PATWE.CH > blogue > politique > É vó? Vw’éite-vó pa trestó? 

É vó? Vw’éite-vó pa trestó? 

(Et vous? N’êtes-vous pas tristes?)

Ch’éi trestó…

Can l’a póou dé moundó
kyé ch’ëntéréchon ou patwé.
Can chi pa cómin fér.e
pó bale ënvide d’aprinde sta winga.
Can é dzin chon ëndifér.in.
Can oun parin mé di
Kyé méi ba kyé Saxon
L’a nioun kyé comprin ó patwé
Ma kyé mé di avwéi, gyéla vergonyou,
kyé cha rin d’âtré kyé ó patwé.
Can ona marin.na di kyé l’é continta
kyé n’ën achya dépédre ó patwé.
Can dé-j-oun chondzon
kyé l’an pa dé tin pó ó patrimwénó,
Kyé l’a rin ky’i spôo di j-infan
kyé conte, é é tsóoujé « módèrne ».

Aè, l’é trestó.

Pó chin ky’ir.é a winga di Chavyéjanné
é di Chavyéjan pindin mew’an.
Dé chin ky’i gróou, i gróoucha,
w’aou é i maré l’aïon ouncó
cómin winga matèrnéwa.
A cója kyé sta retsésa,
sti éritâdzó dé tòt ó Vawi
n’achyin parti ën ona jénérachyon.

L’é ontou

Pó chin kyé derën ona winga cómin i patwé
l’a pa rin kyé dé mó;
i patwé l’é ona filósófia,
ona móda dé vêre a vya, d’étre ënsimbló,
Dé ride, dé ché choteni é j-oun é j-âtré,
dé féita, dé kerye dé ma.

Adon kyé fóou-t-e fére?

Pa capóna l’é d’abò de.
N’ën béjwin dé moundó
pó nó-je choteni:
Idjyé-nó, chóplé a bougiér jestó!

Pachyinsé, n’ën ouncó fou kyé
conyéchon é parlon ó patwé!
Adéi chin powin dzawi.

Je suis triste…

Quand peu de monde
s’intéresse au patois.
Quand je ne sais comment faire
pour donner envie d’apprendre cette langue.
Quand les gens sont indifférents.
Quand un homme me dit
Que plus bas que Saxon
Personne ne comprend le patois
Mais qui me dit aussi, presque honteux,
qu’il ne sait rien d’autre que le patois.
Quand une femme dit qu’elle est contente
que nous avons laissé dans l’oubli le patois.
Quand certains pensent
qu’ils n’ont pas de temps pour le patrimoine,
Qu’il n’y a rien que le sport des enfants
Qui compte, et les choses ‘modernes’.

Oui, c’est triste.

Car c’était la langue des Saviésannes
et des Saviésans pendant mille ans.
Parce que grand-papa, grand-maman,
l’oncle et la mère l’avaient encore
comme langue maternelle.
Parce que cette richesse
cet héritage de tout le Valais
nous le laisson partir en une génération.

C’est  honteux

Parce que dans une langue comme le patois
il n’y a pas que des mots;
le patois est une philosophie,
une manière de voir la vie, d’être ensemble,
De rire, de se soutenir les uns les autres,
de fêter, d’insulter.

Alors que faut-il faire?

Ne pas abandonner, c’est vite dit.
Nous avons besoin de gens
qui nous soutiennent:
Aidez-nous s’il-vous-plaît à bouger juste
(à aller dans la bonne direction).

Dieu soit béni, nous avons encore ceux qui
connaissent et parlent le patois!
De ça en tout cas, on peut en profiter.

 

Publié dans blogue, politique, projèts, Valyes [Vawe] / Humors