PATWE.CH > blogue > ècritura de rèfèrence ORB > Quenta chance de vivre enque!

Quenta chance de vivre enque!

Fôt-il vivre una misèra por s’apèrciévre gouéro on a de chance ? Probablament.

A la nuét, le geonely (genoly) a mè fét mâl. J’é passâ ux cacatiéres por cacar et l’est venu, après brâvament des èfôrts. L’aviéve doux jorns que j’aviéo pas possu. Hué a la nuét j’é possu, pas ren que dês cen que mè su ètanpar coment se le viâ a mè dèpendie de ceti succès, et qu’a côsa de cen j’é trabatu (molyê) de chôd sur lo fond. Nan, a côsa què dedens les petit gobèlets de plastique de l’hopetâl, m’aviévont balyê un liquide brun (galyâr nêr) hièr a la nuét et hué avouéc et que cen édie franc por tot fére passar bas.

Après ceta grôssa batalye d’una demi-horèta sur tornâ ou liét, le geonely en fuè, coment se fusso drét ora chèsu sur, et que tota la pél ére éta gripâye (grafinâye) via d’un côp ; L’est ren que passâ 24 hores après l’opèracion que la tèchnica de ‘bloc’ du nêrf de la chamba arreve a chavon, et que lesse la chamba sè dèssonar (dèssongiér). L’infirmiére ére lé et m’at sèrvi avouéc ‘na bôna vâle : contre-dolors et gllace por solagiér lo geonely en muens de três minutes. Ére una marêna (femèla, bovata) un pou trop gonflla por étre cen, mas j’é adés pèrciu ceta dama ux longs pês nêrs et pentâye abiés coment un ange du paradis.

Quenta chance d’étre nècu dens un payis – mèrci ux parents què âmo et a qui trovo jamés l’ocasion dé dére cen adrét – , yô que les assurances fonccionont por règlar les rèsponsabilitâts. Que tot vat tot plan sens acroc. Quand t’es dedens ‘na malempanâye, mémo les g.endârmes édiont et consèlyont, por que le crouyèt que le sôrt l’at fèru, veniésse pas tant âcro què t’avésse ren qu’envie de tè fotre via. Nan, u meten de la dètrèsse te tè fés édiér por que t’aviésse nion problèmo de payement, por què tot séye aplani, sens tracas inutiblos.

Les infirmiéres, les infirmiérs, les doctorèsses, les doctors, fant lo lor travaly avouéc conscience et en sorisent. Ils veniont de tués les cantons travalyér u CHUV de Losena, et asse ben d’ôtres payis. L’est un hopitâl bèrdolê de cultures difèrentes et tués sembllont vivre a la doce, en harmonia, dens u côrs chôd et amitox d’un granta famelye.

Sât prod qu’una enpartia de ceta béla émage séye un pou muens béla que songie ora, drét après que séyo éta solagiê ! Probablament asse ben (avouéc, pariér) que una bôna enpartia de la stabilitât de la Suisse vent pas ren que des gens que travalyont ben et que coopèront sens ronnar, alêrts, u ben comen. N’ens de mafia en Suisse, de la polucion secrèta et conscienta, por rèparmar d’argent,  des trafics d’ârmes que n’on èprôve de justifiar coment se on n’avésse pas lo chouèx…

Mas a 52 ans pué dére mèrci a la via. Mèrci d’étre nècu (nèssu) dens la péx et les rapôrts dèmocratiques. Dens u ben-étre matèrièl,  et dens la biotât des payisâjos prèsèrvâe. Su asse ben nècu dedens un payis yô les gens aprègnont a s’acomparar, sè varcanar mémo, a agreniér, a fére lo chevâl.

Se te fés pas jesto cen que t’as a fére, il tè fôt avér des pècavis. De cen que, te sâs, le via t’es éta balaye por ren ! Il tè fôt la ameretar, gagnér lo drêt d’ègzistar, justifiar ta via. Se te travalyes com’un borrico, t’es brâvo. Se t’arreves pas a motrar ta valor dens u tiô travaly, te vâlx ren. Porquè ceta filosofia tradicionèla sè comptâve u temps d’adonc por survivre, u jorn de hué balye ren més ren. A côsa de celos idês les mondos sè sentont inutiblos et pôvont pas solement jouir des bônes chouses que le pays prèsente ?

Heroxament, il sufiche de lèvar lo nâs du guidon por vêre la chance que n’ens. Des viâjos, coment l’est passâ delun passâ, il arreve aprés un accident et cen l’est pas franc drôlo.

M’ensovigno que, l’avrat ja més que trenta ans de cen, quand le mâre et yo no éront ensemblo prèstos a nos fére opèrar. Nos érons dedens u mémo pêlyo d’hopitâl, tués doux en blousa blanche fenduaye pèr derriér, lyé por sè fére opèrar du pouge gôche, yo du pouge drêt. Adonc n’aviévons ben ri de tot cen. Le mâre l’aviéve mâl ou dêgt et yo, plen de l’optimismo des jouenos j’aviévro encoragiê en rebrequent por rire: L’est pas un problèmo. Vos sâde (savéd) prod, mâre, coment diont a l’ègllése : « le sofrance l’est rèdemptrice ».

U jorn de hué su un pou muens a la bôna (mojon, ou « bon enfant », coment diont pèr Sent Martin). Hué penso que le soufrance pôt pire balye de bon, 1) quand él tè dessones sens tè fére buèrlar de mâl, et 2) se t’arreves a la cocar (règardar, gouètir) a la bôna moda!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Top