Acota è sti byó patwé !

Acutâd vèr ceti biô patoués ! - Ecoutez-donc ce beau patois !

Accueil > Liéso [ Lijó ] > Têxtos d’ôtres [Tèxtó d’âtré] > Hwa di Marya Róché

Hwa di Marya Róché

Histoire de Marie Rousset,
par Père Basile Luyet (1897-1974)

dimanche 14 janvier 2007, par Dzakye

É bin ! Marya Róché vinï’amou di Syoun (var. Chyoun) avwéi ó tsowa. É pwé can l’ïta amou ou cowin, l’a you ona plo groucha gonfla kye powïe pa méi boudjye.

Eh bien ! Marie Rosset montait de Sion avec [son] cheval. Quand elle arriva [près] du couvent, elle vit une [femme] si grosse qu’elle ne pouvait plus marcher.

L’aï’oun grou chaky’i rin crótchya, é i chaky’ïr.e byin plin achebën . É pwé Marya Róché l’a démanda ävwé vajïe, é sta l’a de kye vajï’ën Chavyeje.

Elle portait un gros sac suspendu sur [son] dos, et ce sac était bien plein lui aussi. Marie Rosset lui demanda où elle allai, celle-ci lui répondit qu’elle allait à Savièse.

É pwe Marya Róché l’é demountäe di chou ò tsowa, e pwé l’a fé aa ina a groucha. É can i groucha l’ïta ina chou ó tsowa, i tsowa fajïe rin kyé prou móle dé tsa, powïé pa méi boudjye.

Alors Marie Rosset descendit de son cheval et y fit monter la grosse [femme]. Quand celle-ci y fut, le cheval ne fit plus que transpirer, il ne pouvait plus avancer.

Can l’ïta amou Ormoun.na, Marya Róché l’a de : "L’é cäkyé tsóouja vwéro i tsowa a mé mólé dé tsa, vw’éité péjanta." É pw’i groucha l’a de :"Oun póou ! I chakye-la l’é plin dé tsóoujé péjante, ma ëndi déman charé vwido."

Quand elles arrivèrent à Ormône, Marie Rosset dit : "C’est étonnant comme mon cheval transpire, vous êtes pesante." La grosse répondit : "Ma foi ! Ce sac est plein de choses lourdes, mais dès demain, il sera vide."

É pwé l’a de kyé ó windéman tui hou kye for.an chali di a mécha, l’or.an pri w’éivwe benité kye l’or.i bala le, é pwe kye for.an mò, kye le vajïe bale a pesta, kye for.an tui mò kye le é é dóou ferlwé a Marya Róché, pó chin kye l’aïon mena hwa dä pésta mountäé.

Elle ajouta que le lendemain, tous ceux qui sortiraient de la messe prendraient de l’eau bénite qu’elle [leur] donnerait et qu’ils mourraient ; qu’elle allait donner la peste, et que tout le monde mourrait sauf Marie Rosset et ses deux filleuls, parce qu’elle avait conduit, à cheval, [celle- la dame] de la peste.

É ó windéman, ën chalin di a mécha, viïon ona kye mólï a man ou beniton é balïe a tui w’éivwe benité, comin noun vi féra byin de moundó pèr léi.

Le lendemain en sortant de la messe, on vit une [femme] qui trempait sa main dans le bénitier, et donnait à tous de l’eau bénite, comme on [le voit faire, par là, à bien des gens.

É di ky’ïron chénya, tsèjïon ; é j-oun vajïon oun tróche é pwé tsèjïon, é j-oun vajïon tanky’ó windéman, tó ó tin maado, e ó windéman mor.ïon.

Mais, dès qu’ils avaient fait le signe de la croix, ils tombaient ; les uns faisaient quelques pas, puis ils s’affaissaient, les autres allaient jusqu’au lendemain, malades tout le temps, puis ils mourraient.

É pwé Marya Róché l’é chortit’avan-deriré é pwé l’a de ä groucha marin.na hwa kye balïé w’éivwe benité : "Ór.a ! char.é bon !" Hwa dä pésta l’a de : "To, pächa, l’a ouncó ona."

