PATWE.CH > blogue > ècritura de rèfèrence ORB > Ensègnér cen que l’est vielyo et biô: la lengoua arpitanna des ancians!

Ensègnér cen que l’est vielyo et biô: la lengoua arpitanna des ancians!

ORB*: Por ensègnér lo patouès a celos que l’ant envide d’aprende, n’ens oncor quinze ans de bon, en Saviése et dedens la plupart des velâjos du Valês; aprés cen, l’arât prôd pas més tant de locutors de lengoua matèrnèla. Adonc el serât quasi pas més possiblo, por celos que apregnont de ben praticar cen que l’ant aprês. Por cen l’ant besouen (fôta) des ancians, que sant coment la lengoua marchie, que sant avouèc les bouêls (ventralyes) pas ren qu’avouèc la téta.

L’est franc important que celos que l’ant des enfants (menats), ou que vant avêr des enfants dedens les ans que vêgnont, apregnessont lo patouès. D’ence vant étre capâblo de parlar avouèc les enfants a lyors (les lyors enfants). En Saviése, celos que l’ant dês vengt ans tant que quarante ans l’ât prôd que l’ant oncor lo patouès dedens orelye. Ben sûr l’ant un pou pouère de parlar (prègier, devisar) et fôt ben dére que les patouèsant sont pas tant acoutumâs (dèrots) a encoragiér celos que apregnont. Mas dês que l’arant una basa de gramère, su sûr que, mémo se fant des fôtes, porront prendre (con)fiance (avêr fê) et se lanciér.

Sè nos volens ètre rèalistos, nos sans prôd que l’ât ren que carques famelyes que vant continuar a parlar patouès ulx enfants dedens la comuna. Crêyo pas que l’arat tamin de mondos per Saviése que vant étre atant dèvèrtocâ (dècidâ) et coragiox coment Monsior lo notéro (curial) Favrod-Coune de Châtél d’Ex (Château d’Oex) que parle ren que patouès avouèc ses enfants, porquè (quan ben, ben que) l’ât pas més nion u torn que parle ceta lengoua.

Adonc, nos sans que ceta lengoua pôt pas tant més réstar una lengoua « matèrnèla ». El vât vegnir una lengoua de cultura, coment u jôrn de houè dedens lo canton de Vôd ; la lengoua d’un’ associacion de patouèsants que parlon, ècrisont et liesont ceta lengoua por lo plésir des sons, du chant, por lo plèsir de veriér les mots et por rètrovar l’esprit (èmo, ‘bon sens’) et l’état (moda d’étre) de nos ancians ; savêvont jugiér jesto, tranquilament. Savêvont asse ben fétar, se fére des farces, se forgiér (taquinar, encocar) et s’amusar.

En Saviése n’ens guardâ les vielyes mèsons por tegnir a mens (se remèmorar, s’ensovegnir de) lo passâ. N’ens pas guardâ prôd, l’é veré. Sont béles, ouè, mas l’avêvont des fenétres trop petites et cen l’est pas tant pratico por la via modèrna . Tot pariér, u jôrn de houè, nos povens étré atant fins (malens) avouèc lo patouès coment carques uns sont éta avouèc les mèsons : porqué pas rècupèrar les vielys trâbs por refére cetes mêsons (hotâls) tot a nôvo ? Des bèles mêsons que mècllont lo modèrno et l’ancian et que d’ence, vivont oncor avouèc l’ârma (âma) du payis.

*ORB: Ortografie de Rèfèrence B (que l’est vegnua aprés A) = Ortografie unifiâe ( http://amzn.to/Stich-ORB )

Vêre asse ben ceti articllo a propos de cen que l’est l’ORB et cen que l’est pas http://bit.ly/l-orb

Publié dans ècritura de rèfèrence ORB, le patoués en dèmandes, projèts

[ Achye mé pye oun cómintér.ó ! ]

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*