, galonner celui-là? – Non.
gârbé ,  n. f. pl.grumeauChopa è gârbé, manger les grumeaux.
garda ,  n. f.gardeâ garda dé Djyo! à la garde de Dieu! Le mot ne se rencontre guère que dans l’expression â garda dé – – – et dans prinde garda, prendre garde.
garéé ,  v. tr.soigner le foin coupé ,  ‘gouverner’Gar.éé ó fin, ó récò, soigner le foin, le regain, le faire sécher quand il est coupé . [| Gar.éé è maadó , soigner les malades; gar.éé è atsé, soigner les vaches: donner à manger, abreuver, sortir le fumier, mettre la litière, traire; dé moundó capabló dé gar.éé ó mówé, des gens qui comprennent la manière de traiter un mulet. Į | A Grimisuat: gar.éé ona pera, remuer une pierre, un gros bloc. Etre maître de qqn, de qqch. | [ V. r. Che gar.éé, se mouvoir, se tirer d’affaire, se soigner; i pou ouncó che gar.éé, il peut encore se tirer d’affaire lui-même.
garni ,  v. tr.garnirGarnion è póchyé dé galóou epwe ba apréi, ils se remplissaient les poches de cailloux et de descendre en poursuivant.
garni ,  -nite ,  adj.garni ,ona châwa garnité dé vyele eanda dé tóta chôrta, une salle garnie de vieux vivres de toute sorte.
garse ,  n. f.garce ,  fille publiqueVajion prou core ó néi avwéi è garsé, ils allaient volontiers courir la nuit avec des filles de mauvaise vie. || Homme de rien du tout. L’orôo jaméi chondjya k’ir.é ona garse dinché, je n’aurais jamais pensé que c’était un homme de rien comme cela. Il Injure. Garse kyè t’éi! garce que tu es!
gâtsó ,  n. m.mortierChé peti kyè brasâé ó gâtsó can n’ën fé a grandze, ce petit qui brassait le mortier quand nous avons bâti la grange; ché manson ënplîé tó méi dé gâtsó kyè dé peeré, ce maçon emploie plus de mortier que de pierres. || Boue. Per.ënkyè dri kyè bale dé plodze è vâé chon plinné dé gâtsó , ici, dès qu’il pleut, les chemins sont pleins de boue. || Cf. le fr. gâcher, gâche, gâchis.
gawan ,  n. m. et adj.amant ,  amoureux d’une filleI atin ó gawan, elle attend son amant.
gispi , n. m.longue perche avec un crochet à son extrémité utilisée pour dégager les poutres après un incendie
gochó ,  gocha ,  n. m. et f. et adj.têtuO-n-a pa dé pleji avwéi ché infan, l’è trwa gochó , on n’a pas de plaisir avec cet enfant, il est trop têtu.  Adv. Ch’è tenwâé gochó pó pa eni ënséi, elle s’est défendue ferme pour ne pas venir.
goléi ,  n. m.grande flaque d’eau ,  de sang ,  etc , grande gouille *
gonsé ,  n. m.bouts au sommet du tablier auxquels s’assujettissent les deux attaches
gorda  ,  n. f.gourde ,  bouteille entourée de cuirI gorda di chorda, la gourde militaire.
gordó ,  -gorda  ,  adj.raide ,  gourd ,  paralyséChéi gordó cómin oun pâsé, je suis raide comme un pieu; i atsé è gorda, la vache est paralysée; chon pa ita gordó a ché decobena, ils ont été lestes à se dégager. Adv. Gordó équivaut à un superlatif: l’a bala gordó , il a plu à verse; fóou tui teni gordó , il faut tous tenir ferme.
gótró ,  n. m.goitreRemarquez l’expression: chën gótró = chën jyin-na, sans gêne. L’è pye chorti dé préjon, é rape amou per ënkye rlwi chën gótró , il est à peine sorti de prison et le voilà ici, se mêlant aux autres, sans se gêner.
grâda ,  n. f.degré ,  gradePó avansye ona grâda, pour avancer d’un grade [milit.].
grané ,  n. m. Dim. de gran.petit grain
grani ,  n. m.granitOun trouwe dé peré dé grani ina pé batâa é pé a dzoo, on trouve des blocs de granit dans les prés bâtards et dans la forêt.
grâse ,  n. f.grâce ,  mineAvwéi ché o`n-a pa pwir.e, l’a tòrdzò ona plo bóna grâse, on est sans gêne avec celui-là, il est toujours si gracieux; ona crwēe grâse, une mine rébarbative.
grata ,  v. tr.gratterCan o-n-ita mwêe di mochelon, fóou pa grata, quand on a été piqué par les moustiques, il ne faut pas gratter; è tsowa can ch’ën-nouwon graton di pya, quand les chevaux s’ennuient, ils grattent du pied.
gravagraver
grava ,  v. tr.incommoder ,  gênerMot qu’on n’entend plus guère que dans le proverbe: rin rade, rin gravé, qui rien ne regarde, rien ne l’incommode. Į| Val-d’Illiez gravâ, empêcher, s’ên grâve, se repentir (Fankh.). |Į Grâva, à Grimisuat, n. f., deuil: porta a grâva, porter le deuil ; n’éi tan grava, j’ai beaucoup de regret , je regrette tellement *, je m’en veux tellement *.
greni ,  n. m.grenierVar. grini. I pâto dou grini, le pâtre qui soignait les fromages. Syn. patorën. ? ?
greni ,  n. m.cave où l’on conserve les denréesGrimisuat: même sens qu’à Savièse, mais en plus, grini désigne l’endroit où l’on conserve les sacs de blé . Remarquez grini au lieu de greni.
greni ,  n. m.chalet à la montagne où l’on soigne et conserve les fromagesLe ġreni se compose de deux parties, dessous le friou (un jeune y frottait les fromages avec un linge quand j’ai passé à Tsanfleuron en 1925); dessus il y a le greni damou tout autour sont les pantir.e. || Prov. (L. 341). Pindan ky’i gran greni l’è ouvêe, nyoun mankyé dé rin, pendant que le grand grenier est ouvert, personne ne manque de rien (tant que la récolte n’est pas terminée). ||
grépa ,  n. f.crampon qui joue sur la petite roue en fer de la scierie
grépa ,  n. f.outil de tonnelier et de menuisier en forme de t
grépa ,  n. f.personne d’humeur difficileona crwēa grépa, une mauvaise coucheuse.
grépa ,  v. tr.fixer au moyen d’un crocGrépa oun tra, fixer une poutre au moyen d’un croc.
grifa ,  n. f.griffeChé tsate l’a dé grouche grifé, ce chat a de grosses griffes.
grifa ,  v. tr.grifferSyn. grafena.
gri’jé ,  grijéta ,  adj. et n. m. et f. Dim. de grihomme ou femme qui commence à grisonner
grile ,  n. f.cheville du piedgrille’ pour cheville du pied est aussi fr. pop. et Sr. On le trouve également dans Merle d’Aubigné . Cf. v. W., II 1290, et Pierreh. 294.
grile ,  v. tr.griller ,p. ext. du pain. Grile dé wetsé dé pan, griller des tranches de pain.
grilè ,  n. m.cigaleDé tsatin l’è tó plin dé grilè ba pé è venyé, en été c’est plein de cigales dans les vignes.
gripagrifferCómin foweche ita gripa da chenegó ouda, comme s’il avait été griffé par la chenegóouda.
gripa ( che – )se gripper , se bloquer *, tomber en panne *se dit d’une chose qui ne fonctionne plus. I roua dou tsaré l’è réstâé gripâé, la roue du char s’est grippée .
gripa ,  n. f.grippe  mot récent ,  connu depuis l’apparition de la grippeMot récent, connu depuis l’apparition de la grippe.
gripa ,  v. tr.grifferCómin foweche ita gripa da chenegó ouda, comme s’il avait été griffé par la chenegóouda.
griva ,  n. f.grive communeè grive che tenyon aontchye pé è venyé, les grives se tiennent volontiers dans les vignes.
griwé ,  n. m.tasse de fer-blanc ou d’étain
gróbó ( chabla – ) gravierDé chabla gróba , du gravier.
gróbó ,  -a ,  adj.grossier ,  en parlant des gens; gros ,  grossier en parlant des étoffesgros, grossier en parlant des étoffes. Ché dra l’è trwa gróbó , ce drap est trop grossier. || Par ext. Prodigue, qui consomme beaucoup: è venyé dou fandan chon gróbé pó ó féméi, les vignes de fendant exigent beaucoup de fumier.
groma ,  n. f.grosse pierreSyn. groméi
groma ,  n. m.noyauè groma di proun-mé peoujé chon dèstra doo, le noyau des pêches est très dur. || Cerneau. Avwéi è groma di nwé dan ó tin oun fajîé d’óouló , avec les cerneaux des noix on faisait de l’huile autrefois.
gróou  gróoucha ,  n. m. et f.grand-père ,  grand-mèreI gróou a nó dou byèi da mare, notre grand-père maternel.
gróou , n. m.vieille monnaie:Groschen (5 ct.); gróou = 1 batz1/2.
gwâle ,  n. f.blagueChin chon rin kyè dé gwâlé, yó crijó pa ‘na tsóouja, ce ne sont que des blagues, je n’en crois rien. || Cf. le fr. gouailler, gouaillerie, gouailleur.
gwije ,  n. f.sorte de fonteoun brontse dé gouije, une marmite en fonte; il y a aussi le brontse dé meta. La meta ne rend pas la soupe noire, tandis que la gouije la rend – surtout celle dé pewa et dé pi – noire. La meta est ainsi plus recherchée. Il It. ‘ghisa’, fonte.
gyela ,  adv.a peu près ,  presqueL’è gyela vwar.i or.a, il est à peu près guéri maintenant.
gyelequilleDzwa di gyelé a pouja, a plantse, jeu de quilles à la pose, à la planche. Le joueur jetait la boule vers les bords du jeu bosselés ou devaient suivre une planche .
gyele ,  n. f.quilleDzowe i gyele jouer aux quilles; apéea è gyele, lever les quilles; pekyé chakye é gyele, il mange [tout] le sac et les quilles.
gyêra ,  n. f.guerre
gyéta ,  n. f.guêtrePé ha ni té fóou métr.è gyété,par cette neige tu dois mettre les guêtres.
idran ,  n. m.bouche d’incendie ,  hydrante , hydrant *avwé chon è j-idran, l’è pa tan étinche d’ënpli è j-étan, là où il y a des hydrantes, il n’est pas si nécessaire de remplir les étangs [en cas d’incendie].
inbra ,  n. f.ondée qui tombe d’un vase ,ën pòrtin derën a chopa, l’a fotou four.a w’inbra, en apportant la soupe, il en a versé une ondée.
infan ,  n. m.enfantO-n-infan dou byéi gótchye, un enfant du côté gauche, illégitime; è j-infan che chyouon, ch’apondon, les enfants se suivent, se joignent (sont d’âges rapprochés). Prov. Infan borla, l’a pwir.e dou jwa, enfant brûlé craint le feu. || Fig. Sans malice , candide *, naïf *. L’è oun bón’infan, c’est une personne sans malice.
infya (ch’) ,  v. pron.oser ,  se fierI tsate ch’infye pa d’eni derën ou piló , le chat n’ose pas entrer dans la chambre. || Compter sur. Déman far.é prou byo tin, ma fóou rin tan ch’infya, pori ouncó bale dé plodze anéi demain il fera sans doute beau temps, mais il ne faut pas trop y compter; il pourrait encore pleuvoir cette nuit; dou nóoutre pou ch’infya, sur notre garçon il peut compter. || Pa ch’infya a qqn. le sens de ‘courir le risque’, n’être pas sûr de: oun ch’infye pa dé ché dérótchyé, on court le risque de tomber dans les rochers.
insya ,  -yae ,  adj.fêlé  se dit d’une cassure qui ne devient visible qu’après la brisure complèteSe dit d’une cassure qui ne devient visible qu’après la brisure complète. Rada, i sopyer.e iré djya insyaé tinkyè chela, regardez, la soupière était déjà fêlée jusqu’ici.
intéi f. pl.nom donné à une espèce de ‘pruneaux’ plus grands et plus succulents que les ‘pruneaux’ ordinaires (fellenberg) C’est le participe passé du verbe inta, greffer, employé substant. Planta oun promi dé j-intéi, planter un prunier de ‘pruneaux’ enté; l’è pa oun promi dé tchueskyé ma di j-intéi, ce n’est pas un prunier de ‘pruneaux’ [ordinaires] mais de ‘pruneaux’ greffés.
intsó ,  n. m.encreona fyóouwa d »intsó , une bouteille d’encre.
invwa ,  v. tr.étendreInvwa ó féméi, étendre le fumier; invwa a bwéea, étendre la lessive; invwa è j-andin, étendre les andains; invwa è mwatson, étendre les tas de foin.
invwa ,  v. tr.répandreL’è rloui kyè l’a invwa ha méchondze, c’est lui qui a répandu ce mensonge.Du lat. aequare.
istré ,  n. m.extrait de chicorée pour mélanger au café Ch’oun mè pa d’istre i câféi réistè blâwó , si l’on ne mélange le café avec de l’extrait de chicorée, il reste peu foncé .
jaméi ,  adv.jamaisL’è myó tâa kyè jaméi mieux vaut tard que jamais; ó dzò dé Chën-Jaméi, le jour de Saint-Jamais. On a aussi d’autres périphrases pour dire jamais: can i Roun-nó vendre amou, quand le Rhône remontera vers sa source- – – can è dzenelé l’ar.an è din, quand les poules auront les dents; i che-nan-na di tré dedzou, la semaine des trois jeudis.
janpé ,  n. f. pl.framboise
janpi ,  n. m. pl.framboisier
jaozi ,  n. f.jalousie de fenêtre
jésté ,  n. f.complimentsPó sën`na fé pa tan dé jésté, mendze ouncó byin, pour souper il ne fait pas tant de compliments, il mange assez bien.
jestójustevoy. jostó .
jifla ,  n. f.gifleSyn. mótchya, flana.
jifla ,  v. tr.gifleró t’a dri jifla, il l’a giflé séance tenante.
jostó ,  -a ,  adj.justeL’a pa kyè oun dé jostó , il n’y a qu’un juste (Dieu).  Adverbe. L’è parti jostó ór.a, il est parti juste maintenant; partér.an pa pó jostó rloo, eux, ils ne partiront pas pour le moment. Į| On emploie aussi jestó .
joupa ,  n. f.jupe
joyou ,  -ouja ,  adj.joyeuxProv. Epouja joyouja, féna plor.ouja; épouja plor.ouja, féna joyouja, épouse joyeuse, femme pleureuse; épouse pleureuse, femme joyeuse.
kyeën (orig. kyè vën) ,  adj. invar.prochain , prochaine *, qui vientw’an kyeën, l’an prochain; stou dzò kyeën, ces jours prochains;ou la semaine prochaine.
kyele n. m.ampouleCan chéi jou amoū mountanye i atrapi oun grou kyele ou taon, quand j’ai été à la montagne, j’ai attrapé une ampoule au talon. || Ce mot comme kyèle (2) vient du lat. ‘coagulum’.
kyele n. m.quêteur
kyèle  ,  n. m.présureN’ën pa méi dé kyèle, to atsetér.éi ona pèrgata ba a Chyoun, nous n’avons plus de présure, tu achèteras une caillette de veau à Sion.Aujourd’hui on achète à la droguerie le kyele déjà tout préparé .
kyepi ,  n. m.képi
kye’r.i ,  v. tr.chercher ,  quérirLa prononciation ki’r.i est tout aussi usitée. S’emploie à l’infinitif avec aa et ënwéé . Chon aa ba kyer.i a vénindzé, ils sont descendus chercher la vendange. Ne s’emploie que lorsqu’on doit aller chercher une chose que l’on sait où prendre. Va mè kyer.i ó coutéi, va tsasye oun coutéi, `va me chercher le couteau, va chercher un couteau.
kyesa ,  n. f.excrément semi-liquide ; forte diarrhée
lâche  n. f.faisceau de chanvre écangué
lache  ,  n. f.glace ,  eau congelée
lapën ,  n. m.lapin
liron ,  n. m. pl.mucosité ou glaire qui bouche l’orifice de la matrice et qui apparaît peu avant la parturition
lizyè , n. m.lisier ,  purin
lónye ,  n. f.bardane (lappa maior)Lónye désigne la plante et le fruit.
lóton ,  n. m.cheville pour tenir deux poutres ensembleI fon dou piló l’a dé tra kyè che tenyon ënsinbló avwéi dé lóton, le plancher de la chambre est fait de poutres reliées ensemble par des chevilles.
maadi di béitchyefièvre aphteuse
maadi ,  n. f.maladieL’a ona maadi di pòrmon, il a une maladie des poumons; i maadi di béitchye, l’épidémie des animaux, fièvre aphteuse.  Fig. L’a a maadi di morale, c’est un bâtisseur, il a la ‘maladie des murs’.
maadó ,  -da ,  adj. et n. m. et f.maladeL’è rin maadó , l’è rin kyè prou pirijou, il n’est pas malade, il n’est que très paresseux.-
màche ,  n. f.masse ,  grosse quantité , beaucoup de *,  grosse personne, quelqu’un de gros *Ché l’a tòrdzò ‘na màche dé frómadzó ba da mountanye, celui-là a toujours une quantité de fromages de l’alpage. . Kyënta mâche dé moundó ! quelle énorme personne!