Marie Rosset sortit l’avant-dernière, elle dit à la grosse dame, celle qui donnait l’eau bénite : "Maitenant, cela suffira." La [dame] de la peste reprit : "Toi, passe, il y en a encore une."

Le l’a pacha, e a w’ätra kye l’a pacha l’a bala w’éivwe benité, e chon tui mò kye le é é dóou ferlwé.

Marie Rosset passa, et [la dame] donna l’eau bénite à celle qui venait [après elle]. Tous moururent, sauf Marie Rosset et ses deux filleuls.

O windéman, é tre kye chon pä mò ëntêräon é j-ätró avw’a [avwéi a] rlwidze.

Le lendemain, les trois qui n’étaient pas morts enterraient les autres avec des traîneaux.

L’é inou kye radäon pä méi chon-t-e mò ou pa, ky’apelïon tui chou a rlwidze é trin.na ba.

Il arriva qu’on ne regardait plus ceux qui étaient morts et [ceux qui ne l’étaient] pas, on les prenait tous sur les traîneaux, et on les traînait en bas.

É pwé ch’é trówa chou ona rlwidze Marya Róché ; é pwé can l’ïta ba ën n-oun pechó, ba déjó Mountèlè,

C’est ainsi que Marie Rosset se trouva sur un traîneau, mais en arrivant près d’un ruisseau où l’eau faisait cascade, au-dessous de Monteiller,

Marya Róché l’é tséjwäé di chou a rlwidze, l’é terya four.a, é pwé l’é tséjwäé der.ën déjó ó pechó dé w’éivwe, kye l’é itäé chówaé dä pésta.

elle tomba, [ou plutôt] elle se tira hors du traîneau, et alla tomber sous la cascade d’eau. [De la sorte] elle fut préservée de la peste.

Le lendemain, les trois qui n’étaient pas morts enterraient les autres avec des traîneaux. L’é inou kye radäon pä méi chon-t-e mò ou pa, ky’apelïon tui chou a rlwidze é trin.na ba.

Il arriva qu’on ne regardait plus ceux qui étaient morts et [ceux qui ne l’étaient] pas, on les prenait tous sur les traîneaux, et on les traînait en bas.

É pwé ch’é trówa chou ona rlwidze Marya Róché ; é pwé can l’ïta ba ën n-oun pechó, ba déjó Mountèlè,

C’est ainsi que Marie Rosset se trouva sur un traîneau, mais en arrivant près d’un ruisseau où l’eau faisait cascade, au-dessous de Monteiller,

Marya Róché l’é tséjwäé di chou a rlwidze, l’é terya four.a, é pwé l’é tséjwäé der.ën déjó ó pechó dé w’éivwe, kye l’é itäé chówaé dä pésta.

elle tomba, [ou plutôt] elle se tira hors du traîneau, et alla tomber sous la cascade d’eau. [De la sorte] elle fut préservée de la peste.

Ch’é trówa tre tsäsyou é le chówa da pésta. Or.a ïr.é hou tre a ché confronta, a kyëntou falïé comanda.

Il y eut trois hommes avec elle, qui furent préservés de la peste. C’était donc à ces trois de s’entendre [pour savoir] à qui il appartiendrait de commander.

Kye l’an pwëte fetchya de moundó dé atrapäa chela, pó wabor.a ó bën. Pour travailler la terre on mit ici des gens [qui venaient] d’ailleurs.

Or.a hou chon pwe jou a Syoun démanda comin falïé fér.é, démanda kye falïe fetchye cäcoun pó comanda, pó ó j-ënsenye, kye rlöo ïr.on pa de j-ënstrwi.

Ceux-ci allèrent à Sion demander comment il fallait faire, disant qu’il fallait leur doner quelqu’un pour commander et pour les instruire, car eux n’étaient pas des [gens] instruits.

É pwé l’an répondou, é bin ! kye foechon tòrna amou, é pwé kye oun echon fé prijidan, é oun tsatawan, é w’ätré consèlè, é kye echon gwêrna a comona tan byin kye l’or.an pouchou.

On leur répondit : "Eh bien ! remontez [à Savièse], et faites l’un [des trois survivants] président, l’autre juge et le troisième conseiller, et qu’ils gouvernent la commune aussi bien qu’ils le pourront."