Acota è sti byó patwé !

Acutâd vèr ceti biô patoués ! - Ecoutez-donc ce beau patois !

Accueil > Liéso [ Lijó ] > Têxtos d’ôtres [Tèxtó d’âtré] > Conta 14 - Le conta de cél que l’est éta domèstico en enfèrn

Conta 14 - Le conta de cél que l’est éta domèstico en enfèrn

mercredi 8 janvier 2014, par Dzakye

Conta de Saviése, numèro 14, collèctâ pèr Basile Luyet

Le conta de cél que l’est éta domèstico en enfèrn

Adonc desévont "un gamin", mas un gamin que savéve dére (parlar, prègiér, dèvisar) coment serêt éta bien grôs (grand), un gamin a pantalons adés (en tot cas). Un gamin que l’avévont lèssiê solèt a méson ; et pués ceti, le gamin, l’at prês et l’at lié(su). L’at ouvêrt lo lévro et l’at lié(su) una pâge ; et pués l’est venu un Monsior dedens u pêlo. L’at (L’avéve) lié(su) la pâge que fèséve parètre lo diâblo. Le diâblo l’at entèrvâ (dèmanda) què voléve, l’at ren sapu (savu) què. Le diâblo l’at dét : "Nens (vens) avouéc mè." Mas ére en Monsior, l’at pas cognu que ére le diâblo.

Et poués l’at menâ bas en enfèrn, dedens pèr de bèles chambres, et pués l’avéve plen de liéts (cuches)et pertot de mondo sur. L’at comandâ u gamin que l’avesse apèssu (nurri) lo bosc (bouesc) outre pèr desot les liéts (cuches). Et pués en un liét ére le marênna sur lo liét. L’at dét : "Oh ! Marênna, yaoue (yô) vos étes." L’at dét : " Què vos étes bien sur un tant biô liét." Et pués l’at dét : "Te muses que su bien : feche (bete) un bocon outre desot," outre desot liét. Le bocon l’est venu tot en fuè. Et pués l’at dét : "Te fechérés pas més lo bosc (bouesc) en crouéx, ôtrament sofro a mêtiêt de plus." Lui l’at dét : Mas le (la) mare l’at totjorn ensègnê d’ense, que faléve fechiér (betar) lo bosc (bouesc) en crouéx quand on faséve de fuè.

Et pués le diâblo l’est venu un jorn, l’at dét : "Ora (il/o) tè fôt partir. Torne enchiéz tè !" Ora le marênna l’avéve dét : "Quand tè prèsentèrant de paye te prendés (prendrés) pas, te atendrés que (tè) baléssont." Ora le diâblo l’at dét : "Que fôt-il por ta paye ?" L’at ren rèpondu. Le diâblo l’at prèsentâ un pan et lui l’at pas volu prend(r)e. Le diâblo l’at fotu (lança, acoliê) lo pan en l’èstomac et lui, l’est chesu (chiu) a ride-vêrsa (a la renvèrsa, a côrps perdu). Et le pan ére plen de napoléons. L’at prês cen et l’est parti a méson.

Et pués quand l’est éta a méson l’ant entèrvâ (quèstionâ) yaoue (yô) ére éta, et lui l’at contâ cen que l’avéve vu, qu’ére éta en un luè que l’avéve prôd de béles chambres et plen de mondo sur les liéts, et a lui faléve apétre (nourrir) lo fuè. Et pués l’at contâ què l’avéve vu la marênna et pués doux-três ôtros què l’avéve cognu, qu’éront morts. Et pués l(y)ors l’avévont vergôgna què le bote (bose, bouèbo) contave cen què l’avéve vu. L’ant falu enclôre, pas lèssiér salyir (sortir, sôrtre) de méson, ou ben gouardar tojorn avouéc l(y)or, que l’avesse (l’èye, l’usse) pas possu cotèrgiér avouéc d’ôtros.
Ora u temps qu’ére via, celos de méson savévont pas yaoue (yô) furêt (serêt) éta : doux-três jorns via, et trovavont pas. L’ant fét de rèchèrces, et pués le pâre l’at prosemê (prèsumâ) que l’avéve oublâ (essoublâ) cél lévro sur la tabla, que l’arêt possu liére la pâge que faséve parétre lo diâblo et pués pas savér fére disparêtre. Le pâre l’at prês cél lévro et l’at prês la pâge por fére tornar (lo filys). L’est adonc pués que le diâblo lo-t-at envoyê (enveyê, (em)mandâ), l’at dét : "Va enchiéz tè."