mâcló ,  n. m.mâle  s’emploie aussi adjS’emploie aussi adj. Oun tsate mâcló , un chat mâle.  Chanvre femelle, appelé improprement dans tous les patois chanvre mâle; il s’arrache plus tard que la femelle.
mâcwè ,  n. m.personne peu robuste ,  litt ,  un mal cuitL’è oun pówr.ó mâcwè, vëndré pa vyou, c’est un pauvre garçon peu robuste, il ne deviendra pas vieux.
mâfya (che) ,  v. pron.se méfier ,  soupçonnerCan l’a avwi chin, che mafyâé kyè for.i pa ita vêréi quand il .a entendu cela, il se doutait que ça pourrait n’être pas vrai; mafya-té dé fou róoudoo ! fie-toi à ces rôdeurs !
malon ,  n. m.tas compactKyëntou malon dé gra! quels tas de graisse! se dit des bêtes très grosses.
mâmōo ,  mâmour.a ,  adj.mal mûrFóou pa mëndjye dé j-óónyé mâmour.é, fan eni ó gótró , il ne faut pas manger des noisettes mal mûres, elle font venir le goitre.
manca     v. tr.manquerL’a manca choun dévwêe, il n’a pas fait son devoir; l’a manca a chiba, il a manqué la cible. || V. r. Che chon manca, ils se sont manques.
manca  -cae ,  adj.manqué ,  défectueux
manca ,  n. f.ne se rencontre que dans la locution: chën manca ,  sans faute ,  sans manquer;eni chën manca, venir sans faute; far.i ché traó pó déman chën manca, je ferai ce travail pour demain, sans manquer.
manda ,  n. m.commandement de payerFótré ó manda, lancer un commandement de payer.
manéé ,  v. tr.manierChé ën manié d’ardzin, celui-là en manie de l’argent! Il Manéé ona bwata, caresser une jeune fille.
manpaouvrier d’alpage  désignait autrefois quelqu’un qui s’engageait à l’alpage sans rétribution ,  uniquement nourri et logéDésignait autrefois quelqu’un qui s’engageait à l’alpage sans rétribution, uniquement nourri et logé
manpa ,  n. m.homme malhonnêteChé brote manpa, ce vilain malhonnête. Il A Grim. manpaté désigne un homme peu intelligent, mais solide.
manta (â) ,  loc. adv.en gros ,  sans mesurer ,  à tâtonsA manta derën pé ó bogan, à tâtons dans le trou.
manti ,  n. m.nappeT’a oubla ó manti, l’è pòrtan féita vwi, tu as oublié [de mettre] la nappe, c’est pourtant jour de fête aujourd’hui.
mapâa , adj.impair ,  dépareillé ,  dépariéDé tsouson mapâa, des bas dépareillés (qui ne font pas partie de la même paire).
mâpri ,  -ija ,  adj.mal appris ,  non su
marca ,  v. tr.marquer ,  apposer sa ‘marque’Part, passé, marca, se dit de qqn qui n’est pas normal. Fóou pa parla avwéi hou kyè chon ita marca, il ne faut pas parler avec ceux qui ont été ‘marqués’ (idiots, sourds-muets). || Ecrire, noter. Nó markyér.in chin derën ou cawandri pó pa oubla, nous noterons cela dans l’almanach pour ne pas l’oublier.
mârca ,  n. f.marqueI brinta l’a pa a mârca, la brante n’a pas la marque : le sceau officiel et la ‘marque : il semblerait que l’on dise aussi : i tatse ;i foou rinpli tan k’âa tatse ;il faut remplir jusqu’à la marque.’, (un clou) indiquant la mesure; i mârca dou bóou, di beitchyé, la marque du bois, du bétail. Chaque famille a une ‘marque’ qu’elle appose sur les objets lui appartenant: le bois coupé à la forêt, les bouteilles en bois, les instruments de travail. || Absol. ona mârca, une image qu’on met comme signet dans un livre.
maron ,  n. m.croque-mort au temps de la peste
marya ,  v. tr.marier , épouserL’a marya avwéi ona dé Banye, il a épousé une femme de Bagnes.Prov. L’è i fan kyè maryé a chi, c’est la faim qui épouse la soif. V. r. Fóou être dóou pó ché marya, il faut être deux pour se marier.Prov. : â cwite oun che maryé, â weji oun che répin, à la hâte on se marie, à l’aise on se repent. !  Fóou pa marya ó dzò di rwé, porté pa bonoo, il ne faut pas se marier le jour des Rois (6 janvier), cela ne porte pas bonheur. A Chën-Dzójé maryon è j-ijéi, à la Saint-Joseph (19 mars) les oiseaux se marient.
masca (che) ,  v. pron.se masquerV.farata.
matën ,  n. m.matinDé bon, dé gran matën, de bon, de grand matin; l’è enou a demëndze matën, il est arrivé dimanche matin; can vendre chou ó matën, quand viendra l’aube; dé matën pwi pa méi mè wéea, des matins je ne puis plus me lever. || Dèman ó matën, demain matin.
mâtin ,  n. m.mâtin  le mot s’emploie en guise d’exclamation admirative , admiration *, diable *, oh la la ! *, woaw *, incroyable *, pas possible *
matsó ,  n. m.paquetUsité dans l’expression féré ó matsó , préparer le paquet de cartes pour tricher.
mâvrabille, gobille* [ bille servant au jeu d’enfants ]. Dzowe i mâvré, jouer aux billes en traçant sur le sol une ligne horizontale (i rae) et plus loin un triangle (i bitchyó).  Il en est de trois espèces: 1° la bille ordinaire, en pierre; 2° la bille en terre cuite; 3° la bille en verre qui vaut plusieurs billes, selon sa grandeur et sa beauté . Pour dzowe â mâvra, on trace sur le sol une ligne horizontale (í rae) et plus loin un triangle (i bitchyó). Placés autour du triangle, tous lancent leur bille vers la ligne droite; celui dont la bille est le plus près de la ligne joue le premier, et les autres d’après le rapprochement de la bille. Le premier joueur, depuis la raie, lance sa bille vers le triangle dans lequel est l’enjeu; si sa bille reste dans le triangle, il est mis hors de combat et attend que le jeu soit fini.
i groucha mâvraguimauve  (althaea officinalis)
mawan ,  n. m.croûte ,  bouton ,  clou sur le corpsL’è plin dé mawan pé a téita, il est plein de croûtes sur la tête.
mawané ,  n. m. Dim.de mawanpetite croûte
mawën mawën`na ,  adj. et n. m. et f.malin ,  adroit ,  fin
mawën n. m.esprits diaboliques , le malin *, le diable *Leur nom reste attaché à une légende d’après laquelle les ‘malins’ démolissaient la rive droite de la Morge à l’endroit dit Plan-Serné . Le curé Maret les en aurait chassés.
mâyou ,  mâyouja ,  adj et s.mal vuProv. Fé pa bon d’eni vyou, o-n-è trwa mâyou, il ne fait pas bon vieillir, on est trop mal vu.
mazîe ,  n. f.caoutchoucL’a ona tsanba dé mazîe, il a une jambe en caoutchouc.  Boule en caoutchouc utilisée pour jouer à la balle.
mécha ,  n. f.messeNó véjin a mécha, nous allons à la messe; i promyer.e mécha, la première messe d’un nouveau prêtre; i gran mécha, l’office chanté: í mécha matenir.e, la messe du matin; i mécha bacha, la messe basse.  L’expr. dér.é mécha veut aussi dire devenir prêtre. Etodié pó dér.é mécha, il étudie pour devenir prêtre; í di mécha, il dit la messe, syn. de ‘il est prêtre’.
meche ,  n. f.mèche
mécla ,  v. tr.mêlerMécla d’éivwe é dé vën, mélanger de l’eau au vin. V. r. Se mélanger.
mécló  ,  n. m.mélangeEn part, mélange de foin et de paille; mélange de vin blanc et de vin rouge.
mécló -cla ,  adj.mêléL’a mécló dé fandan é dé mosca, il y a du fendant et du muscat mélangés. Ne pas confondre cet adj. avec le part. mécla, -clae.
médzó ,  médze ,  n. m. et f.guérisseur ,  médecin de campagneLe mot a à peu près disparu du patois de Savièse; on ne l’entend que pour désigner le guérisseur d’Hérémence: i médzó d’Erêminse.
mégró ,  -gra ,  adj.maigreKyè l’è enou mégró , l’a pa ky’a péi é è i-óouché, qu’il est devenu maigre, il n’a que la peau et les os; dé pra, dé tsan mégró , des prés, des champs maigres (dont la terre est peu profonde).  Féré gra, mégró , manger de la viande, faire des repas maigres; oun frómadzó mégró , un fromage maigre, fait avec du lait écrémé . || Mégró cóm’oun trepi, maigre comme un trépied.-
melâa ,  n. m.milliard
melon  n. m.million
melon  n. m.moellon ,  menue pierreFransi Batchyan démandaé tòrdzò dé melon, Fr. B. (un célèbre maçon) demandait toujours des moellons.
melon ,  n. m.manchon
mënmó ,  mënma ,  adj.mêmeC’est le même mot que mémo, -a, avec prononciation un peu différente.
mepri ,  n. m.méprisL’a fé chin pó féré dé mepri a nó , il a fait cela en signe de mépris pour nous.
mêrda ,  n. f.merde , homme ou femme de peu de valeurKyënta mêrda dé côo! quel triste sire !  Mot bassement employé dans une foule d’expression, d’insultes et de jurons
mêrda ,  n. f.Interj. marquant la surprise, le dépit , le regret * . Zut !  Prov. Marya y têra, marya merda, qui épouse la terre, épouse la misère.
mergó ,  -ga , adj.humide ,  mouillé adjectifL’è o-n-outon mergó , c’est un automne humide.
mèrla ,  n. f.merle
métra ,  n. f.maîtresse ,  par ex.  à la maison ,  qui commande , femme qui porte la culotte *, femme maîtreRlwi l’a rin a comanda, l’è le i métra, lui n’a rien à commander, c’est elle la maîtresse. Il Maîtresse d’état, qui a fait un apprentissage (tailleuse p. ex.). Il Métra ne désigne jamais l’institutrice.
mé’tra ,  n. m.métral ,  vigneron pour le compte d’autruiCelui qui est chargé de trouver les ouvriers pour les travaux des routes, des bisses, etc. I métra di manour.é, le maître des travaux publics;ou, le chef de l’alpage; í métra dou Tórin mârkye è dzornié di i-ovri; è dóou procoryou van atò féré ó tó dou Tórin, le métral du Torrent marque les journées des ouvriers; les deux procureurs font à tour de rôle la visite du Torrent-Neuf. Il Fig. Qui aime à commander.
métre  n. m.maîtreI métre, le maître (cordonnier, menuisier); o-n-é pa métré dé féré cómin no ou, on n’est pas libre de faire comme on veut.
métré ,  v. tr.mettreMétré ën venye, planter une nouvelle vigne; métré dëntò, commencer; ó t’an metou chou è gadzété, ils ont parlé de lui dans les journeaux; métré ó ma a câcoun, insinuer [à qqn] des soupçons sur une autre personne; métré chou, mettre un repas sur le feu; l’a prou metou ba choun orgwé, elle a déposé son orgueil (elle se vêt plus simplement). || Métré bóou, mettre du bois, pousser fortement; i atsé mè oun byo our.ó , le pis de la vache grossit bien; è tsan méton grou dé crwëe i-êrbé sti an, les champs ont beaucoup de mauvaises herbes cette année.  Métin, supposons. V. r. Che métr.ou le, s’aliter. Prov. Mârya té, mè té a corda ou cóou ! marie-toi, mets-toi la corde au cou !
métró ,  n. m.maîtreS’emploie qqf. pour métre
metse ,  n. f.miche faite de fleur de froment ,  brioche
mewën ,  n. m.agneau
étrèna ona mijonentrer dans une maison neuve
mijon ,  n. f.maisonI mijon dou comoun, la maison communale. || Le mot s’emploie sans article: vindre mijon, borla mijon, demounta mijon (vendre, brûler, démolir la maison). La maison du paysan de Savièse comprend une cave pour le vin (i sewi derën), une cave pour les légumes (í seoui déean ou defour.a); sur les caves il y a une ou deux dépendances (chawa, ‘salle’); au-dessus de celle-ci, il y a la chambre (í piló) et à côté une chambre plus petite (tsanbron); devant se trouve la cuisine (cojena), d’ici, par une galerie, on accède aux lieux d’aisances (carâe) qui font une petite tour carrée, adossée contre le mur. Sur les deux chambres s’étend le galetas (chou ó piló), surmonté du toit (ti).
mijōo ,  n. m.enchérisseur ,  miseur
minéi ,  n. m.minuitHa mécha dé minéi, cette messe de minuit; â miné1, à minuit.
minon ,  n. m.petit chat ,  dans le langage des enfants
minon ,  n. m. pl.poussière sous forme de léger duvet floconneux
minōo ,  n. m.mineurL’a falou dé minoo pó féré chouta ché chéi, il a fallu des mineurs pour faire sauter ce rocher.
minsó ,  -sa ,  adj. et n. m. et f.minceSyn. prën.
minta ( a – ) , n. f. à l’esprit, en tête , en mémoireutilisé uniquement dans l’expr. Eni â minta, venir à l’esprit ; fére â minta, faire de mémoire
mitin ,  n. m.milieuN’ën ona grandze per mitin avwéi rloo, nous possédons une grange avec eux, par moitié; ou mitin dé vâe, au milieu du chemin.
mobla ,  v. tr.meublerI cote pó mobla ha mijon, cela coûte cher de meubler cette maison.
mobló ,  n. m.meuble
moche ,  n. m.ancien titre honorifique du curé ,  monsieur le curéNe s’emploie plus que rarement pour désigner d’anciens curés. Moche Loé, monsieur le curé Luyet.
módze ,  n. f.génisse depuis l’âge de deux ansAfr. mouge et moge.
mojou ,  mojouja ,  adj.pensifL’è resta tô dzò mojou, il est resté tout le jour pensif.
móman ,  n. m.momentDi ché móman, à partir de ce moment-là .
mómo et mómón ,  n. m.bonne nourriture ou bonbon ,  dans le langage des tout petits
mòrga ,  n. f.morgueChé k’ir.é drise ëncontr.a pari derën a mòrga ina ou Gran Chën Bèrna, celui qui était debout contre la paroi dans la morgue au Grand-St-Bernard.
mòr’ta  ,  mòrtèwe ,  adj.mortelMortel. Dé pétchya mòrta, des péchés mortels.
mò’rta ,  n. m.enfant méchant  enfant vif , turbulent, espiègleHa binda dé mòrta, ces diables d’enfants.
