PATWE.CH > blogue > matière [matir.e]
Archives du sito

Cótêe outò dou patwé

Listen!



Nówéi dé Dzakye!

Listen!



W’ómó chou a têra



Pas de crise pour le patois; plutôt le vent en poupe!…

Voici toutes les nouvelles fraîches, en vrac, et les projets de patois, les miens, ceux des autres patoisants de l’espace francoprovençal ou arpitan. Ca bouge, en Arpitanie!

Eric, alias Erix Allobrogios, vient de refaire tout le site d’arpitania.eu que vous pouvez découvrir dans nouvelle mouture « joomla » par le lien suivant. Florian Corradin en a fait la publicité dans sa présentation du patois sur la toile dont vous trouvez la vidéo ICI. Le portail arpitania.eu est présenté dansla 3è vidéo..

Au fait, le présentateur s’appelle Floran Corradin. Il est l’auteur du premier roman écrit en écriture unifiée arpitane (ORB), conçue par le linguiste Parisien d’origine Suisse Dominique Stich). Il s’agit du roman « Lo Temps ». J’ai commencé à le lire, et il est vrai que les annotations qui donnent pour certains mots et expressions par trop régionale leurs synonymes dans d’autres patois de l’espace arpitan sont bien utiles. Psychologie arpitane, réflexions sur la mort, la pérennité des valeurs de notre culture, tout y est. Bravo Floran!

Mes leçons de patois de patois de Savièse avancent; fait jusqu’à la leçon 9 avant le départ en Grèce. Là-bas j’ai continué jusqu’à la leçon 13. Bientôt sur le site… (Demain?). Les enregistrements ont été fait jusqu’à la leçon 41 (le tout). Le texte qui comprend l’alternance de patois et de français est déjà mis en page. Plus qu’à réaliser les vidéos-animations pour Internet – en moyenne 2-3 heures par leçon (tellement de choses à vérifier, corriger, revoir…). Ce qui m’encourage, c’est que désormais une page d’arpitania.eu référence mes leçons. Elle donne en outre accès à l’apprentissage des patois arpitans de Savoie et des Monts du Lyonnais.

Depuis la réunion internationale du patois à Caréma , je suis en contact avec quelques patoisants Savoyards et à un patoisant de Saxon par « Facebook ».
C’est un bon complément au forum d’ arpitania.eu. – Au fait, c’est qui ce gulu qui chante l’hymne arpitan sur cette page principale (Merci Eric!).

On essaie de correspondre en patois; pas toujours facile. Mais comme on peut faire des vidéos et mettre des sous-titres, ça aide! Voir le résultat ci-après:

Il y a aussi A-M. Sauthier, une cousine, avec qui j’essaie de converser en patois de Savièse; essai d’envoi de message audio ci-après:

A Carema, j’ai présenté à certains patoisants valaisans le drapeau que j’ai conçu pour exprimer notre volonté d’aider le patois valaisan à se pérenniser. Réactions diverses mais jamais indifférentes. De plus, le drapeau du canton du Valais est probablement protégé légalement; affaire à creuser. Voilà tout de même le projet expliqué ci-après.

Comme vous le savez peut-être, le drapeau arpitan (francoprovençal) est souvent représenté par une fleur à six pétales.
Voici par exemple l’image que j’ai trouvée en faisant une recherche simple sur google | images avec le mot « arpitan »:
drapeau arpitan 1
En voici une autre:
drapeau arpitan 2
Finalement voici le drapeau de l’ EFFEPI:
drapeau arpitan III
tiré de la cette page-ci.

Mon idée était donc de remplacer les étoiles des dizains Valaisans parlant tous le patois à l’origine (8 dizains sur les 13 figurant sur le drapeau) par les fleurs à six pétales représentant le patois (francoprovençal / arpitan).
Cela donne le blason suivant:
drapeau de l'arpitan Valaisan.
Qu’en dites-vous? (Vous pouvez me laisser un commentaire en vous enregistrant sur le site…).
Résultant probant, n’est-ce pas?

