PATWE.CH > blogue > matière [matir.e] > Le patois de Fribourg sur patwe.com?

Le patois de Fribourg sur patwe.com?

Il y quelque temps, j’ai commencé de récupérer les podcasts de l’émission fribourgeoise “Intre no”.
Je trouvais intéressant de pouvoir partager ces archives avec d’autres patoisants, par exemple avec mon père qui se passionne pour le patois.
Mais je ne disposais pas de permission “officielle” de le faire.
J’ai pu enfin contacter Placide Meyer, président des patoisants Fribourgeois.
Il n’a pas l’air de trouver beaucoup à redire que j’aie utilisé les fichiers qui étaient disponibles en “podcasting” (format mp3) pour créer des archives personnelles des émission “Intre no”.
Mon interpellation tombait plutôt bien;
Les patoisants Gruyériens se posaient justement la question de la manière de faire des archives de cette émission.
Réponse plus fournie dès le 16 juin…Mais tout se présente bien, youpee!Mes archives d’ “Intre No” sont ICI

 

2 commentaires pour “Le patois de Fribourg sur patwe.com?
  1. Un béarnais salue le Valais dit :

    Bonjour, les gens de Gruyère viennent parfois nous visiter , bien loin de chez eux , dans nos montagnes du Béarn, je savais bien qu’eux aussi avaient une langue , moins officielle, comme nous avons notre béarnais, caché sous le français.
    Ces langues, qu’on les appellent arpitan du Valais ou occitan du Béarn donnent de l’âme à tout le reste et font vivre nos chants , quelle tristesse de les voir mourir, langue du rire , de la poésie et des bonnes tables.
    Adishatz amis du Valis, c’est comme ça qu’on salut chez nous et de mon petit Ossau je crois même aprcevoir votre Cervin, son grand frère.

  2. admin dit :

    Quel gentil mot et quelle jolie poésie. Oun gran MERSI a vó!

    Oui, c’est vrai, c’est vrai, c’est bien dommage que des richesses disparaissent, surtout celles que nos anciens ont mis tant de temps à façonner. Les jeunes rêvent, regardent vers l’étranger. Ailleurs l’herbe est toujours plus verte… Revitaliser le passé en en faisant la matière de la créativité actuelle; c’est je crois la seule manière de ne pas regretter ce qui se perd.

    A révêre poutétré ëntchyé vó oun’ätré cóou?…
    (On se revoit peut-être chez vous une autre fois?…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Top