  ,   môrta ,  adj. et n. m. et f.mortChon tui mò, ils sont tous morts. Venyon ënséi ór.a ëntó ó mò, ils arrivent maintenant avec le mort. Il Revenant. L’a pwire di mò, il a peur des revenants.Prov. I mò di féné, retchinse d’ómó , mort de femme, richesse d’homme.
ortchya môrtalamier
morti ,  n. m.mortier de cuisine
erba moscaherbe muscat Cette plante abondait autrefois dans les vignes de Savièse. On en mettait quelques poignées dans le tonneau où fermentait le muscat qui, de ce fait, prenait un arôme plus corsé . La jeune génération ne connaît plus cette plante, mais F. Luyet, instituteur, a interrogé plusieurs personnes âgées de plus de 80 ans en 1959 qui lui ont donné ces renseignements. Selon la description sommaire de la plante, faite par ces mêmes personnes, il s’agirait probablement d’une variété de consoude.
mosca  n. m.muscat i mosca, le muscat (plant ou vin ) .
mosca (êrba).herbe muscat   (variété de consoude? )Voy. s. v. êrba mosca.
mosca ,  adj.muscatDé reiën mosca, du raisin muscat.
mótéi  ,  n. m.mont , colline *Ina chou ó mótéi, sur le mont.  Motte de terre.  Morceau de pain, de fromage, etc.
mótéi n. m.muet ,  qui se gêne de parler , discret *
motën ,  -na ,  adj.silencieux
mótra ,  n. f.montreMontre. I pa dé mótra, je n’ai pas de montre.
mótra ,  v. tr.montrer  || gesticuler  mótrâé é mótrâé ,  il gesticulait à profusion Mótrâé é mótrâé, il gesticulait à profusion.
motse  n. f.moucheona motse dé tsaâ, sorte de petite mouche jaune s’attachant aux bêtes de somme.
motse  ,  n. m.sapin dépouillé en partie  de ses aiguilles
mótsé ,  n. m.épervierRebofa cóm’oun mótsé, les cheveux en désordre comme un épervier [a ses plumes].
motsó ,  -e ,  adj.tronqué ,  mutiléI wan-ma dou coutéi l’è motse, la lame du couteau a la pointe brisée.
mouwa ,  n. f.mule
mowéi ,  mowéje ,   S. m. et f.méchant homme ,  méchante femme
mowéi ,  mowéje ,  adj.mauvais ,  méchantL’è rin mowéi sti vën, il n’est pas mauvais ce vin.  Le patois emploie indifféremment ‘mauvais’ pour ‘méchant’. Il Syn. crwéi .
mowënmoulinv  randzó
mowën ,  n. m.moulinMoulin. L’an tòt’achya eni ba è mowën, on a laissé tomber en ruines tous les moulins. A ti dé mowën, à toit de moulin: avec un seul pan.
mowën ,  n. m.moulinUn moulin complet -il n’en existe plus à Savièse – se composait d’un bâtiment principal pour moudre le blé, d’un autre bâtiment plus petit pour faire la fleur de farine. Il y avait aussi un moulin pour faire l’huile de noix, un foulon pour la laine et pour la fabrication du cidre, et enfin, assez souvent, un four pour cuire le pain.  Ai oun mowën, féré oun mowen, avoir un moulin, faire un moulin, c’est au jeu de marelle, pouvoir aligner trois pions, ce qui permet d’en prendre un à l’adversaire.
mowin ,  n. m.moyenL’a pa jou mowin dé trówa oun ver.ó dé vën, il n’a pas eu la possibilité de trouver un verre de vin; l’a pa mowin,ce n’est pas possible.  Ressources. N’ën pa ó mowin d’atseta chin, nous n’avons pas les ressources pour acheter cela. Il Bien, fortune, propriété . Dzavwi ó mowin, jouir, disposer du bien, être propriétaire.
mwénó ,  n. m.moule ,  forme à fabriquerI mwénó di breséi, le moule à bricelets. On dit aussi fêe a breséi .
mwir.e ,  n. f.saumure de la viandeI mwir.e l’è i clâa da tsêe chawâe, la saumure, c’est le jus de la viande salée; yó pwi pa mëndjye ha chope, l’è chawae cómin dé mwir.e, je ne puis pas manger cette soupe, elle est salée comme de la saumure.
mwitó ,  -ta ,  adj.moite ,  pas secDé pàle mwita, de la paille humide.
myówa ,  n. f.moelleT’éi sti óouche, to pou chochye a myówa, tiens cet os, tu peux en sucer la moelle. Mie de pain.
nadze ,  n. f.nageè cawison da nadze, le caleçon de bain , le costume de bain *, les calosses de bains *
naeta ,  n. f.navette de tisserand
nafla , v. tr.gifler , donner une gifle *, donner une claque *
nâr.éi , n. m.nigaud , niais *, naïf *, candide *
néawe ,  n. f.nielle des blés (agrostemma githago)Pé ché tsan l’è tó mécló dé néawe, dans ce champ c’est tout plein de nielles. || Désigne la fleur et aussi sa graine noire.
nenën ,  n. m.sein ,  tétonBale ó nenën, donner le sein; prindé ó nenën, prendre le sein; l’a óta ó nenën, elle a ôté le sein [a sevré l’enfant].
nétée ,  v. tr.nettoyerNétéé ó piló , nettoyer la chambre; nétéé è venyé, enlever les mauvaises herbes des vignes; nétéé è j-âlon, è bóté, nettoyer les vêtements, décrotter les souliers. Il Par ext. Vider qqch. de son contenu : l’an nétéea ó platéi, ils ont nettoyé le plat [tout mangé]; è tsâvwé nétion oun tablâa e-n-ódre, les corneilles vous mangent un ‘tablard’ de vigne proprement; i cher.ijye l’è ita nétéeea própró , le cerisier a été dépouillé de toutes les cerises; ou tin di planta, i féméi che vi nétéea, au temps des semailles tout le fumier disparaît.
nijye ,  v. tr.rouirNijye ó tsénévó , rouir le chanvre dans un creux d’eau. Il L’afr. connaît nasier, naisier et naisir.
nirâa ,  nirârda ,  adj. et n. m. et f.noiraud , noiraudeona brota nir.arda, yó i pa conyouwa (cónywâe), une vilaine noiraude, je ne l’ai pas (re)connue.
nójwe ,  n. m.bouton aux paupières ,  orgeletProv. (L. 187) Pó fér.’a parti è nójwe fóou pwëntchye ó coutéi ina déjó a tabla, pour faire disparaître les orgelets, il faut planter un couteau de bas en haut sous la table.
ole noole ,  v. impers.volens  ,  nolens , qu’il le veuile ou pas *, quoi qu’il en soit *, y a pas à tortiller *Qu’il veuille, qu’il ne le veuille pas. Prov. : ën n-avri ole noole, fóou kyè fole, en avril ‘volens nolens’, il faut qu’il feuille.
norën ,  n. m.troupeau ,ór.a l’a ó plo byo noren da comona, il a maintenant le plus beau troupeau de la commune; kyën byo norën! quel superbe troupeau !
noura ,  n. f.belle-fille ,  bruProv.  -Pó aa resta nour.a, fóou ai cha bréi, è j-orélé di j-ânó , ó moró di catson, rinkyè ona winvwa; fóou powi ëndora acheta a cou nou chou oun fromi dé fromyé róché, pour aller habiter comme belle-fille [chez les beaux-parents], il faut avoir sept bras, des oreilles d’âne, le groin d’un cochon, une langue seulement; elle doit pouvoir rester assise, le derrière nu, sur un tas de fourmis rousses.  L’expr. aa resta nour.a a son équivalent à Neuchâtel: aller gendre se disait d’un mari qui va demeurer chez son beau-père et se nourrit, lui, sa femme et ses enfants, du bien commun, sous la condition d’exercer son industrie pour l’avantage de la maison (Pierreh. s. v. gendre). A Savièse c’est la belle-fille qui va quelquefois chez les beaux-parents.  Syn. plus fréquent: béwa fele.
nowéi n. m.vin nouveau
nowéi ,  nowawa ,  adj. et n. m. et f.nouveauDé vën nowéi, du vin nouveau; rin dé nowéi, rien de nouveau. Il S. m. Nouvelles. L’a dabò jou conta ó nowéi dé per.-ënkyè, il a eu tôt fait de raconter les nouvelles de par ici. || Prov. Tó nowéi, tó bèi, tout nouveau, tout beau. En fr. correct ‘nouveau, subst.’ ne s’emploie que dans un sens général et jamais au pluriel. Ex. Le nouveau plaît toujours aux enfants.
nyir.e nyar.e (é) ,  loc. adv.ni oui ,  ni nonI ëntèrva a sta ch’owie eni idjye a nó , é sta é nyire nyare ën plache dé dér.é fran, j’ai demandé à celle-ci si elle voulait venir nous aider et elle de dire ni oui, ni non, au lieu de s’expliquer franchement.
nyir.e nyar.e (é) ,  loc. adv.ni oui ,  ni nonI ëntèrva a sta ch’owie eni idjye a nó , é sta é nyir.e nyar.e ën plache dé dér.é fran, j’ai demandé à celle-ci si elle voulait venir nous aider et elle de dire ni oui, ni non, au lieu de s’expliquer franchement.
nyese ,  n. f.nièce
nyir.e nyar.e (é) ,  loc. adv.ni oui ,  ni nonI ëntèrva a sta ch’owie eni idjye a nó , é sta é nyir.e nyar.e ën plache dé dér.é fran, j’ai demandé à celle-ci si elle voulait venir nous aider et elle de dire ni oui, ni non, au lieu de s’expliquer franchement.
nyóca , n. f.nuqueSyn. cóson. V. denyóca.
nyócó , n. m.se dit de quelqu’un qui ne voit que du feu  , qui ne comprend rien *, imbécile , crétin , sot *
nyoun ,  nyona ,  adj. et pron. ind.personne ,  aucunCwi e-t-e enou ? -nyoun, qui est venu? – personne; ó t’éi you é nyona pâa, je ne l’ai vu nulle part.
nyówa , n. f.  Ona nyówa d’ijé’, une nuée d’oiseaux. Lex. nyóoiia.
nyówa ,  n. f.nuage ,  brumeDé grouché nyówé, de gros nuages; l’è i nyówa sti matën, il y a de la brume ce matin; è nyówé che wîon, les nuages se lèvent; chouta i nyówé, sauter aux nues.  Prov. Can è nyówé van amou, prin ó ratéi é part’ou fin; can è nyówé van ba, prin ó chakyé é part’a Chyoun, quand les nuages montent (dans la direction du Haut-Valais), prends le râteau et va au foin [c’est la pluie qui arrive]; quand les nuages descendent (dans la direction de Martigny), prends ton sac et va à Sion [faire ton marché; c’est le beau]. Fig. Nuée, grand nombre , beaucoup de * , une volée *, une pétée *  ona nyówa dé fémawé, une nuée de femmes.
obêje ,  n. f.aubergeDan ó tin outr.ou Tsatéwé l’aie rinky’on’obêje, autrefois il n’y avait qu’une auberge au Châtelet.
ochya , n. f. grosse arrivée d’eauI fóou ouvri ó tórin, arouwé i ochya, il faut ouvrir le torrent, il arrive une grande quantité d’eau. Lex, óchya (quelqu’un est-il là).
óchya ?quelqu’un est-il là?Expression vieillie, connue aussi à Grimisuat, Arbaz, Ayent, que le visiteur criait devant la porte d’une maison pour demander à parler Le mot óchya remplaçait le heurtoir ou la sonnette plus récente.et à laquelle on répond : ooula ! , à Randogne .
ocopa ,  v. tr.occuperAnën para è pómé, chin t’ocopéré ‘na vwarba, viens éplucher les pommes, ça t’occupera un moment. || V. r. Ché ch’ocopé tòrdzò, celui-là s’occupe toujours.
ódjya ,  -yae ,  adj.rassasiéCan chéi ódjya, chon tui ódjya, quand je suis rassasié, tous le sont, disait un maître égoîste. Prov. O-n-è méi vitó byin marya kyé byin ódjya, on est plus vite bien marié que bien rassasié .
ódjye   v. tr.rassasierN’ën pa pochou ó té ódjye, nous n’avons pu le rassasier.  V. r. ache pye féré, che ódzér.é prou, laissez faire, il en aura assez.
ódjye ,  v. tr.loger ,  donner un logement
omele ,  v. tr.rendre souple ,  assouplirI cwēe ch’omele derën ën w’éivwe, le cuir s’assouplit dans l’eau; ché mwêe dé pan ch’è byin omela derën ou caféi, ce morceau de pain s’est bien amolli dans le café [au lait].  
omele ,  v. tr.mouillerL’a fé tsa, l’are omela ó ratéi a Lowi, il a fait chaud, cela aura mouillé le dos à Louis.
onati ,  n. m.lunatique ,  originalFé pa d’âtró traó kyè canpana, ché brote onati! il ne fait pas d’autre travail que parader, ce vilain original !
onbra ,  n. f.ombreil ne faut pas dormir à l’ombre des noyers. Prov. L’è myó dé vêr.a onbra kyè a tonba, mieux vaut voir l’ombre que la tombe.(en allant dessous, dormir,  en parlant du noyer ) .
onbra, onbrâe ,  adj.ombragé ,oun dzin rlwa byin onba, un joli endroit bien ombragé .
on ,  ondze ,  adj.long ,  longue ,Long, longue, ‘na ondze corda, une longue corde; fou pawën chon trwa on, ces échalas sont trop longs; â ondzé, à la longue. Oun dé fou di on dzò, un traînard, jamais pressé; ché di on di, l’homme aux longs doigts (voleur).-
ondzé  adj. num.onzeDevant une voyelle: ondjy’an, onze ans.  L’a jou ondzé j-infan, elle a eu onze enfants.
ondzé n. m.flèche ,pièce de charronnage qui relie l’arrière-train à l’avant-train d’un char. Le fr. pop. SR se sert du mot ‘longe’. || Cf. s. v. foche. La partie  de la flèche qui dépasse le char derrière s’appelle cavwa, queue.
ondzé ,  ondzéta ,  adj.un peu longDé prounmé ródzé é ondzété, des prunes rouges et un peu allongées.
onecó ,  -ea ,  adj.uniqueI fes’onecó , le fils unique; fel’oneca, fille unique.
onéta ,  n. f.lunetteRadâè pè a fénéitra avwéi a onéta d’aprose, il regardait par la fenêtre avec la lunette d’approche.  Pl. les lunettes. I mare a nó pou ouncó lere chën onété, notre mère peut encore lire sans lunettes.
ongan ,  n. m.onguentVwarié tòté è maadi avwéi d’ongan artéa é dé góté d’ofmane, il guérissait toutes les maladies avec de l’onguent Artéa et des gouttes d’Hoffmann.
onlâa ,  n. m.série de poutres qui vont se raccourcissantè j-onlâa désignent dans le bâtiment les poutres qui se raccourcissent toujours plus pour former un pignon.-
ónór.a ,  v. tr.honorer , bien recevoir *Nó j-a ënvita é nó j-a byin ónór.a, il nous a invités et nous a reçus avec honneur.
ontou ,  -ja ,  adj.honteuxè póour.ó ontou chon byin a plindre, les pauvres honteux sont bien à plaindre.
onyon di tsanmuscari à toupet (muscari race-mosum)
onyon ,  n. m.oignon
óónye ,  n. f.noisette ,ona chatsóna dé j-óónyé, un petit sac rempli de noisettes.
óoula ,  -lâe ,  adj.huiléDé pómé j’óouléi, sorte de pommes qui deviennent vite ‘huileuses’.
óoule ,  v. tr.huiler
óouló ,  n. m.huileOn’onda tui fou kyè l’aion dé nwé fajîon d’óouló , autrefois tous ceux qui avaient des noix faisaient de l’huile.
óoura ,  n. f.courant d’airCf. oun chi d’óour.a, un clin d’oeil.
óouta ,  n. f.passage étroit ,  quelquefois couvert ,  entre deux maisonsOun pâché pa vwér.ó méi, ba pé ha óouta, on ne passe plus guère dans cette venelle. |Į Fig. Coupe-gorge, vilain trou. L’a dé broté óouté pé ché vewâdzó , il y a de vilains passages dans ce village. Grim. id.
óouwa ,  n. f.marmiteóouwa dé meta, marmite de bronze.  Du latin olla
óouwa ,  n. f.marmitée
óouwe ,  n. f.galerieL’è four.a â óouwe, il est sur la galerie.
ópèra ,  v. tr.opérerDéean n’avwejîé pa parla d’ópèr.a, ór.a l’è pa méi kyésyon kyè dé chin, autrefois on n’entendait pas parler d’opérer, maintenant il n’est plus question que de cela.
ópója ,  v. tr.opposerV. r. Ch’ópója, s’opposer.
ordzò ,  n. m.orge:ordzò pewa, orge pilé; ordzò belon, orge aux grosses arêtes; è j-ordzò méi chon moo, myóse l’è: mèton mèi byo gran, plus les orges sont mûrs, mieux c’est, ils ont de plus beaux grains L’è outre pé ordzò, il est fou. || A Grimisuat, outrè pè l’òrdzó équivaut à ‘ pris de vin ‘.
orele ,  n. f.oreilleL’a ma p’o-n-or.ele, il a mal à une oreille; l’a cópa è j-or.ele ou tsën, il a coupé les oreilles au chien.  La prononciation du pluriel diffère légèrement de celle du singulier.
orena ,  n. f.urine
orena ,  v. tr.uriner
òrgwé ,  n. m.terme de viticulture  archet fait avec les ceps de certains plants de vigne (rouge du pays ,  humagne ,  etc ) ,  pratiqué le long des fossés du côté où la rive est plus élevéeArchet fait avec les ceps de certains plants de vigne (rouge du pays, humagne, etc.), pratiqué le long des fossés du côté où la rive est plus élevée.
ōrgwéclou de fonte à tête plate et à rainures
ôrgyé ,  n. f.orgueMena è i-ôrgyé, jouer de l’orgue.  Tribune de l’orgue. L’a rin ky’è tsanté kyè l’an ó drwé d’aa ina i j-ôrgyé ou tin da mécha, il n’y a que les chantres qui ont le droit de monter à la tribune pendant la messe.
orlâe ,  n. f.hurlementFajîé dé broté j-orléi, il faisait entendre de vilains pleurs.
oscōo  n. m.obscuritéResta a oscoo, rester dans l’obscurité .  Fig. Vivre inconnu.
oscōo ,  oscour.a ,  adj.sombre ,  obscur ,  solitaireI mountanye l’è pa méi tan oscour.a, l’a ‘na béwa vâe, l’alpage n’est plus si solitaire, il y a un beau chemin.
ostîa ,  n. f.hostie
ótava ,  n. f.octave
otele ,  v. tr.outillerNó chin pa otela pó teni oun mówé, nous ne sommes pas outillés pour avoir un mulet.