Un idée de radio arpitane a été énoncée par Marc Bron. Les échanges d’idées sont en cours entre les différents membres du Groupe Interrégional de Travail (GIT). Cette radio viendra-t-elle remplacer, revivifier la radio existante « arpitania 1 » existant déjà sur arpitania.eu à la page suivante ?

C’est tout pour aujourd’hui.
A bientôt!
Je vais essayer de compléter ce blogue plus régulièrement. En tous les cas chaque mois.

Adjyou! A révêre!



La tête plein d’idées

En été, ma tête est en effervescence. Les patoisants sont autour de moi, au chalet de Visse. Les années passent, l’une après l’autre, et les petits enfants ne savent pas quelles richesses ils sont en train de laisser s’échapper et retourner au néant.

Quelles priorités fixer pour valoriser ce patrimoine culturel qu’est le patois?
Puisque le monde à changé, une idée serait de retrouver les quelques patoisants qui connaissent encore les savoir-faire d’autrefois, par exemple pour conserver ces connaissances qui permettaient aux Saviésans l’autarcie. Quoi de plus fascinant, pour les aliénés du monde moderne, que l’autonomie dont jouissaient nos ancêtres?

Une autre idée serait de toucher les jeunes. Il faudrait par exemple retrouver et moderniser des chansons populaires. On pourrait leur donner d’autres rythmes, jazzy, reggae, voire rap, pourquoi pas. Les jeunes doivent réentendre le patois. Pousser Guy Courtine à composer pour les jeunes en patois? Collaborer avec lui pour cela? Pour des accompagnements, éventuellement. Autrement c’est sûrement tout un engagement qui représenterait trop de travail pour moi. Mais qui sait; à cause de mon père c’est plutôt dans cette direction qu’on attend de moi quelque chose.

Le plus important me semble pour moi de renouer le contact avec les Saviésans eux-mêmes. Avec ceux qui seraient ouverts à réapprendre le patois parce que comme moi leur oreille s’y est formée depuis tout petit. Certains n’auraient vraiment besoin que d’un petit coup de pouce pour le parler. De plus, les gens de langue maternelle existent encore….

Dans cette perspective, une sorte de de petit journal mensuel ou trimestriel, par exemple intitulé « Ma conta té! », pourrait contenir des réflexions sur le patois, des idées de projets, des appels à la collaboration. Je sais que certains retraités ne demanderaient pas mieux que de faire profiter les jeunes de leurs connaissances, pendant des cours-veillées de patois, par exemple. Organiser de telles petites expériences, le relater dans un petit journal ad hoc? Ou alors plutôt en faire part dans le « journal de Savièse »? Il faut mobiliser les gens, les faire participer.

Nous avons une langue ancienne de plus de mille ans, une langue poétique et pleine de saveur. Transmettons-la aux jeunes. C’est une poésie et une philosophie. « Pa capona », ça devrait vouloir dire « ne pas laisser partir notre patrimoine millénaire, qui est riche et qui est savoureux à souhait ».



Non, le patois n’est pas un dialecte du français!

Le représentant de M. Couchepin, notre ministre de la culture, M. Besson, s’est cette fois fendu d’une lettre plus fournie pour me répondre. Ma stratégie d’interpellation point par point semble avoir porté ses fruits.Lisez ci-après

1) Première réponse

(Quand même un peu arrogante, surtout dans le document qu’il joint à sa lettre)
De : Jacques.Besson@gs-edi.admin.ch Envoyé : vendredi, 12. janvier 2007 13:53
À : MJCc : Stephane.Decoutere@gs-edi.admin.ch

Objet : TR: Mounir patois romands.doc

Importance : Haute

Cher Monsieur,

Veuillez trouver ci-joint la réponse de M. le Conseiller fédéral P. Couchepin à votre question concernant le patois.

