Acota è sti byó patwé !

Acutâd vèr ceti biô patoués ! - Ecoutez-donc ce beau patois !

Accueil > Liéso [ Lijó ] > Les maes traduccions ou adaptacions de tèxtes > Le petiot prince - Chapitro 1

Le petiot prince - Chapitro 1

/ I petchyou prinsé - Chapitró oun /

dimanche 25 mai 2014, par Dzakye

Musica : "Mellow Piano" et "Memory"
de Doxent Zsigmond
http://ccmixter.org/people/doxent

Avouéc de mojeca :

Can d’aîó chi j-an, oun âdzó d’éi you oun pótré mèrvelou, derën oun livró chou a Fór.éi Vièrdze kyé l’aîé noun "Conté vécwaé". Chin répréjëntié ona charpin bóa kyé ëngówaé oun fóvé*. Vi ënkyé (vi chéla, vwala) a cópia dou désin.

I wivró dijîé : "É charpin bóa ëngówon a rlôo vitima (préide*) tó ryon (a cóou), chën matsole. Pwëte pouwon pa méi ché rémwa é i dromon pindan (pindin) é chi mi kyé l’é foche (kyé prin, kyé l’an béjwin) pó disipa (fér.e pacha ba)". Adon d’éi prou mouja chou é-j avintoré dâ jonlé é, a tò, d’éi rochi, avouéi oun craeon dé coöo, dé trasa ó myó promye désin. I myó désin nomér.ó 1. Ir.é d’inché :

D’éi mótra sti ché-d’ouvra* i granté pèrchoun.né é d’éi démanda che i myó désin fajié pwir.é a rlöo. L’an répondou : "Béi pòrkyé oun tsapéi devri-t-e fér.e pwir.e ?"
I dèsin réprinjintîé pa oun tsapéi. I répréjintîé ona charpin bóa kyé disipâé oun éwéfan.
Adon d’éi désinâ ó der.ën da charpin bóa, pó kyé fwé granté pèrchon.né conprinjechon. L’an tòrdzò béjwin d’esplicachyon. I myó désin nomér.ó dóou ir.e d’inché :

É granté pèrchon.né m’an ënpér.óna d’achyé plate é dèsin de charpin ovêe ou clóou, é plotó dé ch’ëntéréchye â g.éógrafia, a w’istour.é, ou carcolé é â gramér.é.
L’é d’inché kyé d’éi abandóna, a w’adjye dé chi j-an, una manyifica cariér.é de pënte. Chaîó (ir.ó) ita décoradjya de w’ensocsé dou myó désin nomér.ó oun é dóou. É granté pèrchon.né comprinjon jaméi rin chówé, é i ënchënble i j-infan dé tódóoun bale dé z-ésplicachyon a rlöo.

Adon d’éi chèrnou oun âtre mitchye é d’éi apri a gida (pióta) dé j-avion. D’éi vówa oun póou pèrtó chou a planèta. É i g.éógrafia, l’é vér.éi, m’a bën chervi. Chaîó difér.inchye, ën oun chi d’óour.a, a China dé w’Arizóna. L’é fran pratico, che on é perdou dé néi.

D’inche, pindan ma vya d’éi j-ou oun mounton dé contacté avwéi dé mounton dé dzin seryou. Ch’ei résta aplin ëntchyé é granté pèrchon.né. É é j-éi you adri prou préi.
L’a pa vouér.ó mélór.a chin kyé chondzîó. Can récontrâó ona kyé chënblié oun póou éclèryâé, féjîó avouéi lé w’éspéryinsé du myó désin nomér.ó 1 kyé d’éi tótin vwarda. Ouîó chai che sta dzin l’aîé atan d’ëntindémin kyé chin. Ma i réponjîé tòrdzò : "L’é oun tsapéi." Adon parlîó jaméi avwéi le ni dé charpin bóa, ni dé fór.éi vièrdzé, ni d’étiwé. Mé fetsîó a plan dé le. Parlîó dé bridjé, dé gòlfé, dé pólitikyé é dé cravaté (moutchyou dou cóou). É i granta pèrchon.na ir.é brâmin continta dé cónyétré oun côo atan rijónâbló.

Chën mojeca :

Fransé (bajé dé tradocchyon)

Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la Forêt Vierge qui s’appelait"Histoires Vécues". Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin.

On disait dans le livre :"Les serpents boas avalent leur proie tout entière, sans la mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de leur digestion."

J’ai alors beaucoup réfléchi sur les aventures de la jungle et, à mon tour, j’ai réussi, avec un crayon de couleur, à tracer mon premier dessin. Mon dessin numéro i. Il était comme ça :

J’ai montré mon chef-d’oeuvre aux grandes personnes et je leur ai demandé si mon dessin leur faisait peur.
Elles m’ont répondu :"Pourquoi un chapeau ferait-il peur ?"

Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait un serpent boa qui digérait un éléphant. J’ai alors dessiné l’intérieur du serpent boa, afin que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours besoin d’explications. Mon dessin numéro 2 était comme ça :

Les grandes personnes m’ont conseillé de laisser de côté les dessins de serpents boas ouverts ou fermés, et de m’intéresser plutôt à la géographie, à l’histoire, au calcul et à la grammaire. C’est ainsi que j’ai abandonné, à l’âge de six ans, une magnifique carrière de peintre. J’avais été découragé par l’insuccès de mon dessin numéro i et de mon dessin numéro 2. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.

J’ai donc dû choisir un autre métier et j’ai appris à piloter des avions. J’ai volé un peu partout dans le monde. Et la géographie, c’est exact, m’a beaucoup servi. Je savais reconnaître, du premier coup d’oeil la Chine de l’Arizona. C’est très utile, si l’on est égaré pendant la nuit.

J’ai ainsi eu, au cours de ma vie, des tas de contacts avec des tas de gens sérieux. J’ai beaucoup vécu chez les grandes personnes. Je les ai vues de très près. Ça n’a pas trop amélioré mon opinion.

Quand j’en rencontrais une qui me paraissait un peu lucide, je faisais l’expérience sur elle de mon dessin numéro i que j’ai toujours conservé. Je voulais savoir si elle était vraiment compréhensive. Mais toujours elle me répondait :"C’e§t un chapeau."Alors je ne lui parlais ni de serpents boas, ni de forêts vierges, ni d’étoiles. Je me mettais à sa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Et la grande personne était bien contente de connaître un homme aussi raisonnable