ótèlè ,  n. m.hôtelier
oubën ,  conj. alternative.ou ,  ou bien
oubla ,  v. tr.oublierChon tan pó oubla, ils sont si sujets à oublier. V. r. Oun ch’ouble ën parlin, on s’oublie à parler.  On emploie très souvent pa teni a min, ne pas se souvenir.
oubli ,  n. m.oubliL’a metou e-n-oubli Deryan, l’è pa enou amou, il a oublié, Adrien, il n’est pas monté .
ouncó ,  adv.encoreT’éi ouncó per enkyé, tu es encore ici; l’a pa ouncó tan dé ni, ma fé fri, il n’y a pas précisément beaucoup de neige, mais il fait froid; ma t’éi ouncó vya, mais tu es passablement fort. Sûrement. Char.é ‘na vâe byin frécantaé? – ouncó , ce sera une route bien fréquentée? – certes. Prov. Can l’a pa méi, l’a ouncó , quand il n’y en a plus, il y en a encore.
ouron ,  -ona ,  n. m. et f.luronKyën our.on! quel luron !
outon ,  n. m.automneOun byo outon, un bel automne; can vëndre contre outon, quand on arrivera vers l’automne; d’outon, en automne; o-n-outon gra ou mèrgó , un automne humide.-
outrémamelle
outré ,  adv.là-basMot très fréquent et qui n’a pas son équivalent en français. Adv. de lieu. Le paysan distingue entre aa ba (c’est descendre d’un lieu plus élevé), aa ina (c’est monter) et aa outré (aller à sa gauche ou à sa droite). Ainsi de St-Germain on dit: va ba a Chyoun, ina a dzoo, il descend à Sion, il monte à la forêt, et outr.aDroun-na, outr.a Tsandowën, a Granwé, à Drône, à Chandolin, à Granois, parce que ces localités sont situées sur un même plan, à sa gauche et à sa droite; outré-wéi, là-outre; outr.ou mowën, [outre] au moulin; outré déwéi Roun-nó , de l’autre côté du Rhône, par rapport à Savièse; outré déwéi les alpages de l’autre côté des alpes bernoises; outr.ënséi, de long en large. Adv. de temps, outré pé ó tsatin, pendant l’été; outré pa néi, pendant la nuit; vendre outré pé a fën dé outon, il viendra vers la fin de l’automne.
ouvêe ,  -êcha ,  -êrta ,  adj.ouvert ,  avec deux formes pour le fémininChon ouvêch’è fénéitré, les fenêtres sont ouvertes; l’è ouvêrta i porta, la porte est ouverte; tòté porté ouvêché, toutes portes ouvertes; avwéi a górdze ouvêrta, avec la bouche ouverte. || Fig. Ché l’è pa prou ouvêe, trwa catchya, mote, celui-là n’est pas assez ouvert, trop caché, muet.
óvawó ,  -a ,  adj.ovale
owiva ,  n. f.oliveD’óouló d’owiva, de l’huile d’olive.
pacha  ,  -âe ,  part ,  et adj.passé , i chenan-na pacha, w’an pacha, la semaine passée, l’an dernier; stou dzò pacha, ces jours passés.
pacha  ,  -âe ,  part ,  et adj.usé , changé par l’âge , a vielli *L’aîó pa méi you a vejena di kyè l’îta maada, cómin l’è pachâe! je n’avais plus revu la voisine depuis sa maladie, comme elle est ‘passée ‘ ! Fou j-âlon chon prou pacha, ces habits sont assez usés.
pacha  ,  n. m.pas ,  trace de pasè pachéi iron byin markyéi derën a ni, les pas étaient bien marqués dans la neige; i pacha dou capotsën, le pas du capucin, voy. n. m. capotsën.
pâcha (1) ,  n. f.nombre de coups auxquels un tireur a droit; aussi au jeu de quilles et de cartesComme terme de tir, le mot est SR: passe.
pâcha  ,  adj.qui ne donne pas de lait partiellementL’è pâcha dâ mitchya dé our.ó , pâcha d’oun carti, la vache ne donne pas de lait de deux trayons, d’un trayon.
paché ,  n. m.parchet ,  lieudit ,  quartier de terre quelconquePaché: è trantó d’oun méimó noun, une étendue de terre portant le même nom.
pâdze ,  n. f.pageVerye a pâdze, tourner la page; au fig. oublier, passer l’éponge.
padzeta ,  n. f. Dim. de pâdzepetite page
paeou ,  -ouja ,  n. m. et f.payeurChé l’è nète oun crwéi paeou, c’est un très mauvais payeur.
pâkye ,  n. f.pâquesVendre a Pâkye, il viendra à Pâques.  Féré è Pâkye, remplir le devoir pascal.
pa’kyé  ,  n. m.pâquierc’est l’unité   adoptée   par   la   Société suisse d’Economie alpestre et correspondant à la quantité de fourrage nécessaire à la nourriture d’une vache normale. Le mot ne s’emploie à Savièse que pour les pâturages appelés djyéte . Quelques ‘pâquiers’ appartiennent à la commune, d’autres à des particuliers. Pour prétendre aux premiers, il faut payer 7 fr. 50 le ‘pâquier’. N’aîon oun pakyé outr.i Grile, nous avons [obtenu par le sort] un ‘pâquier’ à Grieder. || Droit d’alpage pour une tête de bétail. Il Du lat. pascuarium.
pakyé  ,  n. m.paquetOun pakyé dé flôo, un bouquet de fleurs.  Enfant d’une femme enceinte, surtout d’une jeune fille: l’è rin ita ky’on-an chela è l’è partite outre avwéi ó pakyé, elle n’est restée qu’une année ici, et elle est rentrée chez elle enceinte.
panté ,  n. m.pan de chemise ,  bas de chemiseSyn. dzer.on da tsemijé .
panye ,  n. m.néologisme pour désigner ,  dans les nouveaux pressoirs ,  ce qui enserre le marc à presser
parco ,  n. m.parcoursOn appelle de ce nom un droit aujourd’hui aboli et maintenu de fait de conduire les moutons en automne sur les ‘prés bâtards’ qui appartiennent aux particuliers. I parco di faeé, le parcours des moutons. Par ext. Tout droit de pâturage sur les terres d’autrui. L’an óta ó wibró parco i dzenelé, on a supprimé le libre ‘parcours’ des poules.
paréé ,  v. tr.egaliser ,  p  ex  les faisceaux de chanvreParéé ó tsénévó , égaliser le chanvre, pour que le bas des tiges soit bien à la même hauteur.
parié ,  v. tr.parierParîó sën fran avwéi té kyè to pou pa wéea ha bele, je parie 5 fr. avec toi que tu ne peux pas lever cette bille; parié rin, to pédréi, ne parie pas, tu perdras.S’emploie souvent pour affirmer avec force: paríó kyè to fé pa chin ë-n-oun cóou, je parie que tu ne fais pas cela en un seul coup.
parin ,  n. m.homme[Ce mot se distingue de par.in par la prononciation de I’r.] Oun parin é ona marin-na, un homme et une femme; kyën byo parin! quel bel homme! || Terme honorifique: parin préjidan, monsieur le président.
parin ,  n. m.parrainCwi vw’éi vó pri pó parin, qui avez-vous pris pour parrain?
par.in ,  n. m.parentNó chin dé parin, nous sommes parents; fou chon par.in avwéi nó , ceux-là sont de notre parenté; chon préi par.in, ils sont proches parents.
parla ,  v. pron.parlerDé kyè parlâé vó , de quoi parliez-vous? ché kyè cha parla, c’est celui qui sait parler.
parlé ,  n. m.mal du cou chez les petits enfantsL’an ó parlé, ils ont le ‘parlet’.
patën ,  n. m.patin
patën ,  n. m.petit morceau d’étoffeProv. Pó fér.’a parti è verowé fóou fetchye oun pi dé cha chou oun patën ródzó é acoli chin ën deri ën-ona crwijya dé vâé é pa rada avwe va, pour faire disparaître les verrues, il faut mettre un peu de sel sur un morceau d’étoffe rouge et jeter cela derrière soi à une croisée de routes et ne pas regarder où cela tombe.
paton ,  n. m.morceau de pâteT’a a pâta wéi, pou-to pa cópa avwéi ó coutéi é féré è paton pó è breséi ? tu as la pâte là, ne peux-tu pas découper avec le couteau de petits morceaux et en faire des ‘patons’ pour les bricelets? Gros rouleau de pâte pétrie. Dé paton cómin dé borir.e, de gros rouleaux [de pâte] comme des barattes.
patse ,  n. f.pacte ,  contratProv: â mò é ou maryadzó ron tôt’è patsé, par la mort et le mariage sont rompus tous les contrats.
patse ,  n. f.plaisir ,  goût ,  bonheurCan l’è ba wéi i tsate, l’è cha patse, quand le chat est là, c’est son bonheur.
patsó ,  n. m.pacte ,  contratFéré patsó avwéi câcoun, faire un contrat avec quelqu’un.
patwé ,  n. m.patoisI parlé ó bon patwé, il parle le vrai patois.
pavya  ,  n. f.endroit pavéKyënta brota pavya wéi damou Mountèlè, quel vilain chemin pavé au-dessus de Montélier!
pavya  ,  v. tr.paverN’ën forni dé pavya ché tró , nó pavyer.in a réista o-n-âtr.an, nous avons fini de paver ce bout, nous paverons le reste une autre année.
pawâe ,  n. f.pelletéeSyn. de pawa  avec l’idée d’un travail continu.
pawën ,  n. m.echalasè melöo pawën chon fou kyè chon fé avwéi ó ró dé wârje, les meilleurs échalas sont faits avec l’aubier du mélèze.
pebló ,  -bla ,  n. m. et f.nigaud ,  nigaude  , personne au caractère niais *, candide *, naïf *, homme ou femme de peu de valeur morale
pêe ,  pêcha ,  adj.bleu ,  persL’a è j’we fën pêe, il a les yeux tout bleus. Pêe dé fan, dé mijér.é, pâle de faim, de misère.
pêche ,  n. f.perceMétré ó vën ën pêche, mettre le vin en perce; i vën l’è pa ën pêche, le vin n’est pas en perce.
pêché ,  -chéta ,  adj. et n. m. et f. Dim. de pêe.petit bleu ,  petite bleueDé petite prounmé pêchété, de petites prunes bleues. Dzôjé ché porté ouncó byin, ma Fransi l’è oun póour.ó peti pêche, Joseph se porte assez bien, mais François est un pauvre petit fluet.  S. f. ona pêcheta, petit oiseau des chènevières: la mésange bleue.
pechó ,  n. m.cascade
péclé ,  n. m.targette ,  poucier
pécló ,  n. m.loquetPó ferma a porta dou piló , è paijan fan rin kyè terye four.a ó pécló , pour fermer la porte de la chambre, les paysans se contentent de sortir le loquet. I pécló da fenéitra, la clenche de la fenêtre.
pedou ,  -ja ,  adj.qui est enclin à la pitié ,  compatissant , plein d’empathie *Prov. I mer.esën pedou rin ó maadó bwitou, le médecin [trop] compatissant rend le malade boiteux.
pédre ,  v. tr.perdreFér.a pédre, faire perdre, en parlant de quelqu’un qui ne peut payer ses dettes (?); ha róba l’a ouncó rin perdou ó nouó , cette robe n’a point encore perdu l’apparence du neuf. || Oublier. L’a rin perdou (ou deperdou) ó patwe, il n’a pas oublié le patois. || V. r. S’égarer. Ché chon perdou amou pé hé mountanyé, ils se sont égarés dans ces montagnes. || Part, passé: perdou, pèrdwaé; è j-oun chon chówa, è j-atró chon perdou, les uns sont sauvés, les autres sont damnés.
pedri ,  s fperdrixA Grim.: pedré, n. m.
péiné ,  n. f. pl.les deux poutres parallèles au faîtage qui reçoivent les chevrons ,  pannes
péinó ,  n. m. ord. pl.bouts de fil qui sortent de la toile grossière
péire ,  n. m.prêtre d’un ordre religieuxL’è i péir.e Andréi kyè l’a prèdjya,- c’est le Père André qui a prêché .
péiwa ,  n. f.poêleCâkyè cocon derën a péiwa chon dri preste, quelques oeufs dans la poêle sont tout de suite prêts.
péiwa ,  n. f.contenu d’une poêle ,  poêléeL’aîó jostamin chou ó fwa ona bóna péiwa dé caféi, j’avais justement sur le feu une bonne poêlée de café .
pèjan ,  -ta ,  adj.pesant ,  lourd
péjéi ,  n. m.gousse de haricot
pekye  ,  n. m.pique ,  brouillerieL’a oun pekye contré nó , il est brouillé avec nous.
pekye ,  n. m.picI métra di manouré l’a de kyè falîé prinde ó pekye, le maître des corvées a dit de prendre le pic.Terme du jeu de carte: w’ache dé pekye, l’as de pique.
pekyé ,  n. m.étapeën venyin ënséi l’a rochi i promyé pekyé i vwéâdzó , au retour la première étape du voyage lui a bien réussi (s’est passée sans encombre).
peléi ,  n. m.enveloppe verte de la noixÉ peléi di nwé, les brous des noix
penéi n. m.prêle (equisetum arvense)
pëngi ,  n. m.etui pour conserver les épingles ,  aiguilles ,  plumes  || fig  homme de nulle valeurFig. Homme de nulle valeur.
pënta ,  n. f.cabaret ,  auberge ,  pinte ,  débit de vinTeni pënta, tenir un , débit de vin; ganyon fôo chou a pënta, ils gagnent fort sur la pinte; di kyè l’an cóminsya chin van dé pënt’ën pënta, depuis qu’ils ont commencé, ils vont de pinte en pinte.
pënte ,  n. m.peintreChavyeje l’è oun pai rètsasya di pënté, Savièse est un pays chéri des peintres.
penye ,  v. tr.peignerPenye a téita, peigner les cheveux; penye a tsar.a, peigner la  charretée de foin, c.-à-d. passer un râteau de haut en bas, de chaque, côté du char, afin d’enlever tout ce qui ne tient pas ferme, pour que rien ne se perde en route et pour donner une bonne façon au char; penye a tétse dou fin, peigner le tas de foin en grange; penye ó mwatson, peigner le tas de foin [sur le pré].
penyó ,  n. m.peigneOun penyó dé òton, un peigne en laiton. || Traverse du râteau munie des dents. é penyó (plur.): partie du métier à tisser.
peóta ,  v. tr.faire et jeter des boules de neige à quelqu’unNó ó t’in peóta dé ni tin kyè l’a falou che catchye, nous lui avons jeté des boules de neige jusqu’à ce qu’il ait dû se cacher. V. r. Dri en chortin dé w’écóouwa chouton chou a ni é che peóton, aussitôt sortis de l’école, ils se jettent sur la neige et se lancent des boules.
peòta ,  n. f.boule ,ona peòta dé ni, une boule de neige; ona peòta dé boró , une motte dé beurre.
peowa ,  n. f.étincelleOun vi chorti foura è peowe pé a borne, on voit sortir les étincelles par la cheminée; fotîé dé peowe foura pé górdze, il jetait des étincelles par la bouche (se dit de quelqu’un qui est très fâché).
peowe ,  n. f.étincellement
pêrda ,  n. f.perteN’ën fé ‘na groucha pêrda, nous avons fait une grosse perte.  Che fòtré ën pêrda, désespérer  Fòtré ën pêrda, jeter [loin] quelque chose; féré pêrda i j-âtró , faire perdre aux autres; nó chin ën pêrda, on nous a fait du tort.
perou ,  -ouje ,  adj.pierreuxè mountanyé chon pa tan peroujé cómin pé la  , les montagnes n’y sont pas aussi pierreuses que par ici.
pèrtó ,  ad.v.partoutPèrtó acóou, partout à la fois.  Prov. è peré chon dour.é pèrtó , partout les pierres sont dures.
pesta ,  n. f.pestePar ext. Personne désagréable.Ha pesta d’infan! cette peste d’enfant!
pétâa ,  n. m.branche de sureau vidéeBranche de sureau vidée que les enfants chargent avec du papier ou de petits fruits; au moyen d’un morceau de bois qu’ils enfoncent dans le trou, ils produisent des détonations; pétard.Fig. Oun vyou pétâa, terme de mépris à l’adresse d’un misérable vieux.
pétâé ,  n. f.bruit ,  détonation ,  craquementgrande quantité , grande masse , beaucoup de *, un paquet de * ona pétâé dé pómé, une énorme quantité de pommes.Coup. Bale ‘na pétâé a fou bòrdon, administrer un coup à ces étourdis. Il Syn. bertën-nâe, sinla.
pan petéi   loc. nom.pain fait avec du marc de noix
pétéi ,  n. m.ne se rencontre que dans l’expression pan pétéi ,  pain fait avec le marc de noixPierreh. s. v. pété, jadis pétel, pain de noix, marc ou tourteau de noix.
petró ,  n. m.jabotJabot. Fig. Coeur. Ai plin ó petró , avoir le coeur lourd.
petse ,  n. f.pioche à une dent; elle a la forme d’un pic évaséPioche à une dent; elle a la forme d’un pic évasé .
pétse ,  n. f.morceau de lait coaguléMorceau de lait coagulé .  è pétsé désignent les bords du fromage en fabrication, qui sortent de la forme et que l’on coupe.
pewáa ,  n. m.pilier ,  pilastre
pewën ,  n. m.membre viril
piche ,  n. f.urine
pidze ,  n. f.bouton de chemise
pijon ,  n. m.pigeon
pinna , v. intr. peiner ,  se donner du mal à faire quelque choseSyn. counpara. Lex, pin-na.
pinse ,  n. f. pl.pinces
pinsó ,  n. m.pinceau
pinta ,  n. f.penteSyn. clîa
pioné ,  pioné!cri pour appeler la poule
piótajeuVoy. sous le mot boten.
piton ,  n. m.instrument pour pilerI piton da cha, le pilon du sel.
pivra ,  v. tr.poivrer
pivró ,  n. m.poivre
placa ,  v. tr.plaquer
placa ,  n. f.plaqueRecrowi a réicha avwéi dé plakyé, recouvrir la scierie avec des plaques (d’éternit).