Avec mes meilleures salutations.J. BessonDocument joint à cette lettre:

Patois Romands FR

Sur Scribd: Patois Romands_FR

En fait, le document avait exactement la forme de ‘brouillon Word’ suivante: Mounir patois romands_FR.doc
Voir la copie d’écran ci-dessous:

2) Ma deuxième interpellation

Patois Romand Interpellation De M Besson

Sur Scribd: Different languages

3) Le mot d’introduction de M. Besson et sa dernière réponse

(Voir le document Word joint à la fin de cet article).

De: Jacques.Besson@gs-edi.admin.ch Envoyé: mercredi, 16. mai 2007 19:45

À: MJ

Cc: Thomas.Moser@bak.admin.ch; Marimee.Montalbetti@bak.admin.ch

Objet: TR: Mounir patois romands.doc

Cher Monsieur,

J’ai bien reçu votre mail et je vous en remercie. Je regrette que la réponse que je vous ai envoyée soit arrivée sous forme de brouillon. C’était une erreur de manipulation de ma part.

Je vous transmets ci-joint les réponses complémentaires de l’Office fédéral de la culture à vos questions. La réponse me semble claire. Nous ne pouvons malheureusement pas entrer en matière sur votre demande. Si vous souhaitez d’autres éclaircissements, je vous prie de vous adresser directement à l’OFC.

Je vous prie d’agréer, Cher Monsieur, mes respectueuses salutations.

J. Besson

Document joint à cette lettre:

Reponse Finale De M Besson 12 5 07 FR

Sur Scribd: Réponse finale de M. Besson – 12.5.07_FR

Mounier 12.5.07_FR.doc



Le patois de Fribourg sur patwe.com?

Il y quelque temps, j’ai commencé de récupérer les podcasts de l’émission fribourgeoise “Intre no”.
Je trouvais intéressant de pouvoir partager ces archives avec d’autres patoisants, par exemple avec mon père qui se passionne pour le patois.
Mais je ne disposais pas de permission “officielle” de le faire.
J’ai pu enfin contacter Placide Meyer, président des patoisants Fribourgeois.
Il n’a pas l’air de trouver beaucoup à redire que j’aie utilisé les fichiers qui étaient disponibles en “podcasting” (format mp3) pour créer des archives personnelles des émission “Intre no”.
Mon interpellation tombait plutôt bien;
Les patoisants Gruyériens se posaient justement la question de la manière de faire des archives de cette émission.
Réponse plus fournie dès le 16 juin…Mais tout se présente bien, youpee!Mes archives d’ “Intre No” sont ICI

 


Réponse de Placide Meyer: Bonnes augures!

Bondzoua Moncheu Mounir,
Un grand merci pour l’intérêt que vous portez au patois.

Ces temps, je suis à la bourre; cela arrive aussi à un retraité.
Votre interpellation tombe bien car j’ ai le comité cantonal des patoisants fribourgeois, chez moi, jeudi soir;
nous allons parler du problème de l’archivage des documents sonores de notre patois.

Nous trouverons une entente, ne vous faites pas de souci.
Je vous répondrai plus en détail.mais seulement après le 16 juin.
Avec mon cordial salut
Placide Meyer



La BD « Grosse déprime » est terminée.

Ca en prend du temps! Mais ça en vaut la peine, non?

Bien sûr tout n’est pas encore “picco bello”, mais les critiques sont les bienvenues…
Une fois le texte éventuellement remanié, je pourrai faire d’autres enregistrement, avec Maria encore,
ou avec d’autres. Pourquoi pas des voix “authentiques” pour les différents personnages?

Difficiles traduction de “fauteuil”: fóteui? Comment retranscrire le son français “euil”?
“carpettes” traduit par “tapi” est un peu court… Faudrait-il inventer “carpèté”?
“tomba” pour traduire le français “caveau” devrait pouvoir être amélioré…

Pour ce qui est des droits d’auteur, toujours pas de réponse de “Dupuis”.
Soit ils reçoivent trop de courriels, soit ça leur est égal que les BDs de “Cédric” soient traduites dans une autre langue…

Affaire à suivre, donc, à plusieurs niveaux!



Top