Acota è sti byó patwé !

Acutâd vèr ceti biô patoués ! - Ecoutez-donc ce beau patois !

Accueil > Liéso [ Lijó ] > Têxtos d’ôtres [Tèxtó d’âtré] > Conta 38 - Houa d’â fâva Méimó-eó

Conta 38 - Houa d’â fâva Méimó-eó

jeudi 8 septembre 2011, par Dzakye

La musiqua l’at nom "nascent" et l’est éta ècrita per "kidcholera"

Parler de Savièse :

L’ai’ oun parin kye l’ita ina ën Chór.èchèi pó èrdjye.
E pwé can l’e enou nèi
l’e enou ona fâva è pouè l’a bochya â porta.
E pou’ i parin l’a de : « Cw’e-t-e ? »
I fâva l’a de : « Ch’èi eo, » è l’a de ou parin kye fali’ ovri a porta.
I parin l’a de ky’ovriè pa.
I fâva l’a de : « Ky’a-to noun ? » l’a de “Mèimó eó.”

L’aïé prèst’a brontsóna dè w’èivwe barbótinta,
la fotou four.a ou ba dou ti è i fâva l’a jou tó borla w’èstóma.
I fâva pwé l’a apèwa houè d’â Gran Dzoo kye fali’ eni ou chócò poue.

E j’âtre l’an de : « Kye l’a-t-e ? » l’a de : « M’an fè de ma. »
L’an de : « Cwi t’a-t-e fè dè ma ? » l’a de : « Mèimó eó. »
E j-âtrè l’an rèpondou : « Mèima to ó a fè, mèimó to ó a. »

I parin l’a pochou pwè chè chówa, è j’âtrè chon pa enou ou chócò
depweskeyè : mèima to ó a fé, méima to w’a.
Atramin, chè è j-âtrè l’aechon chopou ky’ir. i parin,
(i) for.i ita tsapla prën cómin dé dzóté.

ORB (Orthographe de Référence B)

Orthographe supradialectale unifiée permettant l’intercompréhension entre arpitans à l’écrit.

L’avéve un parren (un homo) que l’est étâ (alâ) en Sur-les-Scex por égouar (èrgiér).
Et pouès quand l’est vegnu nuet
l’est vegnu una faye et pouès l’at bouciê a la porta.
Et pouès le parren (l’homo) l’at dét : « Qui est-el ? »
I faye l’at dét : « Su yo, » et l’at dét u parren que falyéve ovrir la porta.
Le parren l’at dét qu’ovrîve pas.
I faye l’at dét : « Qu’as-tu nom ? » l’at dét « Mémo yo. (mè-mémo) »

L’avéve prèsta la bronzenâ de l’ègoua barbotenta (couésenta, bolyinta),
l’at fotu foura u bas du têt et le faye l’at yu tot burlâ l’èstoma (la pouetrena).
Le faye pouès l’at apelâ celes de la Grand’ Jor que falêve vegnir u secors pouès.

Les ôtros l’ant dét : « Que l’at-el ? » l’at dét : « M’ant fét de mal. »
L’ant dét : « Qui t’at-el fét de mal ? » l’at dét : Mémo yo. (mè-mémo) »
Les ôtres l’ant rèpondu : « Mémo –tu lo at fét, mémo-tu lo at. »

Le parren l’at possu pouès se sovar, les ôtres sont pas vegnu u secors
de puèsque :méma tu lo at fét, méma tu lo at. »
Ôtrament, sè les ôtres l’avessont (l’ussont) savu qu’ére le parren (que l’avéve fét),
(el) furét (serêt) éta chaplâ prim (menu) coment des jottes (blètes, reparês).