plané ,  n. m. Dim. de plan.petit plateau
plânó ,  n. m.plataneC’est le faux platane, érable plane, bois employé dans la fabrication des ustensiles de cuisine: poches, fourchettes, spatules, etc.  Corneille a employé le mot plane: ‘Comme un plane sur le bord des eaux. ‘ (Off. de la Vierge, à matines, leçon III.)
plate ,  plata ,  adj.platChé pan l’è prou plate, ce pain est assez plat. Qui n’a pas d’aspérité et par conséquent gras. Kyënta béwa atse, l’è tòta plata! quelle belle vache, elle est toute grasse ! (Grim, id.) Adv. Achye plate, abandonner quelque chose; l’an achya plate è méróouwé é l’an cour.ou via, ils ont laissé là leurs amusements et se sont enfuis; l’a verya plate, il est tombé sans mouvement.
achye platelaisser  en plan *, planter là * , laisser sur place *n’ën tôt’achya plate, nous avons tout planté là
pleji ,  n. m.plaisirKyën pleii o-n-a te dé chin? quel plaisir [avantage] a-t-on de cela? ën plaché dé tsasyé a féré pleji i par.in, fan rinkyè  wé j-atresta, au lieu de chercher à faire plaisir à leurs parents, ils ne font que les attrister.
plojo ,  pr. indéf.plusieursPlojo âdzó , plusieurs fois; plojo dzò, plusieurs jours. Ce mot, d’un usage restreint, est remplacé par câkyè, quelque, ou par une autre locution.
plo’ma ,  -aé ,  adj.pelé
plo’ma ,  v. tr.plumerPloma ‘na dze-nela, plumer une poule; ploma ó catson, enlever les poils au cochon après la saignée.  Dépouiller. Chon enou è própójèi é ó t’an ploma própró , les préposés [aux poursuites] sont venus et l’ont plumé proprement [lui ont tout pris].
pobló ,  n. m.peuplier
pócra ,  n. m.paresseux
pofaé , n. f. giclée
pólin ,  n. m.poulainè pólin chon cómin è tchyévre, fan rin kyè core é chouta, les poulains sont comme les chèvres, ils ne font que courir et gambader.
ponpa  ,  n. f.contenu d’une pompeFetchye oun witré dé matîré chou ‘na ponpa é è vèrméi iron tòrdzò ën tróta, mettre un litre de sulfate dans une pompe et les vers sont toujours actifs.
ponpa  ,  v. tr.pomperPonpa w’éivwe, pomper l’eau. Absol. L’an ponpa tinkyè l’an pochou, ma chon pa enou métré, ils ont pompé tant qu’ils ont pu, mais ils n’ont pu maîtriser le feu. || Boire. L’an iaméi forni dé ponpa, ils n’ont jamais fini de boire.
ponpa ,  n. f.pompeTsekyè véwadzó l’a cha ponpa, chaque village à sa pompe [à incendie].ou le corps des pompiers.
ponta ,  -âé ,  adj.plantéL’è resta ponta wéi, il est resté planté là; tó ó tin pontâé wéi, achétaé, tout le temps plantée là-haut, assise.
ponté ,  n. m. Dim. de pon.petit pontI ponté ba ënkye, le petit pont ici en bas.
ponya  ,  n. f.mesure de longueur qui se fait avec le poing ferméSyn. tó
ponya  ,  n. f.poignéeona ponya d’ardzin, dé bla, une poignée d’argent, de blé .
popla ,  v. tr.peuplerL’a djya grantin kyè fou pai chon ita popla é repopla, il y a longtemps que ces pays ont été peuplés et repeuplés.
popló ,  n. m.peupleI popló l’a rin méi a dér.é, fan tòte ëntre rloo é apréi i popló l’è bon pó paé, le peuple n’a plus rien à dire [dans les communes], les autorités décident seules de tout et après, le peuple est bon pour payer.
porca ,  n. f.polka ,  danse
porga ,  n. f. Syn. de pordzepurge
pòrpa ,  n. f.partie charnue de la viandeDé bewa pòrpa, de la viande bien charnue; to atseter.éi dé pòrpa, tu achèteras de la viande sans os
pòrpa ,  n. f.pulpe d’un fruit ,  d’un légume
pòrpé ,  n. m.partie charnue du pouce ,  du gros orteil
porta ,  n. f.porteBochye a porta, frapper à la porte; pacha a porta, passer la porte [sortir contre son gré]; â porta dé w’evêe, à l’entrée de l’hiver; aa demanda pé è porté, aller demander de porte en porte, mendier.
pòrta  ,  n. f.portéeChin l’è jostó a cha pòrta, cela est juste à sa mesure; can i bën di j-âtró l’è a rloo pòrta, chon pa tan escrepoou, quand le bien d’autrui est à leur portée [quand l’occasion se présente], ils ne sont pas si scrupuleux; fou j-âbró chon trwa a pòrta di tchyévre, ces arbres sont trop à la portée des chèvres.
pòrta  ,  n. f.portée ,  nombre de petits qu’un quadrupède met bas en une foisè eatsé, è tchyévre é è faé l’an rin ky’ona  pòrta per an, les vaches, les chèvres et les brebis n’ont qu’une portée par an; è tsate l’an davwé portéi, é tin ky’a tré, les chats ont deux portées, et,même trois.
pòrta  ,  v. tr.porterChon tan porta dé bóna vowonta, ils sont pleins de bonne volonté; pòrta pèrda a nó , porter préjudice à nous; chon enou kyeri dé vën pó pòrta via, ils sont venus chercher du vin pour emporter; pòrta i catson, donner à manger aux porcs.  Fig. Supporter. Chin m’a pa pòrta i côo: i de ó vêréi, mon coeur n’a pu supporter cela: je lui ai sorti la vérité .v. pron. Pòrta vó byin – vó dé mën-mó , portez-vous bien ! – vous de même ! (salutation en se quittant) ; che pòrta cóouchyon, se porter caution. Į| V. n. I ni porte, la neige porte, c.-à-d. on n’enfonce pas.
pòrta  ,  v. tr.porterPòrta ó féméi, porter le fumier sur son dos dans les vignes, les champs; pòrta a brinta, porter la brante, c.-à-d. faire le métier de brinti, en automne; pòrta a cokyelon, chou ó cóou, a tsardzecóou, porter à califourchon, sur le cou, sur les épaules. pòrta a vergonye pó è j-âtró , porter la honte pour autrui. Pòrte, elle porte (se dit du bétail en état de gestation).  pòrte pa ó vën, il ne porte pas le vin (quand il a bu, il est méchant).  Paraître. Vw’éi sëncant’an, ébin vó pòrta pa, vous avez cinquante ans, eh bien ! vous ne [les] portez pas (on ne vous les donnerait pas).
porti ,  n. m.portierI porti dou cowin di capotsën, le Frère portier du couvent des Capucins; dé tsatin i va porti pé j-óoutèwe, en été, il va comme portier dans les hôtels.
póson ,  n. m.grande poche ou louche de cuivre ou de fer émailléPochon est SR et Fr. Est.
pósta ,  n. f.poste; bâtiment des postes
pósta ,  v. tr.posterL’an posta dóou jandarmé pé byéi da porta, ils ont posté deux gendarmes de chaque côté de la porte. || V. r. i` trópa l’è enou che pósta déean chin dou comoun, la troupe est venue se poster devant la maison communale.
potan ,  -an-na ,  n. m. et f.homme ,  femme de mauvaise vie
poujaau jeu de quilles ,  monticule qui recevait la boule avant qu’elle ne touche le carré de jeuDzowe i gyelé â pouja ou â plantse, jouer aux quilles à la ‘ pose ‘ ou à la planche,
pou’sa  ,  -aé ,  part ,  et adj.qui a des boutons ,  une éruptionè j-infan venyon tó pousa, les enfants attrapent des boutons partout.
pousa ,  n. f.poussièreI pousa dou tsénéa l’è chin kyè n’oun vané four.a é kyè oun balle peca i faé, la ‘poussière ‘ de la semence du chanvre est ce qui sort en vanant et que l’on donnait à manger aux moutons Prov. Pousa ën janvye rinpl’ó chemetchyér.ó , poussière du mois de janvier remplit le cimetière.
pouta ,  n. f.femme de mauvaise conduite
préfé ,  n. m.préfet
préta ,  v. tr.prêterPréta ó mówé, prêter le mulet, p. ex. pour une journée, pour un travail; per ënkye fóou tó préta chin ky’o-n-a, âlon, oti, béitchyé, ici il faut prêter tout ce qu’on a : vêtements, outils, bêtes; a fou wéi préta l’è bale, prêter à ces gens, c’est donner.
prija  ,  n. f.nombre  , quantité , beaucoup *, de nombreux *Vwi l’a ‘na bóna prija dé tchyévréróou, aujourd’hui il y a un grand nombre de chevriers
prija  ,  n. f.prise [de tabac]Teni ‘na prija dé taba, prenez une prise [de tabac].
prija  ,  n. f.récolte ,  moissonona béwa prija dé fin, dé rècò, une belle récolte de foin, de regain; rintra a prija, rentrer la récolte; ona ramita pó féré ënradjye fou da prija, une petite pluie pour mettre en colère ceux qui rentrent les récoltes.
prija ,  v. tr.faire des prix à la foire
priōo ,  n. m.Prieur, c.-à-d. celui qui récite les prières d’une congrégation, d’une confrérie.
priou ,  priouja , prieuse.n. m. et f.prieur ,  prieuseVar. priöo
prir.e ,  n. m.prêtre Prov. Can mêe l’è mouin-nó , gra prir.e é gra tsën, quand mars est ‘solitaire’, gras prêtre et gras chien. Cf. mouin-nó .
Bóné dé prir.efusain (evonymus europaeus)= bonnet de prêtre. Var. bóné dé w’ëncor.a 
priwé ,  n. m.petit préOn nomme ainsi de préférence les petits prés qui entourent immédiatement les villages.  Ce mot a son correspondant à Grimisuat: prilé; Sion: le ‘prélet’ de Valère.
promi ,  n. m.(- chówadzó ) prunier sauvageprunus insititia
promi ,  n. m.prunierOun promi dé j-intéi, prunier de [pruneaux] greffés: la prune Fellenberg.
prósé ,  n. m.procèsProv. Ché kyè ganyé ó prósé l’a a tsemijé, ché kyè pêe l’è marenou, celui qui gagne le procès a la chemise, celui qui perd est tout nu.
prówa ,  v. tr.prouverL’è rin dé déré, fóou prówa, il ne suffit pas d’affirmer, il faut prouver.
pwéea ,  n. f.montéeA pya da mountanye, can oun vi a pwéea kyè l’a, quand du pied de la montagne on voit la montée qu’il y a- – –
pwir.e ,  n. f.peurL’a pwir.e di mò, il a peur des revenants; l’è o plo kyè n’ën pwir.e, dou fwa, c’est l’incendie que nous craignons le plus.
pyese  ,  n. f.poitrine des ruminants
pyese ,  n. f.arbre abattu et dépouillé des branchesDéean mijon a rloo l’a oun grou mounton dé pyesé, devant leur maison il y a un gros tas de pièces de sapin. Pièce d’argent, ona pyese d’ôo, une pièce en or.  Grand gaillard. Kyënta pyese! quel colosse!
pyoca  ,  n. f.pique ce mot arrive dans un conte qui se passe à la montagneCe mot arrive dans un conte qui se passe à la montagne.
pyoca  ,  n. f.pleurnicheur
racâa ,  n. m.grange à bléLe racâa type est bâti en poutres de bois et repose sur quatre colonnes surmontées d’une très large pierre ronde dépassant de tous côtés les colonnes; le racâa est ainsi isolé du sol et à l’abri des rongeurs. On y accède par une échelle ou un escalier portatif.
râche ,  n. f.rainure
racla ,  v. tr.raclerRacla a borne, racler (ramoner) la cheminée; i mer.esën wi a racla è j-óouché, le médecin lui a raclé les os. Racla ó catson, racler le porc (lui enlever les poils avec un couteau).
râcló  ,  n. m.instrument pour raclerAvwéi ó râcló ótaé via a pâta di bréi, il s’enlevait la pâte collée aux bras (geste du boulanger après avoir pétri sa farine); l’è gordó ëntó ó ba-ton cóm’oun râcló , il est raide avec son bâton comme un râble. Homme peu commode, mauvais coucheur. E-t-e pa d’étre râcló pó féré chin a nó , ne faut-il pas être mauvais coucheur pour nous faire cela!
râcló ,  n. m.engoulevent ,  martinet
racró ,  n. m.prétexte ,  repartieL’an tsasya dé racró contré Djyan pó proséda, ils ont cherché des prétextes contre Jean pour lui faire un procès; ché pó è racró , ch’achîé pa arcana, iré oun djyabló pó rébatre è clóou, celui-là, pour les reparties, il ne se laissait chicaner, c’était un diable pour rabattre les clous.
radze ,  n. f.colèreE-t-e en radze? est-il en colère? (cf. ënradze). Dé radze, l’a tó fréja, de rage, il a tout brisé .
râeon ,  n. m.rayon; petite raie
rafla , v. tr.manger beaucoup ,  rapidement et sans laisser de  restesLex. rafiâe
raflarafler ,  ramasser
rafya ,  n. m.raphiaFibres employées pour attacher la vigne provenant du palmier du même nom. Autrefois on utilisait des brins ou fibres d’écorce de tilleul.
ramâe ,  n. f.pluie orageuse
ranbo ,  n. m.remboursement postal
ranma ,  n. f.verge ,  branche ,  perche à haricotsChe t’éi pa chadó , vejó prinde a ranma, si tu n’es pas sage, je vais prendre la verge.  Pi di  ranmé, opposés à pi bâché, haricots à rame, opposés à haricots nains.
ranma ,  v. tr.ramer les plantes grimpantes ,  haricots ,  etc
ranpa  ,  n. f.ranpaL’è enou i ranpa e-n-ona tsanba, il a eu la crampe à une jambe.
ranpa  ,  n. f.sentier très raide
ranpa ,  n. m.les rameauxS’emploie sans article. Sti an ranpa l’è dé bon’ our.a, cette année, les Rameaux [dimanche des Rameaux] sont de bonne heure. Grimisuat: ranpó signifie la tige de genièvre, souvent avec des pommes enfilées dans le bas, que l’on porte à bénir le jour des Rameaux.
ransó ,  -sa ,  adj.rance
rapën ,  n. m.rapin ,  avare
rapon ,  n. m. Syn. de raclon.boue mélangée de fumier que l’on racle du chemin après de fortes pluies
rapôo ,  n. m.rapportChin l’è dé peti rapôo, cela ne rapporte guère.
ratéiligne des épaulesPou-to pa prindé ché chakye chou ó ratéi é porta ina a grandze? ne peux-tu pas prendre ce sac sur le dos et le porter dans la grange?
ratéi ,  n. m.râteau
raton (a) ,  loc. adv.sur les genouxVwéró froston t-e dé j-âlon can chon tó ó dzò a raton fou gamin, combien usent-ils d’habits, ces gamins, quand ils sont tout le jour sur les genoux !
raton  ,  n. m.raton ,  petit rat
en râtseen abondance ,  se dit d’un arbre chargé de fruits
râtse ,  n. f.teigne (affection du cuir chevelu) ,  et particulièrement maladie éruptive de la têteCan è tsate l’an a râtse, l’a rin a féré kyè a wé jé twa, quand les chats ont la teigne, il ne reste qu’à les tuer. ,
râtsó ,  râtse ,  adj.très chargé de fruitsChé di blantsété l’è tó râtsó , le prunier des ‘Manchettes’ a des fruits en abondance.
rècha ,  n. m.arrêt brusque du terrain sur une penteDéjó ó tórin l’a ‘na clîa é ba a pya da clîa l’a oun rècha é di wéi l’è para dé chéi, sous le torrent il y a une pente qui se termine par un arrêt brusque et de là le rocher est à pic; ina i vacó dé Ninda chon ouncó tôt’ è rècha: iré tó tsan per léi, là-haut aux ‘vaques’ de Ninda, on voit encore tous les arrêts du terrain: il y avait partout des champs.
rêcha ,  v. tr.retourner ,  renverserRêcha è j-âlon, retourner les habits; rêcha è i-éljé, renverser la vaisselle.
rechi ,  adj.rassisSe dit du pain de seigle qui commence à sécher et devient mangeable.
redii ,  v. tr.redevoirI paea tan, redió ouncó tan, j’ai payé tant, je redois encore tant.
redui ,  n. m.réduit ,  chambre de débarras
redze ,  n. f.rèze  plant de vigne du valais
rédze ,  n. f.dégoût ,  surprise qui fait monter le sangCan i you ha chopa, i jou a rédze d’apele, quand j’ai vu cette soupe, j’ai eu le dégoût d’y toucher.
rééla ,  -lae ,  part ,  et adj.eveilléOun bote nète rééla, un garçon très éveillé .
reele  ,  n. f.copeauLes pétales légèrement recroquevillés de ce lis rappellent la forme du copeau.
reele  ,  n. f.lis martagon , lys martagon *
réélé  ,  v. tr.réveillerProv. Fóou pa ëntéta è tsaplafin, chon è j-ami dé ómó , reelon pó aa chéé, il ne faut pas tuer les lézards des prés, ce sont les amis de l’homme, ils réveillent pour aller faucher.  V. r. Che réélé prou méimó , il se réveille bien lui-même.
rèélé ,  v. tr.enlever les débris de foin restés dans la crècheFóou aa ba réélé a rese, il faut aller nettoyer la crèche.
régla ,  -glâe ,  adj.réglé ,  sage
régla ,  n. f.règleL’è i régla dinché, c’est la règle comme cela.
régla ,  n. f.règle d’un ordre religieuxI régla di Capotsën, la règle des Capucins.Chin l’è pa ën régla, ce n’est pas en ordre.-
régla ,  v. tr.réglerRégla è contó , régler les comptes. V. r. Pó chin nó nó je réglin chou è j-âtró , pour cela nous nous réglons sur les autres.
regōo ,  n. f.rigueurA regoo dé w’evêe, à la rigueur de l’hiver.Loc. adv. â regoo porôo ouncó eni, à la rigueur je pourrais encore venir.
êrba réitabugrane (ononis spinosa L.) ‘
réita (erba) ,  n. f.bugrane ou arrête-boeuf
rejën ,  n. m.raisin ,  grappe de raisinOun byo rejën (dé) mosca, un beau raisin muscat; è j’-étchyeblé dou rejën, les épaules du raisin; è rejën l’an cówa, les raisins ont coulé (cf. cówa); è rejën veryon ór.a, les raisins tournent maintenant (cf. verye); mëndjye oun rejën, manger une grappe de raisin.
rémwa ,  v. tr.déménagerDans les Alpes, se dit pour changer d’alpage avec le ménage et le troupeau. L’an rémwa pye yè, ils ont déménagé seulement hier.
rémwa ,  v. tr.remuer ,  déplacer ,  ôterN’ën idjye a rémwa ha tsodir.é, viens m’aider à déplacer cette marmite.
rémwa ,  v. pron.se déplacerPou to pa té rémwa? ne peux-tu pas te remuer?
rënga ,  v. tr.porter ,  remuer péniblementPorter, remuer péniblement. remuer ces sacs; rënga ba ó mówé, traîner en bas le mulet.
rënma ,  n. f.chanson ,  refrain ,  répétition
rënma ,  n. f.personne ennuyeuseKyënta rënma, quelle personne ennuyeuse ! Il Syn. réicha.
rënma ,  v. tr.chantonner ,  ressasser les mêmes choses
rënma ,  v. tr.importuner ,  ennuyer
repli ,  v. tr.finir de remplir un vase quelconque
rescarisque   plur  reskyéExpr. L’a pa dé resca, il n’y a pas de risque. V. rescó .
réspémétré a réspé ,  mettre [cacher] en sécurité [dans un endroit bien défini]mettre [cacher] en sécurité [dans un endroit bien défini].
réspé ,  n. m.respectRéspé pòr vó , honneur à vous.
achyerèstélaisser des restes , ne pas finir son assiette *Achye dé rèsté, laisser des restes, ne pas tout manger;
retsó ,  retse ,  adj.richeO-n-è prou retsó can o-n-è contin, on est assez riche quand on est content. || S. m. et f.
retsó ,  retse ,  n. m.et f.richeÉ retsó é è póour.ó , les riches et les pauvres.
retsó ,  retse ,  adj.richeO-n-è prou retsó can o-n-è contin, on est assez riche quand on est content. || S. m. et f.
retsó ,  retse ,  n. m.et f.richeÉ retsó é è póour.ó , les riches et les pauvres.
réwéi ,  n. m.relai ,  intervalleFóou aa pé réwéi, il faut faire des relais.
rewia ,  v. tr.relier
riban ,  n. m.rubanI riban dou tsapéi, le ruban du chapeau.
ridzó ,  -e ,  adj.plein ,  rempli ,  tapisséFou gamin fan pa kyè galóta, can oun va chéé è pra chon ridzó dé galóou, ces gamins ne font que lancer des pierres; quand on va faucher, les prés sont tout remplis de cailloux; iré ridzó dé mo,undó ina pé Benii, c’était tout rempli de gens par les Benii.
rijin ,  -inta ,  adj.souriantL’è enou four.a ché kyè l’a a fese tòrdzò rijinta, celui qui a la face toujours souriante est sorti.
rijon ,  n. f.raisonL’an pa dé rijon, ce sont gens déraisonnables. Prov. I rijon l’è bóna pèrtó , la raison est bonne partout.
rijon ,  n. f. Pl.mots blessantsL’an jou dé rijon, ils ont eu des chicanes; i kyer.yaé dé plo brote rijon, il criait de très vilains mots.
ripâe ,  n. f.action d’arracher ,  de manger beaucoup
risin ,  n. m.ricin
rison ,  n. m. pl.crochets en bois que l’on place des deux côtés du bât pour le transport de branches et autres morceaux de boisGóna a rison (veste à basques), se dit plaisamment pour góna a dzer.on (voy. ce mot).
rlwin ,  adv.loinOu rlouin aa, avec le temps [litt, au loin aller]. Ne pas confondre avec via.
rocan ,  -can-na ,  n. m. et f.accapareur peu scrupuleux
rócha ,  n. f. et adj. f.rousseHa brota rócha, cette vilaine rousse; ona fromya rócha, une fourmi rousse. É damé róché, les courtilières (inscecte ravageur: taupette, laboureuse)
róché ,  róchéta ,  adj. et n. m. et f.mûr – reDé j-óónyé dzinté róchété, des noisettes bien mûres (à coquille brune).
róché ,  róchéta ,  adj. et n. m. et f.rouxProv. Hou kyè l’an è pi róché chon dé fyè, ceux qui ont les cheveux roux sont des hommes arrogants; di róché fóou pa ch’âchye mwédré, il ne faut pas se laisser mordre par des roux.
ródzó ,  ródze ,  adj. , n.m.rougeDé pi ródzó , des cheveux rouges [roux]; dé byo dra kyè tire chou ó ródzó , du beau tissu qui tire sur le rouge. On dit eni ródzó pour rougir; l’è pa pó rin kyé vën tan ródzó , ce n’est pas sans motif qu’il rougit tant. || minta ródze, menthe des champs (mentha arvensis L. )
ródzé ,  -dzêta ,  adj. et n. m. et f.rougeâtre ,  rougeaudOun dzin ródzé, un joli garçon aux joues rouges.
ródzé ,  n. m.rouget ,  maladie des porcs
ródzó ,  ródze ,  n. m.rougeI ródzó dou pai, le [vin] rouge du Valais, appelé aussi Humagne rouge.
Chou ródzósureau rouge
gramon ródzó ,  n. m.achillée mille-feuille (achillea millefolium L.)
rójéi ,  n. m.roseauCh’oun core pa è j-étan dé tin j’ën tin, venyon plin dé rójéi, si l’on ne vide pas les étangs de temps à autre, ils se remplissent de roseaux.
ronca ,  v. tr.défricher un pré, p. ex. pour en faire un jardin L’è awéi a chapa ky’oun ronkyé, c’est avec la ‘sape’ qu’on défriche un pré .
ronda ,  n. f.foisDawé rondé dé tire, deux fois de suite.
ronda ,  n. f.ronde ,  fois ,  intervallePó sta ronda i torn’a vwar.i, pour cette fois, il guérira de nouveau.
ronda ,  n. f.tournée épiscopale
rondò ,  adv.avec entrainChé crwéi peti l’è jou rondo amou mountanye chówé, ce tout petit garçon est allé bravement à la montagne tout seul.
ronyefaucher l’herbe qui reste près des arbres ,  des buissons ,  des déversoirs (cochi)
ronye ,  n. f.chancre des plantesI ronye di tsóou, le chancre des choux.
ronye ,  n. f.gale ,  rogneN’ën pari bèjouin dé chó kyè da ronye, nous avons autant besoin de ceci que de la gale.
ronye ,  n. f.querelle ,  mauvaise chicaneTsasye ronye a câcoun, chercher noise à qqn.
ronye ,  v. tr.rogner; ronger ,outr.a Gromejwa chon pa rónya è bóchon cómin la; oun vi fou pra byin aborda dé bóchon, à Grimisuat les buissons ne sont pas rognés comme ici; on voit ces prés très bien bordés de buissons. || Syn. róoudjye.
ropyó ,  n. m.hydropisieHydropisie. L’an ó ropyó chèkye: i côo l’è chèkye é l’an fan prou é prou, ils ont l’hydropisie sèche: le corps est amaigri, et ils ont une très grande faim. || Cf. ënróoupya.
rósâe ,  n. f.volée de coupsVolée de coups.
rotse ,  n. f.ecorce du sapin; tanPartîe ba a Chyoun awéi  ‘na grouche tsara dé rotse, il descendait à Sion avec un gros char d’écorce de sapin. Pé è corti di mosyôo meton dé rotse pé è vâé ëntremye di tóouwé, dans les jardins de la ville, on met du tan sur les chemins entre les plates-bandes.
roudó ,  -da ,  adj. et n. m. et f.rudeFou dé Tsandowën chon roudó pó è partîé, ceux de Chandolin sont passionnés dans les partis [politiques].
roule ,  v. tr.rouillerT’a achya è j-oti â mole, ór.a chon tó roula, tu as laissé les outils à la pluie, maintenant ils sont tout rouilles. Il V.r. Fou coutéi coton tchyè ma che roulon pa, ces couteaux coûtent cher, mais ils sont inoxydables.
rouló ,  n. m.rouille
roupa ,  n. f.propriété de peu de valeurVwi pa atseta ha roupa, je ne veux pas acheter cette très mauvaise propriété .
rousatrace ,  limiteFér.é a rousa faire la trace. Se dit de la trace faite par le  faucheur qui écrase l’herbe du pré, marquant la limite avec le pré voisin. Syn. vwesa. Se dit également d’un chemin tracé dans la neige. Lex, rousa
rousaflétrirRousa é pra, marcher dans les prés [dont l’herbe est drue]. V. rousa.
rousa ,  v. tr.avancer en marchant dans la neigeNe s’emploie que dans l’expr. rousa a ni. N’ën falou rousa a ni di Tsanflér.on tin kyè outré ou Pa, nous avons dû marcher dans la neige de T. au P., c’est-à-dire toute la traversée du Sanetsch.Fig. V. n. Aller de l’avant dans de grandes difficultés. Chéi pa cómin ha fémawa pou rousa, je ne sais comment cette femme peut aller de l’avant.-
rouwa ,  n. f.roueona rouwa dé mowën, dé tsaré, dé briówé ,dé borgó , une roue de moulin, de char, de brouette, de rouet.  Dev. Catró damé parton a cóou, van égawe vitó é pouon pa ch’aconchyor.e? – è rouwé dou tsaré . Quatre dames partent en même temps, elles vont également vite et ne peuvent pas s’atteindre? – les roues du char.
rowéitournant
rowéiélévation de terre séparant deux champs.
rowéi ,  n. m.bord abrupt, p. ex. d’un champChé an kyè l’a tan bala dé plodze chon enou ba è rowéi, cette année qu’il a tant plu, les bordures des champs sont descendues [il y a eu des éboulements]. I Rowéi, nom des champs de blé situés au sud de Morechon.
rwédó ,  n. m.débris de fumierL’è ouncó resta ‘na dzèrlòta dé rwédó , il est encore resté une hottée de débris de fumier.
rwédó ,  n. m.rebordSyn. de rowéi .
rwena ,  v. tr.ruinerL’a pa ‘na tsóou-ia kyè roueneché méi ó minâdzó kyè dé róba é dé pa ósèrva ó demëndze, il n’y a rien qui mine davantage la famille que de voler et de ne pas observer le dimanche (Curé d’Ars).
rwidó ,  -da ,  adj.rudeL’è rouidó wér.ó l’è métchyin, c’est terrible ce qu’il est méchant.
rwidó ,  -da ,  adj.beaucoup * (de choses difficiles)Ou cóminsémin è pató l’an rwidó dé traó pó arya, ma apréi di kyé caon è atsé, chon pa méí tan porchyou, au commencement les vachers ont beaucoup de travail, mais plus tard, quand les vaches ‘calent’, ils ne sont plus tellement occupés.
ryéba n. f.carotte jauneDe l’all.Rübe
ryecaronchonneuseSe dit de qqn qui n’arrête pas de ronchonner. Syn. roun-nache, mòrónēra. Il Musique de mauvaise qualité . Lex. ryeca.
saete   n. f.surnom donné aux habitants de la rive gauche du rhône ( Nendards ,  Evolénards )  ,  cf  charowën
sanló ,  n. m.abîme ,  endroit dangereuxCf. sinló .
sanpe ,  n. m.partie de l’estomac des ruminants correspondant à la panse
saowa ,  v. tr.saluerFóou byin ó té saowa, il faut bien le saluer.  V. r. L’a pacha a pâa é che chon saowa, il a passé à côté et ils se sont salués.
sebōo ,  n. m.homme qui ennuie toujours , enquiquineur *, emmerdeur *, pince sans rire *, homme ennuyeux * 
secon ,  -onda ,  adj. et n. m. et f.secondL’a djya chóna a seconda [c.-à-d. ënmóda], on a déjà sonné la seconde (sonnerie).  Pour le sens de i secon, en parlant du chanvre, cf. s. v. rêrtson.
sepre ,  n. m.bâton ,  surtout pour frapperVajó prinde oun sepre é té baló chou ó ratéi, je vais prendre un bâton et je le frappe sur le dos.  Du lat. Sceptrum
sêrté ,  adv.certainement ,  certesFort en usage chez les enfants pour affirmer avec force : sêrté é fwé, certes et foi, c.-à-d. j’engage ma foi , ‘sur la tête de ma mère’ *
seryé ,  n. m. pl.séran , planche munie de dents pour peigner le chanvre foulé
sibōo ,  n. m.homme simple et d’esprit borné ,ën d’à prou pó resta siboo, il y a assez d’hommes à l’esprit borné .
siéta ,  n. f.assietteVoy. s. v. asyéta.
siéta ,  n. f.assiettée ,ona siéta dé boró , une assiettée de beurre.
sigâa ,  n. m.cigareFoma ó sigâa, fumer le cigare.
siman ,  n. m.ciment
sinla ,  n. f.sangle
sinla ,  n. f.coup violent donné avec la sangle et ,  par extens  ,  un grand coup quelconqueOn dit aussi sinlâe.
sinledonner un coup violent
sinle ,  v. tr.frapper avec la sangle
sinlo ,  n. m.abîme ,  endroit dangereuxL’a mochya ba pé fou sinló , il est tombé dans un de ces abîmes.
sinye ,  v. tr.signerYó chéi pa sinye, métri ona crwi a pya, je ne sais pas signer, je mettrai une croix au bas.  V. r. Yó far.i w’âtó , vó vwéi rin ky’a vó sinye, j’écrirai l’acte, vous n’avez qu’à mettre votre signature; cha pa se sinye, il ne sait pas écrire son nom, pour dire: il ne sait pas écrire du tout.
sinyé ,  n. m.signet
sinyó ,  n. m.signeChe to fé pa oun sinyó , té tsasó pa méi, si tu ne donnes pas un signe, je ne te cherche plus [disent les enfants au jeu du cache-cache].
sócâé , n. f. coup
sonda ,  n. f.sonde
sonda ,  v. tr.sonderSonda or.ena, examiner, analyser l’urine.
sowën   n. m.terme de jeu. Cf. le mot botën.
steca ,  v. tr.frapper à coup de bâton
stécasac d’école en bois que les garçons utilisaient à l’âge de 15-19 ans dans les années 1950-1970  V. chawën, sac d’école.
stecó ,  n. m.bâton pour frapperSyn. stèkye. Orig. germ.
swate ,  adv.soit!Ou to parié sën fran kyé l’è dinché? – swate! veux-tu parier cent sous qu’il en est ainsi? – Accepté .
tabéé ,  v. tr.rêverConta chin kyè t’a tabéa, raconte ce que tu as rêvé; yó tabió tôt’è néi, je rêve toutes les nuits.
tabla  ,  n. f.réunion autour d’une table de nombreux convives
tâbla ,  n. f.tableMétin nó â tabla, mettons-nous à table.
tabló ,  n. m.tableauL’è pye ór.a ou secon tabló , il en est seulement au second ‘tableau’ [école].
tâbló ,  adj.egal en nombre ou en points , à égalité *, égaux *Se dit de votants, etc., dont les voix se partagent. Nó chin tâbló ,  nous  sommes   égaux  [aux jeux de cartes, quilles, etc.]; nó mankyè sën pwën pó être tâbló , il nous manque cinq points pour que nous soyons égaux.
tâcha ,  n. f.taxe ,  miseL’a nyoun kyè l’a réwéea a tâcha, personne n’a renchéri.
tachatasse
ta’cha ,  n. f.contenu d’une tasseona tácha dé caféi, dé cran-ma, dé vën, une tasse de café, de crème, de vin.
tâ’cha ,  v. tr.taxer ,  évaluer le prix
tacon ,  n. m.morceau d’étofîe ou de cuir servant au rapiéçage. Pièce ajustée à un ustensile. Métr.oun tacon a tsodir.e, mettre une pièce à une chaudière.Prov.; Va méi byin oun brote tacon ky’oun dzin bogan, mieux vaut une vilaine pièce qu’un joli trou [à un habit]. Mot très répandu en SR et afr.
talin ,  n. m.taillantI talin dou coutéi, dé w’ase, le taillant du couteau, de la hache.
talōo ,  n. m.celui qui tailleI talōo di peré, le tailleur de pierre. || Abs. Tailleur.
tâmin ,  adv.tellementChin va tâmin ën gran kyè char.e prou a plan bóoule oun dé stou móman, il mène un si grand train de vie qu’il sera bien à plat ventre (fera faillite) un de ces moments.
tanboexpr  tanbo sélè ,  tambour excellent ,  surnom  tanbo batin ,  tambour battantExpr. Tanbo sélè, tambour excellent, surnom. Tanbo batin, tambour battant.
tanbo ,  n. m.homme qui bat du tambour
tanbo ,  n. m.tambourDzowe ó tanbo, battre le tambour.   – On entend aussi tanbo (o ouvert), surtout  dans l’expr.  binda cóm’oun tanbò, plein comme un tambour. Prov. Chin kyé vën pé flota parte pé tanbo, ce qui vient par la flûte s’en va par le tambour.
tandi kyè ,  loc. cónj.tandis que , pendant que *, aussi longtemps que *Prov. Fóou pa mëndjye ó bën tandi ky’o-n-a dé bóné din, il ne faut pas manger son bien tandis qu’on a de bonnes dents.
tanéa ,  n. m.tanaisie (tanacetum vulgare L. )Ténéa a le même sens et s’emploie plus fréquemment.
tanōo ,  tanoja ,  n. m. et f.tanneur ,  femme du tanneurI tanoo Tsouchwa, le tanneur Zuchuat.
tanpa ,  n. f.femme simple ,  niaise , candide *, naïve *
tanpi ,  adv.tant pis
tantó ,  adv.tantôtTantó ór.a, tantó pwete, tantôt maintenant, tantôt plus tard. Soit * maintenant, soit * plus tard.
tao’na ,  n. f.partie de la faux qui adhère au manche  on l’appelle aussi fole dou berni ,  ‘feuille’ de la fauxPartie de la faux qui adhère au manche. On l’appelle aussi fole dou berni, ‘feuille’ de la faux.
tapou ,  n. m.nigaud , imbécile *, crétin *, sot *
tardé ,  adv.un peu tard ,iré djya oun póou tardé, c’était déjà un petit peu tard.
tardi ,  tardia ,  adj.tardifT’éi tardi anéi, tu arrives tard ce soir; i Gour.a é Vise chon dé mein tardi, vën pa chowé tinky’ outré pé djye j-our.é, la Goura et Visse sont des mayens tardifs, le soleil ne s’y montre que vers les dix heures.  Prov.Che o-n-an roche ou tardi, di pa a toun n-ami, si la récolte réussit une année tardive, ne le dis pas à ton ami.
tardi ,  tardia ,  Loc. adv.tardOu tardi, sur le tard.
tardi ,  tardia ,  n. f.se dit d’une vache qui fait le veau au printemps  cf  pertënchîaCf. pertënchîa.
tarpataupeé tarpé róoudzon é pómé dé têra, les courtilières rongent les pommes de terre.
tarpatache d’huile ,  par ext  de toute autre substancepar ext. de toute autre substance. Syn. taca.
tarpa  n. f.tache d’huile
tarpa ,  n. f.courtilière (insecte ravageur)Syn. è damé róché, les dames rousses.
târpa -pâe ,  adj.taché d’huileI manti l’è târpa ën dóoutré rlwa, la nappe est tachée d’huile en deux ou trois places.
tatseclou pour souliers
tátse ,  n. f.clou à courte pointe et à large tête ,  caboche ,  cabochon
tâtsó ,  n. m.travail à la tâche ,  à forfaitè traó dou Tórin-Nou che balon a tâtsó , les travaux du Torrent-Neuf se donnent à prix fait.  Le contraire est a dzornîa, à la journée.
tavwa ,  tawé ,  adj. posn. f.tienne(s)Cf. tchyó .
tchyó (i) ,  tavwa (i) ,  pron. poss.le tien ,  la tienneRada pye apréi ó tchyó , occupe-toi du tien; chó l’è i tsardze a mè, ha l’è i tavwa, ceci c’est ma charge, celle-là c’est la tienne.
tawan ,  n. m.taon
tchyé (ën) ,  loc. adv.chezCf. ëntchyé .
tchyè  ,  n. m.tiersI tchyè dé nou l’è tré, le tiers de neuf est trois; n’ën ó tchyè dou tsawé, nous avons le tiers du chalet; ó tchyè dou mówé, le tiers du mulet, c.-à-d. le droit à son emploi pendant deux jours de la semaine.
tchyè  ,  tchyèr.e ,  adj.cherI vën l’è tchyè sti an, le vin est cher cette année.
tchyè  ,  tchyèr.e ,  adv.l’an vindou tchyè rloo vya ,  ils ont vendu cher leur vie; chon dé moundó kyè va pa tchyè ,  ce sont des gens de peu de valeurL’an vindou tchyè rloo vya, ils ont vendu cher leur vie; chon dé moundó kyè va pa tchyè, ce sont des gens de peu de valeur.
tebâe ,  n. f.rasadeSyn. tevâe, tsócâe.
techó ,  techóta ,  n. m. et f.tisserand ,  -e
téita ,  n. f.têteL’è tsejou ba dé ormó a téita promyer.e, il est tombé de l’ormeau la tête la première; l’an tui dé détó tin k’ina chou a téita, ils ont tous des dettes jusque par-dessus la tête; trócha a téita déean ó boun Djyo, couper la tête devant le bon Dieu [formule d’affirmation solennelle dont les enfants sont surtout prodigues]; tó chin kyè oui paché pé a téita ou ai, tout ce qui lui passe par la tête, il veut l’avoir; fou réjyan balon a carcowa a hou gamin kyè cach’a téita, ces régents donnent [des problèmes] à calculer à ces enfants à leur casser la tête; ona crwēe téita, une mauvaise tête; hou dé ché veouâdzó chon dé tête, ceux de ce village sont des têtes [dures];-
téita ,  n. f.   têteFou kyè van dé pé rloo a Roma van a rloo téita, ceux qui vont à Rome pour leur compte [en dehors d’un voyage organisé] vont à leur tête; a mitchya dou tin oun cha pa avwe l’an a téita, la moitié du temps on ne sait où ils ont la tête; l’aie chin pé a téita ou ën téita, il avait cela en tête; l’an a téita dour.a, ils ont la tête dure [apprennent difficilement ou aussi n’ont pas le vertige]. è téité dou boue, les têtes du bassin: les deux extrémités d’un bassin en bois.
temon ,  n. m.timonProv. Chën Semon catse ó temon, Saint Simon cache le timon. (Le temps du labour prend fin avec la Saint-Simon, le 28 octobre.)
tëncó ,  n. m.imbécile ,  nigaud , crétin *, sot *
ténéa   n. f.tanaisieSyn. tanéa.
tënté ,  n. m.qui sait se tenir ,  qui a de la fortuneL’è oun bon tënté ouncò, il est encore solide, il  est riche.
teran ,  n. m.trait ,  longe de corde ou de cuir faisant partie du harnais et avec lesquels les chevaux tirentC’est le fr. tirant avec un léger changement de sens.
terdó ,  n. m. Syn. De terdin-natoile dont la chaîne est de chanvre et la trame de laine
tergó ou tèrgó ,  n. m.nigaud ,  sot , crétin *, imbécile *
ter.in ,  n. m.tiroirTerye four.a ó ter.in, clóou ó ter.in, tire le tiroir, ferme [pousse] le tiroir. || On dit aussi ter.ën.
tèr.in  ,  n. m.terrainFou pra chon rin dé bon tèrin, ces prés ne sont pas de bons terrains.
tèr.in ,  adj.libre de neigeSe dit d’un terrain qui se découvre par suite de la fonte des neiges. è mêin chon djya tèrin tin kyè four.a ina, les mayens sont déjà libres de neige jusque tout en haut.
tèr.in ,  adj.sans neigeSe dit d’un terrain qui se découvre par suite de la fonte des neiges. è mêin chon djya tèrin tin kyè four.a ina, les mayens sont déjà libres de neige jusque tout en haut.
tērla ,  n. f.chèvre stérileQuand la chèvre ne fait pas le chevreau le premier an, elle s’appelle tērla le second an. Prob, du lat. sterilis.
terle ,  n. m.seau (bèrlon) servant de pot de chambre
tèrmètèrme ,  finV. tèrmète qui est le terme actuel.
terme ,  n. m. Dim. de têrmó .petit espace de tempsL’a djya oun terme, kyè chorté pa méi, il y a déjà quelque temps qu’il ne sort plus.
têrmó ,  n. m.laps de tempsL’a oun bon têrmó kyè l’a pa ecri, il y a un certain laps de temps qu’il n’a pas écrit, Terme habituel. I atse l’a fé ó vèi déean ó têrmó , la vache a fait le veau avant le terme.
têrna ,  n. f.mendiante
terya ,  n. f.aspiration de la fumée d’une pipe ,  etcou d’un liquide par un tuyau ou une petite ouverture (patele!). L’a aprówa dé foma, ma apréi dawé teryéi l’a jou prou, il a essayé de fumer, mais après deux ‘tirées’ il en a eu assez.  Le mot ‘tirée’ est usité dans ces différents sens en Sr.
terya ,  n. f.chaque effort d’une bête de somme ,  entre deux reposOuncó ‘na terya é pwe l’è forni, encore un effort et c’est fini.
terya ,  n. f.durée , ‘ tirée ‘ *Can fó dzoun-na l’a ‘na terya di carnóvawe tin ky’a Pakyé, quand il faut jeûner, il y a une longue durée du carnaval à Pâques.
terya ,  n. f.traite (étendue de chemin) , ‘ tirée ‘Di ó Pon-Nou tin ky’a son da vâe nouwa l’a ‘na bóna terya, depuis le Pont-Neuf jusqu’au bout de la Route Neuve, il y a une longue traite.
terye ,  v. tr.tirerTerye ou chôo, tirer au sort, passer le recrutement; oun pou pa oui terye, four.a sën santime, on ne peut lui arracher un sou. Terye ou di, tirer aux doigts; terye i botse, tirer à la bûche; tiré tó ba, il jette tout par terre.I terye, il tire, se dit d’un mourant dont le souffle va s’arrêtant.  Prov. Che teryon four.a è dóou j-oue méimó pó terye oun i j-atró , ils s’arrachent les deux yeux pour en faire perdre un aux autres.
terye ,  v. tr.tirerL’a terye vën fran pó féré ché ató , il a tiré vingt francs pour faire cet acte; i vyou wéi l’è ritó ór.a, l’a plin ó carné a terye, ce vieillard est sauvé, il a le carnet d’épargne tout plein à retirer; l’a falou terye ó chan a ona atse, il a dû saigner une vache; chënble peskyé kyè ou terye ona tsanba, il semble presque qu’il va boiter.
terye ,  v. pron.se tirerChe terye préi dou fwa, se tirer près du feu; che terye ën deri, se dérober.
terye ,  v. pron.se tuerChe terye, se tirer [se tuer d’un coup de feu].
testa ,  v. tr.testerSyn. bale ën tèstemin, donner par testament.
tétâa ,  n. m.calotte ou forme du chapeau:i tétâa dou tsapéi, le haut du chapeau.
tetou ,  tétwae ,  adj.têtu ,  -eVar. titou, tiwae
tetse ,  n. f.tas de bois ,  de foinCf. tétchya.
tevâe ,  n. f.bon coup ,  en parlant de boire , rasade *L’aîe prou chi, l’a byou ona bóna tevâe, il avait bien soif, il a bu un bon coup. Syn. tsocâe, tebâe.
tezîephtisie = tuberculose pulmonaire ( ! étisie = amaigrissement)
tezîe ,  n. f.étisie , hectisie , extrême maigreur , anorexie * (?)Can l’an a tezîe venyon prou méigró , pouwon pa méi che récanpi é mouron, quand on a l’étisie, on devient de plus en plus maigre, on ne peut plus prendre le dessus et on meurt.
tigre ,  tigrése ,  n. m. et f.tigre ,  tigresse
tijye ,  v. tr.toiserCf. téja
tinte ,  n. f.terme de droit qui se rencontre dans l’expr  féré tinte ,  arrêter un marchéDeux possèdent un immeuble en copropriété; l’un vend sa moitié à un tiers. Le co-priétaire peut féré tinte, arrêter le marché et acheter lui-même: il a le droit de préemption.
tirōo ,  n. m.tireur
titre ,  n. m.acte ,  pièce authentique établissant un droit
tócâe ,  n. f.coupSyn. tinplâe, touwâe.
toche ,  n. f.têtard ou touffe formée au sommet d’un arbre dont on coupe les branches
todri ,  adv.pourvu [que]Todri n’a pas son équivalent exact en français. Il se place devant l’infinitif et devant toute espèce de mot: todri powi eni, a rloui l’è bën égawé can, pourvu qu’il puisse venir, ce lui est bien égal quand; fou, todri dé pówinta chou a tabla, démandon pa d’âtré tsóouja, ceux-là, pourvu [qu’ils aient] de la polenta sur la table, ils ne réclament pas d’autre chose. 
todri pa ,  adv.excepté , pourvu que … pas *fé aontchye tui è traó , todri pa tréga, il fait volontiers tous les travaux, excepté porter des fardeaux. 
todri ,  adv.Justement, à peine , juste avant *, vient de *L’è todri parti ór.a, il vient de partir. Conjonct. Todri kyè, pourvu que. Todri kyè fajeche byo pó demendze, pourvu qu’il fasse beau temps dimanche.
tókyé  ,  n. m.silène à calice enfléLes enfants aiment à faire éclater le calice enflé de la silène en le frappant sur le dos de la main, d’où le nom de tókyé, qui éclate [de tóca].
tókyé  ,  tókyeta ,  n. m. et f.simplet ,  un peu nigaud
tónâe ,  n. f.détonation
tónâe ,  n. f.grands cris ,iré prou fyè, fajîé dé tónéi, il était tellement fier, il poussait de grands cris.
tonba ,  n. f.tombeMétré a croui chou a tonba, mettre la croix sur la tombe.
tonnabourdon velu ! et non frelon qui est une guêpe de taille extraordinaire, deux fois celle d’une guêpe habituelle. Le frelon niche dans les trous des arbres. Ce n’est pas le cas du bourdon ou ton-na
tonna ,  n. f.frelon ( grosse guêpe )L’a oun ni dé ton-né derën ou bogó dou nóyè, il y a un nid de frelons dans le creux du noyer.
tópló ,  n. m.action de tópla: écot
tópon (a) ,  loc. adv.a tâtons ,  sans lumièreL’è jou ba ou sewi é tòrna ina tòt’a tópon, il est allé à la cave et en est remonté tout à tâtons [sans lumière].
torbé ,  n. m.gros morceau ,  gros objet  oun torbé  dé tsêe ,  un gros morceau de viandeOun torbé . dé tsêe, un gros morceau de viande.
torco ,  adv.absolumentL’a torco ou eni, il a absolument voulu venir fóou torco kyé to foweché déean ó na can tsapló ó bóou, il faut absolument que tu sois devant mon nez quand je coupe du bois!
torcó ,  n. m.turc
flōo dou tórinbruyère (erica carnea)A   Savièse   on   les   trouve au Torrent-Neuf, d’où le nom de ‘fleur du Torrent’.
tórin ,  n. m.torrent ,  ruisseauI Tórin ou í Tórin-Nou, désigne le grand bisse qui vient de la Morge et arrose tout le plateau de Savièse.
tòrna ,  v. tr.rendre ,  surtout un objetL’a t-e tòrna ó dzèrló? a-t-il rendu la hotte?
tòrné ,  n. m.emboîture de la hanche
tòrné ,  n. m.partie supérieure du jambon de derrière. Emboîture de la hanche.
tòrné ,  n. m.Touret, sorte de cheville de fer qui se meut librement dans une boucle ou pièce percée où elle est arrêtée par une tête vissée. I tòrné dou lé, le touret du lien [ d’une vache ].I tòrné dou le, le touret du lien [d’une vache].
torni ,  n. m.tourneur
tōrta ,  n. f.plat fait avec le colostrum Cf. le mot bète.
tôrtò ,  adv.tout autourL’a cor ou tôrtò da mijon, il a couru tout autour de la maison. Composé de tó outò, tout et autour.
tósin ,  n. f.la toussaintProv.: â Tósin, è atsé ou fin, à la Toussaint les vaches au foin, c.-à-d. à l’étable.
tóson ,  n. m.bête ,  homme stupideRandogne:tóxon
traca ,  n. f.machine pour nettoyer la filasse du chanvreId. à Montana, Grim.
traça ,  n. m.tracas
trafè ,  n. m.pêne  partie de la serrure que la clef fait manoeuvrer
trafi ,  n. m.traficI jaméi you tan dé trafi cómin a derir.e firé ba a Chyoun, je n’ai jamais vu autant de trafic comme à la dernière foire à Sion.
trafi ,  n. m.vacarme
trâle ,  v. tr.travaillerTrâle dé menojye, travailler comme menuisier.Le paysan n’estime, en général, que le travail manuel. Ayant parlé de la radio à une bonne femme, je pus entendre cette réflexion: kyenté dzinté tsóoujé ënvinton fou kyè trâlon pa! quelles jolies choses inventent ceux qui ne travaillent pas!
trâle ,  v. tr.préoccuper , inquiéter *, faire du souci *Chin ó té tralé ór.a, cela le préoccupe maintenant.   V. r.  Chon pa dé tsóoujé kyè che tralon d’evêe, ce ne se sont pas des travaux qui se font en hiver.
trâle ,  v. tr.travaillerHou kyè trâlon a têra châon wér.ó coté i pan, ceux qui travaillent la terre savent le prix du pain; trâle i venyé, travailler aux vignes.
trapa ,  n. f.escalier de cave
trapa ,  n. f.fermeture de culotte qui consistait en un morceau de drap carré qui s’abaissait par-derrière et se fermait au moyen de deux boutons
trapa ,  n. f.trappe , piège pour prendre des bêtes
trapa ,  n. f.ouverture rectangulaire par où l’on introduit le fourrage dans les râteliers ou les crèches
trapa ,  n. f.pas ,  comme mesureDawé trapéi dé wârdzó , deux pas de large.
trapó ,  -pa ,  adj.trapu
Che trata (plus moderne que ‘ che chochanta ‘faire honneur à qqch  ,  bien manger et bien boire
trata ,  v. tr.traiterNó j-a trata e-n-ami, il nous a traités en amis.V. r. Che trata, faire honneur à qqch., bien manger et bien boire. || Syn. plus ancien: che chochanta Voy. ce mot.
tra’ti ,  n. m.tintamarre ,  train de vieRloo chon dé retsó , l’an o-n-âtre trati kyè nó , ils sont riches, eux, ils ont un autre train de vie que nous.
trekyète ,  n. m. Dim. de trecó .petit gourdin
trèêe  adv.traversMot se rencontrant dans plusieurs locutions adv. Dé trèêe, de travers; a trèêe di pra, à travers les prés; ën trèêe, en travers.
trèêe ,  n. m.espace plus ou moins longN’ën jou oun trèêe dé byo tin, nous avons eu une série de beaux jours.
tréga ,  v. tr.porter ,  trimbaler une lourde charge  || de l’all ,  tragenDe l’all, tragen.
trepé ,  n. f. pl.tripesI va pa é trepé d’oun tsën, il ne vaut pas les tripes d’un chien, expr. proverbiale pour dire qu’une personne ou une chose est de nulle valeur.
trepi ,  n. m.support du fer à repasser
trepi ,  n. m.trépied
tréta , v. tr. traiter
trétó ,  -a. adj. et n. m. et f.traître ,  fauxOun pori pa trówa oun plo trétó on ne saurait trouver plus faux;  chou è dódzé j-apótré l’aîe oun trétó , parmi les douze apôtres il y avait un traître. . *. m. Tricheur.
troca v. tr.heurterTroca contré dé mor.alé heurter contre des murs
tróca v. tr.troquerProv. Tróca pó tróca : échange pour échange.
trole ,  n. f.liquide de qualité inférieure
trole ,  n. f.moût du dernier pressurage
trólé  ,  n. m.pressurer, presser le march du rainsi, surtout. || le temps où l’on presse le vinTinkyè outre i trólé, jusqu’à l’époque du pressurage.
tróne ,  n. m.trône
trópa ,  n. f.troupe , beaucoup *, de nombreux *ona trópa d’infan, ona trópa dé dzò, une troupe d’enfants, un grand nombre de jours . L’a pa trópa , il n’y a pas beaucoup.
tróse ,  n. m.grosse pièce ,  masseSyn. trocan.
tróse ,  n. m.trotL’è tòrdzò i tróse, elle va toujours au trot [femme pressée].
tróta ,  n. f.long chemin ,  trotte ,  distance
tsacrou ,  -ouja ,  adj.humideComposé de tsa et crou
tsâda ,  n. f.petit-lait ,  après la récupération du sérac
êrba tsamòséneçon des alpes (sene-cio alpinus)
tsamò ,  n. m.chamois
tsamò ,  n. m.coureur intrépide
tsana ,  n. f.broc d’étain à couvercle pour le vin ,  ‘channe’ona tsana dé cartér.on, dé demyepó , dé pó , une channe de trois litres, de demi-pot, de pot.
tsana ,  n. f.contenu d’une channe
tsani ,  n. m.etagère où l’on met les channnes ,  les verres ,  les tasses  buffet de cuisine
tsaōo ,  n. f.chaleurFé ‘na brota tsaoo, il fait une forte chaleur.
tsara ,  n. f.contenu d’un char ,  charretée
tsara ,  n. f.grande quantité , beaucoup *, une pétée *, une volée *, un paquet *, beaucoup *, bien du *
tsarita ,  n. f. Dim. de tsarapetite charge sur un char
tsaré ,  n. m.charI tsaré da réicha, le chariot de la scierie.
tsarfi  ,  -fite ,  adj.tapissé de ,  plein deL’è tó tsarfi dé motsé, c’est plein de mouches.
tsase  ,  n. f.penteL’a dé plache kyè w’éivwe pou pa eni ënséi, l’a pa prou dé tsâse, il y a des endroits où l’eau ne coule plus, il n’y a pas assez de pente.
tsáse ,  n. f.chasse
tsáse ,  n. f.rechercheFéré ona tsâse = dé rétsáse, rechercher qqn.
tsâsé ,  n. f. pl.chaussesProv. Dzin ën fâche, brot’ën tsâsé, joli en langes, vilain en haut-de-chausses.
tsáta ,  n. f.chatte
êrba di tsateherbe aux chats  mélisse (melissa officinalis L.)
tsàte ,  n. m.chat
tsati ,  n. m.ami des chats
tsave ,  n. m.gaillet grateron (galium aparine)
tsave ,  n. m.tige d’orge qui pousse en retard
tsawé ,  n. m.chaletDans les mayens, le chalet un peu moins primitif comprend le local où se fait le fromage, de là on pénètre de plain-pied dans le greni où l’on conserve le fromage, et dans la grange qui abrite le foin et un lit. Sous la grange s’étend l’étable. Aujourd’hui la plupart des chalets ont une chambre. Rousseau est le premier qui ait employé le mot chalet en français. Cf. Annales J.-J. Rousseau, III, 40.
tsawé ,  n. m. chaletè tsawé déean, les chalets de devant. On nomme ainsi les chalets de l’alpage de Tsanfleuron par opposition à ceux du Sanetsch, où le bétail des cinq montagnes de Savièse se trouve pendant quelques semaines de l’été Les chalets de la haute montagne ne sont guère que des huttes se composant de quatre murs et d’un toit.
tsawi ,  v. impers.chaloir ,  convenirI tsa adri dé mëndjye can arouwe on’our.a, il convient vraiment de manger quand arrive 1 heure! Tsa pa? – na, pas envie? – non. || Cf. ëntsawi.
tsebó ,  n. m.nom familier de la chèvre; on se sert aussi de ce mot pour l’appeler
tseon tseon ,  ou tsebó tseon.ris d’appel pour la chèvre
tséja ,  n. m.fossé  ravin creusé par l’eau
tsena ,  n. f.canal demi-cylindrique; gouttière ,  chéneau en bois ou en métalCe mot est ordinairement masculin en afr.
tsêré ,  v. intr.tomber ,  choirYó tchyéjó , to tchyé, i tchyé, nó tchyéiin, vó tsèré, i tchyéjon; yó tsejîó , etc. Tsêré a ridèêche, tomber à la renverse.
tsêré a ridèêchetomber à la renverse
tsoca ,  v. tr.avaler un liquide avec bruit et rapidementTsokyer.i ona meitra ché eche, il avalerait le contenu d’un seillon s’il l’avait.
tsoca ,  v. tr.gober ( un oeuf ), en parlant des oeufs.tsoca oun cócon , gober un oeuf *
tsocó ,  -ca ,  adj.enivré ,  ivre
Tsóou dé òjoubarbe des montagnes
tsóouchoucroute
tsóou ,  n. m.choutsóou fó , de la choucroute.
tsowa ,  n. m. ( fér.é ó – )travailler *, se donner de la peine *, cavaler *L’a prou jou ché byó pra, ma vwéró a t-e cabawa, vwéró a t-e fé ó tsowa pó w’âtre, il a bien recu ce beau pré, mais combien a-t-il cabale, com-bien a-t-il ‘fait Ie cheval’ pour l’autre [Ie donateur]!
Póma dou tsowacoing
tsowa ,  n. m.chevalFer.’ó tsowa pó câcoun, faire le cheval pour quelqu’un, c’est cabaler en sa faveur.
tsówé , n. m. petit chouDimin. de tsóou. Var. tsóouwé .
vaeon ,  n. m.sentierL’a pa ‘na vâe, l’a rin ky’oun croyéi vaeon, il n’y a pas un chemin, il n’y a qu’un mauvais sentier.
vaéta ,  n. f. Dim. de vâe.petit chemin
vagon ,  n. m.wagon
valin ,  -inta ,  adj.vaillant ,  actifChon mèi valin pó mëndjye kyè pó trâle, ils sont plus vaillants pour manger que pour travailler.
vanae ,  n. f.vannage
vanōo ,  n. m.vanneur
vaópa ,  n. f.valorpe de menuisier
vapōo ,  n. f.vapeur
vârin ,  n. m.vaurienL’aie ‘na bóna féna, ma rloui iré oun vârin, il avait une bonne femme, mais lui était un vaurien.
vawōo ,  n. f.valeurChin l’a pa ‘na groucha vawoo, cela ne vaut pas grand-chose.
vêcha  v. tr.mettre à l’envers
vêcha  v. tr.retourner une étoffeCan hou j’âlon chon frosta d’oun byé\ l’a rin ky’a wé vêcha, quand ces vêtements sont usés d’un côté, on peut les retourner.
vêche  a ,  loc. adv.à verseór.a balé a vêche, maintenant il pleut à verse. Syn. bale gordó.
vêche  ,  n. f.raie des cheveux ou le long du dos d’un animal , raie du milieu *L’a fé a vêche jostó ou mitin da téita, il a fait la raie juste au milieu de la tête.
vejën ,  vejena ,  n. m. et f.voisinOun bon vejën va méi ky’oun crwéi par.in, mieux vaut un bon voisin qu’un mauvais parent; iron préi vejën, ils demeuraient tout près les uns des autres.
venye ,  n. f.vigneTerrain planté de ceps de vigne. Féré ona venye, créer une vigne; i venye l’a pousa dé byo bóou, la vigne a poussé un joli bois.
vè ,  vêrda ,  adj.vertTéita chéca, anën répondr`â vêrda, tête desséchée, viens répondre à la tête verte [dans une légende, un vivant évoque ainsi un mort]. S. m. ona tsardze dé vê, une charge d’herbe verte.
véréi ,  n. m. et adj. invariable.VRAIProv. ona bóna méchondze va myó ky’oun crwéi véréi, un bon mensonge vaut mieux qu’une mauvaise vérité .
verën ,  n. m.veninI verën di charpin, le venin des serpents.
ver.in , ver.inta , adj. tournanti mowir.e ver.inta , la meule tournante . En ce sens aussi i ver.inta , adj. employé substantivement . Syn. cor.inta (2) , robáta
vêrna ,  n. f.aune ,  verne
verni  ,  n. m.vernis
verni  ,  v. tr.vernir
ver’te  ,  n. m.rondelle en bois fixée à la tige de fer sur laquelle tourne la bobine du rouet
verya  ,  n. f.grande quantité , beaucoup de * ,  grande foule de gens L’aie ona groucha ver.ya dé moundó amou pé vaé, il y avait foule sur les chemins [des mayens].
verya  ,  n. f.tournéeFer.’ona ver.ya signifie aussi tomber par terre. ir.’achéta a par dé mè, l’a fé ky’ona ver.ya é ch’è pa méi rèwèa, il était assis à mes côtés, il n’a fait que tomber et ne s’est plus jamais relevé . ||
verya  ,  n. f.tournéeI vouârda fé ‘na ver.ya donkyédon, le garde champêtre fait une tournée de temps en temps; oun pou pa chai vwér.ó en d’ar.é fé dé ver.yei pó rin i tsasyou , on ne peut savoir combien de tours pour rien le chasseur aura
prétré veryaprêtres apostats
ver.ya  ,  -ae ,  adj.tournéDé vën ver.ya, du vin tourné .Dé prétré ver.ya, des prêtres apostats.
ver.ya è flaimourirL’a clóou è pwën é l’a ver.ya è flai, il a fermé les poings et il a ‘plié’ les jambes, c.-à-d. il est mort.
verye ,  v. tr.tourner ,  commencer à mûrir:è rejën ver.yon ór.a, les raisins [tournent] commencent à mûrir maintenant.
verye ,  v. tr.tournerL’a ver.ya a télta, il a tourné la tête.V. n. L’a ver.ya plate, il est tombé raide; can o-n-è ina wéi vire i téita, quand on est là-haut, la tête vous tourne.
verye ,  v. pron.donner le tour ,  se ressaisirBalon câkyè tsóouja ou própójéi pó traondjye tinkyé pouwon ver.ye, ils donnent quelque chose [un acompte] au préposé [des poursuites] pour traîner en longueur, jusqu’à ce qu’ils puissent donner le tour; che ver.ye ou co signifie être expéditif pour le travail [se tourner au court].
vesta , n. f. veste
vyèje ,  n. f.vierge (constellation)Prov. Ch’oun plante è pi chou a vyèje, réiston tòrdzò ën flôo, si on plante les haricots sous le signe de la Vierge, ils restent toujours en fleurs.
vinse ,  n. m.ventChoflé i vinse, le foehn souffle.
vioné ,  n. m. Dim. De vionvoie d’eau minuscule
vipêe ,  n. m.vipèreè vipêe che tenyon pé dé rlwa chèkye, les vipères se tiennent dans les terrains secs. |A la campagne on ne distingue pas toujours la vipère de la couleuvre, et le mot charpin désigne les deux assez souvent.
visye ,  v. tr.visser
vitéé ,  v. tr.devancer ,  enlever son droit à quelqu’unChe ache pa vitéé, il ne perd pas son droit.
vitre ,  n. m.vitre
vitri ,  n. m.vitrierTo paer.éi meimó ó vitri, tu paieras toi-même le vitrier.
vivin ,  -inta , adj. n. m. et f.vivantè vivin é è mò, les vivants et les morts; l’a tó bala four.a dé choun vivin, il a donné tous ses biens à partager de son vivant.
vòrta ,  n. f.foisPó sta vòrta to pou pacha chën paé, cette fois tu peux échapper sans payer.De l’italien volta = fois
vwari ,  v. tr.guérirChé vwaré pa, far.é adéi, si [ce remède] ne guérit pas, il fera quand même quelque bien.  V. r. Chin che vwar.é pa méi, cela ne se guérit plus.V. n. Vwaretré prou, il guérira bien.
vwata ,  n. f.ouate
vwetoun (a) vwéea ,  loc. adv.en veux-tu ,  en voilà
vwetoun (a) vwéea ,  loc. adv.grande quantité , beaucoup *, à qui mieux mieux *, tant qu’on veut *, à volonté *
vwepi ,  n. m.guêpier
vwér.ó  ,  adv.combien?Vwer.ó cote t-e chin? combien cela coûte-t-il?
vwesa ,  n. f.limiteFéré a vouesa, tirer la limite. Le faucheur plante une branche à un bout du pré, à la limite, et du côté opposé il marche à petits pas en ayant l’oeil fixé sur la branche.Grim. id.  Prov. Ché kyè l’è i promyé pó féré a vouesa pou teni oun módzon dé plo, celui qui est le premier pour tracer la vojuçsa peut garder un génisson en plus.
vwese ,  n. m.cytise (cytisus radiatus)
vwésó , n. m.homme paresseux ,  têtu ,  difficile à remuer
vwete ,  adj. num. card.huit
vwida ,  v. tr.viderL’an vwida ou’étan, ils ont vidé l’étang.
vwidó ,  -da ,  adj.videChé l’a rin  pwir.e dou vwidó , celui-là n’a pas peur du vide.
vyou ,  vyele ,  adj. et n. m. et f.vieuxOun vyou parin, ona vyele marin-na, un vieil homme, une vieille femme; oun vyou dzowénó , ona vyele dzowéna, un vieux garçon, une vieille fille; oun vyou ma, un mal chronique.
vyeró ,  n. m.verrePrononc. plus ancienne de vēró .
vyôon ,  n. m. Néol.violonCf. robé .
vyówé ,  n. m.rouget des porcs
vyówé ,  vyówéta  ,  adj.violet
wacôo , n. m.ceinture de couleur tissée ,  du lat  laqueum ,  autrefois portée par les grenadiers de la fête-dieu ,  actuellement utilisée dans le costume folklorique des hommes
wafra ,  -frae ,  part ,  et adj.balafréChé da dzóouta wafrâe, l’homme à la joue balafrée.
wafrapetit ormeauOrme montagnard (Ulmus glabra) ( ! et non tilleul).
wâfra  ,  v. tr.balafrer
wâfra ,  n. f.balafre ,  grosse blessureL’a fé n’a groucha ouâfra a man, il s’est fait une grosse blessure à la main
wâfra , v. tr.avaler tout et rapidement
wakye ,  n. m.lac
wanda ,  n. f.bande ,ona wanda dé pra, une bande de pré
wanda ,  v. tr.couper en bandeswanda ó motchyoo di a son a pya, déchirer le mouchoir de haut en bas; wanda ó vintró , ouvrir le ventre
wanpa  n. f.